AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782350006437
151 pages
Éditeur : OSKAR ÉDITEUR (14/01/2011)
3.53/5   29 notes
Résumé :

Chaque jour, Elliot part à l’école avec des idées noires et le coeur lourd. Cette année, pour sa rentrée en CM2, son père a décidé de le prendre en main : fini la rigolade, Elliot peut mieux faire ! Il faut absolument qu’il réussisse ses études pour devenir médecin. Sauf qu’Elliot n’a aucune envie de devenir médecin

… Mais comment le dire à son père sans le décevoir ? Petit à petit, la pression paternelle lui fait perdre tous ses moyens, s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  15 mai 2012
C'est décidé, Elliot sera médecin ! Il faut dire que son père a été contraint d'abandonner ce rêve à seize ans pour reprendre le garage paternel... Oui, mais voilà : Elliot n'a que dix ans et il entend bien vivre comme un enfant (vélo, grand air, copains). Ses résultats scolaires sont médiocres et il avoue faire le minimum "pour se maintenir à un niveau acceptable". Qu'à cela ne tienne : si la maman n'est pas capable de gérer les devoirs, le papa va redresser la barre, le coacher, lui mettre la pression… et accessoirement lui faire perdre ses moyens, toute confiance en lui et lui pourrir la vie.
Ce livre devrait ravir les élèves (et jeunes collégiens) ! C'est une très bonne leçon en tout cas pour les parents frustrés et/ou très exigeants, qui attendent que leur progéniture rattrape leurs échecs, qui confondent leurs ambitions avec les aspirations et les aptitudes de leurs enfants.

A nous de trouver la bonne mesure pour voir s'il y a besoin de donner un simple coup de pouce à un(e) mollasson(ne) qui gâche son potentiel, ou si on attend de nos chérubins qu'ils excellent dans TOUS les domaines et "réussissent dans la vie" pour notre gloire personnelle !

Mea culpa : j'avoue avoir reconnu mon manque de patience et de compréhension dans les colères paternelles démesurées (mais stériles) face à un travail bâclé qui donne singulièrement l'impression d'un 'foutage de gu3ule'...
PS : la couverture est parfaite : énorme cartable et grosse tête (poids des espérances parentales), cerveau plein de noeuds, feuille quadrillée et nuages en fond (obsession de l'école), visage triste.
En prime : une postface très intéressante expliquant la collaboration entre l'auteur et une classe de CM pour construire ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
zembla
  31 octobre 2012
Elliot est un petit garçon sans histoire et un élève plutôt moyen. Un enfant équilibré et qui aime sa vie telle qu'elle est. Jusqu'à cette rentrée de CM2 où son père décide de prendre les choses en main et de s'occuper de ses devoirs pour en faire un premier de la classe. Commence alors pour le pauvre Elliot une descente aux enfers.

Cinquième roman de la sélection du "prix des incorruptibles" CM2/6ième, il nous parle de la pression que peuvent exercer certains parents sur leurs progénitures pour qu'ils réussissent leurs scolarités et puissent exercer, adulte, des emplois gratifiants. Dans le cas d'Elliot c'est son père qui pour des raisons familiales n'a pu réussir son rêve de devenir médecin et qui a reporter ses espoirs sur son fils. Mais le soucis c'est que cette pression a le resutat inverse de celui escompté puisque Elliott perd les pédales, obtient des résultats de moins en moins bon et risque l'échec scolaire.
Ce roman à été écrit par l'auteure en collaboration avec une classe de CM2 qui lui a donné l'idée du thème. Un roman exprimant avec beaucoup de réalisme et de sincérité les sentiments que peuvent ressentir les enfants devant les exigences de leurs parents. Un livre qui devrait être lu par les enfants et leurs parents pour pouvoir débattre de ce que chacun ressent et pouvoir mettre carte sur table pour éviter les problèmes qui peuvent dégénérer.
Un bon roman sur l'enfant et la scolarité dans lequel les enfants vont se retrouver et peut être s'identifier a Elliot.
A noter en fin de roman un journal de bord tenu par l'auteure pour nous expliquer la genèse et l'écriture de ce livre en nous faisant partager les pistes et les idées qu'elle a explorer ce qui nous permet de faire la comparaison entre l'idée qu'elle se faisait de son roman et le résultat final. Cela permet aussi de comprendre comment un écrivain travaille pour mener a bien son projet.
Lien : http://desgoutsetdeslivres.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
sylvicha
  25 octobre 2012
Le poids des espoirs paternels pèsent sur les épaules du pauvre Elliot qui se retrouve dans une situation inextricable : soit décevoir son père en lui disant que non il n'a pas envie du tout de faire médecin comme il le souhaite soit continuer à faire semblant en trouvant des moyens pas toujours honnètes d'avoir des notes correctes. Car Elliot est un élève moyen qui, si on lui met la pression, perd parfois les pédales.....
Histoire amusante qui décrit bien les angoisses liées au stress à l'école qui font tout oublier même si la leçon était sue et l'incompréhension parfois entre parents et enfants.
L'auteur a travaillé avec une classe de CM pour rédiger cet ouvrage , elle le raconte à la fin de l'ouvrage. Il est très interessant d'y decouvrir la genèse de l'histoire.
En bref, un petit roman drôle sur l'école qui ravira les enfants à partir de 10 ans
Commenter  J’apprécie          60
lecteursmalgrenous
  12 décembre 2013
De prime abord, le titre donne envie de lire le livre pour savoir ce qu'Elliot peut mieux faire, mais fait penser de suite à un « classique » des appréciations de bulletin scolaire.
Quelques élèves ont trouvé les couleurs de la couverture trop sombres ce qui accentue la tristesse de l'enfant, et ne leur a pas donné envie de lire le livre. Pour le plus grand nombre, le texte de la 4e de couverture permet de s'identifier facilement à Elliot. Quelques-uns trouvent le texte trop déprimant : « passer aux choses sérieuses », « reprendre son fils en main ».
Le livre a fait quasi l'unanimité essentiellement pour le sujet traité.
- Tout le monde est concerné par l'échec scolaire (soi-même ou un proche). L'histoire est également très réaliste, le personnage ressemble à un élève lambda.
- Ce livre donne de l'espoir aux enfants qui ont des difficultés. « Tout le monde a du potentiel ».
- On comprend que le rêve d'un enfant et le choix d'un métier peuvent évoluer. La découverte de son talent de dessinateur lui donne envie de s'affirmer.
- Et, Elliot est attachant, on a envie de savoir ce qui va lui arriver, son moral évolue tout au long du livre. Il s'épanouit.
- Il était également intéressant de découvrir le travail d'écriture mené par l'écrivain avec la classe.
Toutefois, un bémol : le texte aurait été plus agréable illustré, plus compréhensible et accessible parfois en images.
Le groupe des incorruptibles 2012-13
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Juin
  15 juillet 2012
“ J'allais en classe pour papa. C'était tellement important pour lui que je réussisse. Quand je rapportais une mauvaise note, il me fixait longuement, d'un regard navré, avant de lâcher :
- C'est pour ton avenir que tu travailles, Elliot ! Ce n'est pas pour moi, c'est pour toi.
Pour moi ? La bonne blague ! “

Le père d'Eliott a beaucoup d'ambition pour son fils, il sera médecin. Et Eliott n'ose pas dire à son père qu'ils n'ont pas le même rêve. Lui ce qu'il aime c'est le dessin et jouer avec les copains. Peu à peu Eliott perd pied …Sa scolarité devient catastrophique surtout depuis que c'est son père qui gère ses devoirs. Un roman pour dédramatiser les soucis de l'école.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ZilizZiliz   14 mai 2012
Avec la quantité de travail que j'avais déjà fournie, j'étais tout à fait capable d'écrire ce texte sans une seule faute. Mais sentir le regard de mon père fixé sur mon stylo me mettait les nerfs à vif et le cerveau en déroute. Certains mots perdaient leur sens et n'étaient plus qu'une suite de lettres que je ne savais plus assembler. Les grognements que papa poussait ne faisaient que m'affoler un peu plus. (p. 63)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   14 mai 2012
(...) quand papa était enfant, il était bon élève et rêvait de devenir médecin. Mais son père l'a obligé à devenir garagiste pour reprendre le garage familial. Mon pauvre papa a eu beau protester et supplier, il a dû quitter l'école à seize ans. Aussi s'est-il juré que son fils, lui, ferait des études et réaliserait son rêve... Son rêve à lui, je veux dire. (p. 8)
Commenter  J’apprécie          60
EveToulouseEveToulouse   28 septembre 2014
Avec la quantité de travail que j'avais déjà fournie, j'étais tout à fait capable d'écrire ce texte sans une seule faute. Mais sentir le regard de mon père fixé sur mon stylo me mettait les nerfs à vif et le cerveau en déroute. Certains mots perdaient leur sens et n'étaient plus qu'une suite de lettres que je ne savais plus assembler. les grognements que papa poussaient ne faisaient que m'affoler un peu plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ZilizZiliz   14 mai 2012
J'ai filé à la salle de bains me passer de l'eau fraîche sur la figure pour effacer les traces de mes pleurs.
Mais, dès que j'ai mis le pied dans la cuisine, ma mère a vu que quelque chose clochait. Elle a des antennes pour ça, c'est effrayant. (p. 22)
Commenter  J’apprécie          60
ZilizZiliz   14 mai 2012
(...) c'est à ce moment-là que j'aurais dû révéler la vérité. Clamer que je me fichais d'être médecin, pompier, charcutier, président de la République ou même garagiste comme lui ! Que je voulais être un garçon de dix ans, joyeux et sans souci. Pas un condamné aux travaux forcés, obligé de traîner son avenir comme un boulet au pied. (p. 14)
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : échec scolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre