AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782919066780
380 pages
Éditeur : Caiman (22/10/2019)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Au Yukon, dans le village indien d'Old Crow situé au delà du cercle polaire, des hommes disparaissent tandis qu'un gigantesque projet de l'industrie pétrolière menace le mode de vie des chasseurs cueilleurs.
En Afrique, en Asie, des syndicalistes sont assassinés dans le milieu de l'exploitation minière. En parallèle, sur tous les continents, des hommes s'affrontent dans des combats clandestins tandis que des chasses à l'homme sont organisées.
Quand u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sandrinedurochat
  10 février 2020

Le combat et la traque !
Deux thèmes que j'apprécie dans la littérature noire.
En histoire, les munera (singulier : munus) sont des combats de gladiateurs de la Rome antique.
Le point de départ de Munera repose sur une affaire des plus singulières: un cadavre mutilé est repêché dans un sac contenant plusieurs animaux. le capitaine Raphaël Larcher et le commandant Ugo Lucchi vont devoir enquêter et lever toutes les pierres pour trouver un semblant de piste. Dans le même temps, aux quatre coins de la planète, des combats mortels de gladiateurs et des chasses à l'homme sont organisés par et pour une caste de privilégiés et diffusés sur le darknet. Les affaires semblent liées par un fil ténu. Pendant que le capitaine Larcher, expert en arts martiaux, va s'infiltrer au sein de ces fightclubs clandestins à l'issue fatale, le commandant Lucchi va s'intéresser de près à ces chasseurs d'hommes et renouer avec son passé de béret vert. Tuer ou courir pour survivre sera la seule règle.
Après l'excellent polar Haïku, Eric Calatraba récidive avec Munera et me confirme son talent d'écrivain. Si je devais vous donner envie de lire cet auteur, je vous donnerai trois arguments. Premièrement, je vous expliquerai que cet auteur possède un véritable talent pour mettre en scène la violence et les affrontements mortels. J'avais déjà noté cette qualité dans son précédent opus Haïku avec ses chorégraphies de combats si justes et calibrées. Je vous exposerai ensuite que cet auteur fait partie de ceux (très rares) capables d'orchestrer une intrigue avec intelligence en alternant plusieurs fils narratifs s'enchaînant à plein régime (pas deux, avec une intrigue principale et secondaire mais bien plusieurs !).
Enfin, je vous convaincrai (j'espère) en vous disant comme troisième argument que le style Calatraba est immédiatement reconnaissable en ce sens que son écriture se balade sereinement entre une brutalité féroce pour ses scènes d'action et un raffinement poétique dans ses descriptions de la nature sauvage entourant ces chasses à l'homme. Les références latines et les morceaux d'opéra donnent une belle intensité à ce roman noir brillant et sont définitivement la patte de cet auteur qui en a sous le pied et qui devrait se faire un joli nom dans le roman noir.
Bref, je vous conseille de découvrir Eric Calatraba et ses deux magnifiques romans noirs : Haïku et Munera.🤓
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
legoergosum
  03 juin 2020
"Munera" ou les jeux du cirque version motorisée...
Dans une construction habile et parfaitement maîtrisée, l'auteur nous emmène aux quatre coins du monde, au cœur des agissements de la famille Strandberg, magnats de l'industrie minière et dignes descendants des Vikings.
Des locutions latines, comme des jalons que les Strandberg sèment sur leur chemin, ouvrent les différents volets du récit. Chaque expression incite au combat sans merci, à la souffrance, à la mort , autant de devises pour ces conquérants sans état d'âme que sont les Strandberg ... du moins ceux qui restent, car la famille est loin d'être unie !
Une apologie de la violence ? Non, en contrepoint, on peut admirer des passages sur la splendide nature canadienne, le Grand Nord, la civilisation indienne, aux valeurs ancestrales, plus que jamais en péril, les grands espaces australiens, l'Amazonie et les favelas ... là où plane la mondialisation dans ce qu'elle offre de plus menaçant.
Il faudra l'habileté de nos deux "Zorro" niçois, au caractère bien trempé et à la musculature soigneusement entretenue, pour démanteler, au péril de leur vie, cette toile d'araignée funeste tissée par les Strandberg.
Des aventures pas si loin de la réalité... Un polar vraiment original, qui vous tient en haleine jusqu'au bout. L'univers d'Eric Calatraba, qui plonge à la fois dans les films d'arts martiaux, la musique classique et les maximes de Nietzsche est assez fascinant.
Merci à Masse Critique et aux Éditions du Caïman pour ces heures de lecture passionnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PostTenebrasLire
  02 juillet 2020
J'avais lu il y a deux ans Haïku du même auteur.
Je suis donc la personne idéale pour répondre à la question :
« Faut-il avoir lu Haïku avant de lire Munera ? »
Non — ce n'est pas nécessaire. L'intrigue de l'un ne se fond pas dans le suivant ce sont deux histoires distinctes.
Oui — vous manquez un excellent polar ! Ce serait dommage. Et vous connaitrez l'histoire, la personnalité des personnages les plus importants de cette histoire-ci.
Ne trouvez-vous pas qu'il y a un manque de séries, de films policiers français ayant de l'ambition, des personnages solides, une action dans le monde entier… ?
Vous pouvez vous rabattre sur Jason Bourne ou autre. Mais j'ai mieux : Munera
Vous serez un peu perdu au début : les personnages sont multiples, les lieux aussi.
Comme pour Haïku, la scène est mondiale dans des lieux judicieusement choisis par l'auteur.
Ce roman est une partie de chasse mondiale. Les rôles de proies et chasseurs s'inversent, se retournent.
Mais quelle partie de chasse ?
Celle du capitaine Raphaël Larcher et du commandant Ugo Lucchi qui vont croiser le chemin d'organisateurs de jeux du cirque modernes. Organisateurs portés par une idéologie que je vous laisse découvrir.
Je peux vous dire que les thèmes sont multiples et s'insèrent parfaitement dans notre époque.
Je retrouve avec Munera la plume d'Éric qui n'a pas sa pareille pour mêler musique classique, opéra, littérature et combats (en plus d'une enquête prenante).
Le mélange vous semble improbable ? Il semble que « combats » soit l'intrus de la liste n'est-ce pas ?
Et bien non. Les combats sont plutôt des ballets parfois mortels, très souvent dangereux et toujours bien écrits.
Les situations sont à la fois incroyables et crédibles tout comme les réactions des protagonistes
En conclusion
C'est donc un sombre polar contemporain bien dosé en suspens, en actions, en décors, en personnages, en opéra et en citation latine.
Le tout lié par un style qui donne une cohérence que l'on ne pourrait pas trouver sans la plume d'Éric Calatraba.
Lisez « Haïku » ET « Munera »
Merci aux Éditions du Caïman et à Babelio pour le roman !
Lien : https://post-tenebras-lire.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LectureChronique
  15 octobre 2019
Bonjour mes Lecteurs,
Voici pour vous aujourd'hui, en service presse, le dernier né d'Eric Calatraba : "Munera" qui paraîtra le 22 octobre aux Editions du Caïman.
Merci infiniment à l'éditeur de sa confiance ! 
Et oui, mes chers lecteurs, je vous annonce là un gros coup de coeur ! 
L'époque des Gladiateurs romains, valeureux guerriers combattants, puissants, sachant manier les armes mieux que personne, refont surface à travers le monde dans des affrontements à mort.
Parmi les combattants, des hommes qui n'ont plus rien à perdre sont engagés dans un combat où la seule issue est soit la gagne soit la mort.
Dans les deux cas, ce n'est juste que pour la gloire, pour l'exploit, à la seule fin de distraire des inconnus qui parient sur eux via le Dark Web.
A Nice, Un cadavre est repêché dans un sac contenant des animaux, le point de départ de cette enquête aux multiples ramifications que le capitaine Raphaël Larcher et le commandant Ugo Lucchi vont devoir résoudre, en lien direct avec ces combats clandestins, impliquant également des disparitions d'Indiens, d'assassinats en Afrique et en Asie, en passant par les favelas de Rio jusqu'au confins du cercle polaire, où à travers le monde une chasse à l'homme est lancée. 
Qui sera alors le chasseur et le gibier ? Qui poursuit réellement l'autre ? Qui sortira grand vainqueur ? 
Quel suspens ! Quel roman magnifique, à la fois si coloré mais tellement sombre,  je n'ai pas les mots pour qualifier ce polar tellement il m'a subjugué par sa force, par la puissance de son écriture dans lequel transparaissent et se superposent un monde et une culture diversifiés.
J'en viendrais presque à perdre mon latin, celui là même qui ponctue chaque partie importante de citation hautement symbolique pour les grands guerriers de la Rome antique.
J'ai plongé littéralement dès les premières phrases dans cet univers de combattants jetés dans l'arène du spectacle à sensation où mon coeur n'a eu de cesse de battre à l'unisson avec l'histoire.
Cette rivalité qui oppose la clandestinité des combats, cette frénésie du plaisir sadique à voir des hommes se battre jusqu'à ce que mort s'en suive, et les deux policiers qui, dans le cadre de la loi, de leur métier et au gré de leurs investigations professionnelles et personnelles, vont devoir tout tenter pour enrayer la machine à broyer, ne peut donc se conclure que par un final de Munera, titre ô combien significatif ! 
La magnificence du spectacle se retrouve aussi bien dans les combats personnels de chacun des personnages que dans l'exercice de style de l'auteur à nous satisfaire de notre plaisir de lire, que dis-je, de dévorer son roman.
Avec ce polar, Eric nous a fait un beau cadeau des dieux : Des Munera dans laquelle l'ivresse du sang va réveiller les instinct les plus bas et proclamer un autre type de pouvoir absolu...
Je vous le recommande vivement, Très bonne lecture mes lecteurs ! 

Lien : http://lecturechronique2.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ArlieRose
  24 février 2020
Déjà "Haïku" emmenait le lecteur dans un monde de violence et d'arts martiaux, domaines qui ne me tentent pas normalement. Mais je m'y suis sentie à l'aise parce que j'ai appris beaucoup de choses, découvert des milieux que je n'avais même pas imaginés et parce que la violence était bien dosée.
En parallèle, les policiers semblent juste "normaux", même s'ils ont de fortes personnalités et des vies un peu spéciales.
En résumé, là encore on voit des combattants rudes et violents s'affronter, mais cela ne fait pas toute l'histoire, c'est entrecoupé de découvertes de lieux et de coutumes, et l'histoire est bien ficelée.
J'ai tourné les pages sans m'en apercevoir et je sors de ce deuxième opus encore plus convaincue par Éric Calatraba, un auteur à découvrir.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LectureChroniqueLectureChronique   15 octobre 2019
Raimundo était maintenant complètement réveillé. Il voulut palper son cou douloureux et réalisa qu'il portait une minerve. Il se souvenait de tout, des coups, des genoux du géant qui lui broyaient les reins, des hurlements, de la joie du public. Pris d'une angoisse soudaine, il tenta de bouger les jambes. Rien ne se produisit. Il eut la sensation qu'une immense chaleur le dévorait et il tapa nerveusement sur sa cuisse qui resta insensible.

Quand les blouses blanches entrèrent dans la chambre, il avait déjà deviné ce qu'on venait lui annoncer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ArlieRoseArlieRose   24 février 2020
c'est pourquoi ici on méprisait les adeptes du no kill. Si tu avais rêvé d'un saumon, si après son long périple il s'offrait à toi, tu devais prendre sa vie sous peine de lui faire injure.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
498 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre