AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070324575
Éditeur : Gallimard (22/02/1988)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Si la séparation des domaines sacrés et profanes semble instituée depuis les commencements de l'humanité, le sociologue Roger Caillois a été le premier à tenter de comprendre la signification du sacré en se livrant à une étude comparative audacieuse des sociétés archaïques et des sociétés développées. L'un des chapitres les plus stimulants de l'ouvrage analyse notamment le sacré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
gigi55gigi55   03 novembre 2018
Roger Caillois
L’homme et le sacré
Idées – Gallimard, 1° édition 1950
3° édition 1963

Le sacré et le profane
Toute conception religieuse du monde implique la distinction du sacré et du profane, oppose au monde où le fidèle vaque librement à ses occupations, exerce une activité sans conséquence pour son salut, un domaine où la crainte et l'espoir le paralysent tour à tour, où, comme au bord d'un abîme, le moindre écart dans le moindre geste peut irrémédiablement le perdre. A coup sûr, pareille distinction ne suffit pas toujours à définir le phénomène religieux, mais au moins fournit-elle la pierre de touche qui permet de le reconnaître avec le plus de sûreté. En effet, quelque définition qu'on propose de la religion, il est remarquable qu'elle enveloppe cette opposition du sacré et du profane, quand elle ne coïncide pas purement et simplement avec elle. A plus ou moins longue échéance, par des intermédiaires logiques ou des constatations directes, chacun doit admettre que l'homme religieux est avant tout celui pour lequel existent deux milieux complémentaires : l'un où il peut agir sans angoisse ni tremblement, mais où son action n'engage que sa personne superficielle, l’autre ou un sentiment de dépendance intime retient, contient, dirige chacun de ses élans et où il se voit compromis sans réserve. Ces deux mondes, celui du sacré et celui du profane, ne se définissent rigoureusement que l'un par l'autre. Ils s'excluent et ils se supposent. On tenterait en vain .de réduire leur opposition à quelque autre : elle se présente comme une véritable donnée immédiate de la conscience. On peut la décrire, la décomposer en ses éléments, en faire la théorie. Mais il n'est pas plus au pouvoir du langage abstrait de définir sa qualité propre qu'il ne lui est possible de formuler celle d'une sensation. Le sacré apparaît ainsi comme une catégorie de la sensibilité. Au vrai, c'est la catégorie sur laquelle repose l'attitude religieuse, celle qui lui donne son caractère spécifique, celle qui impose au fidèle un sentiment de respect particulier, qui prémunit sa foi contre l'esprit d'examen, la soustrait à la discussion, la place au-dehors et au-delà de la raison. P. 17-18

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lecteur84lecteur84   03 juin 2015
Est sacré l'être, la chose ou l'idée à quoi l'homme suspend toute sa conduite, ce qu'il n'accepte pas de mettre en discussion, de voir bafouer ou plaisanter, ce qu'il ne renierait ni ne trahirait à aucun prix.
Commenter  J’apprécie          60
nattanatta   29 novembre 2015
Le sacré est ce qui donne la vie et ce qui la ravit, c'est la source d'où elle coule, l'estuaire où elle se perd.
Commenter  J’apprécie          60
gigi55gigi55   03 novembre 2018
Le profane et le sacré
En résumé, au terme de cette brève description préliminaire, le domaine du profane se présente comme celui de l'usage commun, celui des gestes qui ne nécessitent aucune précaution et qui se tiennent dans la marge souvent étroite laissée à l'homme pour exercer sans contrainte son activité. Le monde du sacré, au contraire, apparaît comme celui du dangereux ou du défendu : l'individu ne peut s'en approcher sans mettre en branle des forces dont il n'est pas le maître et devant lesquelles sa faiblesse se sent désarmée. P. 24
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lecteur84lecteur84   03 juin 2015
Le temps épuise, exténue. Il est ce qui fait vieillir, ce qui achemine vers la mort, ce qui use.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Video de Roger Caillois (13) Voir plusAjouter une vidéo

Chronique de Max Pol Fouchet sur le livre "Poétique de Saint John Perse" de Roger Caillois
A l'occasion de la sortie de l'essai critique de Roger CAILLOIS consacrée au poète Saint John Perse, intitulée "L'oeuvre poétique de Saint John Perse", Max Pol FOUCHET présente le poète.
Dans la catégorie : Religion comparéeVoir plus
>Religion>Religion comparée. Autres religions>Religion comparée (126)
autres livres classés : durkheimVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
367 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre