AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Manoll (Préfacier, etc.)
ISBN : 2232121925
Éditeur : Editions Seghers (08/10/2001)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 33 notes)
Résumé :
A l'occasion du cinquantenaire de la mort de Cadou, Seghers - son principal éditeur - réédite ses oeuvres poétiques complètes, réunies en 1978. Ses six grands recueils s'y retrouvent ainsi que des inédits et une bibliographie mise à jour. Une poésie personnelle et simple, nourrie d'un lyrisme singulier, ancrée dans la campagne bretonne, reflétant les émotions suscitées par les manifestations de la vie quotidienne, chacun pouvant faire sienne l'universalité de son la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Loht
  03 septembre 2017
Voici le livre qui recueille l'oeuvre, et pour ainsi dire, la vie complète d'un poète.
La poésie de Cadou me fait l'effet d'être des plus autobiographiques et des plus intuitives qui soient. Dans cette somme extraordinaire de vers composée sur si peu de temps (Cadou est l'éphémère qui ne vit que 31 années), l'urgence de témoigner est pareille à l'urgence de vivre du passereau. Dire la grande parole soufflée dans le vent du pays de Brière. Cadou est sans doute un poète des petites gens (voyez que passent l'artisan, l'écolier de campagne et son maître, le père de famille besogneux, le facteur, le curé...) et des petites choses de la vie de tous les jours. Mais les ramassant tous et toutes dans son chant, il en fait un hymne ample et transcendant. C'est le chant de la Vie, du coeur antédiluvien des hommes dans l'espoir et l'agonie.
L'obsessionnel pressentiment de mort qui traverse ces poèmes est le marqueur de la destinée tragique du poète. En plein, en creux, dans la lumière comme dans les ombres, l'idée en est omniprésente le faisant double de son père chéri et perdu.
En exil d'une société qui ne peut le reconnaître il affronte cette jeunesse de sa mort dans la soupente de sa maison d'école en tissant ligne à ligne son éternité d'encre.
L'appel d'un chien au loin, un train passé, et la grande silhouette marchant d'un Christ pour escorter l'homme redevenu enfant dans sa marche définitive.
Les poèmes en offrande à Hélène qui fut celle à venir, celle qui fut et resta sont l'accomplissement de l'autre destin du poète, destin amoureux et celui-ci pareillement accompli la plume à la main.
Le chant est dit, il résonne et résonnera encore.
Je referme le livre...
Ah ! Que la campagne native me manque !
(Cette édition regroupe également les notes de Cadou sous le titre "Usage interne")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
meyeleb
  09 août 2011
L'un de mes livres de chevet.
La poésie de René Guy Cadou, c'est la vie mise en vers. La vie et ses sentiments, ses regards posés sur les amis, la nature, la femme aimée. Une poésie qui nous réconcilie avec nous -mêmes.
Commenter  J’apprécie          110
charlottelit
  04 août 2011
un grand et vrai bonheur ! presque du claude roy c'est peu dire, presque du charles vildrac, presque du verlaine : à succuler à petites et grandes gorgées, sans modération aucune : prévoir ceci cela ? JAMAIS !! (Giono)
Commenter  J’apprécie          80
philubi
  25 mai 2013
LE livre, l'oeuvre que j'aimerais emporter dans ma tombe... mais qui m'accompagne quotidiennement dans cette vie.
Un poète trop méconnu... mort si jeune.
Tout est dans ces poèmes, et ses poèmes sont en tout.
La vie.
Une oeuvre.
Entière.
Commenter  J’apprécie          60
Wozniaksandy
  15 février 2018
René Guy Cadou, c'est la vie mise en poésie. La vie et ses sentiments, ses regards posés sur les amis, la nature, la femme aimée (sa grande inspiratrice : Hélène). C'est une poésie qui nous réconcilie avec nous-mêmes.
On apprend aujourd'hui ses poèmes dans les écoles, mais on ne peut réduire René Guy Cadou à une seule célébration naïve et bucolique du monde. Cadou n'est pas solaire, il est sombre et souvent mélancolique.
Sa poésie fait référence au concret, aux objets, aux gestes qui laisse en bruit de fond une métaphysique angoissée résonnante et rayonnante.

Lien : https://www.lairedu.fr/media..
Commenter  J’apprécie          86
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
si-bemolsi-bemol   12 juin 2018
LE CHANT DE SOLITUDE



Laissez venir à moi tous les chevaux toutes les femmes et les bêtes

bannies

Et que les graminées se poussent jusqu'à la margelle de mon établi

Je veux chanter la joie étonnamment lucide

D'un pays plat barricadé d'étranges pommiers à cidre

Voici que je dispose ma lyre comme une échelle à poules contre le ciel

Et que tous les paysans viennent voir ce miracle d'un homme qui

grimpe après les voyelles

Étonnez-vous braves gens ! car celui qui compose ainsi avec la Fable

N'est pas loin de trouver place près du Divin dans une certaine

Étable !

Et dites-vous le soir quand vous rentrez de la foire aux conscrits ou

bien des noces

Que la lampe qui brûle à l'avant du pays très tard est comme la

lanterne d'un carrosse

Ou d'un navire bohémien qui déambule

Tout seul dans les eaux profondes du crépuscule

Que mon Chant vous atteigne ou non ce n'est pas tant ce qui

importe

Mais la grande ruée des terres qui sont vôtres entre le soleil et ma

porte

Les fumures du Temps sur le ciel répandues

Et le dernier dahlia dans un jardin perdu !

Dédaignez ce parent bénin et maudissez son Lied !

Peut-être qu'un cheval à l'humeur insolite

Un soir qu'il fera gris ou qu'il aura neigé

Posera son museau de soleil dans mes vitres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MoovanseMoovanse   13 août 2015
Je ne ferai jamais que quelques pas sur cette terre

Et dans cette grande journée
Je ne passerai pas pour un vieil abonné

Si les miracles font qu'une image demeure
La mienne tremblera dans les vitres gelées
Comme le chant lointain d'un enfant colporteur

Le temps qui m'est donné que l'amour le prolonge

Et dans ma solitude un instant habitée
J'accrocherai des panoplies de bout du monde
De grands pays couverts
d'oiseaux effarouchés



(Extrait du poème la Barrière de l'Octroi)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
sabine59sabine59   04 février 2018

L'étrange douceur

Comme un oiseau dans la tête
Le sang s'est mis à chanter
Des fleurs naissent c'est peut-être
Que mon corps est enchanté

Que je suis lumière et feuilles
Le dormeur des porches bleus
L'églantine que l'on cueille
Les soirs de juin quand il pleut

Dans la chambre un ruisseau coule
Horloge aux cailloux d'argent
On entend le blé qui roule
Vers les meules du couchant

L'air est plein de pailles fraîches
De houblons et de sommeil
Dans le ciel un enfant pêche
Les ablettes du soleil

C'est le toit qui se soulève
Semant d'astres la maison
Je me penche sur tes lèvres
Premiers fruits de la saison



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
PiatkaPiatka   04 février 2018
Rien que le sable et l’air

Et ce désir farouche

Ta bouche lourde sur ma bouche

L’empreinte bleue du sein

Dans la paume encor fraîche

Ici

L’arbre se fond

Se confond avec l’herbe

Mais l’âme dégagée

A pris de la hauteur

Soleil

Eclatement des yeux

Soleil en marche

Des mois et des années

Et cette fleur au coeur qui ne s’est pas fanée

Le dernier compagnon

Et le dernier visage

Tous ces haillons dorés qui font le paysage

Une fumée là-bas

La première douceur

Extrait de LES CROISADES
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
patrick75patrick75   13 novembre 2015
LA FLEUR DE L'AGE

Voici le jour naissant
Houblon de la lumière
Le frou-frou des paupières
Et le premier passant

Sous le rêve encore chaud
La conscience chemine
Et déjà le soleil
Gonfle ses étamines

On marche sans penser
Vers un destin plus clair
L'oiseau lit son passé
Dans la paume de l'air

Les voiles des vergers
Lentement se redressent
La terre s'agrandit
D'un halo de tendresse

Un sourire suffit
Pour combler ce regard
Tout l'amour est donné
Le cœur a pris sa part

Et debout dans le ciel
Offrant des mains béantes
Je glisse peu à peu
Vers une aube qui chante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Videos de René Guy Cadou (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Guy  Cadou
Bord sur bord poème de René Guy . Musique, guitare et chant: Guy Oudenot
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
720 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre