AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Sept Portes de l'apocalypse tome 1 sur 3
EAN : 9782919140886
470 pages
Asgard éditions (25/04/2013)
2.87/5   57 notes
Résumé :
Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d’une jeune aristocrate du XVe siècle promise à Vlad Drakul ?
C’est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussée dans une faille volcanique par le linguiste qu’elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l’esprit d’un légat du pape de Drakul, n’a que ce moyen pour sauver les deux époques de l’Apocalypse.
Commence alors pour Eva une ... >Voir plus
Que lire après Les Sept Portes de l'apocalypse, tome 1 : La Croisade des CarpatesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
2,87

sur 57 notes
Je trouve que la couverture ne rend pas justice à l'écrit, même s'il y à les deux personnages, pas forcément principaux, vous allez comprendre rapidement pourquoi, le château est bien là, tout comme l'oiseau qui à une place importante dans le récit, mais je la trouve trop fade en comparaison, bien que la lumière travaillée lui donne un bel aspect, il manque un je-ne-sais-quoi qui aurait pu lui apporter un plus. Elle est belle, certes, mais si, pour ma part, il manque la noirceur d'une partie du roman que je n'arrive pas à toucher avec cette couverture, mais ce n'est pas le plus important, le plus important c'est l'écrit en lui-même.

Passionnant, instructif, divertissant, très élaboré également. Des qualificatifs qui ne manquent pas pour ce premier volet d'une longue série j'espère. Leur manière de décrire, les tournures de phrases sont bien plus recherchés et élaborés qu'un simple livre fantastique et c'est très appréciable, donnant une bonne qualité à cet ouvrage. Avant chaque début de chapitre, nous pouvons découvrir un passage de la Légende des Siècles ou l'Apocalypse de Saint Jean,Victor Hugo, qui sont tout à fait dans le ton donné, laissant présager de ce qui va suivre dans le chapitre, voire rappeler ce qui c'est passé. Il faut savoir que c'est un nouveau roman fantastique certes, mais très différents de ce que j'ai pu lire. Des recherches historiques monumentales ont été effectuées par les auteures, cela se ressent autant dans les descriptions des lieux, que dans la légende même de Vladimir, dit Vlad l'empaleur, sans oublier tout le coté apocalyptique/religieux de l'époque du XVème siècle. Attention, il faut bien comprendre que l'histoire qui est raconté se passe avant la légende, avant donc le fait que Vlad devienne le célèbre Dracula à cause de son gout prononcé pour le sang, avant que tous le prennent pour un vampire. Je pensais bien connaitre l'histoire de Vlad Tepes de Valachie, un souverain autoritaire et dangereux, c'était mon idée, mais en fermant ce livre, je me suis rendu compte des lacunes que je pouvais avoir en la matière, même si cela à été romancé. C'est un homme qui à énormément de responsabilités, il est autoritaire, certes, juste quand il faut et impitoyable au besoin avec ses ennemis, mais il est également passionné et protecteur envers les siens, ce qui est tout à son honneur. Il ne s'agit donc pas de vampire, mais d'un homme, tout ce qu'il y à de plus normal, avec un lourd passé, une enfance peu heureuse et un pays à garder en un seul bloc. Empaler est une technique qui semble courante à cette époque et ne semble pas non plus juste émaner de ce souverain, beaucoup le font également, pour une justice et non un acte de barbarie. Vlad se sert de rumeurs pour faire courir le fait qu'il aime les voir ainsi sécher au soleil, mais est-ce vrai ? Difficile à deviner et ce n'est pas le plus important dans cette histoire.

Eva quand à elle est une jeune femme de ce siècle qui à une vie des plus insipide, à part sa passion pour l'eschatologie, elle ne se raccroche à rien d'autres. Entre un petit ami qui me parait être un malotru vu sa façon dont il lui parle et lui dicte en partie sa conduite, sans oublier la belle-mère d'Eva qui est détestable au plus haut point. C'est une jeune femme qui est bourré de doutes sur elle-même, n'ayant pas du tout confiance en elle dès le premier chapitre, se trouvant trop peu intéressante, pourtant elle à cette passion qui va la mener à rencontrer le célèbre linguiste Xavier Perti. Des phénomènes étranges à notre époque vont démontrer que la fin du monde est proche, les maladies vont pulluler, des langues anciennes longtemps oubliées vont se dévoiler dans la bouche de personnes qui ne pouvaient pas la connaitre… Elle sera celle par qui tous les maux de la terre, à notre époque et en 1462, disparaitront, selon Xavier Perti. Si le XXème siècle est ravagé par une catastrophe mondiale, la plaine du Danube est infesté de monstres dont personne n'aurait pu imaginer l'aspect ni même leur provenance. Seul l'enfer pourrait engendrer de telles horreurs.

Certains passages sont riches en émotions, la douleur est très présente lorsqu'il s'agit du prêtre de Mordrussa. Des souffrances que nous ne pouvons imaginer autant dans son corps que dans son esprit torturé. Des actes ignobles, la perversité, un semblant de cannibalisme, pourrait dégouter le lecteur, nous glacer le sang, mais la manière dont ces scènes sont approchées, la folie étant de mise, nous ne pouvons que nous demander si tout cela est bien réel ou non. Les détails affolants de bestioles grouillant dans la masse m'ont fait perdre le sourire me demandant à quel moment cette épreuve allait s'arrêter pour lui. Ce passage n'est pas long, ni court, je trouve qu'il donne un sacré point de vue de la monstruosité humaine et malgré le fait qu'il soit répugnant, il apporte énormément pour la suite et surtout plus de compréhension dans les derniers chapitres. Ce qui va lui arriver est improbable et pourtant ce prêtre va devenir tout ce qu'il déteste, nous laissant un gout amer sur l'idée de l'enfer et du paradis. L'enfer serait-il sur terre ? Une question qui se pose probablement depuis des millénaires et pas sur qu'il y ait une véritable réponse.

Le roman débute par une carte du XVème siècle, puis par notre époque, puis le chapitre suivant au XVème siècle et ainsi de suite jusqu'à ce que les deux protagonistes se retrouvent lors d'un mariage. J'ai adoré la façon dont les auteures sont passées d'un monde à un autre, d'un lieu à un autre. Les points de vue différents montrent au final l'ennemi commun à abattre sans que les diverses clans ne le sachent et ils leur faudra du temps pour comprendre qu'il vaut mieux s'unir pour anéantir les ennemis commun, plutôt que de continuer à se faire ou guerre où la mort sera inéluctable. le premier échange entre Vlad et Eva est amusant, surtout lorsque nous savons qu'une femme de notre époque n'agit pas du tout comme celles des siècles passés. Son langage n'a absolument rien à voir avec ce qu'elle devrait utiliser comme mots, ce qui apporte souvent des sourires ou des remontrances selon le personnage face à elle. Mais ils vont réussir à s'écouter parler et le fait qu'Eva est divertissante, rafraichissante même et très drôle dans certains passages, sans compter que Vlad à beau avoir un caractère fort, il sait également être doux et attentionné après la partie de chasse qui était un fiasco à ses yeux, mais la suite à permis un certain rapprochement entre Eva et lui. La jeune femme va évoluer, énormément, consentant à des sacrifices qu'elle n'aurait probablement pas fait en temps normal, mais elle à murit, beaucoup plus réfléchit et mature dans ce jeune corps. Son évolution c'est faite de manière naturelle, sans brusquerie, de la découverte du monde auquel elle à été jeté, à l'environnement qui l'entoure et dont les légendes sont bien plus ancrées et vivaces dans la mémoire des gens que dans la notre où tout n'est que contes sur papier.

Les scènes se suivent et ne se ressemblent pas, le fait d'avoir les pensées du sultan Mehmed II, mais aussi celle de son vizir Mahmud Pasha, de lire les faits et gestes de ses hommes, la peur qu'il puisse engendrer au sein même de sa garde, mais aussi les femmes du harem présentes et surtout une certaine Ileana de Hunedoara-Nelipic qui montre des scènes touchantes, mais aussi de cruauté mêlées. Les improvisations de certains personnages pour tenter de survivre sont amusantes, surtout lorsque cela fonctionne, je pense à l'intermède entre Eva et le sultan justement. Il n'y à pas trop de massacre ou trop peu de romance, il s'agit d'un livre basé sur l'apocalypse et par ce biais comment pourrions-nous avoir juste des fleurs bleues ? Impossible ! J'ai apprécié chacune des scènes, chacun des personnages avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs doute, mais aussi leurs courage, car ils en ont bien besoin. La fin est grandiose, tant par le combat intérieur de chacun des personnages que dans la bataille qui est mené. Pour ma part, j'ai trouvé que Eva et Vlad ne sont pas de vrais personnages principaux, il n'y à pas qu'eux deux, car les autres sont autant présents voire plus vis-à-vis d'Eva, mas ce n'est pas un reproche juste une constatation. le seul bémol, c'est que j'aurais aimé avoir la suite dans la foulée, mdr, tout simplement au vu des événements qui nous tombe dessus.

Il y à une telle maitrise du sujet, des personnages de l'histoire, de l'Histoire en elle-même, qu'il est impossible de ne pas apprendre un élément, comme l'île des indésirables, des atlantes. Bien entendu, l'histoire est brodé sur certains points, mais ce livre est véritablement passionnant, il suffit juste de se laisser porter par la véritable histoire des personnages et non par les contes de vampires déjà paru.

L'avis complet : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-croisade-des-carpates-vanessa-et-diana-callico-a105924534
Lien : http://chroniqueslivresques...
Commenter  J’apprécie          30
Au titre, je m'attendais à une énième réécriture du mythe de notre plus si méchant vampire Dracula. Et… j'avais faux sur toute la ligne et rien que pour ça, j'ai apprécié ma lecture ! Qu'est-ce que ça fait du bien de tomber sur une version où Dracula ne s'est pas fait raboter les crocs ! Surtout que là, il n'en a pas. Quoi ? Point de vampires dans ce roman ? Mais où est le côté fantastique alors, me direz-vous ? Et bien toute la surprise est là.

Le monde ne va pas bien et enchaîne catastrophes sur catastrophes : tsunamis, séismes, volcans… La nature n'épargne personne. Pourtant, la vie continue. Eva est une trentenaire mal dans sa peau et malheureuse en amour. Son conjoint est un abruti de première catégorie à l'égoïsme très prononcé. Pour fuir ce quotidien difficile, Eva se réfugie dans ses études assez ambitieuses dont le sujet n'est rien d'autre que l'Apocalypse. Enfin parvenue à boucler sa thèse, elle espère rencontrer un éminent professeur pour lui faire connaître son travail et, peut-être, enfin, décrocher le job de ses rêves : devenir son assistante. Sauf que rien ne va se passer comme prévu… Forcément, sinon qu'est-ce qu'un titre pareil ferait là ? Une étrange maladie semble se propager à toute vitesse à l'ensemble de la planète, plongeant les individus dans un état second, comme étrangers à eux-mêmes. Seraient-ils possédés par d'autres esprits ? Afin d'éclaircir ce mystère (et surtout de rejoindre ce professeur qui l'a envoyée balader), Eva se rend sur une île apparue récemment et où sont envoyées les personnes atteintes. Malheureusement pour elle, Eva se rend compte, bien trop tard, dans quel pétrin (ou faille, au choix) elle est tombée. Jetée dans une faille volcanique, elle pense sa dernière heure venue lorsqu'elle se réveille dans le corps d'une jeune femme promise à Vlad Drakul. Sa quête pour sauver le monde de l'Apocalypse vient de commencer…

J'étais tentée depuis un moment par ce roman et c'est à tout hasard que j'ai participé à un concours pour le remporter. Alors lorsque je l'ai reçu en version dédicacée, autant dire que j'étais très contente !
Bien qu'un peu perdue au début, j'ai rapidement accroché à l'histoire. En effet, le quatrième de couverture ne concerne en réalité que les deux derniers tiers du livre. du coup, je n'arrivais pas à voir où les auteures voulaient en venir. Et puis finalement, je me suis laissée prendre par cette histoire à l'intrigue bien construite et complexe. Il ne s'agit pas ici d'une simple romance historico-fantastique car la relation entre les deux personnages principaux n'est pas la priorité. Il s'agit ni plus ni moins de sauver le monde de l'Apocalypse. Eva joue le rôle de messager à une époque où la guerre et les violences dominent et où les femmes n'ont guère leur place sur le devant de la scène. A notre héroïne de s'imposer ! Se réincarnant dans le corps d'une jeune aristocrate, Eva se retrouve catapultée au coeur des Carpates, au beau milieu d'un conflit opposant Vlad Drakul, prince des Carpates, au sultan ottoman Mehmed II. Or, tous deux doivent lutter contre une terrible menace : l'apparition d'insectes géants qui ravagent la région. A l'origine, il s'agissait de simples humains transformés dans de terribles souffrances. Atteints de ce mystérieux mal, ils perdent progressivement toute conscience et n'hésitent pas à s'en prendre à ceux qui les entourent. Et cette armée apocalyptique risque bien de dévaster les Carpates avant de s'en prendre à l'Empire ottoman.
Le quatrième de couverture ne rend pas très bien compte de ce qui est pourtant l'aspect central du roman. L'intrigue est donc beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord. L'histoire est cependant un peu lente à se mettre en place en raison de nombreux changements de points de vue. En effet, chaque chapitre est consacré à un personnage différent, ce qui a pu être assez frustrant par moment car cela cassait un peu le rythme. Mais paradoxalement, c'est ce qui me donnait aussi envie de continuer jusqu'à retrouver le personnage abandonné quelques pages plus tôt.

Du côté des protagonistes, je ne vous parlerai que des deux principaux, à savoir Eva et Draculea, car ils sont bien trop nombreux.
Ici, Dracula n'a point de canines longues et pointues, les auteurs ayant préféré laisser de côté cet aspect maintes fois revu pour se concentrer sur l'humain, et se fait appeler Draculea (attention, il est susceptible quant à la disparition du « e » dans son nom au fil du temps !). J'ai apprécié le fait que les auteurs se concentrent essentiellement sur le personnage historique de Dracula. J'avais tout de même une certaine appréhension : que le livre soit trop axé sur la romance. Or ce n'est pas du tout le cas. Concernant Eva, c'est une jeune femme intelligente, courageuse et surtout très drôle. Pleine de cynisme, j'ai adoré son regard critique sur la société actuelle mais également sur celle du Moyen-âge. Capable d'un sens de l'adaptation à toute épreuve, elle va devoir trouver sa place dans une société faite par et pour les hommes et n'hésitera pas à faire valoir ses revendications féministes ! Elle permet ainsi d'apporter quelques touches d'humour dans un contexte plutôt apocalyptique.

Au final, si La Croisade des Carpates n'est pas un coup de coeur, il n'en est vraiment pas loin et cela ne tient qu'au début du livre que j'ai trouvé un peu lent. Néanmoins j'ai beaucoup aimé l'histoire et j'ai hâte de découvrir la suite !
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
Commenter  J’apprécie          70
Lorsque j'ai découvert ce livre, l'illustration et la phrase d'accroche de la quatrième de couverture m'avaient persuadée qu'il s'agirait sinon d'une romance, au moins d'une intrigue oscillant entre légèreté et détails historiques. A vrai dire, si les éléments historiques sont bel et bien là et prouvent qu'un sérieux travail de recherche a été effectué, l'aspect plus romantique est quant à lui complètement (ou presque) évincé.
Persuadée de parcourir un titre imaginaire un peu frivole, sans grande consistance, juste pour me vider la tête dans un univers agréable ; j'ai été particulièrement surprise - et désappointée - face à la complexité et par le chemin pris par l'intrigue. Et j'avoue avoir eu du mal à m'y plonger et à m'y retrouver. Les idées ne sont pas mauvaises mais un manque général de fluidité et une absence de concentration de ma part (la période n'était pas vraiment propice) ont eu raison de moi.

S'ouvrant dans un XXIe siècle un peu futuriste, l'intrigue laisse penser que l'héroïne contemporaine malheureuse en amour que nous suivons va être catapultée au XVe siècle et faire les yeux doux au personnage historique que l'on connait aujourd'hui comme le vampire Dracula. En fait non. Si vous cherchez une histoire de vampires, passez vite votre chemin, il n'en est absolument pas question. Voyage dans le temps il y aura bien mais comme je vous le disais juste au dessus - et contrairement à ce que laisse présager l'illustration de couverture - la relation unissant les deux personnages n'est pas du tout la priorité.
Le ton est donné dès le deuxième chapitre du livre (le premier se déroulant au XVe siècle) : il sera question de guerres de pouvoirs et de religions entre, en gros, le Saint-Empire romain germanique et l'Empire ottoman. le territoire de Vlad Drakul - la Valachie - est situé entre les deux et accueille donc son lot de batailles sanglantes. D'autres chapitres (de moins en moins nombreux au fil du tome) prennent place au XXIe siècle, alors qu'un virus dévaste la population, rendant celle-ci complètement folle. Les victimes sont alors conduites sur une île isolée. Eva, notre héroïne, joue la comédie pour intégrer les lieux et en savoir plus. C'est là qu'elle rencontre son destin... On devine que quelque chose d'important (liée au virus) se joue dans cette époque, mais on ne comprend pas vraiment quoi et surtout, au bout d'un moment, on se demande à quoi servent ces passages ? Mystère… Revenons-en aux chapitres se déroulant dans le passé et constituant 90% du texte.

C'est donc dans un contexte historique fortement troublé que les deux auteures ont choisi d'insérer un nouvel élément purement fictif cette fois et qui s'inscrit dans le fantastique (ou la science-fiction ?). Les habitants du territoire semblent atteints par une épidémie digne d'un remake de la Mouche. Les hommes touchés par le « virus » perdent leur apparence et même leur conscience humaine. Transformés en créatures particulièrement horribles, ils dévastent la région.
En découvrant cette nouvelle direction rapidement prise par l'intrigue, j'ai commencé par avoir un mouvement de recul et je me suis finalement laissée prendre au jeu. Je n'ai toujours pas compris ce que cette épidémie faisait là et ce qu'elle apportait vraiment à l'ensemble… mais après tout, pourquoi pas.
Si l'on peut parfois douter de l'intérêt de cet aspect fantastique, je concède en revanche bien volontiers que les auteures ont particulièrement bien réussi à amener la première transformation. Les scènes dédiées à celle-ci m'ont véritablement retourné le coeur. C'est bien décrit et c'est particulièrement dégueulasse ! Bon point pour le descriptif donc.

De façon générale, le décor est bien posé, les scènes sont immersives, l'imagination est bien interrogée… mais, je dois tout de même avouer que plusieurs fois, les phrases ont manqué de fluidité. Trop longues et multipliant la juxtaposition de propositions, elles manquent de clarté et auraient gagné à être un peu épurées, à mon avis.
La lourdeur du style est notamment assez flagrante dans les premiers passages se déroulant au XVe siècle. Envahies par les nombreux patronymes des nombreux personnages aux titres honorifiques peu connus du grand public, les phrases finissent par noyer le lecteur dans une certaine torpeur. Dommage car certains passages plus ancrés dans l'action parviennent à captiver grâce aux descriptions assez justes. Deux poids deux mesures.

Enfin, et pour parler quelques instants des personnages évoluant dans cette intrigue un peu confuse… ils sont nombreux donc, mais le lecteur fait surtout la connaissance d'Eva et de Vlad.
La première semblait être une héroïne à laquelle on aurait pu s'attacher un minimum, cependant, son changement de personnalité dès qu'elle change d'époque (elle passe de la jeune femme un peu paumée à l'héroïne guerrière sans peur) est assez peu crédible et casse le lien entre le lecteur et elle. On ne la comprend pas, on ne peut donc pas ressentir de l'empathie pour elle. Complexe et pas mal traité, la figure de Vlad reste elle aussi difficile à cerner et ce n'est pas un personnage auquel on s'attache vraiment. En revanche, découvrir comment et pourquoi il est entré dans le mythe comme chef de guerre empalant les têtes de ses victimes est assez intéressant !

Je sors mitigée de cette lecture. Je n'ai clairement pas trouvé ce à quoi je m'attendais et je n'étais peut-être pas dans la bonne optique. L'intrigue prend un chemin surprenant mais pas dénué d'intérêt. Elle aurait malgré tout gagné à être clarifiée et allégée, à mon avis. Les idées de base sont originales et ne manqueront pas de trouver leur public ; en revanche, si comme moi vous pensez vous lancer dans une romance historique légère avec voyage dans le temps, oubliez tout de suite cette idée !
Lien : http://bazardelalitterature...
Commenter  J’apprécie          60
Je voudrai remercier les Éditions du Héron d'Argent pour ce SP.
Mais hélas, je n'ai pas du tout aimé cette lecture.

À vrai dire, je crois que je n'ai rien aimé de ma lecture et la couverture et la quatrième de couverture sont probablement les meilleures choses de ce premier tome.

L'écriture des deux auteures est lourde, alambiquée. Les phrases sont longues et bourrées d'adjectifs. Parfois, cela ne veut même rien dire (ex. : les poils de barbe nocturne…). La lecture n'est pas fluide. Les 200 premières pages sont très désagréables à lire, la suite gagne en qualité cependant.
À cause du style, les ambiances ne sont pas crédibles. Certaines descriptions sont « too-much ». Les moments où l'on doit être dans l'horreur ne le sont pas.
Je me suis fait violence pour le finir parce qu'il s'agissait d'un SP ; sinon, je ne serai pas allée au-delà des 60 premières pages.
Je dois bien avouer que pour une version relue et corrigée, je suis très déçue. Les coquilles sont très nombreuses.

Je ne me suis pas du tout attaché aux personnages. Éva est inintéressante malgré un premier contact qui s'avérait prometteur. Mais trop vite, la jeune femme manque de crédibilité. Bien qu'on ne comprenne pas pourquoi elle reste avec son compagnon (l'un des rares personnages, avec sa mère, que j'ai aimés, car ils sont odieux au possible) qui la dénigre, on comprend encore moins comment cette dernière fait sa thèse… Elle bosse avec quel « labo » ? Avec quel maitre de thèse ? On a l'impression qu'elle évolue en complet free-lance, ce qui n'est pas crédible. J'ai complètement décroché quand elle cherche à rencontrer le linguiste Perti, un mec avec lequel elle aurait au moins dû correspondre durant sa thèse…
Mon autre grosse déception, c'est Vlad Drakul. Il n'a aucun charisme, aucune complexité ; résultat : le personnage n'est pas crédible. Bien au contraire, j'ai eu l'impression qu'il avait été « lissé » pour être rendu attachant et permettre la « mini-romance » avec Éva.
Romance qui n'est en rien crédible et qui n'est qu'un vague « copier/coller » de la scène de Belle et la Bête de Disney : Belle/Éva se sauve après un acte de fureur de la Bête/Vlad, Belle/Éva est attaquée par des loups/capturé par des brigands qui en veulent à son honneur, puis est sauvé par la Bête/Vlad… et là magie… la Bête/Vlad n'est peut-être si méchant que ça… Ça marche dans Disney, mais pas dans un roman, surtout ce genre de roman qui n'est pas censé être une romance et surtout qui doit être un roman sombre.


Je reste plus que mitigé sur l'histoire. C'est d'ordre personnel, mais je pense que le récit aurait gagné en qualité à être plus court.
Toute la partie à notre époque est très longue, surtout qu'il est difficile de rentrer dans l'histoire et la mise en place des éléments traine à être installés.
Pour un récit qui parle de l'Apocalypse, je trouve que le livre n'en parle pas beaucoup (après Éva est en théorie calée sur ce sujet). J'ignore complètement comment doit se dérouler la chose, si ce n'est qu'il y a une histoire de trompette (merci le Nom de la Rose) et une histoire de quatre Cavaliers (merci à Pratchett et son cavalier et trois piétons de l'Apocalypse). Or le récit ne nous permet pas d'en savoir plus. L'un des personnages est un Cavalier… ouais, mais un cavalier de quoi ? Il est gentil, il est méchant ? Des gens se transforment en insecte, mais pourquoi ? À ne pas assez parler de l'Apocalypse, le lecteur qui n'y connait rien s'y perd.

Ce qui a été très décevant pour moi, c'est de voir que les auteures avaient pourtant fait un certain travail de recherche. À plusieurs reprises, j'ai reconnu des descriptions de faits et d'événements que j'ai pu lire dans la biographie de Dracula de Mattei Cazacu.
Mais ces recherches ont souvent été mal exploitées selon moi. Souvent, on a la sensation que les éléments sont là pour montrer qu'il y a eu du travail et qu'ils ne servent pas si bien que ça l'histoire.


Une écriture pas agréable, des personnages vides, une histoire qui manque de profondeur…
Bref, un livre que je n'ai pas du tout aimé et que je me suis forcée à finir, car SP.
Je ne me pencherai pas sur la suite.

Commenter  J’apprécie          31
Le lecteur découvre Eva une jeune fille de notre temps mais qui n'a pas vraiment confiance en elle, enfin, surtout qui se laisse facilement piétiner par les autres sans broncher. Son petit ami est un mufle mais elle ne s'estime pas assez belle pour pourvoir la ramener quand il lui fait une réflexion. Heureusement elle est passionnée par sa thèse et ses recherches et c'est ce qui lui permet de se sentir mieux. Cependant, des événements inattendus vont se produire et l'empêcher de mener à bien son travail. Comme le linguiste qu'elle doit rencontrer et qui lui fait faux bond sans donner d'excuse. Mais Eva décide d'aller quand même à sa rencontre. Pendant, ce temps, en parallèle, le lecteur découvre au 15ème siècle, le voïvode Vlad III Basarab, prince de Valachie, celui qui sera surnommé L'empaleur, brute, féroce et sanguinaire. Les événements feront que les deux époques se retrouveront liées et Eva mêlée à ce phénomène.

J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire, à un point qu'en fait, je ne suis jamais vraiment rentrée dedans. J'ai, je l'avoue lutter pour le terminer. Ce récit n'était vraiment pas fait pour moi. Je n'ai pas apprécié les personnages Eva, que je n'ai pas comprise et qui change du tout au tout quand elle change d'époque et qui pour moi, de ce fait manque de crédibilité. Et Vlad, qui bien que décrit comme le Vlad que l'on connait, n'agit pas du tout comme on l'attendrait de lui. Pas de personnages secondaires attachants ou sympathiques, personne qui m'a donné envie de le suivre et de savoir ce qu'il allait lui arriver. La relation entre Vlad et Eva manque pour moi de réalisme, il réagit un peu trop bien à ce qu'il découvre d'elle et change lui aussi complément. Je n'y ai pas du tout adhéré.

Pourtant, la période choisie et le personnage assez mystérieux et peu connu finalement de Vlad Drakul sont vraiment de bonnes idées de base. J'avais accroché à la description et finalement, je n'ai pas trouvé dans ce livre ce que j'attendais. Les faits historiques, ou du moins les liens entre les deux "terreurs" de cette époque Vlad et le sultan Mehmed II sont pour moi, pas assez développés, ce qui fait que je n'ai pas compris la moitié des passages… Il m'a manqué des clefs pour saisir les liens, pour relier les actions entre elles. On comprend qu'ils sont adversaires mais difficilement les subtilités et les enjeux de tout ça, je trouve. Concernant les phénomènes étranges, j'ai bien aimé l'idée de transformation, mais j'ai trouvé ça déséquilibré avec le reste, là on a plein de détails (du vocabulaire très spécial, heureusement que j'ai fait des études de bio), voire trop de détails. J'aurais préféré des révélations au compte goutte, qu'il y ait un mystère autour de ces phénomènes et qu'on ne le découvre qu'à la presque fin.

Pour les passages dans le présent, j'avais hâte qu'ils se terminent, c'est glauque et abordé de manière trop superficielle. On passe trop vite sur les phénomènes qui se passent pour se concentrer sur des choses trachouilles qui je trouve, n'avaient pas de raison d'être. du moins, si elles avaient eu une explication et qu'elles servaient le récit pourquoi pas, mais là, personnellement, je n'ai pas vu l'intérêt. ça m'a bloquée pas mal mon début de lecture. J'aurai aimé plus de développement de la Catastrophe, peut être que cela sera expliqué dans les livres suivants mais j'avoue que je n'aurais pas l'envie de continuer juste pour savoir si ça sera le cas ou pas.

Un autre point qui a rendu ma lecture difficile, j'ai parfois du relire plusieurs fois certaines phrases pour les comprendre. Certaines sont mal tournées et on passe à côté de l'idée développée, et dans d'autres l'utilisation d'un mot à la place d'un autre, fait qu'on ne la comprend pas. Peut être que d'autres n'auront pas eu la même impression en tout cas, pour moi, le livre aurait gagné à être relu et certains passages retravaillés.

Il y a de bonnes idées mais pour me plaire, il aurait fallu qu'elles soient exploitées un peu différemment et que l'ensemble soit plus harmonisé. Je pense que plus d'explications sur les faits historiques (en note de bas de page, par exemple) comme l'explication de certains termes n'auraient pas complexifié le récit mais au contraire il l'aurait rendu plus abordable et plus fluide.

La croisade des Carpates n'a pas su me séduire, trop de choses ne m'ont pas plu mais je ne doute pas qu'il pourra trouver son public.
Lien : http://lesdecouvertesdedawn...
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
"A compter de cet instant, dans ses secrètes prières nocturnes s'ajoutèrent à sa constante supplique d'appel à la Croisade des recommandations pour son cheval orthodoxe, seul autre représentant de la Vraie Foi à Edirne."
Commenter  J’apprécie          50
« Le prince Valaque s’assit confortablement sur la marche du perron de la chapelle, disposé à attendre ainsi les quelques heures que durerait le principe de Dan.

Il aimait le travail bien fait et ne partirait pas des Gorges de Turda avant d’être certain que son ennemi ait trépassé. Au bout de quelques minutes à peine, la surface de la tombe commença à présenter. Haussant un sourcil étonné, Vlad se releva et s’approcha du phénomène, du dessous duquel les cris de panique semblaient redoubler de vigueur. Aucun être humain n’était assez fort pour soulever ainsi tant de tonnes de glaise.

En dessous de Vlad Tepes, la terre grondait. »
Commenter  J’apprécie          10
- « J’ignorais la perte de son organe, répondit De Modrussa. Je prenais son silence pour une marque de sagesse.
- N’étant déjà pas bien bavard auparavant, je puis affirmer que c’était un sacrifice raisonnable, répliqua Vlad. »
Commenter  J’apprécie          40
- « Je suis ravi que tu le prennes ainsi. D’aucuns auraient conclu à tord avoir subi un terrible affront et déshonneur. Comment se porte ton adorable épouse ?
- Elle… se repose. Dans le calme.

Sous le patio de la mosquée de la mansion. Dans un cercueil de bois tourné vers la Mecque. »
Commenter  J’apprécie          20
« Eva croisa alors le regard puissant d’un homme couronné d’or à la cape grenade, qui l’observait comme un loup regarde une brebis perdue dans la forêt : avec gourmandise. Sa longue main broyait la sienne comme pour l’inciter à l’épouser en toute connaissance de cause. Une balafre durcissait un peu plus un visage pour le moins atypique, mais dont l’inquiétante étrangeté laissait émaner une beauté particulière et ténébreuse. »
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : draculaVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (115) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2482 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}