AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782882507860
Noir sur blanc (25/08/2022)
3.82/5   25 notes
Résumé :
Jésus vit à Nazareth avec sa mère, qui l'a eu très jeune, et son père, Joseph, un charpentier taciturne. Lorsque celui-ci abandonne sa famille sans laisser de trace, Jésus décide de partir à sa poursuite. Ce jeune fugueur embarque alors avec une troupe d’acrobates pour un périple plein de surprises.

Cet ancien enfant farceur, parfois blasphémateur, va découvrir l’amour charnel, la trahison, la douceur et la violence. Il veut vivre pleinement ; comme c... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 25 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Didjmix
  01 novembre 2022
C'est vrai que c'est original, bien pensé, de s'intéresser aux premières années de Jésus. de le romancer en tout cas dans un joli style, de trouver des moyens de démystifier l'aspect miracle & co, sa naissance par exemple, ses premiers amours (si si !). avant qu'il ne prenne la route que l'on connait. On y retrouve Marie, Joseph bien-sûr mais aussi Jean, Lazare, Judas. ceci dit, c'est surprenant pour pas dire frustrant : à la fin, j'aurai presque voulu un peu de magie et de symbolique ! Que nenni. La fin du livre est le début de l'Histoire - et ça Marie le savait déjà, énigmatique Marie.
Commenter  J’apprécie          210
VincentGloeckler
  05 septembre 2022
Giosuè Calaciura nous avait ravi avec Borgo Vecchio (Notabilia, 2019), formidable portrait d'un quartier populaire de Palerme, à travers le regard de deux enfants et l'histoire, aussi cocasse que fantastique, d'un brigand, sorte de Robin des bois local, impitoyablement traqué par les carabiniers et leurs fusils. Dans Je suis Jésus (Notabilia, août 2022), il entend, cette fois, combler un vide, remplir un territoire inconnu des Evangiles, évoquer l'adolescence et les débuts de l'âge adulte du futur Christ. A trente ans, alors qu'il se trouve à un tournant tragique de son existence, son « Jésus » se penche sur ces années d'apprentissage, racontant sa fuite loin du foyer familial, puis son retour auprès de sa mère. Disons-le d'emblée, on peut être un lecteur athée, malgré tout intéressé par le texte des Évangiles et admirant le message moral et social, plein de bienveillance, du « Messie »… et goûter pleinement toute la saveur du récit de Giosuè Calaciura !
La mémoire de Jésus lui rappelle d'abord les premiers temps de l'enfance, marqués par la tendresse d'une mère et l'angoisse protectrice du père. Si ni Marie, ni Joseph ne semblent particulièrement conscients de l'avenir messianique de leur fils, leur esprit s'est néanmoins trouvé bouleversé à jamais par l'épisode de la crèche, cette naissance dans un cadre misérable, au milieu de nulle part, faute d'avoir pu obtenir hospitalité et confort, une naissance en même temps célébrée étrangement par tout un peuple accouru, et l'évocation de cette scène initiale nourrit les histoires de Marie. Les années passent, les parents emmènent l'enfant au marché et au Temple, lui laissant constater déjà le déplaisant mélange des affaires et de la religion, la pernicieuse dégradation des relations humaines par l'usage de l'argent, mais aussi la tyrannie exercée par le roi Hérode et les armées romaines. Un jour, le père, Joseph, quitte le foyer familial, pour n'y plus revenir…, et très vite, face à la tristesse de sa mère, l'adolescent Jésus choisit de partir à sa recherche, avec l'espoir de le ramener. C'est le début d'une vraie vie d'aventure à travers la Judée, au cours de laquelle l'adolescent, après avoir été pris sous la coupe bienveillante d'un vieux charpentier, un autre Joseph, rejoint une compagnie d'acrobates et de magiciens, dirigée par un certain Barrabas, un escroc fantasque, dont on connait le sort que lui réservera son casier judiciaire ! C'est l'occasion pour lui de découvrir toute la misère du peuple, la violence des rapports humains, mais aussi les heurs et malheurs de l'amour, avec Delia, aussi belle que blessée par la vie. Mais bientôt, une trahison l'oblige à quitter ses compagnons…
Dans une langue particulièrement élégante, révélant une nouvelle fois tout son talent de conteur, Giosuè Calaciura sait trouver les mots et peindre les scènes pour émouvoir le lecteur et donner à son éminent protagoniste un destin d'homme lucide, aussi soucieux d'explorer les mystères qui semblent affecter le noyau familial que d'améliorer la condition humaine, jusqu'à imaginer peut-être, face à l'oppression que font régner les autorités du temps, une révolution possible… dressant le portrait, avec une fin du roman très ouverte, d'un « Jésus avant que d'être Dieu », un homme que l'on accepterait assez facilement de suivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
motspourmots
  28 août 2022
Bien, je vais être franche, je n'ai pas compris à quoi servait vraiment ce livre. Un exercice de style ? L'auteur fait parler Jésus, né à Nazareth auprès d'une mère qui ne tarde pas à se retrouver seule lorsque Joseph part sans plus donner de nouvelles. Défilent une enfance puis une adolescence sur les chemins de Judée, aux côtés d'une troupe d'acrobates. Il découvre la violence, le mensonge, la trahison... lorsque le livre se termine il a une trentaine d'années et son destin devant lui. Peut-être que je manque de références ? Quoi qu'il en soit je n'ai rien trouvé de captivant dans la façon dont l'auteur entreprend de relater ces aventures dans un décor qui aurait gagné à être plus travaillé. Je reconnais simplement une plume agréable, fluide mais qui dans cet exercice manque singulièrement de force et d'inspiration. Je crois que quitte à lire un roman d'aventures je préfère ne pas me demander à chaque coin de page ce que l'auteur a voulu faire ou tenter de comprendre les subtils rappels à l'histoire initiale. Il m'arrive rarement de terminer un livre en me demandant "mais pourquoi ?". Bref, échec total de mon côté, je vais guetter d'autres avis pour tenter de comprendre à côté de quoi je suis passée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Carole221
  29 août 2022
Une écriture sublime, vraiment phénoménale, rarement lu un texte d'une telle beauté. J'avais déjà adoré Borgo Vecchio, mais là, je trouve qu'il va encore plus loin, avec une langue d'abord féerique, ronde qui s'assèche progressivement avec le coeur de Jésus. Ensuite, en se donnant la liberté d'inventer une adolescence au Christ (adolescence dont on ne sait rien), l'auteur italien nous embarque dans un roman qui est à la fois roman d'aventures dans la Galilée de l'an 0, plein de personnages croustillants, la troupe d'acrobates complètement à côté de la plaque, Barrabas le bandit génial, et ce Jésus adolescent à la fois naïf et plein de fougue, de vie. Un vrai roman épique, complètement prenant, plein de mystères évidemment, avec un petit côté poupée russe ou Mille et une nuits, qui s'accompagne d'une réflexion plus profonde sur une époque troublée, tragique, où la révolution menace, qui ressemble drôlement à la notre. Et Marie!!!! Quel personnage extraordinaire, tout en silences, en sous entendus, Marie qui invente à son fils le mythe de sa naissance pour le calmer dans leur longue fuite à dos d'âne dans le désert de Palestine, qui est convaincue qu'il est extraordinaire, spécial, et qui instille le doute qui transformera toute sa vie. Délia, Anne, tous les personnages féminins sont d'une force incroyable, d'une telle originalité. Pour moi, c'est mon coup de coeur absolu de la rentrée littéraire. Et la fin!!!? de toute beauté!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
isa-vp
  06 septembre 2022
Je ne connais rien de Jésus. A part les poncifs bien sûr : sa naissance, sa crucifixion, son charisme et quelques prénoms, par-ci par là, Joseph, Jean, Judas, Barrabas. C'est honteusement superficiel pour quelqu'un qui vit dans une civilisation de culture chrétienne.
Et puis j'ai voulu lire ce Je suis Jésus, certainement pour en savoir un peu plus sur l'homme, peut-être pour comprendre ce qui l'habitait, en tout cas pour palier à une méconnaissance presque militante des fondations de la religion.
Enfant adulé par sa mère qui, « comme toutes les femmes qui ont des enfants, était certaine que son fils changerait le monde», petit garçon admirant son père menuisier, adolescent en fuite dans un cirque où il se découvre des talents d'orateur, jeune homme amoureux trahi par ceux qu'il aime, adulte solitaire mais altruiste jouant de la flûte pour trouver la paix.
Un destin en marche qui se dessine à peine, par petites touches, imperceptibles clins d'oeil pour de brefs sourires parsemant la vie de ce Jésus si simple et si fragile.
Trente ans de vie jusqu'à son départ définitif du village de Nazareth, dans une Galilée minée par la pauvreté, la sécheresse et le brigandage que dominent les romains d'une main de fer.
Avec ce roman tout à fait passionnant de Giosué Calacuira, j'ai découvert un récit de la vie de ce personnage si influent et, qu'il soit proche ou non de la réalité, je me suis régalée.
Mes seuls regrets, quelques longueurs dans la narration, vite dépassées, et mes lacunes historiques sans lesquelles j'aurais certainement saisi maints détails passés inaperçus.
Aujourd'hui, j'ai le sentiment d'en connaitre un peu plus sur l'homme et même si c'est une totale illusion, cela me plaît de l'avoir perçu autrement. Et dans mon esprit avide de compréhension, ça change tout. La légende elle, c'est ce qui vient après et c'est une autre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (1)
LaCroix   06 septembre 2022
Âpre et tendre, le puissant récit, de Giosuè Calaciura « invente » en toute liberté un Jésus tourmenté, lesté d’un destin qu’il ignore.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BiblioJoyBiblioJoy   30 novembre 2022
J'ai compris que chaque mère, et pas seulement la mère de Jésus, raconte à son fils sa naissance comme un conte, l'unique miracle dont nous soyons certains, pour qu'il ne soit pas trop cruel d'être au monde les nuits féroces de tempête.
Commenter  J’apprécie          41
VincentGloecklerVincentGloeckler   04 septembre 2022
Quand j’étais jeune, je savais y faire avec les mots. C’étaient les lectures enfantines auprès de ma mère, doigt pointé ligne après ligne pour que je suive bien, qui m’avaient ouvert à l’érudition. Mon vocabulaire était riche et articulé. Je connaissais par cœur des chapitres entiers des Écritures. L’après-midi, quand je parvenais à échapper à la tendre vigilance de ma mère et à l’attention inquiète de mon père, quand je n’avais pas de camarades avec qui partager mes jeux, sur les bords du fleuve en Égypte d’abord, puis au milieu des pierres brûlées de Nazareth, je m’amusais à réciter les paroles des Textes avec des rimes de mon cru que j’inventais au fur et à mesure sur les cadences de la sacralité aride et inaccessible des rabbins. Aujourd’hui, je serais accusé de blasphème. Comme je m’amusais ! Je riais tout seul de mes trouvailles, de mon humour habile à désacraliser la pompe hautaine – obscure – des dogmes. Je jouais au prophète, au petit Messie : un Dieu irresponsable aux genoux écorchés par les chutes et les ronces, qui errait sur la terre à peine engendrée par l’obscurité du néant. Je jouais à la Création. Je me rappelle combien j’aimais imaginer des animaux nouveaux, des créatures bizarres à mettre en marche de par le monde, ou alors des bêtes connues que je réinventais avec la tête à la place de la queue, un œil devant et l’autre derrière, toutes les parties interverties, des ânes à huit pattes, des chiens avec des ailes, des oiseaux munis de pieds, des poissons amphibies et des serpents pourvus de pattes. Un bestiaire tout à moi dans un monde tout à moi où le soleil ne se couchait jamais pour que la nuit ne vienne pas me terrifier. Je guidais cette armée d’animaux jamais vus à travers un monde repensé, adapté aux exigences de mes inventions, car je créais la mer là où s’ouvrait le désert, j’aplanissais les montagnes pour que mon père n’ait pas de difficultés à affronter dans ses déplacements de charpentier, je faisais jaillir des sources d’eau tout près de la maison pour que ma mère puisse plus facilement remplir ses cruches. Aujourd’hui, dans le crépuscule du jardin, j)e me demande pourquoi il ne m’est jamais venu à l’esprit, enfant, de créer des hommes différents. Meilleurs. Qui sait, peut-être que je l’ai fait, mais je ne m’en souviens plus.
(PP.98-99)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mcd30mcd30   23 octobre 2022
Il m'expliquait comment tenir la planche entre mes petites mains, et j'y mettais toutes mes forces sans m'apercevoir que le bois était déjà coincé par l'étau. Mon père rabotait avec le verre, et des corolles de bois, des boucles, de la sciure fleurissaient du néant, couvraient le sol jusqu'au moment où nous avions l'air nous aussi d'arbres sortis du terreau des copeaux.Quand la journée était finie et que la lumière manquait pour éclairer le travail, il prenait un moment pour jouer avec moi. Écartant outils et colles, il choisissait les copeaux les plus beaux et les mettait dans mes cheveux, boucles supplémentaires de tendresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
mcd30mcd30   09 octobre 2022
Elle chuchotait ses paroles dans ce tourment de vent et de pluie d'une horrible nuit égyptienne qui semblait ne jamais prendre fin. Le démon de la peur était apparu, il rugissait d'obscurité, tonnait de menaces , montrait les éclairs de ses dents. Je m'agrippais au tissu de la robe de ma mère, je le serrais dans mes poings. À chaque coup de tonnerre, je plongeais la tête dans le parfumde son aisselle. Et plus le noir se faisait impénétrable, plus elle remplissait d'étoiles, de comètes et de présages ma nuit natale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
VincentGloecklerVincentGloeckler   04 septembre 2022
Elle me racontait que j'avais apporté un printemps précoce de bourgeons et d'amandiers en fleur. Et je ne sais plus si ce sont mes yeux qui ont vu la merveille d'une comète dans le ciel de cette nuit-là, ou les yeux des autres. Tout se mêle comme en un vertige. Mais je n'ai que cette naissance-là à me raconter. Dans la seule version que je connais, celle de ma mère. J'ai compris que chaque mère, et pas seulement la mère de Jésus, raconte à son fils sa naissance comme un conte, l'unique miracle dont nous soyons certains, pour qu'il ne soit pas trop cruel d'être au monde les nuits féroces de tempête.
(p.10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Giosuè Calaciura (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giosuè Calaciura
VLEEL 200 Rencontre littéraire,Giosuè Calaciura, Je suis Jésus, Notabilia, Éditions Noir sur blanc
autres livres classés : jésus christVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1632 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre