AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290077615
Éditeur : J'ai Lu (10/09/2014)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 168 notes)
Résumé :

D’aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste, issue d’une longue lignée de sorcières, vit dissimulée aux yeux du monde. Son univers restreint ressemble à s’y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s’envoler. C’est alors qu’une invitation de la main même de la Reine vient bousculer les plans de sa grand-mère qui dirige la famille d’une main de fer. Et, une requête royale ne se refuse pas… à moins de souhaiter perdre la tête. Sa découverte d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  07 mai 2018
Une couverture et un titre accrocheurs , il n'en fallait pas plus pour que je sois intriguée , j'aime beaucoup l'époque victorienne dans les romans .
En cela , j'ai été légèrement déçue, ce livre manque de descriptions, d'informations, il faut dire que je suis une grande fan d'Anne Perry (romans policiers historiques), et qu'il est très difficile de faire aussi bien qu'elle . Georgia Cardera privilégie le côté imaginaire au détriment de la véracité historique et ne m'a rien appris . J'ajouterai que j'ai été choquée qu'elle place des mots du genre "bordel" ou "putain" quand son personnage masculin principal s'énerve ...
A part ce léger manque , j'ai dévoré ce roman qui se concentre autour de deux personnages , Andraste qui vient d'une famille de sorcières et qui est invitée à la cour de la reine Victoria et le ténébreux, Thadeus Blackmorgan, chargé de donner à quelques adolescents , des cours de nécromancie.
Andraste est le personnage le plus intéressant. En raison d'un physique atypique , elle n'est jamais sortie de la demeure familiale. Ses yeux violets-mauves et surtout son teint pâle et ses cheveux d'un blond presque blanc, l'empêche de sortir au soleil sous peine de mort quasi immédiate. Autant dire , que cette convocation subite au palais lui parait être un avant gout de liberté donc de paradis.
Si vous aimez la romance , ce livre est fait pour vous car les trois quart de l'intrigue porte sur la rencontre entre Andraste et Thadeus, leur attirance et l'impossibilité de cette attirance . Je n'ai pas trouvé très crédible la rencontre entre les deux personnages, compte tenu de l'éducation corsetée des jeunes filles à cette époque, (la rencontre étant ultra chaude ) ...
Je ne suis pas le bon public pour les romances ,le côté sérieux, cul-cul des histoires d'amour me gonfle au bout d'un moment , je préfère l'humour des romans classés chick-lit, Mais pour qui aime ce genre littéraire, ce roman frisera la perfection...
Le point fort de ce roman, c'est l'imagination de Georgia Caldera pour l'univers steampunk. J'ai adoré l'idée du rat de bibliothèque, souri aux mains dans du formol que les élèves adolescents doivent animer lors des cours de nécromancie, imaginé la bataille avec les revenants ... Tout cela est parfaitement réussi mais aurait pu être davantage exploité...
Ce roman n'est que le premier tome d'une série "Victorian fantasy", et l'auteur nous laisse entrevoir une suite avec le personnage d'Augustin, le fils de la Reine Victoria .
C'est une histoire qui se lit avec plaisir même si elle comporte quelques petits défauts. A dévorer si vous aimez les romances brulantes à la sauce victorienne - steampunk.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4910
Paroledunelivrophage
  16 septembre 2017
Quand je pense que là plus part du temps l'homme je suis devant la télé, ou devant l'ordi, ou la tablette, ou en train de bosser dure, ou comme toutes femmes en train de faire le ménage, je me dis que la vie n'est pas juste s'il n'y a pas de repos. Pourtant hier soir, pendant que mon fils était au sport et que je l'attendais, je me suis éclatée avec un livre. Pour dire avant d'y aller je suis passée dans différents magasins et à chacun d'eux, j'oubliais ce que je venais y faire, ou de récupérer la différence sur mes paiements. MDR. Alors quand j'ai fini par rentrer chez moi, je me suis mise à rire comme une folle. Avoir la tête dans les nuages n'est pas simplement pour les lunatiques, mais aussi et selon toutes vraisemblance pour les lecteurs. Oh la la, pauvre de livrophage que je suis. Je me demande ce que je ferais si je n'avais pas des livres à dévorer en longueur de temps. Tout comme je me pose la question de ce qui se passerait si j'avais plus de temps libre pour lire. Mais à cette dernière question, la réponse est simpliste comme jamais. Mon crane serait tellement léger, qu'au lieu des nuages, ce serait dans les étoiles que je me retrouverais. Et là je crois que je finirais par oublier complètement mon nom. LOL. Seigneur ! Déjà pour arriver aux nuages, il fallait bien sûr que l'histoire soit prenante. Qu'en pensez-vous ? Alors partant pour découvrir ce que je veux dire ?
C'est pour cela, que je mets toujours dans ma chronique le synopsis du livre. En plus, la quatrième de couverture permet toujours aux lecteurs de tomber amoureux et donc de succomber au pouvoir ancestrale de la lecture. D'aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste, issue d'une longue lignée de sorcières, vit dissimulée aux yeux du monde. Son univers restreint ressemble à s'y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s'envoler. C'est alors qu'une invitation de la main même de la Reine vient bousculer les plans de sa grand-mère qui dirige la famille d'une main de fer. Et, une requête royale ne se refuse pas… à moins de souhaiter perdre la tête. Sa découverte du monde commence, très loin de ce qu'elle imaginait. La cour est pleine de danger, de rumeurs et de règles qu'elle ne maîtrise pas. Mais sa plus grande erreur est de succomber au regard aussi noir que la nuit de lord Thadeus Blackmorgan.
Ahhhh la la !!!!! on plonge directe dans l'époque victorienne, avec nos nobles personnages, plutôt … Vous allez bientôt le découvrir…
Andraste est une jeune fille de vingt-et-un ans, orpheline de père et de mère vie auprès de sa famille composée de fille (tante, cousine, soeur, grand-mère), et fait partie du coven. Il faut dire que toute la famille sont des sorcières de naissance. Néanmoins, Andraste est particulière, sa peau est nacrée, ses yeux violets, et elle ne peut même pas sortir au soleil vu que ce dernier lui cause des brulures énormes au point de la tuer. Cette tare fait qu'elle reste continuellement cloitrée dans la maison familiale. Mais en compassion, elle a ce dont elle veut, un livre ! Elle l'a dans l'heure vu qu'elle adore la lecture. Une nouvelle robe ! Dans la journée s'il le faut, pour madame la coquette. Un nouveau parfum, des fleurs, des bijoux, … Tout, strictement tout, elle l'a directement. Vu qu'elle ne peut aller nulle part, il est normal qu'elle soit ainsi gâtée par les siens. de plus elle est fiancée à un prince, ennemi de son royaume, mais un prince quand même. Pourtant cette jeune fille, piètre sorcière, ne désire qu'une chose, vivre au grand jour, sous le soleil, se promener à l'air libre sans que rien ne vienne la perturbée. En gros, c'est la liberté qu'elle désire. Ce qui est complétement normal. Et puis un jour l'a voilà invitée dans le château royal afin d'y prendre des cours de nécromancie, car selon la reine, elle serait d'une puissance rare. Puissante !!!! Oui, mais juste pour ne pas savoir garder sa langue dans la poche. C'est une jeune femme battante, capable de compassion, sarcastique, qui possède une certaine dextérité, butés, naïve, indomptable, … C'est un mélange plutôt intéressant pour cette jeune héroïne. Mais par son caractère, j'ai eu l'impression qu'Andraste cherche à souffler autant sur le chaud que sur le froid. Mais pour l'excuser, il faut dire qu'elle est sans cesse dans cette position à cause du très beau lord Thadeus Blackmorgan. J'ai adoré suivre cette nouvelle héroïne, qui manque énormément d'humour, mais certainement pas de combativité. Et puis ce fut cet amour inavoué envers le beau lord qui m'a convaincu de son intégrité.
Thadeus quant à lui, c'est un très beau jeune homme, cheveux couleur corbeau, des yeux aussi noirs que l'ébène, futur duc, mais qui souffre d'une malédiction dû à l'ancêtre d'Andraste. Alors quand il découvre que cette dernière va aller au château, il va y devenir professeur afin de tuer la douce jeune fille. Il est sombre, autoritaire, froid, insociable, manipulateur, et incapable de faire du charme. Exactement le genre d'homme de la haute bourgeoisie qui se croit supérieur aux autres. Pourtant, mis à part ce côté peu attirant de sa personnalité, il est protecteur, loyal, n'hésite pas à se battre s'il le faut, même s'il porte un très lourd fardeau sur ses épaules. Car au fond, ce jeune homme au passé sombre, torturés par des cauchemars et des douleurs, ayant peur de tomber plus profondément dans la folie, se révèle à nous comme un être possédant le coeur le plus sensible de l'histoire. Mais son exécrable caractère m'a donné à plusieurs reprise envie de lui donner de nombreuses gifles bien senties, qui sait peut-être que cela lui aurait remis les idées en place. Son comportement envers Andraste, et ici je parle du chantage, m'a horripilé plus que je ne l'aurais pensé. Mais n'empêche, ce jeune homme m'a touché au plus profond de moi-même.
Ruth la soeur d'Andraste, est une jeune femme plutôt coincée. Elle n'hésite pas à trahir Andraste, de peur des répercussions de sa grand-mère. Elle fait même en sorte de faire entrer des ennemis à la couronne puisse entrer dans le château afin d'enlever sa jeune soeur. Pourtant, elle va changer d'avis et protéger Andraste quand cette dernière se fera malmener par l'émissaire du fiancé d'Andraste. Pourtant, elle va finir par s'ouvrir à sa soeur, et lui expliquer qu'elle-même est sous la coupe de leur grand-mère. En effet cette dernière aurait kidnappé son fils nouveau-né, et tué l'homme de sa vie. Finalement, c'est la fibre familiale qui l'emporte, et elle va protéger sa soeur coute que coute.
En fait coté personnages, on est plutôt bien servie. Ils sont suffisamment diversifiés afin de plaire à énormément de lecteurs. Car c'est bien connu, les gouts et les couleurs ne se discutent pas. On y trouve Augustin un prince frivole mais capable de grandeur d'âme, Victoria la reine hypocrite et vindicative, Helen une grand-mère protectrice à l'excès mais qui est finalement une meurtrière sans scrupule, un capitaine de la garde protecteur mais aussi très loyal, Scott un jeune homme aimable mais aussi très jaloux, et bien d'autres encore tous aussi captivants les uns que les autres.
Et puis, pour rentrer plus profondément dans le sujet, pour mieux comprendre l'histoire, et surtout pour approfondir ma chronique je vous propose de faire le point spécial roman comme j'aime l'appelé avec la plume de l'auteur, la romance entre les personnages et bien sur l'intrigue du livre.
Mais tout d'abord, commençons par la plume de l'auteur. Georgia Caldera, nous transporte par sa plume légère, intense, et sombre dans le monde victorien où a plus l'impression de se retrouver comme par enchantement en Angleterre de l'époque. Bon il faut dire que l'univers steampunk est plutôt sombre en général et dans notre monde de lecteur pleine de magie. Donc du coup on se sent bien dans ce milieu. La plume de l'auteur vous transporte et vous donne envie de lire plus loin et sans lâcher votre livre une seule fois. Par ailleurs l'univers victorien mélanger à la magie vous fait rêver de ce monde passé, sauf peut-être pour les jupons qui sont en quantité sous la robe. Les pauvres femmes devraient souffrir atrocement de chaleur avec ce corset et ces quantités de jupons bouffantes. Mais bon dieu merci, même si j'aime lire des livres de cette période avec un gout mis au jour d'aujourd'hui, il n'en reste pas moins que pour rien au monde je n'y vivrai. Ah non ! J'aime ma liberté moi ! Et en aucun cas je ne voudrais qu'un homme me commande et fasse de moi son petit meuble bien astiqué dans ma maison. Femme au foyer ok, mais boniche non. Bon, bref, je me recentre sur ma chronique. le rythme est tantôt soutenu, tantôt rapide, tantôt rebondissant, puisqu'il y a quiproquo, retournement de situation, trahison, amour, douceur, haine, actions, et … Comme quoi c'est plutôt intense. Et puis j'ai senti qu'il manquait des descriptions, on ne se sent pas vibrer au moment de l'arriver au château royal, ou au duché du lord, ou encore lorsqu'Andraste découvre pour la première fois l'extérieur. J'aurai aimé en découvrir les sensations, et c'est ce qui manque. Oui on est dans du steampunk, où tout est sombre, mais quand même, de belle description ne fait de mal à personne. Et puis les personnages sont plutôt du genre charismatique, avec un caractère de cochon pour certain, une envie de faire des têtes à claques pour d'autres, ou de faire des câlins pour quelque uns mais surtout de les adorer. Ils sont tous importants et qui sait, sachant que c'est une mini-série, peut être que l'on va en retrouver quelque uns de ces personnages ensorcelants dans le prochain tome. En résumé, j'ai adoré la plume et tout ce qui gravite autour.
Ensuite la romance entre les protagonistes. Andraste et Thadeus sont deux têtes à claques. C'est vrai que j'ai eu l'impression qu'Andraste se comportait comme une greluche envers Thadeus quand ce dernier prenait son bain dans la douche des domestiques en proie aux buées de l'alcool mais en proie à une souffrance sans faille. Pourtant, par la suite quand il va comprendre que son ange est en fait la descendante de la sorcière mesquine qui a lancer la malédiction sur sa famille huit cents ans plus tôt, il va tout faire pour garder éloigner Andraste de lui, vu qu'il a une mission, celui de la tuer. Cependant, des sentiments intenses vont s'ancrer au plus profond de leur coeur, même si aux yeux de Thadeus cela serait dû à de la magie. Alors comme la jeune fille est du genre naïve, pleine de compassion vis-à-vis de lui, et le mettant au défi à chaque fois avec sa langue acérée et ses réparties piquantes, Thadeus va alors utiliser tous ces moyens pour attirer la belle donzelle dans son lit. Mais avec son caractère de cochon, ses manières autoritaires et insociable, sans compter qu'il ne sait même pas faire de charme à une femme, bin c'est pas gagner. de plus manipulateur comme jamais, il fait du chantage à la donzelle, si tu veux cela donne-moi un bizou, si tu veux ce ci accorde moi tes faveurs, etc … C'est comme cela jusqu'à la fin. Sans compter interdiction de faire ci, interdiction de faire cela, pffuuuiiiiooooouuuuuuttttttt !!!!!!!!! que c'est fatiguant à la longue. Enfin !!!! Au moins à la fin il fait amande honorable et fini par accepter et l'amour qu'il éprouve et Andraste elle-même. Cela m'a amusé de les voir se tourner autour, de s'étriper, de se lancer des pics, mais surtout de s'aimer. Je les ai trouvés chou. Mais n'empêche je n'accepterai pas de vivre dans ce monde avec un homme autoritaire et manipulateur. Finalement j'ai bien aimé cette romance un peu sombre.
Enfin l'intrigue du roman est plutôt intriguant et un peu meli mélo aussi, si je puis le dire ainsi. En effet, avec Andraste, on se pose de multiples questions dont les plus importantes. Qu'est-elle ? Pourquoi l'enferme-t-on ? Quel est cette maladie si mystérieuse ? Et pourquoi dit-on qu'elle est puissante or que non ? Et bien d'autre encore. Après cela il y a Thadeus qui nous laisse encore plus de question en tête. de quoi souffre-t-il ? Pourquoi est-il ainsi ? Quel est sa malédiction ? Pourquoi seul le fils ainé peut procréer ? Sans compter les nombreuses questions qu'apporte la grand-mère d'Andraste et de Ruth. Qui est-elle ? Comment fait-elle pour toujours tout savoir ? Et surtout pourquoi tout le monde dans le coven a peur d'elle ? Mais cela ce n'est rien. Avec les autres personnages on a autant de questions qui vous traverse le crane tout le long de la lecture. Mais ce qui est bien, c'est le fait que durant toute notre lecture, on a des révélations toute aussi inimaginables les unes que les autres. Mais on se rend compte aussi que toute les réponses s'encastres dans l'histoire et en font une intrigue très bien menée. Après cependant en dessous on a une autre intrigue, on se rends compte qu'une grande méchante tueuse s'en prend à des jeunes filles qui comme par hasard ressemble trait pour trait à Andraste. Qui est-elle ? Que veut-elle ? Pourquoi fait-elle cela ? La réponse tombe comme un soufflet sur la joue, marquant, rougeoyant, et plein de douleur. Pourtant ce qui me laisse pantoise, c'est l'intrigue qui tourne autour de la reine. Je ne comprends pas ce qu'elle veut réellement, pas plus du pourquoi ou du comment … Mais une chose est sûre c'est qu'une intrigue très mystérieuse tourbillonne tels un cyclone autour d'elle, et je me demande comment elle va finir. Tout cela juste pour dire que l'intrigue est bien menée, bien rythmée, et bien répartie, avec son lot de questions et son assortiment de réponses sous forme de révélations inimaginable voir cauchemardesque pour certaines.
En conclusion, ‘'Dentelle et nécromancie'' fut pour moi une lecture qui m'a laissé la tête dans les nuages. Ce premier tome ma fait voyager à travers le temps et l'espace, mais aussi m'a permis de vivre un pur moment de magie. La romance dans cet univers sombre, m'a laissé plutôt hors de moi. Et pourtant, j'ai adoré. L'univers mis en place m'a plu également, mais ce côté sombre cauchemardesque quasiment est quand même lumineux de par l'amour triomphant. Les personnages quand eux sont si attachant que l'on en redemanderait. Mais le gros bémol, c'est ce manque d'humour. Moi qui adore cela, j'ai eu beau chercher, je n'ai rien trouvé. Finalement, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. Les pages ont défilé, l'envie de connaitre la suite de chaque chapitre était comme une drogue, tout cela parce que Georgia Caldera écrit bien et sait vous faire rentrer dans son histoire sans que vous ne le remarquiez. Pour ce faire elle a pris son temps pour alterner différent point de vu avec des chapitres plutôt cours. Je suis complètement sous le charme de ce premier tome. Elle a même inventé de nouveau produits magiques en faisant référence à la métasorcellerie, aux animécaniques. Mais bon, ce livre qui n'est pas parfait, nous harponne en plein coeur de par son imaginaire et transporte le lecteur du monde réel au monde irréel. C'est un roman plutôt original, et une lecture divertissante où sorcellerie et magie sont le quotidien d'une société victorienne sombre et mystérieuse. Au fond, cela me donne envie de lire la suite et de découvrir comment l'histoire va évoluer, surtout avec l'intrigue ce cette reine vindicative, haineuse et dont il semblerait immortelle. Aussi je vous dis bonne lecture à tous et à très bientôt pour une nouvelle chronique.

Lien : http://le-petit-univers-litt..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Melisende
  15 janvier 2015
Après les deux premiers tomes des sombres Larmes rouges et de la romance contemporaine Hors de portée, Georgia Caldera nous propose une nouvelle série, cette fois à mi-chemin entre la fantasy et la romance « historique ». Les deux héros principaux ont à nouveau des traits de caractère chers à l'auteure (pour ne pas dire qu'ils sont bien butés !) et se retrouvent lier à quelques problèmes qui les empêcheront de vivre leur quotidien en paix.
Présentée comme steampunk et ayant gagné une magnifique illustration de couverture, ce premier tome baptisé « Dentelle et nécromancie » me faisait sacrément de l'oeil. Finalement, ce n'est pas un coup de coeur comme pour beaucoup d'autres lecteurs. J'ai passé un agréable moment en compagnie d'Andraste mais j'avoue que je regrette un peu que la romance prenne autant de place. J'aurais aimé plus de steampunk et d'univers fantasy et moins d'amour.
Un premier volume divertissant et extrêmement bien écrit (ce qui fait toute la force de Georgia Caldera à mon avis) mais qui n'a pas su répondre à toutes mes attentes. Si vous vous lancez en toute connaissance de cause, vous devriez apprécier dans son ensemble.
Lorsque l'on a démarré cette lecture en binôme avec Tsuki, nous avons toutes les deux eu la même réaction après quelques dizaines de pages lues : « J'espère que la romance ne prendra pas le devant de la scène tout au long des 550 pages et qu'elle laissera un peu la place à l'univers steampunk qui semble prometteur. »
Je suis difficilement sensible aux histoires d'amour et n'y adhère que très (trop) rarement (je vous rassure, c'est pareil dans la vraie vie)… ce n'est pas ce que je cherche en priorité dans un ouvrage et je suis très déstabilisée quand je me rends compte que c'est l'élément principal alors que je ne m'y attendais pas vraiment.
Bon, malgré ma déception première, j'ai finalement été assez convaincue par la relation qui se met en place entre Andraste et Thadeus. J'ai parfois eu du mal à comprendre leurs réactions et je n'ai pas toujours vibré face à leurs sentiments naissants mais la complexité de la romance m'a globalement plu. J'ai notamment été surprise par les prémisses de cette histoire. Pour le coup, c'est assez original. Au début j'étais mitigée par ce choix de l'auteure, assez indécise… et puis, finalement, pourquoi pas ? Après tout, ça peut arriver de se laisser aller et de ne pas pouvoir résister à une forte attirance physique. Et une histoire peut commencer comme ça. Si cet aspect peut me gêner lorsque je lis une romance, là, je l'ai accepté sans vraiment rechigner. Georgia Caldera l'amène sans vulgarité et avec conviction, j'ai adhéré.
Je ne suis malgré tout pas complètement fan de cette amourette qui a tout de même tendance à tourner en rond au bout d'un moment, les caractères butés des personnages n'aidant pas à dénouer la situation. C'est un peu le jeu du chat et de la souris, les « je te suis, tu me fuis ; tu me suis, je te fuis… », alors qu'on sait pertinemment qu'ils vont finir ensemble ; ça peut être un peu lassant. Une romance qui démarre de façon positivement surprenante donc, qui a su me convaincre globalement (j'ai fini par l'apprécier après avoir accepté le fait qu'elle prendrait beaucoup de place) mais qui connaît tout de même quelques faiblesses.
Mais que serait une romance sans les deux amoureux ? Après plusieurs incursions dans l'univers de Georgia Caldera, j'ai l'impression que l'auteure se concentre essentiellement sur ses deux figures principales, généralement formant un couple assez explosif car elles possèdent toutes deux un caractère bien trempé. Andraste et Thadeus ne font évidemment pas exception à la règle.
La jeune femme dont on ne connaît pas l'âge mêle une nature naïve et malléable à une certaine répartie indomptable. le mélange est intéressant car permet de complexifier un peu le personnage, mais donne aussi parfois l'impression qu'Andraste est une girouette qui souffle le chaud et le froid. J'ai compris et approuvé certains de ses réactions et de ses actes mais ne suis pas convaincue par d'autres. C'est donc une héroïne que j'ai apprécié suivre sans pour autant ressentir beaucoup d'atomes crochus pour elle. Je me suis sentie trop différente d'elle pour réussir à vivre ses aventures en même temps qu'elle ou tout simplement pour m'identifier à elle… mais malgré tout, parfois, la connexion s'est faite.
Thadeus, quant à lui, me laisse assez indécise. J'ai de plus en plus de mal avec les héros au sombre passé, torturés par des raisons x ou y, qui possèdent un caractère renfrogné et parfois brutal mais qui en fait se révèlent avoir un coeur d'artichaut. En même temps, Georgia Caldera nous le présente là aussi avec conviction et maîtrise bien la personnalité de sa figure. On y croit. Alors je ne suis pas sensible à ces traits de caractère mais je suis persuadée qu'ils séduiront un bon nombre de lectrices. Thadeus a tout ce qu'il faut pour plaire à la gente féminine car il représente assez bien ce que ces demoiselles semblent rechercher ces dernières années (en tout cas, c'est ce genre de héros qui attirent les foules en librairie).
Ce que je trouve un peu dommage, et je me rends compte que c'est une remarque que l'on peut faire pour tous les livres de Georgia Caldera, c'est que, malgré la présence de plusieurs personnages secondaires qui ont du potentiel, ceux-ci restent en retrait. Ils pourraient enrichir conséquemment l'intrigue et son contexte mais ne sont pour la plupart que trop peu développés. Ici, l'auteure fait apparaître la Reine Eternelle – à savoir la Reine Victoria – qui semble posséder quelques caractéristiques étonnantes. C'est la figure secondaire qui m'a sauté aux yeux mais malheureusement et malgré l'importance qu'elle semble avoir dans l'intrigue, on ne la croise qu'une ou deux fois dans le récit et ce, très brièvement. Quel dommage !
Alors oui, je comprends bien que la caméra zoome sur l'histoire qui se déroule entre les deux personnages principaux – après tout, il s'agit avant tout d'une histoire d'amour – mais je pense sincèrement que l'ensemble du texte aurait gagné en profondeur s'ils n'étaient pas les deux seuls éléments vraiment travaillés.
Vous l'aurez compris, l'intrigue tourne essentiellement autour de la relation qui se noue entre Andraste et Thadeus. Les pouvoirs qu'ils détiennent tous les deux sont présents mais finalement assez peu exploités, sauf dans la dernière partie, plus « active » à ce niveau-là.
Comme dans toutes les histoires de fantasy qui se respectent, une prophétie est de mise et évidemment, vous vous en doutez, Andraste n'y est pas étrangère. Là encore, l'épée de Damoclès est présente au dessus de sa tête, mais assez loin, de façon assez floue la majeure partie du texte car ce n'est pas tellement la priorité de l'intrigue ; dommage.
Malgré tout, malgré les bémols mis en avant ici, j'ai lu Dentelle et nécromancie avec plaisir. Les pages se tournent en douceur ou avec avidité selon le moment de l'intrigue, les phrases défilent et on arrive à la dernière ligne sans vraiment s'en être rendu compte. Pourquoi ? Parce que Georgia Caldera écrit extrêmement bien. Elle maîtrise les mots et en joue à la quasi perfection. Elle parvient à mettre en place des tournures de phrases un peu stylisées, avec du vocabulaire, tout en rendant l'ensemble fluide et assez addictif.
Les chapitres assez brefs alternent les points de vue : tantôt celui d'Andraste, tantôt celui de Thadeus, nous proposant même par moment quelques très courts paragraphes dédiés à quelques personnages secondaires. Ce découpage dynamise le texte et donc la lecture puisque le lecteur ne peut s'empêcher de tourner les pages pour retrouver un point de vue qu'il attend. Evidemment, Georgia Caldera clôt toujours ses chapitres sur une attente... attente que l'on ne pourra combler qu'en retrouvant le personnage, parfois deux ou trois chapitres plus loin !
Si je n'adhère pas toujours au fond, je suis complètement sous le charme de la forme et je ne peux que féliciter l'auteure pour son travail.
L'univers semble si plein de promesses qu'on ne peut qu'être un peu déçu de ne pas avoir plus de choses à se mettre sous la dent (surtout si l'on ne s'attendait pas à ce que l'histoire d'amour soit THE élément principal)... Mais comme il s'agit d'un premier tome, je pardonne bien volontiers à Georgia Caldera le peu d'informations contextuelles... j'espère par contre que les références à la métasorcellerie, aux animécaniques et tout le reste ne se limiteront pas à quelques citations dans les paragraphes des tomes suivants, mais qu'ils seront bien mis en avant. de même pour les pouvoirs que semblent posséder plusieurs des personnages. En bref : j'en veux plus !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Vidia
  29 avril 2017
ATTENTION SPOILER
Je connaissais la plume de Georgia Caldera de part sa romance paranormale : Les larmes rouges, qui pour les deux premiers tomes avaient été un coup de coeur. Je connaissais aussi sa plus pour la romance contemporaine, qui néanmoins ne m'avait absolument pas enchanté.
Le tome de Victorian Fantasy m'étant offert, j'hésitais à me lancer dans la lecture. Je savais également que le numéro deux ( même s'il peut être lu indépendamment ) tarderait à sortir en librairie. de plus, je suis le genre de personne a laisser les autres lire et se ruer sur les pages, étant ainsi dans les starting-block pour le deux.
C'est donc à la sortie du tome 2, que dans mon coin j'ai me suis mise à lire le premier avec réticence, je dois l'avouer.
Finalement Dentelle et Nécromancie aurait pu être un coup de coeur qui, en refermant, le livre je n'avais pas eu un goût d'inachevé qui m'a un brin déçu, faisant retomber le soufflé.
Georgia Caldera n'a eut aucune peine à m'entraîner dans son univers avec une plume et un vocabulaire riche, avec les descriptions nécessaires pour mettre dans l'ambiance – ni trop, ni assez – des personnages vraiment haut en couleurs et surtout un fond de ténèbres comme j'aime, où parfois ça prend à la gorge tellement on se sent embarqué entre les lignes finement écrites.
L'histoire est prenante dans un monde qui rappelle l'Angleterre que nous «connaissons » tout en le modifiant à sa manière pour la rendre sombre, dangereuse et ou plane des menaces qui peuvent éclater à tout moment. Un monde où la magie règne en maître, ou il n'est pas surprenant de croiser des morts vivants ou des animécaniques ce qui rend encore plus la lecture enrichissante et profonde.
Néo-Britannia est un personnage à elle seule. C'est un lieu où il se passe tellement de choses dans l'ombre que l'auteure a diverses choses à exploiter et nous faire découvrir.
Pour le premier tome, Georgia Caldera nous présente une jeune femme qui m'a légèrement ( oui je dis bien légèrement) penser à Raiponce. Une jeune femme prisonnière d'une cage dorée où malgré tout elle étouffe, au fin fond d'un coven entouré de sa famille, principalement des filles. Mais Andraste ( un prénom original, comme le personnage) rêve de liberté. Ses ailes trop maintenue commence à crier à la rupture. Sans compter que sa curiosité sur divers mystère dont elle est l'objet se réveille peu à peu.
Par un sort du destin, Andraste va être convoquer au palais, ordre directement donné par la Reine Victoria. C'est ainsi que cette petite bonne femme déterminée, farouche et courageuse va se retrouver plonger dans un univers saisissant, devoir faire des choix, se battre et surtout découvrir réellement ce qu'est la vie. Prisonnière au coven, avec l'une des raison ; sa maladie, elle va de nouveau être prisonnière au palais, devant subir les décisions de la Reine. Maigre sorcière a côté de Ruth, sa soeur et chaperon a ses côtés, elle va se découvrir possédant aussi des dons de nécromancie, apprendre qu'elle est financée depuis sa naissance à un barbare et qu'elle est accusée de responsable d'une malédiction. de quoi vite abandonné la partie, mais non ! Andraste nous prouve qu'elle a une personnalité de guerrière ! Elle est loin de l'image qu'on pourrait se faire d'elle, une petite princesse trop gâtée et qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez.
Elle va donc rencontré Thadeus, Duc au Blashire ( si je ne me trompe pas) et qui n'est autre que son professeur de nécromancie. Je dois avouer que la rencontre entre les deux personnages m'a quelque peu fait grincer des dents. J'ai trouvé ça trop rapide...
MAIS Georgia Caldera a su parfaitement rebondir et en lisant au fur et à mesure l'histoire, on comprend pourquoi, elle a opté pour ce choix.
Thadeus est LE personnage torturé de l'histoire. Que se soit physiquement ou psychologiquement. Il est froid, autoritaire, insociable, manipulateur, rien vraiment qui pourrait être attirant et pourtant il se révèle être un homme qui n'hésite pas à se battre et qui porte sur les épaules un lourd fardeau. A travers ses points de vue, on le découvre et on comprend un peu mieux pourquoi il réagit de cette manière, bien que très souvent j'ai eu envie de lui coller des gifles.
Mais c'est aussi ce qui fait le charme des personnages de Georgia Caldera. Ils ne sont pas parfaits, ils font des erreurs comme nous tous. Ils nous énervent, ils nous déçoivent, ils nous frustrent. C'est ce qui les rends encore plus réelle malgré l'univers fantastique.
Autour d'eux, nous rencontrons brièvement Victoria, cette reine qui impressionne et qui personnellement me fascine. Il y a tellement de mystère autour d'elle. Je m'attendais néanmoins à la voir comme étant LA grande méchante de l'histoire, mais il semblerait qu'elle ne soit pas celle du tome 1. C'est une femme qui se cache derrière un masque et j'espère vraiment que nous en découvrirons plus sur elle. A ses côtés Augustin son fils. On ne peut pas dire que l'entente entre eux soit au bon fixe ( rien de plus normal avec une mère pareille), du fait que Victoria gouverne totalement la vie de son fils, jusqu'à lui ordonner de faire tel ou telle chose... Tout pour satisfaire les plans de cette femme machiavélique ( mais que j'adore ).
D'autres personnages prennent place dans cet univers fantastique. Brighton qui j'espère sera de retour dans le deux. Ruth la soeur d'Andraste qui m'aura donné des envies de meurtre. Scott un ami d'Andraste qui suivait le même cours de nécromancie qu'elle ainsi que toute la famille Blackmorgan. Des hommes et des femmes qui apportent vraiment un plus dans l'histoire. Une note particulière pour Walter, le plus jeune frère de Thadeus que j'adore !
Nous avons aussi des points de vue de femme comme Andraste qui nous permette de voir à l'oeuvre la grande méchante de l'histoire. Un passage qui offre l'opportunité de connaître d'autres femmes avant que nous soyons poignardées de part leur destin.
Tout au long des pages, nous suivons la romance compliquée et chaotique entre Blackmorgan et Andraste. Une romance qui m'aura fait passer par toute sorte d'émotions. de la joie à la déception. de l'espoir à la désillusion. du ravissement au mécontentement pour bien entendu sourire à la fin lorsqu'on apprend comment tout se termine pour eux.
J'ai vraiment adoré découvrir BloodCastle et voir le lien se forgé entre les deux amants, même si ça ne s'est pas fait dans la facilité ( ce qui rend encore plus prenant les doux moments entre eux). le couple se sera détesté pour s'apprivoiser et finalement s'aimer pour le meilleur et pour le pire dans un univers ou la mort, le danger plane en permanence et leurs tiennent compagnie.
Et puis Georgia Caldera sait jouer avec nos nerfs. Une fois encore, elle prouve qu'elle est une excellente auteure en nous plongeant dans un univers créer à sa façon, fantastique, magique et steampunk. Une plume douce et amère pour le plaisir des lectrices.
Néanmoins, malgré une histoire prenante, je garde une déception pour la fin. L'épilogue arrive beaucoup trop vite. Comme un couperet sur la tête qui m'a légèrement assommée me donnant donc c'est sensation d'inachevée et de nombreuses interrogations.
-Comment Andraste a-t-elle fait pour renouer avec Scott alors qu'ils étaient en froid ?
-A la fin, est-elle toujours accusée de meurtre ?
-Où est Ruth ? Comment les femmes du coven ont-elles réagit ( ou même appris) qui était la méchante ? Que Andraste l'ait vaincu ?
-Est-ce que le nouveau roi d'Ilandria en veut aux Blackmorgan pour avoir assassiné le roi ?
-Comment Richard s'en est sorti ? Il me semble si j'ai bien compris qu'il a perdu un bras.
-Comment ont réagi les femmes Blackmorgan en revenant au château, étant donné les quelques changements et les pertes ?
-Comment est maintenant la relation entre Thadeus DUC et Victoria Reine ?
-Est-ce que les soeurs d'Andraste sont au courant pour son mariage, son enfant ?
-Comment s'appelle le bébé ? Aura-t-elle les dons de sa mère et de son père ?
-La malédiction des Blackmorgan étant tombée, est-ce que ça veut dire que les autres hommes peuvent faire des enfants ou c'était définitif ?
Bref des tonnes de questions ( j'arrête là car j'en ai encore plein) qui j'espère auront une réponse dans le tome 2, bien qu'il ne soit pas consacré au couple. Pour moi certaines réponses auraient pu être présente dans un ou deux chapitres supplémentaires avant l'arrivée de l'épilogue.
MAIS je le redis, ça reste pour moi une excellente lecture ! Et j'ai vraiment hâte de lire la suite lorsqu'on sait qui est le héros. On devine qu'en fuyant le palais il ne s'est mis à dos la Reine qui risque de lui en faire voir de toutes les couleurs.
J'ai hâte de retrouver cet univers crée par une Georgia Caldera à la plus magique steampunk et fantastique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Skoldasy
  13 octobre 2014
La lecture de ce premier tome « Dentelle & nécromancie » m'a laissée quelque peu mitigée sur le roman dans son ensemble.
En effet, dans un premier temps, nous découvrons un univers très riche dont l'imagination de Georgia Caldera me fascine toujours autant ! Nous nous retrouvons donc dans un Londres victorien avec en touche de fond, un côté très steampunk. Bien que les premiers abords de la métamagie et des animécaniques me déconcertent dans cet univers particulier, je me suis vite plongée et assimilée à ce monde. Malgré tout, cet univers est très peu exploité dans le roman. J'aimerais vraiment en découvrir plus dans les prochains tomes !
Ensuite, concernant les personnages. Nous avons tout d'abord Andraste Coldfield, une jeune sorcière (nous ne savons pas vraiment son âge) qui est séquestré par sa grand-mère pour la protéger soi-disant « contre sa maladie » mais il s'agit plutôt de ses origines particulières. Une jeune fille aux cheveux blancs et aux iris mauves qui déconcerte le monde qu'elle rencontrera dans le palais de la Reine Victoria. Nous comprenons donc vite que c'est une jeune fille particulière qui ne connaît pas grand-chose à la société et ses subtilités. Vendu par sa grand-mère à un Ilandrien, un ennemi du royaume dès sa naissance, la jeune femme tentera tout pour se soustraire à son « fiancé ».
Puis, il y a Thadeus Blackmorgan duc et professeur de nécromancie que la jeune femme rencontrera dans le palais. Leur rencontre est d'ailleurs très particulière est m'a même dérangée sur l'aspect de la jeune femme qui est « jeune et innocente » donc vierge et s'offre aussi facilement à un homme ? C'est un peu tiré par les cheveux et exagérée, personnellement cela m'a beaucoup dérangée, tant la chose n'est pas crédible du tout. Bref, le duc Blackmorgan est un homme arrogant, mais sous ce masque on devine de grandes souffrances. Après tout, Georgia Caldera adore les personnages torturés et ne déroge donc pas à cette fameuse règle. D'ailleurs contrairement à ses autres romans, Thadeus est l'homme le plus exécrable qu'elle a pu créer tant son comportement horripilerai n'importe quelle personne. Mais on comprend avec son passé que certains traits de son caractère sont nés de sa tragédie. Mais pourquoi faire de la relation Andraste/Thadeus quelque chose d'aussi sombre et malsain ? Personnellement, je n'apprécie que moyennement. Contrairement aux « Larmes rouges » ou même dans « Hors de portée », l'auteure n'avait jamais été aussi loin. Thadeus fait preuve d'abus moral pour obtenir tout ce qu'il désire de la jeune fille, mais en plus faire preuve de violence envers la jeune femme est une chose de trop pour moi. Cette pression morale sur elle l'a rends malléable à souhait et un abus sur la femme. J'étais donc soulagée vers la fin du roman de voir ce que cette tendance change de position ! Je ne lirai pas la suite si cette relation « malsaine » avait continué dans ce sens. Personnellement pour le fameux début de «romance » n'en était pas une, confondre le désir et l'amour ne fait pas parti de mes principes.
Les autres personnages secondaires sont très peu travaillés, j'aurais aimé en découvrir un peu plus le capitaine Brighton par exemple ou même les soeurs d'Andraste, pareil pour les frères de Thadeus.
J'ai particulièrement aimé la première esquisse du portrait de la Reine Victoria dite « l'éternelle ». Nous avons donc qu'elle a eu recours à la magie pour vivre ainsi pendant des siècles, mais de quelle manière ? Là est toute la question ! Et j'ai hâte de le découvrir dans le prochain tome. J'espère que son fils Augustin aura également un plus grand rôle dans le second tome, que de jouer les coureurs de jupons. Enfin, j'ai particulièrement aimé la bataille à la fin du roman qui était très prenante. D'ailleurs, c'est lors de cette bataille que les pouvoirs d'Andraste changent enfin et qu'elle devienne vraiment intéressante d'un point de vue « magique ». Il y a certes beaucoup de perte, mais comme on n'a pas eu vraiment le temps de s'attacher aux personnages, ce n'est pas vraiment dérangeant.
D'un point de vue de l'écriture, comme toujours Georgia Caldera excelle dans ce domaine. Sa plume est fluide et le vocabulaire toujours très enrichit ! Même si l'ensemble du roman m'a déçue, la fin c'est pas mal rattrapée. J'ai bien envie de lire la suite et de découvrir comment l'histoire va évoluer, j'espère vraiment en positif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Elbakin.net   15 décembre 2014
Évidemment, il s’agit d’une romance donc la première partie du récit est consacrée aux personnages principaux, Thadeus et Andraste, et à leur relation. Cela peut amener quelques longueurs, surtout lorsque l’on a envie de secouer Thadeus et de lui rappeler que la prochaine fois qu’il répète le mot sortilège, on referme le livre !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
wentworth23wentworth23   23 septembre 2014
Andraste, si j'ai élaboré un plan pour t'amener à m'épouser dès notre première rencontre, puis conçu d'autres encore, vaguement plus subtils, par la suite, après avoir découvert qui tu étais, c'est parce que je suis fou de toi depuis le début! Depuis le moment où tu est venu à moi, complètement nue, dans la salle des douches des domestiques. Bien avant qu'il soit question d'enfant. Ce que j'éprouve pour toi, c'est au-delà des mots, et je peux te répéter autant de fois que tu le désires que je t'aime, parce que c'est la fichue vérité !
Il avait crié beaucoup plus fort qu'il ne l'avait souhaité et se rendit compte après coup que son petit discours ressemblait d'avantage à une semonce en règle qu'à une déclaration d'amour... Bon sang, ce qu'il pouvait être lamentable à cet exercice !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LaChroniquedesPassionsLaChroniquedesPassions   09 février 2015
— Égal à toi-même ! siffla Andraste entre ses dents serrées. Tout ça n’est rien de plus qu’un nouveau chantage, n’est-ce pas ? C’est maintenant où tu m’abandonnes à mon triste sort ? Le dédommagement exigé pour tes bons services de la journée ?!
— Bordel de merde ! jura-t-il à bout de nerfs en la fusillant de son regard le plus noir – regard qu’elle s’empressa de lui rendre, affaiblie ou pas.
Mais comment pouvait-elle être aussi ingrate ?! Il l’avait sauvée, non ? Il avait pris soin d’elle, il avait eu peur pour elle… autant déballer ses tripes devant une nuée de rapaces ! Brighton et ses conseils à la noix pouvaient aller se faire pendre en ce qui le concernait. On ne le reprendrait pas de sitôt à essayer de se montrer aimable et attentionné envers cette espèce de harpie !
— Tu sais quoi ? grinça-t-il en approchant son nez tout près du sien. Prends-le comme tu veux, cela m’est égal.
Cette sortie eut au moins le mérite de la faire taire, mettant un terme définitif à leur dispute. Ils restèrent encore quelques secondes à s’observer l’un l’autre. Puis, quand il comprit qu’il avait gagné, Thadeus conduisit une jeune femme d’apparence calme et docile – en fait, résignée – devant l’autel où les attendait le prêtre.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mademoiselle_HMademoiselle_H   09 novembre 2014
La main d'Andraste se crispa dans la sienne, comme l'ensemble de son corps, tandis qu'il jurait entre ses dents.
- Mi... milord, murmura-t-elle d'un ton de reproche, contenant également une pointe de panique.
Bien sûr, ce n'était pas le mot grossier qu'il venait de lâcher qui suscitait cette remontrance. Non, en vérité, il s'agissait plutôt du contact de son membre dur, désormais scandaleusement érigé entre eux, tendant son pantalon bien plus que la bienséance ne saurait le tolérer.
Le cas échéant, qu'y pouvait-il ? C'était elle la sorcière, elle qui lui avait jeté un charme. Elle assumerait donc avec lui.
- Je crains que tu ne sois obligée de m'accorder encore quelques danses, ricana-t-il, feignant la désinvolture pour masquer son trouble. Peut-être même toutes. Quel dommage pour tous tes petits gars du carnet !
- Vous le faites exprès ! s'offusqua-t-elle, en lui donnant un coup sur l'épaule, la colère reprenant le pas sur sa faiblesse passagère. Vous adorez me mettre dans l'embarras, n'est ce pas ?
- Ah, ça ! J'adore t’embarrasser, il est vrai. Mais... "le faire exprès" ?! Ne sois pas ridicule, enfin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
wentworth23wentworth23   23 septembre 2014
Il aurait dû être terrifié à l’idée de ce qui pourrait résulter d’une telle imprudence. Un nouvel aîné, porteur à son tour de la malédiction familiale, c’était pourtant ce qu’il redoutait le plus au monde. Pourtant, il était serein.
En parfait égoïste, il se surprenait même, en son for intérieur – et contre toute logique et toute raison – à espérer que cela se produise. Parce que dans ce cas, l’inconnue serait inévitablement contrainte de revenir vers lui. Alors, d’une manière ou d’une autre, il l’enchaînerait à lui et plus jamais, comme cette nuit, il ne commettrait l’erreur de la laisser s’enfuir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Mademoiselle_HMademoiselle_H   09 novembre 2014
— J’ignore à quoi vous avez pensé précisément, mais un homme de votre rang ne devrait pas s’abaisser à ce genre de manœuvre, quand bien même Rupert vous l’aurait suggéré. Aussi je ne peux que vous féliciter de préférer la méthode alternative, celle qui ne comporte ni démonstration de force à la Blackmorgan, ni menace ou intimidation. Bref, je disais donc, rien de tel que la subtilité. Pour commencer, la demoiselle vous apprécie-t-elle, au moins ?
— Bons dieux Brighton, comment le saurais-je ?!
— Vous devez bien en avoir une petite idée, non ?
Thadeus aurait aimé pouvoir répondre à cette banale question, mais s’en découvrit tout à fait incapable. Irrité de devoir le reconnaître, il s’exclama :
— Non, je n’en sais foutre rien ! S’il m’arrive, pour une raison ou pour une autre, d’avoir l’impression que c’est le cas, elle me démontre aussitôt l’inverse.
— À savoir ? continua le capitaine, la curiosité manifestement piquée au vif.
— Eh bien, qu’elle me déteste, avoua Thadeus, confus. À sa décharge, j’ai commis pas mal d’erreurs…
— Comme user de cet horrible langage en sa présence ? le soupçonna Brighton en se pinçant l’arête du nez. Enfin, passons. Il n’empêche que vous ne la laissez pas indifférente. En soi, c’est plutôt positif. Et sinon, avez-vous essayé de vous montrer gentil et attentionné envers elle ? Obligeant, peut-être ? Aimable, au moins ?
— Par pitié ! Ce sont vos conseils ?
— Non, évidemment, j’aurais dû m’en douter, en déduisit le capitaine, comme pour lui-même. L’avez-vous jamais été avec qui que ce soit, au demeurant ? C’est à se demander comment vous avez fait jusque-là mon ami, même les bonnes attendent en général un minimum de courtoisie de la part d’un homme, si haut placé soit-il.
— J’ai l’habitude de payer, c’est plus simple et moins laborieux que de se montrer courtois, révéla cyniquement Thadeus, éprouvant une gêne inattendue après cet aveu pourtant passablement anodin pour quelqu’un de sa condition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Georgia Caldera (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georgia Caldera
À l'occasion de la sortie de son nouveau roman "Hors de question" aux éditions Pygmalion, Georgia Caldera vous fait quelques confidences sur la genèse de son livre.
"Hors de question" de Georgia Caldera, le 11 mai 2016 aux éditions Pygmalion
Retrouvez-nous sur les réseaux : Page Facebook : https://www.facebook.com/ed.Pygmalion/ Twitter : @ed_Pygmalion Instagram : @ed_Pygmalion Spotify : ed_pygmalion
Georgia Caldera : Site : http://www.georgiacaldera.com/ Blog : http://www.lafilleauxcheveuxbleus.com/ Facebook : https://www.facebook.com/georgia.caldera
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1173 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..