AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Histoire du sabotage tome 1 sur 1
EAN : 9782490403363
300 pages
Libre (04/11/2022)
5/5   4 notes
Résumé :
Une histoire du sabotage en deux volumes, c’est l’occasion de parcourir les nombreux mouvements qui s’opposent à toutes les formes d’exploitation et d’oppression. Des attaques contre la fortification, durant le Moyen Âge, aux incendies contre les antennes 5G aujourd’hui, en passant par les traine-savates dans les usines et le sabotage de la colonisation.

Dans ce premier tome, il est question de remonter aux origines anarchistes de la pratique. C’est a... >Voir plus
Que lire après Histoire du sabotage, tome 1 : Des traine-savates aux briseurs de machinesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
« Telle qu'elle émerge en France, l'idée du sabotage ne se résume pas à une critique des machines, mais tient plutôt dans la condamnation du travail humain tel qu'il est valorisé par les capitalistes. » Après avoir évoqué la « préhistoire du sabotage », Victor Cachard cherche à établir une définition du terme en partant de sa défense conceptuelle par Émile Pouget et son adoption comme tactique militante, sous l'impulsion de celui-ci, par la toute jeune Confédération générale du travail en 1897. Contre l'instrumentalisation étatique du sabotage à partir de la Seconde Guerre mondiale, il circonscrit son usage au monde du travail et propose une contre-histoire en distinguant trois étapes : la révolte contre les bureaux de placements en France de 1886 à 1904, la grève des PTT et des chemins de 1909 et 1910, et le sabotage de la mobilisation à la veille de la Première Guerre mondiale.
(...)
En conclusion, il rappelle que les controverses théoriques comme le « pacifisme totalitaire », la non-violence « érigée en principe », sont des freins à l'émancipation car c'est bien l'action, la diversité des pratiques de résistance, qui font avancer l'histoire. Essai d'une grande rigueur analytique, qui passe au crible de l'étymologie, de l'histoire des luttes et de celle des idées, le concept de sabotage dans toutes ses acceptations, avec un grand souci de la nuance et de la précision, afin de rendre à cette pratique tout son potentiel révolutionnaire.

Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
En faisant du travail une marchandise comme les autres, rémunéré au gré des caprices de l'économie et du bon vouloir du patronat, le capitalisme contredit la logique selon laquelle la valeur repose sur le travail réellement fourni. Le sabotage joue de cette contradiction.
Commenter  J’apprécie          140
Il faut revenir à cette vérité première du syndicalisme : la grève générale qui propage l'action directe est incompatible avec la grève partielle qui diffère l'action en la détournant de son objectif révolutionnaire. L'action directe est donc constitutive de la formation du syndicalisme. 
Commenter  J’apprécie          90
Il va sans dire que le syndicalisme révolutionnaire nous donne une leçon stratégique. Aujourd’hui, partout, la non-violence est érigée en principe, en modèle de lutte indépassable, sans ouvrir de nouveaux horizons. Partenaires sociaux, collaborateurs, concertation, grand débat, on ne compte plus le nombre d’euphémismes qui neutralisent la conflictualité pour mieux nous faire sentir notre impuissance et nous jeter dans les bras de l’État. Les plus infantilisants nous renvoient à l’école de la désobéissance civile tandis que, dans l’opinion publique, un pacifisme totalitaire dépolitise le champ des actions politiques. Aux black-blocs des luttes altermondialistes engagées lors des contre-sommets dans les années 2000, succèdent de longs ateliers de débats organisés en étroite collaboration avec les services de l’État, comme on l’a vu lors du contre-G7 de Biarritz en 2019.
Commenter  J’apprécie          20
La police et l'armée exercent la même fonction que la peine capitale. Elles représentent une menace aussi permanente qu’indéterminée qui n’est là que pour maintenir l'unité de la loi et garantir les intérêts de la classe dominante. C'est la raison pour laquelle les policiers exercent la même violence que les criminels, à la différence que toutes leurs actions, jusqu'aux plus barbares, sont d'emblée garanties par l'État de droit.
Commenter  J’apprécie          50
Telle quelle émerge en France, l'idée du sabotage ne se résume pas à une critique des machines, mais tient plutôt dans la condamnation du travail humain tel qu'il est valorisé par les capitalistes.
Commenter  J’apprécie          110

autres livres classés : sabotageVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Victor Cachard (1) Voir plus

Lecteurs (21) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
846 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}