AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Florence Cadier (Autre)
EAN : 9782362664090
96 pages
Talents Hauts Editions (20/11/2020)
3.82/5   37 notes
Résumé :
Le 23 mars 1944, alors que l’Amérique a les yeux tournés vers la fin du conflit en Europe, la Ségrégation bat son plein en Caroline du Sud. George Stinney, jeune Afro-Américain de 14 ans, est arrêté pour le meurtre de deux fillettes blanches. George, qui reconnaît les avoir croisées quelques heures avant leur disparition, est le coupable parfait, le seul possible, aux yeux du shérif de la ville. Traîné au commissariat en pleine nuit, seul et désemparé, George est in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 37 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

PatSBook
  10 avril 2021
Ce roman qui retrace l'histoire vraie de George STINNEY, 14 ans, afro-américain, condamné injustement à mort en 1944 dans le Sud des États-Unis est terrifiant d'inhumanité et ne laisse pas le lecteur en paix.
Alors que sa famille a été épargnée par la guerre où bon nombre de soldats américains ont trouvé la mort, Georges mène une vie paisible entre la maison, les travaux du jardin avec ses petits frères et soeurs et le collège où il excelle en dessin.
Un jour, il rencontre deux fillettes blanches qui se sont aventurées dans le quartier mal fané de George, c'est-à-dire le « quartier des noirs » et leur parle un peu pour les renseigner sur leur chemin.
Quand ce soir-là, elles ne rentrent pas chez elles, de les avoir croisées et surtout d'être noir, font de George le coupable idéal.
Une enquête bâclée par un sheriff raciste, des aveux arrachés sous la pression, un simulacre de procès expédié, sans l'ombre d'une preuve, un jury de douze hommes blancs dont certains appartenaient au Ku Klux Klan, sans recours aux témoins, sans possibilité de revoir ses parents interdits de tribunal, un avocat commis d'office, plus motivé par ses futures échéances électorales que par le sort de son client qu'il n'a jamais rencontré, enverront inexorablement George sur la chaise électrique.
Texte court et facile à lire, mais glaçant par l'implacable réalité à laquelle Georges et sa famille sont confrontés.
Ce quasi reportage, rédigé par Florence CADIER, ancienne journaliste, de manière neutre mais avec moults détails sur l'iniquité due au racisme en vigueur partout dans la société ségrégationniste du sud dans les années 45/50 est édifiant.
Cet ouvrage résonne fortement avec la société américaine contemporaine, toujours marquée par des exactions ou des propos aux relents racistes, comme encore constaté durant les dernières élections américaines.
Les éditions Talents hauts, dont la ligne éditoriale ambitionne de « Bousculer les idées reçues », associées à l'organisation Amnesty International, signent ici un roman choc, destiné aux grands ados. Mais adultes comme jeunes lecteurs seront poussés à réfléchir et s'interroger à propos de cette erreur judiciaire retentissante sur fond de racisme institutionnel. A découvrir, absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Vermeer
  14 novembre 2021
En 1944 en Caroline du sud, quelques semaines avant le débarquement de Normandie, deux fillettes blanches sont assassinées. George Stinney, un jeune Noir de 14 ans leur a parlé juste avant leur assassinat. L'émotion localement est immense, il faut un coupable très vite. George Stinney est le coupable idéal. Il est arrêté, emprisonné durant trois mois, jugé en dix minutes dans une parodie de procès et exécuté par électrocution sans avoir revu ses parents qui durent quitter la ville par peur des représailles.
Très menu, il ne put selon l'auteur être le coupable, il n'en aurait pas eu la force physique. La vérité ne sera jamais connue, il n'était probablement pas coupable mais la précipitation à le juger coupable, les aveux extorqués, le refus d'entendre les témoins qui auraient pu le défendre, le jugement raciste, l'exécution d'un enfant (un livre fut nécessaire pour le mettre à hauteur) est une honte dans une grande démocratie porteuse d'un idéal de liberté en 1944.
Commenter  J’apprécie          70
1000NR
  18 septembre 2022
Un récit qui fend en mille. Qui pousse à crier l'injustice.
Je suis contente de pouvoir l'aborder avec les élèves cette année dans le cadre du #PrixAdosencolère .
C'est une histoire vraie. D'un ado de 14 ans, Georges Stinney, condamné à mort en 1944 car accusé d'avoir tué deux fillettes en Caroline du Sud. Un procès expéditif, sans preuve, avec torture pour le faire parler et non-entente des témoins et des alibis qui pouvaient arrêter la condamnation. Accusé car afro-américain, en fait. Une exécution raciste opérée par l'Etat.
70 ans plus tard, annulation de sa condamnation mais il est trop tard. Un enfant a été tué par son pays.
Cette exécution a inspiré de nombreux romans dont la ligne verte de Stephen King.
Une bonne narration pour les ados, qui soulève, qui choque, tout en gardant une certaine pudeur pour ne pas entrer dans le voyeurisme.
L'auteure retrace ce qui a dû être l'arrestation de Georges, comment il a pu la vivre, lui et sa famille, et les derniers instants avant son exécution en s'inspirant du peu de témoignages écrits retrouvés. Elle avoue imaginer beaucoup par manque de documentation, mais avoir fait le maximum pour s'informer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223
  14 juillet 2021
La Caroline du Sud, les États-Unis d'Amérique, le monde carnassier tout entier contre George Stinney, 14 ans, seul dans le box des accusés, des condamnés sans jugement ni préavis, victime ségrégationniste d'une justice aveugle et assoiffée de sang, où qu'une question de pigmentation suffit pour mettre au pilori. « Né coupable » de Florence Cadier, si au moins ce roman jeunesse n'était rien d'autre que fiction, mais non…
Commenter  J’apprécie          90
MarianneRichard
  27 juin 2021
Né Coupable est, comme sa couverture le laisse présagé, un roman sur un jeune noir de 14 ans accusé injustement du meurtre de deux fillettes blanche.
J'ai entendue parler de ce petit roman a mon balado littéraire préféré comme lecture à lire en hommage au mois des noirs. Je n'avais pas vraiment conscience qu'il s'agissait en fait d'un roman jeunesse. Enfin, je l'ai classée dans ma propre section littéraire jeunesse car je trouve que ce texte de Florence Cadier est beaucoup trop manichéen. Tout est blanc ou noir, bien ou mal. Il n'y a pas de zone grise et je trouve que c'est ce qui manque pour en faire un roman pour adulte. Les enfants ont peut être besoin de cet aspect tranché pour bien comprendre ce qui est bien ou mal dans cette histoire mais pour moi, c'est un peu trop exagéré. En dehors de cet aspect qui m'a déranger profondément, j'ai été très touchée par cette histoire vrai qui se produit encore aujourd'hui dans notre monde malade. A faire lire aux jeunes, ca vaut la peine. Avec une boite de Kleenex tout près.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Deej1223Deej1223   14 juillet 2021
La suite s’était déroulée naturellement. Il avait fallu le forcer un peu à avouer, l’animal voulait se faire passer pour innocent, mais, depuis vingt ans qu’il était dans la police, il avait l’habitude de se coltiner les voleurs et autres criminels noirs. Des menteurs, des fourbes, qui jouaient très bien la comédie.
Commenter  J’apprécie          20
Deej1223Deej1223   14 juillet 2021
Les murs gris tachés de coulées noires, les hautes fenêtres obscurcies par des rideaux foncés, le dallage en damier noir et blanc: le lieu transpirait l’austérité.
Commenter  J’apprécie          10
Deej1223Deej1223   14 juillet 2021
Il y eut un grand silence, les gens retenaient leurs pleurs devant cette mansuétude, mais estimaient aussi que c’étaient les paroles d’un père meurtri par la mort de sa fille qui n’avait plus toute sa tête. Pour eux, les Noirs étaient les plaies de la nation.
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223Deej1223   14 juillet 2021
Oui, Noirs et Blancs, ils avaient tous donné leur quota d’enfants à la guerre, ils avaient tous payé leur tribut à la nation. Devant la mort, devant une telle tragédie, les hommes étaient égaux.
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223Deej1223   14 juillet 2021
Il ne cherchait même plus à se réfugier dans ses souvenirs, à quoi bon se faire du mal. Il recherchait le vide, le désert dans son esprit.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Florence Cadier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Cadier
Né Coupable, écrit par Florence Cadier, à paraître le 20 novembre 2020.
• Nous suivre : Facebook : https://www.facebook.com/talentshauts Instagram : https://www.instagram.com/talentshauts/
autres livres classés : peine de mortVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le rêve de Siam, de Florence Cadier

En quelle année les Noirs ont-ils obtenu le droit de vote ?

1956
1960
1965

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : Le rêve de Sam de Florence CadierCréer un quiz sur ce livre