AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2845637160
Éditeur : Xo Editions (07/05/2014)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Avec le charme et la puissance d'évocation des plumes libertines, Mireille Calmel nous invite à découvrir les mœurs les plus secrètes de la cour de Louis XV... En cet été 1763, Renée Pélagie de Montreuil est depuis quelques mois la Marquise de Sade. Une Marquise très éprise mais très chaste qui reçoit une mystérieuse lettre l'informant de l'inconduite de son époux et l'invitant à assister à ses frasques. Un premier billet anonyme qui ouvre à la belle Marquise des ho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  04 mai 2015
Pour vous parler de ce livre, je vais la jouer très prude voire très naïve.
Cela fait la deuxième fois en très peu de temps que je commence un livre en pensant qu'il est avant tout historique et que je m'aperçois qu'en réalité, il s'agit surtout de littérature érotique.
Première expérience avec "Héloïse Ouille" : J'aime bien Jean Teulé d'habitude, j'ai adoré "Je, François Villon " mais cette fois-ci, le trop plein de scènes paillardes m' a rudement refroidie.(Je vous avais prévenu..j'ai un côté bégueule..)
Deuxième expérience : La Marquise de Sade. Même topo. Les livres de Calmel m'ont toujours bien plu. L'histoire dans L Histoire..les héroïnes rebelles et farouches..tout ça tout ça..Alors, pourquoi ne pas essayer celui-là. Bon, je me doutais bien qu'il y aurait un peu de sexe..Dans" La Marquise de Sade", il y a le mot "Sade" tout de même ! Mais, idiote que je suis, je n'imaginais pas qu'il y en aurait autant ! Pourtant j'avais bien lu l'avertissement de l'auteur : " Dans un souci de vérité historique, les faits, personnages, situations, moeurs et surtout les termes employés dans cet ouvrage sont restitués le plus fidèlement possible. Par conséquent, il s'adresse à un lectorat majeur et averti. "
Je crois que dans mon cas, le proverbe : "Chat échaudé craint l'eau froide" ne s'applique pas toujours..Me voilà, me jetant à corps perdu dans ce roman voluptueux. Heureusement, il est court !
Agacée par cette prose bien trop libertine, j'ai survolé ce roman d'un oeil distrait et me voilà bien en peine de vous livrer un jugement à sa juste valeur.
Morale : TheWind, honteuse et confuse,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456
canel
  27 mai 2014
Pour avoir leurs entrées à la cour de Louis XV, les Montreuil offrent leur fille et une belle dot à une famille prestigieuse, les Sade. C'est ainsi que Renée Pélagie de Montreuil devient en 1763 l'épouse de Donatien Alphonse François, le futur 'Marquis de Sade'.
Elle s'éprend de son mari, prend plaisir à échanger avec lui sur les arts et les lettres, mais s'interdit de se donner à lui corps et âme : "Une épouse ne jouit pas. Elle procrée. Dans l'obscurité, chemise remontée sur le haut des cuisses à peine entrouvertes et sur le dos."
Maman et M'sieur l'Abbé sont là pour lui rappeler que le plaisir charnel mène tout droit en enfer. Mais Donatien a beaucoup d'appétit, c'est bien connu, il dévore avec d'autres ce que sa légitime lui concède avec parcimonie.
Des lettres anonymes informent la jeune femme de ces ébats extra-conjugaux et l'incitent à y assister discrètement. Ses sens s'éveillent, attisés par la correspondance troublante avec l'inconnu. La voilà cruellement tiraillée entre l'envie de croquer cette gourmandise qui lui tend les bras (et tout ce qui dépasse) et l'interdit religieux.
Le sous-titre est trompeur : il ne s'agit pas d'une compilation de chroniques mais d'une biographie romancée de Renée Pélagie de Montreuil. Joli portrait de femme amoureuse dans ce récit tissé d'échanges épistolaires, saupoudré de références aux Lumières, épicé de sexe. Et même si Sade est acteur dans cette intrigue, le ton est plus érotique que pornographique, vantant notamment les délices douloureux/la douleur délicieuse de l'attente. Aucune des perversions criminelles qu'on lui connaît (pédophilie, inceste, viol, zoophilie, nécrophilie) n'est décrite ici, on assiste uniquement à des échanges variés et torrides entre adultes consentants - très demandeurs, même, mais ne nous emballons pas.
Lecture très agréable. Et enrichissante : on perçoit que douleur/souffrance, châtiment/expiation et plaisir sont indissociables chez Sade. On découvre un personnage charmant et attachant (sexy, osons le dire). Et on apprend que les châtaignes remplacent ou complètent très bien les glands. Sortez vos paniers, et en route pour la forêt !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
kllouche
  13 août 2014
J'ai demandé ce livre en partenariat pour une raison toute simple: cette année, nous célébrons le bicentenaire de l'anniversaire de mort du marquis de Sade (12 décembre 1814). Or, je n'ai jamais rien lu de cet auteur et je ne me sens pas confortable à l'idée de découvrir la littérature libertine du XVIIIème siècle. Si l'érotisme dans les romans contemporains ne me dérangent pas, c'est surtout parce que je ne prends jamais au sérieux ces romans. Avec des classiques, le libertinage m'apparaît sous un autre jour. Mêlée à un style plus travaillé, je pense que je me sentirai plus investie dans une histoire qui est plus recherchée. J'aurai donc du mal à apprécier des passages coquins, juste suggérés ou détaillés.
La marquise de Sade m'a paru être une bonne façon de célébrer l'évènement en contournant la difficulté. Et ma fois, j'ai bien fait puisque ce roman m'a fait passer un très bon moment de lecture, très instructif et divertissant en même temps! C'était mon tout premier Mireille Calmel, ce ne sera pas le dernier! Alors certes ce n'est certainement pas à la hauteur d'un ouvrage de Sade mais c'est un style honnête qui le rend accessible à un plus large public (mais pas trop large non plus, parce que c'est chaud quand même). Pour l'histoire, tout est dans le titre : il s'agit de la biographie romancée de Renée Pélagie de Montreuil, épouse du marquis de Sade. le sous-titre aussi parle de lui-même: chroniques de la couche maritale des Sade. le fond est intéressant. Grâce au récit de sa vie, on découvre également une fresque des moeurs et coutumes du XVIIIème siècle, de la bienséance et des interdits, de ce qu'on dit et de ce que l'on cache, du sadisme et de la frivolité. On nous dresse également un portrait de Sade charmant et sexy, bien qu'un peu lissé puisqu'on lui connaît des goûts encore plus hors-normes.
En bref, ce roman est une excellente alternative à Sade si vous hésitez. Je vous le recommande! Merci aux éditions XO!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Pachy
  12 mai 2014
Donatien Alphonse François de Sade, resté dans l'histoire conme « Le Marquis de Sade », philisophe, romancier du 17e siècle (Louis XV). Ce sont surtout ses frasques et dépravations qui le gardent en cémébrité.
Marié en 1763 à Renée Pélagie de Montreuil, devenue depuis quelques mois la Marquise de Sade.
C'est donc cette dernière que Mireille Calmel nous invite à découvrir cette étape de sa vie qui la vit passer de prude à libertine par le biais, en premier lieu, d'une correspondance entre elle et un admirateur inconnu. C'est lui, en dénonçant les turpitudes de Donatien, va l'amener à découvir la jouissance dont peu à peu, elle ne pourra plus se passer.
Avec le charme et la puis¬sance d'évocation des plumes libertines, Mireille Calmel nous invite à découvrir les moeurs les plus secrètes de la cour de Louis XV…
On dit, et c'est souvent le cas, que les meilleurs romans érotiques sont écrits par des femmes . Pauline Réage, Régine Deforges, Ana¨s Nin. Oui, ce roman de Mireille est érotique. Mais comment parler de la vie de la Marquise de Sade autrement ?
Alors faisons comme elle, ne nous perdons pas dans quelque puritanisme et prenons plaisir à cette lecture et n'oublions pas que Mireille Calmel est Historienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Apikrus
  31 mai 2014
En 1763, Renée Pélagie de Montreuil épouse un homme choisi par ses parents pour sa lignée : Donatien de Sade. Celui-ci a d'abord été séduit par la généreuse dot promise. Renée Pélagie s'éprend de son mari. Un mystérieux correspondant qui prétend agir pour son bien informe la jeune femme des frasques sexuelles de l'époux volage, lui conseillant d'aller constater de visu. Ce qu'elle y découvre heurte son sens moral et sa pudibonderie mais n'affectent pas ses sentiments pour Donatien. Elle est également surprise de constater que ces ébats ne la laissent pas indifférente…
A travers le portrait de Renée Pélagie de Montreuil, épouse de Sade, c'est une image inattendue et pleine de nuances du célèbre "marquis" que dessine l'auteure. La relation amoureuse complexe entre Pélagie et Donatien est remarquablement mise en scène, de même que l'ambiance de l'époque dans l'aristocratie.
Quelques passages éloquents incitent à ranger l'ouvrage hors de portée des jeunes curieux. Ces scènes ne sont cependant jamais hors de propos. le sous-titre « chroniques libertines » pourrait même apparaître légèrement racoleur, il occulte en tout cas la finesse d'analyse psychologique - principal atout de cet ouvrage.
A ne pas manquer, quel que soit l'intérêt que vous portiez à Sade et à son époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
Lexpress   21 mai 2014
Mireille Calmel publie La Marquise de Sade, chroniques libertines, qui s'intéresse à l'épouse du Marquis. Un exercice de style exquis, délicieusement libertin, totalement crédible.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
canelcanel   25 mai 2014
- noblesse, XVIIIe siècle -
Le bonheur d'une femme, ma fille, passe par trois choses : un rang élevé, des enfants dociles et la bonne tenue de sa maisonnée. Les trois nécessitent l'usage d'un époux. Peu importe qu'il soit beau ou laid, aimant ou indifférent tant qu'il a les moyens de les assumer. (p. 28)
Commenter  J’apprécie          110
canelcanel   26 mai 2014
On s'indiffère des exactions commises en temps de guerre, mais l'on s'indigne qu'un cul se soit fait fouetter [par plaisir] ! N'est-ce point aberrant en vérité ?
(p. 42)
Commenter  J’apprécie          130
brinvilliersbrinvilliers   18 juin 2014
Je l'ai aimé au premier regard. Un de ces sentiments qui exaltent poètes et romanciers, les vouant à jamais aux pires turbulences. Un de ces sentiments qui vous aliènent le coeur et le l'âme, supprimant d'autorité le décor et les gens autour de vous. Il me chavira tant que tout le talent de ma timidité se déversa dans le sourire niais avec lequel j'accueillis Donatien.
Commenter  J’apprécie          20
canelcanel   26 mai 2014
Maîtriser le désir [du partenaire] conduisait au pouvoir. Le pouvoir procurait du plaisir.
(p. 144-145)
Commenter  J’apprécie          90
etohyutaetohyuta   13 janvier 2015
votre regard pouvait désormais explorer les allées, les buissons et cette rose sauvage que les broussailles dissimulaient jusque-là. Je m'en troublait plus encore lorsqu'il me fut évident que, devant elle, vous vous étiez mis à genoux.
Commenter  J’apprécie          01
Videos de Mireille Calmel (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Calmel
Mireille Calmel, partie 2
autres livres classés : libertinageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .