AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253238621
384 pages
Le Livre de Poche (23/03/2022)
3.81/5   94 notes
Résumé :
Brusquement pris de démence, un homme sans histoire massacre sa famille avant de se suicider ; les habitants d’un petit immeuble du XIIIe sont décimés par un mal inexplicable… En quelques jours, une véritable hécatombe s’est abattue sur Paris et 26 adultes et 15 enfants ont trouvé la mort. Aucun lien apparent entre ces drames, sauf peut-être le dessin d’une fleur de lotus (symbole de pureté), retrouvé chaque fois à proximité des lieux. Secte, terrorisme, sadique, ri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 94 notes
5
14 avis
4
17 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

NathalC
  19 décembre 2018
Ce livre m'a été prêté par une connaissance qui pensait me faire plaisir.
C'est vrai qu'avec un mari apiculteur, cela aurait pu m'intéresser.
Ce ne fut pas le cas. Vers la page 70, je referme le livre.
Ce n'est pas la façon de raconter de l'auteur, c'est l'histoire en elle-même. Les livres policiers, ce n'est pas mon truc...
Mais, si vous êtes fans de livres policiers, laissez vous tenter. Je suis sûre que ce livre est fait pour vous plaire !
Commenter  J’apprécie          400
Croquignolle
  07 mai 2022
Dans mon coin de pays, les abeilles se retrouvent sur des étiquettes d'Amigne, délicieux cépage endémique. La douceur du vin est proportionnelle au nombre d'abeilles (ou l'inverse).
Sur mon balcon en cet après-midi printanier j'observe cette ouvrière couverte de pollen qui tourne autour de mon hôtel à insectes. Quel spectacle !
Dans le testament des abeilles, c'est la disparition des apoïdes - Oui, je fais ma maligne...C'est que ce livre m'a donné envie de m'instruire un peu hihi - qui inquiète les initiés de prophéties, les affairés de complots et les apeurés de fin du monde.
Ce polar sur fond de morts inexpliquées, d'énigmes mystérieuses, d'amours naissantes, de drame écologique m'a happée. J'aime les romans policiers. Et j'aime quand les histoires se suivent et ne se ressemblent pas.
Celle-ci, de Natacha Calestrémé, est originale, documentée et surtout inspirée. Sans la connaître, je sens chez cette auteure une sorte de connexion particulière entre elle et le monde des vivants qui l'entoure.
Le livre me donne envie de découvrir ses autres romans dont le voile des apparences qui trône déjà sur ma pile.
Et puis, cette écrivaine-journaliste-réalisatrice a également bien roulé sa bosse dans le monde des documentaires sur la biodiversité et sur les humains qui ont un lien particulier avec le monde invisible et ses trésors. V'là que ça me titille également.
"Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton coeur." Râmakrishna
Il y a des livres que l'on lit et qui ne laissent que de faibles traces. Il y a des livres que l'on dévore et qui nous donnent envie de nous intéresser aux autres, à l'Autre, au Mystère. le testament des abeilles en fait partie.
Un grand merci à ma belle-soeur Joëlle qui m'a offert cette jolie découverte et qui m'a permis de me replonger, silencieusement, dans le monde des abeilles et, intérieurement, dans une nouvelle prise de conscience de l'urgence écologique.
Je laisse la touche finale de cette chronique a un expert ès fiscalité, sagesse, coaching, éducation et humour d'origine gabonaise.
"Les abeilles ne perdent pas leur temps à expliquer aux mouches que le nectar est meilleur que la merde."
Fr. Rhan Brunet Valdès Angwe Mintsa
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
Stelphique
  26 avril 2022
Ce que j'ai ressenti:
« À quoi allait ressembler ma vie, demain? »
Telle est la question…Entre les prophéties défaitistes, la disparition des abeilles, les destructions environnementales, et les drames. Tous ces drames. Toutes ces catastrophes naturelles, meurtrières, hypothétiques…J'imagine que à force, de regarder cela, jour après jour, on ne serait pas contre un peu de guérison, un peu de baume au coeur, et quelques petits rappels essentiels, pour peu qu'on prête quelques intérêts aux cris silencieux de la Nature…Parce qu'il est bien évidemment que la nature parle, envoie toute sorte de signaux d'alertes et qu'il faudra bien, qu'un jour ou l'autre, que les humains prennent conscience qu'ils font partie intégrante de l'équation du Vivant. Alors à quoi ressemblera notre vie à tous, aujourd'hui et demain, c'est vraiment une question essentielle à se poser, parce que et d'un, un rapport vient de tomber, de deux, une prophétie se réalise, et de trois, des pertes humaines explosent les statistiques…Et quelqu'un prend la plume, pour faire parler les abeilles, quand d'autres ont un timing ultra serré pour déjouer les plans machiavéliques d'un serial-killer…
« Il n'a aucun endroit où se cacher de cette furie bourdonnante. »
Le mal est invisible, les corps tombent, les mystères s'épaississent, cette enquête donne quelques difficultés à Yoann Clivel, et pourtant, il faudra bien que chaque membre de l'équipe, y mette du sien, et vite, parce que ça commence à faire désordre ces morts inexpliquées…L'enquête va nous mener au coeur de la nature, décrypter des signes et des prédictions hors des sentiers battus, tout en essayant de ne pas perdre la lumière de ce monde…Autant dire que toute l'aide sera la bienvenue, même la plus extrasensorielle, tellement la complexité de l'arme du crime est inquiétante…Vous l'aurez compris, c'est palpitant et très bourdonnant, et je ne voudrais pas trop divulgâcher de l'intrigue ou des rencontres spéciales que vous pourriez faire, mais il y a une vibration bienveillante dans ce livre que je vous invite à aller voir de plus près, avant qu'il ne soit trop tard, pour tous…
« La nature réveillera ses pouvoirs et fera germer des graines que l'on croyait perdues. »
Ce qui m'a attirée vers ce titre, c'est cette fameuse étiquette du « Polar Guérisseur », parce qu'il y a cette accroche instantanée de l'originalité et d'un aspect aussi, de pouvoir presque « magique », ou du moins mystérieux (-Qui, que, ou quoi guérir? Ça m'intrigue…-.) le polar en lui-même est classique, prenant, efficace, mais tout l'intérêt réside dans cette exploration de l'ésotérisme, et j'ai bien aimé la symbiose des deux, parce qu'à la fin, il y a quelque chose à en retirer, la résolution propre de l'énigme, mais peut-être plus enrichissant encore, des réponses à nos perceptions intimes. C'était très intéressant, j'ai appris beaucoup de choses, donc rien que pour cela, cette lecture était une très bonne surprise, et forcément je suis encore plus curieuse et enthousiaste à lire les enquêtes suivantes de Yoann Clivel, mais aussi à découvrir les autres ouvrages de Natacha Calestremé, puisque elle fait référence à des « protocoles » que je suis désireuse de découvrir, pour vraiment approfondir ce concept de dynamiques, d'énergies et de notre relation avec l'environnement…Je tiens à dire que j'ai eu aussi un « crush » pour Nathan. Et je programme immédiatement, la lecture du tome deux, parce qu'on dirait qu'il y a URGENCE. Urgence à prendre en considération, notre responsabilité dans les crimes contre l'énergie du monde et sa biodiversité, avant que toute l'humanité n'ait à écrire, SON testament…
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          287
caro64
  04 juillet 2012
Nous sommes en 2008 et une série de meurtres survient dans la capitale. Ce sont tout d'abord trois victimes, puis treize, puis vingt-huit. La psychose monte et le major Yoann Clivel de la PJ cherche, avec son équipe, un mobile, un point commun, n'importe quel détail pouvant se révéler être un indice essentiel.
Cela devient d'autant plus difficile que l'affaire étant finalement confiée à la crim', il doit enquêter de manière plus ou moins officieuse… mais avec toutefois l'accord de son supérieur.
Apparemment, un seul élément semble être toujours présent sur les lieux du crime : un lotus, ou un dessin de lotus. Puis en recoupant les informations à partir de morts suspectes plus anciennes et non élucidées, un second élément apparait : parmi les victimes figure toujours un enfant de six ans. Un enfant surdoué.
Yoann Clivel va mener l'enquête dans le milieu des amoureux de la nature, des défenseurs de l'environnement, qu'ils soient des plus officiels ou des plus incongrus. du chercheur au sourcier, du pharmacognoste au gourou de secte. Il va suivre la piste d'une prophétie faite par « le Moine des abeilles », qui semble prise très au sérieux par nombre de personnes plus ou moins bien intentionnées.
Et si la prophétie était à l'origine, chez l'une d'entre elles, de cette folie meurtrière ?
Le pari était osé de mêler enquête policière et écologie, de parler d'environnement à préserver et des dérives de l'agroalimentaire, d'entrecroiser meurtres et liens de l'homme avec la nature.
Cela aurait pu virer rapidement au brouet indigeste, au pamphlet virulent, ou au réquisitoire New-Age.
Et bien, pas du tout ! C'est tout le contraire.
Le style est plaisant dès le début, fluide, jamais pesant, avec des détails saupoudrés juste comme il faut tout au long de l'histoire pour maintenir l'intérêt de bout en bout.
L'intrigue est complexe à souhait, bien construite, le suspense est savamment entretenu jusqu'aux toutes dernières pages et bien malin celui qui trouvera rapidement le coupable. Seul petit regret, une fin qui arrive trop vite ! J'en aurais bien pris pour une ou deux dizaines de pages supplémentaires. Ou plus.
La documentation est intelligente et bien dosée, sans jamais verser dans le prosélytisme tout en faisant réfléchir. Car à moins d'être passionné par le sujet, il y a quelques éléments dont on ne parle jamais dans les médias spécialisés en vente d'espaces publicitaires pour cerveaux ramollis. Et d'autres que j'ai découverts.
Car l'auteur, passionnée par la nature, a un talent certain pour parler de ce qu'elle aime et pour transmettre les informations dont elle dispose.
C'est bien fait, intéressant, et toujours agréable à lire.
Les personnages ont une belle épaisseur, une vie que l'on découvre peu à peu, ils sont vivants, attachants dans leur complexité et avec leurs failles, et réussis.

Pour résumer : une intrigue prenante, bien construite, alliant le plaisir du roman policier avec celui d'une sensibilisation bien faite au problème très actuel de l'environnement, c'est un excellent premier livre à découvrir sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Paco
  31 mai 2012
Deuxième roman en un mois que je découvre impliquant dans son intrigue des abeilles... Décidément, quelle mouche m'a piqué! Bon...
Une belle leçon de vie et de morale qu'est ce roman! L'auteur, journaliste et réalisatrice de documentaires sur l'écologie, l'environnement et l'univers de la santé - notamment -, nous présente une oeuvre aux thèmes très actuels impliquant tout ce qu'elle semble affectionner (je pense), tout ceci dispatcher, imbriqué dans un polar à l'intrigue étonnante et particulière. le résultat est remarquable, piquant et au combien instructif. L'auteur n'est pas en manque d'arguments pour nous dévoiler avec détails ce que nous réserve Dame Nature si nous continuons à nous comporter avec égoïsme et ingratitude. Mais le testament des abeilles, c'est encore bien plus que cela...
Natacha Calestrémé chatouille des points sensibles dans ce roman qui nous concernent toutes et tous, sans aucune exception. Les problèmes qui touchent notre planète, respectivement les dangers imminents qui la menacent. Enfin... Plutôt LE danger; l'Homme. Pensez-vous que les catastrophes naturelles sont issues de la malchance ou du destin? Certains diront, bien entendu, que c'est la nature qui se déchaîne et se venge ainsi du manque d'égard à son encontre. Cela pourrait être le cas, oui, mais non... C'est l'Homme qui provoque ces désastres par ses agissements; ne croyez-vous pas? Les exemples ne manquent pas; OGM, remaniement de la nature, pluie toxique d'insecticides, pesticides. Et oui! Il faut bien du rendement, de l'argent, du confort non? Ne récoltons-nous pas ce que nous avons semé, justement? Il faudra donc assumer ce que la nature nous retourne par la force des choses. le testament des abeilles, un titre évocateur croyez-mois.
"Le jour où l'abeille disparaîtra du globe, les hommes n'auront plus que quatre ans à vivre". A qui la faute?
Un bon polar? Indiscutablement. Yoann Clivel est major à la troisième division de la police judiciaire de Paris. Un fin limier observateur qui depuis sa plus tendre enfance est passionné par la nature, les insectes ou encore les reptiles. Autant voir se qui se passe au niveau du sol que d'être témoin d'un père jamais là, infidèle, et d'une mère malheureuse. Voilà un homme qui se bat contre des démons qui hantent sa mémoire depuis bien des années, des souvenirs qui le ramènent souvent à son père qui a été assassiné alors qu'il était encore enfant. Yoann garde un secret depuis trop longtemps, un détail qui le ronge profondément. Un personnage tourmenté avec ses faiblesses; on s'attache. Un point sur lequel je reviendrai; les personnages qui sont d'une épaisseur et d'une psychologie bien travaillées. Cela se perçoit dans l'écriture de Natacha Calestrémé qui nous transmet cet aspect avec beaucoup de générosité.
Yoann Clivel revient sur une affaire qui a débuté en septembre 2008 à Paris, une étonnante affaire de meurtres. Une famille décimée est retrouvée dans un appartement; mère poignardée, fillette égorgée parmi ses peluches et le père lacéré de coups de couteau. Selon la scène de crime et les premiers éléments recueillis, ce père de famille serait devenu fou et aurait finalement retourné l'arme contre lui, plusieurs fois, jusqu'à la mort. Un drame bien malheureux qui va réunir pour cette enquête, orchestrée par Yoann Clivel, Christian Berkman, passionné de moto et de jeux, peut-être un peu trop! Marc Honfleur, le petit nouveau, intelligent, efficace, passionné d'informatique et Jane, jeune femme dynamique au franc-parler.
Quelques jours plus tard, un autre drame survient dans Paris. Treize personnes sont retrouvées mortes dans un immeuble, principalement des familles avec de jeunes enfants. L'évènement dépasse à nouveau l'entendement; aucune trace suspecte, pas de sang, rien! Une femme s'est même jetée par la fenêtre de son appartement sans raison apparente. Empoisonnement? Bioterrorisme? L'affaire devient trop importante pour les hommes de la PJ et l'enquête est remise à la Crim'. le major Yoann Clivel en a d'ailleurs une grande estime...:
"La Crim' va se ramener, continuai-je. Tu ne peux pas les louper, ils arrivent à trois groupes, ça fait vingt et une personnes en tout, peut-être vingt-cinq. Probablement huit Fort Mondeo qui débarquent en même temps.... Costard, cravate, rasés de près. Ils ne disent pas bonjour et méprisent tout le monde. le côté con du FBI. Comme il sera vers les 7 h 00 du matin, il est possible qu'ils aient déjà leurs lunettes de soleil..."
Néanmoins, avec l'aval du juge d'instruction, Yoann Clivel va continuer son enquête, d'une manière assez informelle, - voir totalement -, en extirpant des éléments recueillis par la Crim'. Pour lui, les affaires sont liées d'une manière ou d'une autre. Il en aura la confirmation lorsqu'il découvrira un fait étrange reliant les affaires; la représentation d'une fleur de lotus près des scènes du crime. Quelle signification? Peut-être l'oeuvre d'une secte?
Lorsque vingt-huit personnes seront retrouvées mortes quelques jours plus tard dans une tour d'habitations, la tension va monter crescendo, - le rythme du livre également par la même occasion - les média vont jubiler et la population paniquer, à juste titre. Lorsque les enquêteurs s'intéresseront à des cas plus anciens de morts suspectes non élucidées, le constat qui en résulte demeurera totalement affligeant; parmi les victimes se trouvent toujours des enfants de six ans, visiblement surdoués. Et cette fleur de lotus qui pointe à chaque fois ses pétales près des scènes de crime... Quel est le mobile de ces atrocités?
Parallèlement, un psychothérapeute qui consulte par internet, le Dr Yves Lentoine, entreprend l'analyse d'un nouveau client qui désire rester anonyme. Cet étrange patient, recouvert d'eczéma, qui souffre probablement d'agoraphobie tient un discours plus que troublant. Des propos invraisemblable impliquant un inquiétant document, un texte mystérieux énonçant une prédiction; une prophétie. Au fil des consultations, le diagnostique du Dr Lentoine est clair, cet homme s'avère être très dangereux.
L'enquête menée par Yoann Clivel et son équipe va prendre une tournure inquiétante et va les emmener vers des directions curieuses, inhabituelles. Les investigations les conduiront inévitablement vers des défenseurs de l'environnement, certains passablement excentriques, à l'image de ce vieux guérisseur, Derrone, qui restera assez énigmatique dans ses propos. Il va tout de même leur remettre un étrange papier - une prophétie, encore - qui date de quelques années, écrite par un homme prétendant s'exprimer au nom de la nature; "le Moine des abeilles". Une prédiction alarmante qui va être analysée, fouillée et décortiquée par les enquêteurs qui vont devoir admettre que cet élément est étrangement lié aux ignobles assassinats qui les occupent et qui est donc à prendre très au sérieux.
Comment est-ce possible? Natacha Calestrémé vous le dévoilera au cours de cette intrigue aux nombreuses fausses pistes - merci Natacha! - qui prendra une tournure effroyable mais je dois l'avouer... Fascinante. Certains alliés seront indispensables pour élucider cette enquête complexe, à l'instar de la belle Alisha et même de son petit garçon Nathan qui déclencheront beaucoup d'émotion pour notre major Clivel. Un dilemme...
Je craignais durant la lecture d'aborder des domaines surnaturels, qui échappent aux lois de la nature, par définition. Ce qui aurait été un peu paradoxal. Mais ceci est mal connaître Natacha Calestrémé! L'aspect scientifique est présent à chaque instant et l'auteur nous déploie une puissante intrigue parsemée d'éléments rationnels, sensés et c'est peut être cela finalement qui est inquiétant... Vous comprendrez. Les procédures policières sont également un atout dans ce roman, l'auteur semble s'être parfaitement documentée sur le sujet et franchement cela est appréciable, voir même essentiel.
Une enquête policière évoluant dans le milieu de l'écologie, ce n'est pas courant, il faut l'admettre. Mais Natacha Calestrémé emmêle, enchevêtre et imbrique tous ces éléments avec adresse, fluidité et surtout exactitude. L'enquête évolue d'une manière logique, les indices tombent au compte-goutte, la tension reste donc constante, l'auteur nous immerge dans ce milieu qu'elle maîtrise parfaitement bien et qui la passionne. Les personnages sont très bien décrits, profonds et nous nous sentons intensément proches. Pas de super héros; des gens ordinaires avec leurs problèmes, leurs galères et leurs faiblesses. Natacha Calestrémé a su leur donner ce côté très attachants, prenants et "vivants". A l'image également de ce petit garçon, Nathan, qui donne un robuste atout à ce roman par sa perception des choses, sa présence, soit par sa personnalité.
L'aspect "visuel" est considérable dans ce roman, par ses personnages aux portraits bien campés ou encore par ses descriptions précises et rigoureuses; c'est du moins ce que j'ai ressenti. La lecture, au fil des pages, devient une image, puis une succession d'images qui défilent de plus en plus vite pour former finalement notre propre film, une pellicule fournie par l'auteur et déployée par le lecteur.
Une intrigue qui va vous soulever de terre dès le départ sans demander votre avis, vous jeter ensuite dans les méandres, les dérives et les secrets de l'agro-alimentaire, ou même dans la magie, le charme et la force de la nature, de l'environnement, et qui va vous lâcher enfin, à bout de souffle, vers un dénouement surprenant et relativement bien maîtrisé. La nature, il ne faut pas la provoquer ni la brusquer; elle vous le rendra et vous anéantira. Mais ce qu'il faut retenir surtout, c'est que ce n'est pas elle qui vous détruira, c'est vous-même. Bonne lecture.
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Culturebox   29 février 2012
L'intrigue montée méticuleusement grâce à ses recherches sur le sujet amènent à réfléchir sur l’environnement via la recherche du meurtrier qui tient en haleine le lecteur.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Amnezik666Amnezik666   30 janvier 2013
Lorsqu’un homme naît, il y a un peu plus de pollution, un peu plus de gaz carbonique, un peu plus de guerre, un peu plus de destruction, un peu plus de déchets. Un arbre qui pousse, c’est une ville souterraine pour les insectes qui se crée, un abri pour les oiseaux et les rongeurs qui émerge, un parasol géant pour les broussailles et les buissons qui s’impose, un rempart contre les bourrasques et les inondations qui tient bon, une usine à oxygène qui grandit et plusieurs êtres, mousses et lichens y vivent en synergie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
The_NoirThe_Noir   15 décembre 2018
Tout dépendait de l'eau. Le liquide demeurait indispensable à la vie mais, dans certaines circonstances, il pouvait dévitaliser et fatiguer les organismes qui séjournaient à son aplomb. Une eau souterraine qui traversait un cimetière, une déchetterie, se chargeait à son tour des énergies négatives et des informations de mort de ces lieux.
Commenter  J’apprécie          150
CroquignolleCroquignolle   01 mai 2022
- Tout le monde ne mange pas d'OGM, dis-je.
- C'est ce que vous croyez. Pendant des années, on a alimenté les bovins et les ovins avec des farines animales sans informer le grand public. Ces pauvres herbivores ont mâché des granulés de viande jusqu'à contracter la maladie de la vache folle. Il a bien fallu l'avouer : en les nourrissant de viande morte, on avait transformé des herbivores en charognards.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
caro64caro64   04 juillet 2012
Les catastrophes naturelles n’existent pas. C’est notre ingérence dans la nature qui est une catastrophe. L’homme aime l’ordre et la rigueur des monocultures, la vie aime la générosité du chaos et l’équilibre qui en découle. Nous sommes responsables d’un désastre.
Commenter  J’apprécie          180
Amnezik666Amnezik666   29 janvier 2013
J’ai rien contre les Bretons, ils ont leur drapeau et leur langue eux aussi, c’est juste que Yoann Clivel, le Basque, c’est pas franc du collier. Ça fait pas légitime. Faut se justifier. Heureusement, la nature a été bonne avec moi, j’ai le physique du côté maternel. Mes oncles et cousins forment une belle équipe de rugbymen et je ne dénote pas.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Natacha Calestrémé (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Natacha Calestrémé
Natacha Calestrémé - Interview
autres livres classés : abeillesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

LES BLESSURES DU SILENCE

Qui est l'auteure de ce livre ?

Sandra Martineau
Natacha Calestrémé
Carmen Robertson
Yolande Mukagasana

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Les blessures du silence de Natacha CalestréméCréer un quiz sur ce livre