AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Olivier Vatine (Illustrateur)
ISBN : 2840558556
Éditeur : Delcourt (31/12/2002)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Seul rescapé d'un naufrage spatial, le jeune orphelin Nao atterrit sur une planète inconnue : Aquablue, la planète-océan, où de paisibles pêcheurs se chargent de son éducation.

Mais cette vie idéale sera bouleversée par l'arrivée de Terriens venus créer un complexe industriel aux conséquences climatiques désastreuses...

Nao est au cœur de la lutte inégale qui s'engage : détenteur d'un mystérieux héritage, il possède aussi un lien privil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Monsieur-L-
  29 avril 2014
*Cette critique concerne les 4 premiers tomes. Par la suite, j'ai arrêté la lecture de la série.*
À la place de donner un résumé de mon crû, je crois que le quatrième de couverture fait l'affaire :
« Seul rescapé d'un naufrage spatial, le jeune orphelin Nao atterrit sur planète inconnue :Aquablue. Il découvre là un monde paradisiaque, couvert d'océans, où de paisibles pêcheurs se chargeront de son éducation. Mais pour Noa, cette vie idéale sera de courte durée. Car d'autres Terriens arrivent bientôt sur Aquablue, pour y créer un complexe industriel qui aura pour effet de renvoyer la planète à l'ère glaciaire! Dans la lutte inégale qui s'engage, Nao jouera un rôle déterminant : détenteur d'un mystérieux héritage, il possède aussi un lien privilégié avec le plus puissant habitant d'Aquablue... »
Franchement, le scénario ne nous séduit pas par son originalité. Toutefois, il faut dire que le scénario d'une entreprise qui va piller un bout du monde pour ses ressources naturelles est plutôt crédible. Actuellement, les exemples d'entreprises privées qui accomplissent des massacres pour le profit ne sont pas chose rare. Pensons aux entreprises minières canadiennes. Alors, pourquoi en serait-il autrement dans un monde futuriste où le capitalisme continue d'être le système économique?
Mais… il y a un mais. Un scénario à gros trait qui manque de finesse. Un orphelin sur une île paradisiaque. Un peuple aborigène parfait sur un monde parfait. Aucun trait culturel négatif, aucun conflit pour les maigres terres, etc. Un peu trop idyllique. Un gentil héros blond musclé contre des méchants mercenaires privés. Sans parler des coïncidences un peu trop foireuses de la tante qui a converti l'empire industriel (de son frère?) en milice privée et qui par un pur fruit du hasard se retrouve à servir une compagnie vorace qui veut utiliser une planète à son profit. Malheureusement, son neveu est chef d'une des tribus locales. Éliminons-le pour qu'il ne reprenne pas le contrôle de l'héritage familial de ses parents morts. Donc, de la milice privée.
Il y a une multitude de détails dérangeants, y compris celui du héros qui revient sur terre et qui semble ne pas être trop dérangé par les différences technologiques titanesques entre la terre et sa civilisation sur Aquablue. Il était trop jeune pour connaître la terre. Mais bon, peu importe, passons ce détail gênant qui ralentirait la vitesse du scénario et de son action.
Au niveau du dessin, la série de bandes dessinées ne rayonne pas non plus. Les dessins et les couleurs ne resplendissent pas par leur beauté. Très loin d'être une oeuvre d'art. Autrement dit, une série de bandes dessinées où il est possible de passer son chemin sans trop le regretter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JCLDLGR
  31 août 2019
Utilisant la bibliothèque de ma société j'en profite pour faire des découvertes ! Celle la est une bonne surprise ! Un bébé sauvé d'un naufrage intersidéral par un robot nurse se retrouve sur la planète Aquablue au milieu d'humanoides qui l'adopte comme un envoyé des dieux ! Sorti en 1989, ce scénario est devenu classique, d'autant que de méchants terriens arrivent bien plus tard pour piller l'énergie de la planète et se heurtent à une résistance indigène emmenée par le héros devenu un homme.
Le dessin est tres dynamique, très fluide, la couleur est soignée et le scénario sans surprise est bien enlevé, avec des dialogues plein d'humour, qui font penser à Sillage. A suivre !
Commenter  J’apprécie          110
bdelhausse
  30 mars 2018
Je dois bien avouer que, passant dans les rayonnages de ma bibliothèque attitrée, j'étais d'emblée rebuté par le nombre de tomes de la série... Même lorsque je n'accroche pas, je mets souvent un point d'honneur à persévérer. Et les 15 (voire davantage) tomes de la série, pour l'instant, me tenaient à l'écart.
J'ai fini par craquer... et je demande à voir, un peu comme un joueur de poker...
Le dessin est ce qui m'a choqué le plus vite, bien que les premières planches sont plus digestes que certaines des suivantes. Ensuite, le scénario, et surtout cette kyrielle de petits pépins (répertoriés par d'autres critiques) sur l'attitidue de Nao quant à la technologie, son acceptation de l'espace, de la planète où il atterri, son envie de faire réparer son robot d'enfance, etc. Et ce look qui m'a rappelé Rahan... Enfin, des détails, mais qui s'accumulent. Et qui ralentissent la lecture, en hurlant à l'intérieur de mon cerveau "mais non, ce n'est pas possible"...
Et malgré cela, il se passe un je-ne-sais-quoi... La BD est pétrie de bonnes intentions. On y trouve les valeurs quasi mythiques d'Injustice, d'Amour, de Respect, d'Ecologie... (tout cela avec une majuscule), j'en passe et des meilleures. Il y a une dynamique, qui m'a amené à penser "et moi, que ferais-je dans cette situation", ce qui n'a pas le moindre sens, mais cela prouve que la BD est plus accrocheuse qu'il n'y paraît, et que la rationnalité n'a pas sa place. On plonge, ou pas... et j'ai bien l'impression que je viens d'en prendre pour 15 tomes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
badpx
  01 décembre 2019
Dans la série : "découvertes de 'vieilles' BD", je me lance dans Aquablue... Déjà je n'avais pas imaginé que cette BD avait déjà 30 ans... elle est toujours dans les bacs des différentes médiathèques que je fréquente.
J'ai ouvert ce premier tome sans savoir de quoi ça allait parler et j'ai été un peu étonné par les premières planches : j'imaginais être immédiatement immergée sous l'eau... ce ne fut pas le cas.
Si j'ai trouvé le passage de l'espace à la planète couverte d'océan intéressante, l'enchaînement rapide ensuite m'a un peu laissé sur ma faim... Pour moi, il manque là quelques tomes.
Je ne peux pas dire que je sois une grande fan de ce type de récit un peu trop testosteroné à mon goût... mais je vais poursuivre ma lecture de la série, au moins jusqu'au tome 4 puisque je c'est ce que j'ai emprunté.
Commenter  J’apprécie          20
the_bill
  19 avril 2017
Babelio a le mérite (entre autres bien sur !) de me réintéresser à mes lectures de jeunesse. Après Thorgal et Arthur C. Clarke, voici "Aquablue".
Au gré de mes pérégrinations dans la bibliothèque municipale de mon enfance, j'avais pu découvrir et apprécier cette fameuse série. Après 25 ans, je suis retombé par hasard dessus dans notre médiathèque. D'autres tomes ont enrichi l'histoire.... Alors pourquoi pas retenter l'aventure.
Je dois quand même vous avouer que j'avais un peu peur d'être déçu par un souvenir lointain mais ce ne fut pas le cas. Bien sur, le propos est assez manichéen et le trait assez grossier mais pas plus que d'autres productions récentes. Et si on la resitue dans la fin des années 80 alors on peut presque parler de thèmes précurseurs.
Certains raccourcis scénaristiques prêtent aussi à sourire, les méchants sont très méchants et les gentils très naïfs et très très gentils mais l'ensemble tient quand même la route et me renvoie délicatement vers mes années de jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BibliotekanaBibliotekana   20 avril 2015
Je suis affreusement désolé, mais les lois sur l'immigration sont devenues vraiment draconiennes ces derniers temps. Ils seraient refoulés au premier contrôle orbital. Malheureusement, tu vas bientôt comprendre que ta tante et sa clique n'étaient qu'un avant-goût de la bêtise humaine !
Commenter  J’apprécie          50
JCLDLGRJCLDLGR   31 août 2019
Vous voulez dire que le Conseil des Cinq Continents aurait cédé à la TEXEC la concession de cette planète pour y installer des complexes hypergenerateurs ? Qui avez vous corrompu pour ça Phlebs ?
Commenter  J’apprécie          30
BibliotekanaBibliotekana   20 avril 2015
OOUAAAH !
T'as vu ça Cybot ? Ça veut dire bonjour chez les baleines, je l'ai lu dans une disquette !
Commenter  J’apprécie          10
zuthoszuthos   21 juin 2015
Il a pris l'eau... Cybot, je suis là! Cybot! CYBOOOT!
Commenter  J’apprécie          20
LindenbroockLindenbroock   12 décembre 2010
RAKAHANGA !
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2924 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre