AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Guillemette Calaferte (Éditeur scientifique)Ingrid Naour (Éditeur scientifique)Pierre Drachline (Éditeur scientifique)
EAN : 9782862745039
199 pages
Le Cherche midi (31/05/1997)
4.6/5   5 notes
Résumé :
Ces Choses dites sont en quelque sorte un "Calaferte par lui-même'. Les entretiens que cet irréductible écrivain avait eus sur France Culture, en 1988, avec Pierre Drachline, ont été publiés pour la première fois en 1997. Dialogue sans complaisance, parfois brutal, toujours acéré, dans lequel Calaferte s'exprimait avec rage, ironie et lucidité sur son parcours et une vie dominée par les exigences de la création. Toutes les facettes de Calaferte apparaissent aussi e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nadejda
  29 mai 2014
Choses dites, ce sont des Entretiens avec Pierre Drachline qui avaient été diffusés par France Culture en 1988 auxquels s'ajoute des extraits de textes de Calaferte. Un livre qui permet de faire connaissance avec l'auteur avant de se plonger dans la lecture de cette oeuvre foisonnante de vie. Mais comme le dit Louis Calaferte : «Tous les livres ne sont pas pour tous les lecteurs indifféremment. Chacun doit trouver les siens. Les trouve-t-il, c'est l'harmonie.» Que la rencontre avec Louis Calaferte à travers ces "Choses dites"mène ceux qui oseront la poursuivre à l'harmonie d'une profonde amitié. mais attention elle est aussi violente, et décapante, et nécessaire...
Pierre Drachline à propos de ces entretiens :
« Les relisant aujourd'hui, il me semble qu'ils n'ont rien perdu de leur vivacité. Puissent-ils, à l'instar des textes qui complètent ce volume, inciter des lecteurs à aller au plus près d'un monde où même l'amour a « la saveur du terrible ».
« le franchissement de la ligne. » Louis Calaferte nommait ainsi cet instant où l'homme abdique et entre en agonie. La création fut le barrage qu'il établit face à la maladie. Écrire, peindre, aimer, en une tempête chaque aube éveillée, pour ne pas se laisser surprendre. Telle fut la leçon de vie de ce « mortimiste » (Le mortimiste, néologisme de Louis Calaferte, désigne une personne qui a une conscience aiguë de la mort et donc de la fragilité tragi-comique de la vie).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   29 mai 2014
Vous avez laissé faire un monde de corruption.

Vous avez laissé faire un monde de mensonge.

Vous avez laissé faire un monde de lâcheté.

Vous avez laissé faire un monde d’ignorance.

Vous avez laissé faire un monde de routine.

Vous avez laissé faire un monde de pauvreté.

Vous avez laissé faire un monde de souteneurs.

Vous avez laissé faire un monde d’équarrisseurs.

On arrête.

On emprisonne.

On torture.

On assassine.

Et maintenant — qu’est-ce que vous espérez ?

Non, je ne suis pas mort, mais que ça ne vous empêche pas de m’envoyer des fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
nadejdanadejda   29 mai 2014
Préface de Pierre Drachline à la nouvelle édition (disponible en e-book et nouvelle édition papier le 12 juin 2014 toujours aux éditions du Cherche midi, je viens juste de découvrir cette édition après avoir parlé de ces "Choses dites" et cette nouvelle préface est trop belle pour ne pas la partager)

Le temps des imposteurs
«Je ne lâcherai pas. Je m’incrusterai dans la Vie. Je déploierai toute ma volonté. Je n’ai pas fini d’être», notait Louis Calaferte dans ses «Carnets» de 1993

Promesse ô combien tenue ! Louis Calaferte, l’éveilleur de consciences, le citoyen de ses révoltes, ne s’est jamais absenté depuis sa disparition le 2 mai 1994. Publication de poèmes et de textes inédits, des derniers volumes de ses Carnets, pièces de théâtre montées par des troupes, et surtout de jeunes et nouveaux lecteurs s’enivrant de la découverte d’une oeuvre sur laquelle la poussière du temps ne se déposera pas.

Louis, si beau en ses colères d’homme libre, ne serait pas étonné de la volupté de la médiocrité où se vautrent moult de nos contemporains. Il avait senti la montée de ce qu’il appelait «les forces noires». La fascination progressive des esprits. Voici venu le temps des imposteurs ! La rumeur prime sur l’information. Les écrivants ont chassé les écrivains des librairies. L’idéologie de la dérision a pour corollaire le cynisme érigé en philosophie.

Face à l’oppression des îlotes, il ne faut céder sur rien. Lire Calaferte, c’est déjà Résister aux miasmes de l’époque. «Que cette pourriture du monde de l’argent et de l’inculture qui nous étouffe parte en poussière autout de nous.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadejdanadejda   09 juin 2014
Elles avaient aussi de longues robes longues
aux froissis de glacé frileux et agaçant
lentes fleurs de tissu qui passaient en glissant
dans les couloirs obscurs de nos soirées si longues

Comme des masques bleus leurs visages trop pâles
qu’enserrait la sévère écharpe des cheveux
troubles féminités de vapeurs orientales
il soufflait des vents chauds dans l’embrun de leurs yeux

Leurs bras étaient gantés de fourreaux de dentelle
menus serpents cerclés de fins bracelets d’or
les coussins des divans alanguissaient leurs corps
enfant j’étais alors follement épris d’elles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
HardivillerHardiviller   08 mai 2020
Touriste : idiot de passage

Etat : gangstérisme officialisé

Amertume : vice de vieillard
Commenter  J’apprécie          110
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   25 août 2014
Elle avait un cou de cygne, des yeux de chatte, un regard d'aigle, une taille de guêpe, des jambes de gazelle, un tempérament de lion, un caractère de chien. Pourtant, ce n'était qu'une femme
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Louis Calaferte (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Calaferte
Virginie Despentes accompagnée par le groupe Zëro : Éric Aldea (guitare), Ivan Chiossone (claviers), Frank Laurino (batterie) Son : Wilo
Depuis Baise-moi en 1994, Virginie Despentes s'est imposée comme une écrivaine majeure avec notamment Les Jolies Choses (prix Flore 1998), Teen Spirit, Apocalypse bébé (prix Renaudot 2010) ou encore son essai King Kong Théorie. C'est qu'il y a chez elle une énergie d'écriture salutaire et sans concession, mais aussi une intelligence rare. L'acuité de son regard sur le monde contemporain (tantôt hilarant, tantôt glaçant de vérité), on la retrouve dans la « série » Vernon Subutex, fresque incroyable en trois tomes. Personne n'échappe à Virginie Despentes et, en même temps, elle sait très bien qu'il est jouissif de canarder à tous crins. Elle s'efforce donc de prendre à bras-le-corps, et d'aimer aussi, cette galerie de personnages ultramodernes qu'elle met en scène.
Ce soir elle vient accompagnée du groupe de rock Zëro pour payer une dette littéraire : celle qu'elle doit au mythique Requiem des innocents de Louis Calaferte.
À lire – Virginie Despentes, Vernon Subutex 3, Grasset, 2020. À écouter – Zëro, « Requiem des Innocents » (avec Virginie Despentes), 2LP Ici d'Ailleurs, 2020.
+ Lire la suite
autres livres classés : entretiensVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2857 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre