AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350874214
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (24/08/2017)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Hiver 1709, dans le sud de la Bretagne. Une vague de froid sans précédent s'abat sur le Royaume de France, déclenchant une famine effroyable. Arzhur de Kerloguen, modeste hobereau breton, assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Sa femme perd la raison et lui, les ultimes fragments de sa foi. Maudissant dieu, il décide de devenir plus cruel encore que le seigneur ne le fut avec lui. Printemps 1715, au large des Caraïbes. L'Ombre, un farouche capi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
MelleFifi
  12 juin 2017
Voici un roman d'aventure à ne pas manquer !
Le récit débute en 1709, en Bretagne. Suite à une vague de froid, le seigneur Arzhur de Kerloguen subit les décès successifs de ses enfants. On le retrouve quelques années plus tard naviguant sur la mer des Caraïbes. Il n'est plus le même homme, on le nomme l'Ombre et navigue sur le Sans Dieu. Tout le monde le craint.
Le romans démarre dès les premières lignes à tel point qu'on ne peut plus le lâcher.
Malheureusement, il ne fait que 326 pages... J'aurai bien navigué encore un peu...
Un grand roman d'aventure et de pirates. Tous les ingrédients sont présents, la vengeance, les secrets, l'île au trésor, les batailles, les trahisons, les amitiés. L'auteure s'est attachée à utiliser le style de langage propre au 18e siècle. Cela peut surprendre mais on s'y fait très vite.
Un premier roman prometteur.
Commenter  J’apprécie          170
Bazart
  16 septembre 2017

Deuxième roman de la sélection des talents Cultura 2017 qu'on a longuement présenté la semaine passée, et après le beau roman sur Edmond Charlot, on passe dans un genre totalement différent avec un vrai roman d'aventures à l'ancienne, à la manière de Dumas ou à la Stevenson.
Virginie Caillé-Bastide nous plonge dans le vrai roman de pirates sanguinaires, avec épopée sur un gallion avec le personnage d'Ombre, un flibustier qui va détrousser des tas de riches avec des comparses sans vergogne. qui partent à l'assaut de mers et notamment des Caraïbes, en rêvant de butins d'or, d'épices, et forcément d'îles cachées.
Mais comme son nom l'indique Ombre possède des zones d'ombre derrnière cette cruauté sans nom puisqu'on va apprendre au fil du roman qu'il a perdu femmes et tous ses enfants et qu'il va plonger dans cette vie de pirates pour exorciser ses démons.
Un roman qui nous immerge dans la Bretagne du début du 18è siècle avec un langage très fidèle à celui de l'époque, un peu à la manière d'une Isabelle Duquesnoy qui plongeait dans le roman historique avec une langue particulièrement fidèle à celle de l'époque où elle situait son roman l'Embaumeur" sur fond de trafic d'organes au XVIIIè siècle.
Alors il est parfois peu évident de comprendre toutes les significations , et les dialogues, dont certains semblent particulièrement archaïîques et certaines des péripéties peuvent passer au dessus de la tête de ceux qui ne sont pas habitués à ce genre de littérature.

Mais les autres ne bouderont pas leur plaisir et seront portés par le style flamboyant, et s'attacheront à certains de ces personnages l'Ombre, mais aussi Face-Noire, Tristan, Anselme, Morvan, il faut dire en effet que le mélange des ingrédients propres à ce genre littéraire- pirates, secrets, trésors, trahisons- fonctionne plutôt pas mal.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
sososmoodsbooksandmore
  21 octobre 2017
Mille sabords!
Qui aurait pu croire que je m'éprendrais d'un roman de pirates? Certainement pas moi…
Et pourtant, dès les premières pages, Virginie Caillé-Bastide m'a embarquée dans l'histoire du Sans-Dieu, sans que j'aie envie de la lâcher!
L'histoire commence en 1709, en Bretagne. Lors d'un hiver terriblement froid au cours duquel une famine terriblement meurtrière s'installe, Arzhur de Kerloguen perd le dernier de ses sept enfants, tandis que sa femme sombre dans la folie. Sa foi l'abandonne, tout comme l'humanité qu'il avait en lui. Derrière lui, il laisse sa seigneurie et les lambeaux de sa vie.
Six ans plus tard, un navire pirate, le Sans-Dieu, fait régner la terreur sur la mer des Caraïbes. Son cruel capitaine, surnommé L'Ombre, attaque les navires qui croisent en mer, entouré de sa fidèle équipe de flibustiers, hommes sans foi ni loi qui ont renoncé à tout.
« Pour Palsambleu, Gant-de-Fer, Fantôme de Nez, Bois-sans-Soif et tous les autres, le passé n'avait plus d'existence et l'avenir n'offrait aucune espérance. Tous étaient devenus des hommes du présent. Dès lors, l'action seule importait, car leur choix de vie n'oscillait plus qu'entre liberté et potence.
Lors du pillage particulièrement sanglant d'un galion espagnol, l'Urca de Sevilla, sur lequel les flibustiers sèment la mort, L'Ombre épargne la vie d'Anselme, un père jésuite. Embarqué comme prisonnier sur le brick, le « Padre », qui lui même a parcouru dans sa vie des chemins sombres et douloureux, oppose sa foi au rejet religieux de l'Ombre - les deux hommes ne vont cesser de s'affronter autour de la question de l'existence de Dieu, chacun cherchant à faire renoncer l'autre à ses idées.
« Tirons notre courage de notre désespoir même » (Sénèque)
Quelle prouesse que cet incroyable roman dans le pur style du roman d'aventures et de piraterie!
L'intrigue est campée par des personnages forts, décrits et analysés avec beaucoup de justesse. Dans un récit haletant à bord du Sans-Dieu, on aborde les tempêtes, on monte au combat, et on vibre en éprouvant un plaisir inattendu, réminiscence des romans d'aventure de notre enfance (et je peux vous dire que dans ma contrée normande de bord de mer, l'histoire de pirates et de corsaires fait partie de l'inconscient collectif dès le plus jeune âge!)
L'auteure nous captive par la force du détail qu'elle infuse à toutes les pages de son récit. Tout commence déjà avec la langue qu'elle utilise, mâtinée de vieux français 18ème siècle - impensable d'imaginer ce récit dans une langue contemporaine. Que ce soit dans la construction des phrases (verbe à la fin de la phrase - très germanique), dans le vocabulaire utilisé, les insultes, les prénoms ou les surnoms. Parlons-en de ces surnoms qui nomment l'homme d'après une histoire ou des caractéristiques physiques: L'Ombre, bien sûr, mais aussi Palsambleu, Gant-de-Fer, Fantôme de Nez ou Bois-sans-Soif (et croyez moi, dans les ports de pêche aujourd'hui, ce type de surnom existe encore).
Les attaques auxquelles on assiste sont d'un réalisme aussi incroyable que cruel:
Travail d'imagination, de documentation? Il est tout bonnement incroyablement impressionnant. L'auteure met la même passion dans la description des bateaux, sans jamais rendre le récit ennuyeux. On se surprend à aller consulter en ligne la différence entre un brick, une frégate ou un trois-ponts.
J'ai aimé également naviguer dans ces mers aux eaux turquoise, que Virginie Caillé-Bastide a su décrire avec beaucoup de réalisme, j'ai aimé imaginer ces îles New Providence, Hispaniola telles qu'elles devaient être au 18ème siècle, des repères de flibustiers sans peur ni reproche, violents, avinés - toutes aussi malfamées et dangereuses que les ports bretons de Brest ou L'Orient (oui, L'Orient et non Lorient).
Dans le récit de ces aventures, le roman intègre d'autres éléments historiques contemporains de l'époque avec en premier plan la traite des Noirs, ou de façon plus anecdotique, la pêche à Terre-Neuve (peut-être moins susceptible d'interpeller le lecteur, mais en ce qui me concerne, la pêche à Terre-Neuve, c'est l'histoire de la ville où je suis née, et elle me passionne).

Au-delà de ces pures aventures de pirates, le roman a bien entendu une portée philosophique dans le combat intellectuel qui oppose L'Ombre au Padre sur la religion et la foi, tout en interrogeant sur la liberté.
Un seul regret, j'aurais aimé que le roman soit encore plus long, pour continuer à suivre ces personnages auxquels je me suis émotionnellement attachée.


Lien : https://booksmoodsandmore.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fuji
  23 août 2017
Lu dans le cadre de la Rentrée Littéraire Cultura
Un premier roman qui est une belle découverte. Très étonnée qu'une maison d'édition édite ce livre d'aventure qui m'a rappelé d'autres romans qui ont disparu du paysage littéraire depuis longtemps.
Je n'ai donc pas boudé mon plaisir d'entrer dans ce livre historique nous racontant la Bretagne en 1709 et en particulier d'Arzhur de Kerloguen qui voit son septième et dernier enfant mourir du froid et de la famine. Et sa femme disparaitre dans un monde où il n'a plus accès, si elle reste vivante elle est perdue pour le monde des vivants.
Mais Arzhur a toujours eu un rêve, devenir marin, vocation contrariée par sa famille qui en le mariant a choisi pour lui.
C'est pourquoi six ans après qu'il ait tout perdu, le lecteur le retrouve au large des Caraïbes à la tête du Sans Dieu sous le nom d'Ombre. Il est devenu flibustier.
C'est une histoire savoureuse car l'auteur n'a rien négligé pour nous faire vivre cette époque et elle a eu l'art de reprendre le langage du XVIII ème, et ce n'est pas un détail car cela donne justement une belle dimension à ce roman. Les romans historiques sont malheureusement majoritairement écrits en langage contemporain et n'ont d'historique que les descriptions de costumes prises sur Wikipédia. Alors merci à vous Virginie Caillé-Bastide.
Mais la tempête n'est pas que dans les voiles, elle envahit surtout les âmes.
« le religieux le défia autant des yeux que de la voix :
Vous n'êtes qu'un misérable écumeur des mers et ne m'effrayez point. Alors, battez-vous ! »
Entre ces deux hommes va se créer un lien et une conversation philosophique vraiment intéressante, point de didactisme ennuyeux plutôt des échanges éclairés sur la vie et son sens.
Une belle érudition mise au service d'une histoire flamboyante.
Un premier roman prometteur.
©Chantal Lafon-Litteratum Amor 23 août 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
shmileblik
  05 juillet 2017
Un roman qui saura séduire tous les adeptes d'aventure et notamment de piraterie. Si j'ai pensé dans un premier temps qu'il ne serait pas fait pour moi, j'ai peu à peu révisé mon avis tant l'auteur sait nous embarquer avec style sur les flots. Tantôt dramatiques, tantôt grandiloquents , tantôt intimistes, les combats se font contre l'ennemi. Mais l'ennemi est peut-être, finalement, en chacun de nous.
Une découverte agréable mais qui ne m'a cependant pas pleinement convaincue.
SP
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
baaab894baaab894   04 juillet 2017
En pillant, tuant et rançonnant, nous ne faisons rien d'autre que ce qu'accomplissent les corsaires qui agissent pour le compte d'un Roy qui n'en tire profit que pour mieux remplir ses caisses, fomenter de nouvelles guerres et affamer davantage son peuple. La seule différence, c'est que nous ne rendons de comptes à personne et qu'aucun souverain ne touche son infâme dîme de cinquante pour cent sur la vente d'un navire ou la rançon de son équipage. Nous sommes les seuls armateurs de la vie que nous avons choisie de mener et, si vous me permettez cette formule, les premiers apôtres d'une nouvelle forme de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BazartBazart   13 septembre 2017
Voyant l'incendie commencer à dévorer les ponts du gallion et comprenant qu'il fallait au plus vite éloigner le Sans dieu avant que les flammes ne gagnent sa charpente et ses voiles, Morvan avait rapidement achevé de transformer tout ce qui méritait de l'être, y compris un jeune et tremblant charpentier de marine, trop heureux de voir épargner une mort aussi atroce qu'annoncée.
Commenter  J’apprécie          50
MelleFifiMelleFifi   06 juin 2017
Surgi de nulle part, naviguant au plus près du vent, un bateau de faible tonnage vint se placer à bâbord arrière du galion et lâcha une fière bordée...
Commenter  J’apprécie          100
MelleFifiMelleFifi   06 juin 2017
"Vous m'avez fait mander, capitaine ? "
" Non point. J'ai ordonné votre présence monsieur..."
Commenter  J’apprécie          50
IgnifugeIgnifuge   01 octobre 2017
Le boucanier soupira :
« Je crains que ce ne soit là où le bât blessera, capitaine. Jamais nos flibustiers ne se feront à l’idée d’être les égaux des nègres »
L’Ombre s’emporta :
« Ils accepteront ou il leur en cuira ! Peu me chaut l’origine, la race ou la condition de mes hommes. Pour moi, dorénavant, seuls compteront le courage, la compétence, et plus que tout, la loyauté. »
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Virginie Caillé-Bastide (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Caillé-Bastide
Retrouvez l'émission sur http://www.web-tv-culture.com/
Laissez-vous embarquer à bord du Sans-dieu. le Sans-dieu, c?est le nom de ce bateau pirate qui hante les flots au large des Caraïbes. Son farouche capitaine, baptisé l?Ombre, fait régner la terreur sur ces mers du bout du monde. Mais qui est-il réellement, l?Ombre, que cache-t?il derrière sur surnom et cette violence sans limite ? Voilà le roman surprise, celui que l?on n?attendait pas. Mais quel bonheur  de lecture! Un vrai roman d?aventures, mené tambour battant, avec son lot de rebondissements pour une intrigue bien ficelée et des personnages bien trempés. « Le sans-dieu » est le premier roman de Virginie Caillé-Bastide et c?est une vraie réussite ! Bien connue dans le milieu de la publicité, ayant monté sa propre agence après avoir bourlingué dans de grands groupes, Virginie Caillé Bastide puise dans ses racines bretonnes et dans son goût pour l?histoire la trame de ce premier roman. Nous sommes en 1709. Arzhur de Kerloguen a perdu le dernier de ses sept enfants et sa femme sombre dans la folie. En proie au désespoir le plus profond, ce jeune nobliau breton quitte ses terres et, pour se venger de Dieu, il devient l?Ombre, le redoutable capitaine pirate. Voilà le point de départ de cette formidable aventure dans laquelle le lecteur ne boudera pas son plaisir. La romancière a pris un malin plaisir à construire son texte avec une syntaxe proche de celle du XVIIIème siècle. Et loin de gêner la lecture, ce choix apporte une dynamique et un relief supplémentaires à l?intensité du récit. Et nous y sommes. Sur la proue du navire, face aux embruns, au fond de la cale avec les râles des blessés et le couinement des rats, dans les bordels portuaiures des îles paradisiaques où nos pirates s?enivrent de rhum et de filles aguicheuses, dans la violence des combats quand le Sans-dieu attaque d?autres navires. Jusqu?au jour où le prêtre jésuite d?un galion espagnol est fait prisonnier et fait vaciller les certitudes de l?Ombre. Dès lors, les tempêtes qui agitent les âmes vont être bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles. J?ai adoré ce roman et je vous invite vivement à prendre la mer à bord du Sans-dieu. Attention, le voyage ne sera pas de tout repos mais vous allez vous régaler ! « Le sans dieu » de Virginie Caillé-Bastide est publié aux éditions Héloïse d?Ormesson.
+ Lire la suite
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Des romans sur une ile

Roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.

L'île
Robinson Crusoé
L'Île mystérieuse
Le Comte de Monte-Cristo
Shutter Island
L'Île au trésor
L’Île du docteur Moreau
Sa Majesté des mouches
L’Île du jour d’avant
Paul et Virginie

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : îles , mer , navire , pirates , corsaires , marinsCréer un quiz sur ce livre
. .