AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aline Tallet-Bonvalot (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080707888
205 pages
Éditeur : Flammarion (31/08/1993)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Pseudo-Callisthène est un auteur inconnu égyptien ou grec d'Égypte qui dut vivre à Alexandrie au IIe siècle ou IIIe siècle. Les historiographes l'ont appelé Pseudo-Callisthène parce qu'il voulait se faire passer pour Callisthène, le contemporain et biographe d'Alexandre le Grand dont furent perdues les chroniques. Cet auteur inconnu vécut cinq siècles après le héros dont il prétend raconter les exploits.

Son œuvre, intitulée Roman d'Alexandre, sensibl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LydiaB
  28 octobre 2010
L'historien grec Callisthène (né vers 360 av. J-C), neveu d'Aristote et ami d'Alexandre le Grand, avait commencé à écrire une Histoire d'Alexandre. Il nous en reste quelques fragments. Amyntianus, auteur du IIIe siècle, reprendra les écrits de Callisthène.
Cependant, une compilation de légendes concernant le héros fut attribuée à un inconnu, que les critiques nommèrent Pseudo-Callisthène. C'est à partir de cette dernière que découlèrent les nombreuses légendes et vies d'Alexandre qui fleurirent à partir du Vème siècle et qui eurent un succès certain à l'époque médiévale. le titre même de Roman d'Alexandre date du Moyen Âge. C'est à Alexandre de Bernay ou de Paris, poète français de la seconde moitié du XIIe siècle, que nous le devons. Il en est, en effet, un des principaux auteurs. C'est lui probablement qui a donné au «Roman d'Alexandre» sa forme definitive et disposé les quatre branches dans l'ordre où elles se trouvent dans la plupart des manuscrits.
Le Roman d'Alexandre est constitué par 20 000 vers en alexandrins. Les branches en sont les suivantes:
* La première branche: L'enfance d'Alexandre et ses premières conquêtes.
* La deuxième branche: L'épisode du «fuerre de Gadres», une attaque par ordre d'Alexandre dans la région de Gaza.
* La troisième branche: Les événements qui vont de la défaite de Dariusau complot des traîtres qui préparent l'empoisonnement d'Alexandre.
* La quatrième branche: La mort d'Alexandre, ses funérailles et le partage de son empire.
Lien : http://promenades-culture.fo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mademoiselle_elo
  22 juin 2014
J'ai bien aimé ce roman de la fin de l'Antiquité (et du début du Moyen-âge). Il met grandement en valeur Alexandre, mais contrairement à la «vie d'Alexandre» de Plutarque, ce roman s'intéresse à toutes les facettes de l'homme. Que ce soit sa grande intelligence, ses croyances religieuses (allant même jusqu'aux superstitions) ou ses faits d'armes. Là où il rejoint l'oeuvre de Plutarque est dans la démonstration de la grandeur d'âme du roi de Macédoine. Il est représenté comme un homme militaire sage, mais bon, ce qui lui donne son charme. Quelque peu répétitif dans les nombreuses lettres échangées entre Alexandre et ses ennemis, le roman offre tout de même de très beaux passages et une poétique intéressante.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   28 octobre 2010
Qui vers de riche istoire veut entendre et oïr,
Pour prendre bon example de prouece acueillir,
De connoistre reison d'amer et de haïr,
De ses amis garder et chierement tenir,
Des anemis grever, c'on n'en puisse eslargir,
Des ledures vengier et des biens fes merir,
De haster quant leus est et a terme soffrir,
Oëz dont le premier bonnement a loisir.
Ne l'orra guieres hom qui ne doie pleisir;
Ce est du meilleur roi que Dieus laissast morir.
D'Alixandre vous voeil l'istoire rafreschir,
Qui Dieus donna fierté et u cors tel aïr
Que par mer et par terre osa gent envaïr
Et fist a son commant tout le pueple obeïr
Et tant roy orgueilleus a l'esperon venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mademoiselle_elomademoiselle_elo   22 juin 2014
"Camarades, j'ai fait abattre les chevaux, qui pourtant sont indispensables pour la guerre, afin que vous puissiez manger. A quoi nous auraient servi les chevaux si les cavaliers avaient péri? Quand on lutte contre le mal par un moindre mal, le dommage est moindre. Lorsque nous serons parvenus sur une terre plus hospitalière, nous trouverons facilement d'autres chevaux. Mais, vous morts de faim, où irai-je, moi, trouver d'autres Macédoniens? " Ainsi, Alexandre apaisa son armée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : Divers écritsVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Divers écrits (22)
autres livres classés : alexandre le grandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Callisthène (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2214 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre