AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782330071240
528 pages
Actes Sud (05/10/2016)
3.25/5   87 notes
Résumé :
En 2004, au Vatican, Alex et Simon deux frères, l'un prêtre catholique de l'Église d'Orient, l'autre prêtre catholique de l'Église d'Occident sont emportés dans la tourmente après un meurtre lié à l'imminence d'une révélation retentissante relative à la relique la plus fascinante et la plus contestée de la chrétienté, le Saint-Suaire de Turin.
À travers l'enquête parallèle et clandestine que mène Alex pour sauver son frère, accusé du pire péché qui soit, l'a... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,25

sur 87 notes

Souri7
  11 mars 2017
Alex et Simon vivent tous deux au Vatican. le premier, Alex, catholique orthodoxe, père d'un enfant, Pierre, enseigne aux jeunes prêtres la compréhension des différents évangiles. le second, Simon, prêtre catholique travaille au sein de la secrétarie du Vatican dans le but d'unifier ses deux courants religieux. Cette possibilité voit le jour grâce à la découverte par Ugo du Diastessaron, un livre révélant un lien entre le suaire de Turin et son passé. Malheureusement, à quelques jours de l'exposition prévue pour annoncer cette découverte, Ugo est retrouvé mort dans les jardins du palais Gandolfo avec Simon près de lui.
Rapidement les autorités vaticanes accusent Simon du meurtre mais son frère, Alex refuse de le croire coupable. L'enquête d'Alex va le mener à douter de tout…
Ce livre est comparé par certains avec le Da Vinci Code de Dan Brown, voila pourquoi j'avais été tentée. La comparaison à ne surtout pas faire puisque la barre est de suite placée très haut avec de nombreuses attentes. 😐 le résultat est pitoyable avec une lecture qui m'a prise plusieurs semaines avec un récit lourd, lent et sans consistance. Je m'étais ensuite motivée en pensant que le final serait incroyable et … non… aussi insipide que tout le reste.
Le sujet est pourtant intéressant, l'intrigue historico-religieuse également mais c'est tout les aspects techniques du Vatican qui donne une sensation de lourdeur à l'ensemble du livre. Les événements peinent à se mettre en place pour avoir au final un impact insignifiant.
Seul charme qu'apporte ce livre, la découverte du Vatican au travers des yeux d'Alex et des lieux où il se rend. Les institutions religieuses sont plutôt bien décrites avec une explication du schisme entre les deux courants catholiques, les différences de conceptions, l'importance du suaire pour les catholiques au travers des différents évangiles.
Pour résumer, le livre est insipide pour un roman policier. Trop technique, pas assez de suspens et une fin décevante qui donne l'impression désagréable au lecteur d'avoir été trompé.😰
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
umezzu
  12 mai 2020
En 2004, Alex Andreou est prêtre catholique grec de rite byzantin au Vatican, une partie peu connue de la religion catholique. Depuis l'enfance, il vit dans le micro-Etat, où son père oeuvrait au rapprochement entre les Églises d'Orient et le Vatican. Un sujet qui lui tenait à coeur et qu'il a transmis à ses deux fils – les prêtres grecs catholique de rite byzantin peuvent se marier avant leur ordination - : l'aîné Simon, un colosse qui travaille pour le secrétaire d'État du Vatican, et le cadet Alex, qui élève désormais seul son enfant de cinq ans, Pierre.
Simon, puis Alex, ont aidé dans ses recherches un exalté, Ugo Nogara, qui tente par tous les moyens de démontrer que le suaire de Turin (le Saint-Suaire) est réellement le drap qui a reçu l'empreinte du corps du Christ. Pourtant le suaire a été daté du XIII ou XIV éme siècle par la datation au carbone 14. le père de Simon et Alex s'était d'ailleurs beaucoup investi dans cette analyse. Ugo Nogara a trouvé un autre moyen pour rattacher le suaire à l'époque du Christ : en trouver la trace dans un ouvrage peu connu, le Diatessaron, écrit à Edesse, qui tente de rassembler dans un texte unique les quatre évangiles.
Mais, alors qu'il semblait toucher au but, Ugo Nogara meurt d'une balle dans la tête dans les jardins de la résidence d'été du Pape à Castel Gandolfo. Et l'individu trouvé à son côté est Simon...
Voilà un livre que j'attendais de lire depuis quelque temps, après avoir été alerté sur ce roman par des critiques Babelio. de premier abord, j'ai été un peu étonné de la forme pour un ouvrage de divertissement : un pavé de plus de cinq cent pages, en caractères de petite taille, et une prose dense. le livre aurait gagné de beaucoup à une publication plus aérée, avec une taille de caractères plus importante.
Pourtant, une fois le récit lancé, la lecture devient addictive. le côté investigation policière permet d'avoir une visite complète du Vatican et des explications détaillées sur le fonctionnement sur cette enclave dans Rome. L'intrigue fait la part belle au rôle des évangiles, à leur origine, à la lecture différenciée qui peut en être faite. Les explications données sont très claires et peuvent intéresser autant pour leur côté historique que spirituel. le lecteur apprend beaucoup. Mais à partir de la moitié du livre le rythme du récit, jusque là très vif, baisse sensiblement. Caldwell décrit avec minutie le procès canonique fait à Simon, accusé du meurtre de Nogara. Là l'histoire patine un peu, d'autant que Alex - auteur du récit – vit également des choses compliquées sur le plan personnel. Où l'auteur veut-il aller ? Je vous laisse le découvrir…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
ladesiderienne
  10 mai 2017
Ce roman au résumé prometteur me semblait destiné mais mon enthousiasme avait été freiné à la vue du nom de l'auteur. En effet, il y a fort longtemps, je n'avais que peu apprécié "La Règle de quatre" qu'il avait co-écrit avec Dustin Thomason. Malgré cet a-priori, je me suis lancée dans l'aventure et je ne l'ai pas regretté.
Le narrateur Alex Andreou est un jeune prêtre catholique d'Orient. Il vit au Vatican où il enseigne l'étude des Évangiles aux séminaristes. Depuis le départ de sa femme dépressive (sa religion autorise le mariage des prêtres), il élève seul son fils de 5 ans, Pierre. Son frère aîné, Simon, lui aussi est prêtre mais de confession catholique romaine. Il est employé comme diplomate à la Secrétairerie d'État du Saint-Siège. Un lien puissant unit les deux hommes depuis le décès successif de leurs parents alors qu'il étaient encore adolescents. Un de leur ami laïc, Ugo Nogara, conservateur au Musée du Vatican, est chargé d'organiser une gigantesque exposition sur le Saint Suaire de Turin. Il demande l'aide d'Alex pour interpréter les textes saints et notamment ceux du Diatessaron, un ouvrage méconnu qui fait la synthèse des quatre Évangiles, et qui pourrait les éclairer sur l'histoire de la célèbre relique. Mais voilà que quelques jours avant l'inauguration de l'expo, Ugo est abattu d'une balle de revolver dans les jardins de Castel Gandolfo. Le début de l'enquête accuse Simon, le premier à avoir découvert le corps, d'autant plus qu'il avait reçu auparavant un message de son ami, l'informant qu'il avait fait une découverte révolutionnaire sur le Saint-Suaire. Alex va tout accomplir pour faire innocenter son frère et la tâche ne sera pas facile car Simon s'est réfugié dans un silence incompréhensible.
Résumer ainsi l'histoire à une intrigue policière est très réducteur car j'occulte le fait que la réconciliation des Églises catholiques et orthodoxes, tant souhaitée par Jean-Paul II, pape alors en fonction, est en jeu.
Une chose est sûre : j'ai rencontré dans ce livre les mêmes difficultés que lors de ma lecture de "La Règle de quatre", à savoir que Ian Caldwell écrit des romans complexes qui nécessitent une période d'adaptation avant d'entrer dans l'histoire, à moins d'être ici agrégé en théologie. L'écriture n'est pas très fluide et les références aux textes sacrés nombreuses. Mais cette fois-ci, le miracle a eu lieu et je suis tombée sous le charme de cette belle amitié fraternelle entre Simon et Alex. J'ai été émue également par la relation entre un père solo et son fils et par les difficultés qu'il rencontre pour l'élever dans un lieu si particulier. Ian Caldwell entraîne son lecteur dans tous les coulisses du Vatican. Il va y découvrir les habitudes et le protocole de tous ceux qui y vivent, du garde suisse au pape, mais aussi sa justice et toutes ses querelles intestines. L'auteur a fourni un travail considérable sur l'interprétation des Évangiles et sur l'explication du schisme entre catholiques et orthodoxes. Même si c'est la partie la plus complexe, l'auteur a réussi à la mettre à la portée du lecteur lambda. Il dresse également un portrait émouvant de Jean-Paul II. Malgré une santé plus que défaillante, ce pape tentera jusqu'au bout cette réunification qui lui tient tant à coeur.
Vous êtes prévenus, apprécier ce pavé de plus de 500 pages ne se fait pas sans vaincre certaines difficultés (pour admirer la vue en haut d'une montagne, il fait d'abord en faire l'ascension). Mais par la suite, il se révèlera bien plus qu'un simple roman policier. Pour cette surprise inattendue où l'érudition et la science côtoient de belles valeurs humaines, j'accorde 16/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
bilodoh
  30 décembre 2016
Un polar dans les coulisses du Vatican, une intrigue à saveur plus théologique qu'ésotérique.

Un homme est mort dans les jardins, un chercheur qui préparait une grande exposition au musée du Vatican. On devait y présenter un évangile retrouvé dans les archives et des avancées concernant le « suaire de Turin ».
Parmi les suspects du crime, un religieux dont le frère est un prêtre de rite oriental à Rome. Une famille dans laquelle on est prêtre de père en fils, voilà qui ne semble pas très catholique! Et pourtant, le rite oriental permet d'être ordonné après s'être marié.
(Si le roman ne traite pas du célibat des prêtres, il présente quand même un Vatican où les femmes ne peuvent être présentes que dans des rôles bien subalternes : il est encore pratique d'avoir une nonne pour faire la cuisine ou le ménage…)

Un polar qui fait voyager dans un lieu dont les touristes ne voient habituellement que les façades et qui présente des éléments peu connus de l'histoire de la religion catholique, de la rédaction des évangiles au schisme entre l'orient et l'occident, dans une approche d'analyse, sans explications magiques et sans remettre en question la foi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Cormorobin
  12 février 2017
Mais qu'est-ce qui m'a pris d'acheter ce livre ? C'est long, c'est long... Entre les catholiques romains, les catholiques grecs, les orthodoxes, pffff, on n'en voit pas le bout. J'espérais un truc du genre thriller ésoterico-historique, à la mode de qui vous savez et son code machin, mais pas du tout.
Un homme est mort. Un homme est accusé mais n'avoue pas. Son frère mène l'enquête ou les recherches. Ceci pendant 500 pages. J'ai l'impression de m'être fatigué à m'échiner dans les couloirs du Vatican, c'est pénible.
En fait, avec 200 pages de moins, on aurait peut-être eu quelque chose de plus intéressant, de plus dynamique. Sans doute.
C'est bien écrit, certes, mais bon, quelle perte de temps, et d'intérêt !
Faut absolument que je me rappelle de ne plus rien acheter ni lire de cet auteur.
Certains aimeront, probablement, mais pas moi. Peut-être parce que je suis un mécréant.
Commenter  J’apprécie          151

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   11 mars 2017
— Vos parents vous ont envoyés ici pour ça ? Pour découvrir ce que moi je crois, ou bien pour apprendre à penser par vous-mêmes ?
Des sentiments profonds remontent du fond de ma gorge.
— Si vous croyez tout ce que les gens vous disent, alors ne devenez pas prêtres. Personne n’a besoin de prêtres comme ça. C’est vous qui devez être le juge. Les gens mentent. Les gens ont des désaccords. Les gens se trompent. Pour découvrir la vérité, vous devez savoir comment la chercher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
ladesiderienneladesiderienne   07 mai 2017
C'est pourquoi la majorité des spécialistes croient, comme on l'enseigne à la majorité des prêtres catholiques, que nos quatre Évangiles ne sont pas les mémoires des hommes dont ils portent aujourd'hui le nom. Ce sont des assemblages constitués, des décennies après le ministère de Jésus, de documents plus anciens enregistrant une traduction orale des récits de Jésus. C'est seulement à ce niveau plus profond, et antérieur, de témoignages qu'on pourrait découvrir les souvenirs réels des disciples.
Cela signifie que les Évangiles remontent effectivement à la vie de Jésus, mais pas directement, et non sans additions et soustractions. Il est crucial de comprendre ce processus d'édition, si l'on veut mener des recherches sur la pure réalité historique de la vie de Jésus. Et cela parce que les modifications du texte étaient souvent d'ordre théologique ou spirituel : elles reflétaient davantage la croyance des chrétiens à propos du Messie que des connaissances réelles concernant l'homme Jésus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Souri7Souri7   10 mars 2017
Le serment, meilleur ami des bureaucrates. Voilà comment un évêque enterre les erreurs commises derrière son bureau : en soumettant le prêtre sous ses ordres à la loi du secret.
Commenter  J’apprécie          280
ladesiderienneladesiderienne   05 mai 2017
Mon fils est trop jeune pour comprendre le pardon. Grandir à Rome lui a donné l'impression que c'était facile : les étrangers font la queue devant les cabines de la basilique Saint-Pierre, attendant leur tour pour se confesser, et les lumières rouges en haut des confessionnaux clignotent, annonçant que les prêtres à l'intérieur ont fini avec un pécheur, et qu'ils sont prêts à accueillir le suivant. Vu la rapidité avec laquelle on nettoie les consciences, mon fils pense qu'elles ne doivent pas se salir autant que les chambres ou les assiettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
bilodohbilodoh   29 décembre 2016
La part enfantine de son cœur se désolait de savoir que l’étable et les mages existaient davantage dans le petit théâtre de la Nativité que lors de cette fameuse nuit magique.

(Actes Sud, p. 159)
Commenter  J’apprécie          140

Video de Ian Caldwell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian Caldwell
Interview de Ian Caldwell et Dustin Thomason (en anglais)
autres livres classés : vaticanVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus

Autres livres de Ian Caldwell (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1652 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre