AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Bal des Louves tome 2 sur 2
EAN : 9782845631564
424 pages
Xo Editions (05/06/2003)
3.78/5   444 notes
Résumé :
1531. A Paris, Isabeau est devenue lingère du roi François 1er, qui apprécie sa compagnie. L'ancienne petite sauvageonne d'Auvergne gère de main de maître une boutique où les plus belles soieries de la Cour sont taillées et brodées.
A ses côtés virevolte sa petite-fille, Marie, adolescente rieuse et insolente, adorée à la cour des Miracles où elle à longtemps vécu cachée. Avec son ami d'enfance, le jeune Constant, fils du nain Croquemitaine, elle ne cesse de ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 444 notes
5
12 avis
4
7 avis
3
7 avis
2
4 avis
1
0 avis

J'ai envie de dire enfin ! Enfin, j'ai fini l'aventure des femmes-louves. Et ce n'était pas trop tôt. J'avoue que ce 2e tome m'a ennuyé. On est trop dans les amours des unes et des autres pour qu'on puisse vraiment gouter à ce livre. Et puis cette éternelle rengaine qui pousse la femme à l'amour et lui explique que le désire d'un homme seulement pour le sexe c'est mal. Ça me soule ! Et puis boume je couche une fois et une suis enceinte … alors oui, ça peut arriver, mais là ça arrive 3 fois ! Deux fois Isabeau et une fois Marie…. Pas crédible.

Puis Isabeau est présentée encore, dans le résumé, comme le personnage principal, alors qu'on la voit à peine. C'est bien Marie l'héroïne de ce tome. Et c'est peut-être le personnage féminin le plus intéressant parmi tous. Dommage que sa liberté soit en partie gâchée par cette romance à la mord moi le noeud avec Constant. Puis franchement, Isabeau se laissant une nouvelle fois prendre pas Chazeron, on n'y croit pas une seconde. Enfin, au final, elles arrivent quand même à zigouiller cet infâme personnage… à la moitié du livre. La 2e parti est vraiment de trop à mon gout. Puis, personnellement, je ne trouve pas crédible de déballer ses vérités à un Roi et que ho, il vous aime encore plus… Depuis quand suffit-il de toute avouer sur sa vie pour qu'on vous fasse totalement confiance ? Surtout lorsqu'on est volontairement ou non dans les intrigues de la cour… Bref pas crédible.

Et puis la fin ! Ho une prophétie sortie de nulle part ! une élue sortit de nulle part ! pfff et puis des tablettes sacrées enfuies dans une cave oubliée ! pfff c'est chiant. On tourne en rond sur le mythe du garou et on s'y ennuie.

Bref, dure de finir le destin des 4 générations de femmes louves.

Commenter  J’apprécie          120

Une épopée historique, des apparitions fantastiques, des femmes fortes et indépendantes : on peut dire que Mireille Calmel sait comment me parler ! Ayant beaucoup aimé le premier tome du Bal des louves, il me paraissait évident que je lirai la conclusion de ce diptyque. Cependant, je ne m'attendais pas à l'apprécier autant !

Ce livre m'a paru plus travaillé que le premier tome, plus profond et complexe que dans mon souvenir. Mireille Calmel a mené un véritable travail de recherche qu'elle couple à merveille avec le mythe des femmes-loups. La lycanthropie, revisitée ici, donne un nouveau souffle à la façon de voir les loups garous, trop souvent présentés comme des êtres « esthétiques » ces dernières années, en retournant aux racines de leur malédiction. Un livre rempli d'émotions qui a su me faire monter les larmes aux yeux tout en me faisant sourire. Ce second tome conclu à merveille l'incroyable histoire du Bal des louves en mettant un point final à cette épopée romanesque que je vous recommande sans hésiter !

Commenter  J’apprécie          120

Magnifique !

Une fois encore Histoire et légende font le fil de ce récit si riche et si puissant. Des venins de la cour aux mystères des lycanthropes, il n'y a qu'un pas car les deux baignent dans un soupçon de sorcellerie, un chouïa d'hérésie, un brin d'alchimie ; une soif de pouvoir pour les proches du roi et beaucoup d'amour pour la fille de la louve.

L'auteure, bien documentée sur le règne de François 1er et son entourage, nous brosse une société qui oscille entre crédulité et vérité scientifique. Une société qui s'interroge notamment sur les valeurs de la religion catholique qui abuse des richesses tout en prônant la pauvreté et qui entrevoit alors une réponse dans la parole de Jean Calvin, un personnage plus sobre peut-être mais clairement plus lâche. de la cour des Miracles aux châteaux du Roi tout n'est que ruses et complots, tout n'est que peines et chagrins, tout n'est qu'amour et lumière.

Une superbe plume pour une histoire hors du commun bien émouvante et qui fait rêver même si tout n'est pas rose ;-)

Commenter  J’apprécie          110

Résumé: " 1531. A Paris, Isabeau est devenue lingère du roi François 1er, qui apprécie sa compagnie. L'ancienne petite sauvageonne d'Auvergne gère de main de maître une boutique où les plus belles soieries de la Cour sont taillées et brodées.

A ses côtés virevolte sa petite-fille, Marie, adolescente rieuse et insolente, adorée à la cour des Miracles où elle à longtemps vécu cachée. Avec son ami d'enfance, le jeune Constant, fils du nain Croquemitaine, elle ne cesse de provoquer la police du roi.

Mais cette nouvelle vie bien ordonnée va bientôt basculer. Un chargé de justice vient d'être nommé à Paris, et celui-ci n'est autre que François de Chazeron. Il est venu les traquer.

La fuite n'est plus de mise, les femmes-loups devront affronter le cruel seigneur auvergnat. Et c'est unies toutes quatre, la maudite, la survivante, la louve et l'innocente, qu'elles se battront une dernière fois pour conquérir enfin leur liberté."

Dans ce 2eme tome, Isabeau est mise en retrait au profit de sa soeur Albertie, et de sa petite-fille, Marie.

Moins rythmé que le 1er, il y a quelques longueurs dans le texte. Pourtant, j'ai adoré retrouver l'ambiance et le mystère de ses femmes-loups.

Albertie est torturée entre la malédiction qui touche les femmes de sa famille. Sans cacher à son mari sa condition, elle souffre de son regard et lui souffre de son manque de confidence qu'il interprète comme un manque de confiance. Parfois, les répétitions à ce sujet sont un peu pénibles, mais elles sont tellement bien expliquées qu'on ne peut que compatir avec Albertie.

Quant à Marie, on découvre une jeune fille intrépide et bien dans son temps, qui se moque de la royauté et s'épanouie au sein de la cour des Miracles.

Toujours aussi attachantes, les héroïnes nous font vivres chaque étapes de leur vengeance. Il est jubilatoire d'attendre que le monstre soit puni.

Un beau dénouement

Commenter  J’apprécie          70

Je poursuis ma lecture de l'histoire d'Isabeau et des autres femmes de sa famille. Et là encore, je me rends compte que je n'avais gardé aucun souvenir de ma première lecture.

Ce tome 2 se centre davantage sur un nouveau personnage, apparu juste à la fin du premier tome, la nouvelle génération, incarnée par le personnage de Marie. 15 ans se sont encore écoulés, et Isabeau et sa famille tentent d'oublier leur histoire malheureuse à Paris. Mais c'est sans compter sur François de Chazeron qui débarque à Paris lui aussi et ce retour ravive les rancoeurs.

Au vu du titre de ce second tome, je pensais que l'histoire se terminerait avec l'assouvissement de la vengeance familiale. Mais en fait, non, nous continuons beaucoup plus loin. Une seconde intrigue prend le pas sur la première. Celle-ci nous entraîne, avec Marie, jusqu'à la cour de François Ier.

Je me suis demandée si elle n'était pas de trop, cette deuxième intrigue. Certes, elle permet d'apporter une réelle conclusion et un dénouement à l'histoire de cette famille particulière. Mais on se balade entre les histoires d'amour, les intrigues de Cour, la réforme religieuse de l'époque… C'est intéressant (cela nous permet d'en savoir plus sur le contexte historique de cette intrigue), mais ce n'est pas non plus captivant. L'intérêt réel de cette histoire ne résidait-il pas dans la première intrigue ?

Pour autant, je ne dirais pas que cette lecture fut ennuyeuse. Au contraire. A aucun moment je n'ai eu envie d'arrêter là, et je n'ai pas trouvé le temps long. J'ai d'ailleurs lu ce tome plus rapidement que le premier. Mais comme pour le premier, il me manquait quelque chose pour être vraiment embarquée, captivée. Je n'étais pas avide de connaître la suite, je me laissais simplement porter.

Cette lecture fut agréable. Mais c'est marrant, je me souviens de l'avoir bien plus appréciée la première fois que j'ai lu cette saga.

Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation

- Constant est mon fils, affirma Bertille comme Antoine, rancunier, ne voulait pas saluer son bourreau.

Il écarquilla les yeux puis s'avança vers Constant, soupçonneux.

- Alors pourquoi tu es grand ?

Constant éclata de rire et s'agenouilla devant lui.

- Parce que Bertille me tirait toujours pas les cheveux lorsque je faisais des bêtises.

Le regard d'Antoine se fit admiratif, soudain.

- Tu as dû en faire beaucoup, s'exclama Gabriel qui d'une enjambée rejoignit son frère.

- Beaucoup oui !

Les deux garnements tendirent une main franche à Constant.

Commenter  J’apprécie          30

– Le danger d’autrefois nous guette, Albérie, affirma-t-elle avec douceur, mais cette fois nous pouvons le combattre. Nous sommes mieux armées que François de Chazeron, nous sommes plus fortes, nous sommes plus unies que jamais. Je dois savoir contre quoi je me bats. François est venu traquer une femme-loup et tout à la fois exterminer les hérétiques. Je crois qu’il est venu chercher Marie et je veux savoir pourquoi.

Commenter  J’apprécie          40

Ils restèrent un moment immobiles, à chercher dans l'âme de l'autre des raisons de se haïr. Ils en avaient mille. Ils n'en trouvèrent aucune.

Commenter  J’apprécie          70

La boutique était vaste, claire, et s'étendait à présent sur trois bâtisses que l'on avait rachetées et percées de larges ouvertures. A l'étage, un seul escalier - on avait supprimé les autres pour donner plus d'espaces - desservait les cabines d'essayage et l'atelier de confection.Isabeau contempla avec plaisir son domaine depuis la rue de la Lingerie où deux jouvenceaux juchés sur une échelle montaient la nouvelle enseigne sur laquelle se détachait en lettres joliment décorées : "Au Fil du Roi. Isabelle de Saint-Chamond, lingère royale."

Commenter  J’apprécie          10

Ne rien afficher permet de demeurer libre, ne l'oubliez pas, libre d'agir, de penser et de combattre l'injustice.

Commenter  J’apprécie          70

Videos de Mireille Calmel (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Calmel
Morgan des Brumes, L'Épée du pouvoir - Mireille Calmel
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2762 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre