AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Le Chant des sorcières tome 1 sur 3
EAN : 9782266188654
416 pages
Pocket (19/03/2009)
3.79/5   306 notes
Résumé :
1483, dans les hauteurs du Vercors.
Non loin du château de Sassenage, la toute jeune Algonde, fille de l'intendante, se débat en vain pour échapper au torrent dans lequel elle est tombée. Malgré ses efforts, elle est emportée sous la montagne qu'on dit hantée par la fée Mélusine.


Tous la croient perdue et pourtant, le torrent la rejette. On la retrouve sur une berge, blanche et glacée mais vivante.
Comment a-t-elle survécu, nul n... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 306 notes

Alyxiel
  15 octobre 2013
Résumé : " 1483, dans les hauteurs du Vercors.
Non loin du château de Sassenage, la toute jeune Algonde, fille de l'intendante, se débat en vain pour échapper au torrent dans lequel elle est tombée. Malgré ses efforts, elle est emportée sous la montagne qu'on dit hantée par la fée Mélusine.

Tous la croient perdue et pourtant, le torrent la rejette. On la retrouve sur une berge, blanche et glacée mais vivante.
Comment a-t-elle survécu, nul ne le sait.
Sous le choc, Algonde avoue qu'elle aurait... vu Mélusine, puis elle refuse d'en dire plus. Mais elle semble désormais ailleurs. Que se passe-t-il autour de cette jeune fille dont la beauté éclate un peu plus chaque jour ? Quel serment a-t-elle prêté à la fée en échange de sa vie ?
Contrainte au silence pour protéger l'homme qu'elle aime, Algonde va tenter de déjouer le piège mis en place bien avant sa naissance. Son amour pour Mathieu, son amitié complice avec la jeune baronne, Hélène de Sassenage, lui donnent l'envie de vivre et de vaincre.
Saura-t-elle affronter, seule ou presque, les puissances maléfiques qui ont imaginé pour elle un destin qu'elle rejette de toutes ses forces ? "
Une plongée fantastique dans le moyen-âge.
Ressusciter la fée Mélusine et lui donner une descendance... Quel bonheur.
Nous faisons ainsi connaissance avec la fougueuse Algonde, servante d'un baron, et le château de Sassenage. Voilà, le décor est planté. Une épouse morte dans d'étranges conditions, une porte scellée, et des pouvoirs naissants, une sorcière et ses macabres desseins.
Le cocktail est parfait pour une histoire de passions passionnante. (Je sais ce n'est pas original pour un sou, mais...)
J'aime Mireille Calmel et ses mondes enchanteurs. À chaque livres, elle nous fait voyager, revenir dans le futur et nous saupoudre des ses pépites de magie.
À lire sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Amindara
  11 mai 2014
Mireille Calmel, pour moi, c'est une valeur sûre. Jusqu'à présent j'ai toujours dévoré les livres que j'ai lus d'elle. Donc du coup, quand j'ai trouvé le chant des sorcières chez un bouquiniste, je n'ai pas hésité avant de l'acheté. Et donc voilà, je viens de refermer le tome 1.
Ce que j'aime chez cet auteur, c'est son côté historique. Elle situe beaucoup de ses histoires dans le Moyen-Age et c'est une période que j'aime beaucoup, question romans historiques. Donc là, évidemment, j'ai trouvé l'histoire sympa. J'ai bien apprécié le personnage d'Algonde, le fait qu'elle soit prise entre deux feux, qu'elle doive sacrifier son bonheur, forcément, on ne peut que l'aimer. J'ai un peu plus de mal avec Philippine mais bon. Mais je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas trouvé ce roman si passionnant que ça. Je veux dire, c'était bien mais… quand je compare avec le lit d'Aliénor ou Lady pirate que j'ai dévorés en quelques jours, celui-ci n'est pas à la hauteur. Alors est-ce parce que j'ai grandi, ou parce que Mireille Calmel a évolué dans son écriture ?
Pourtant, son écriture est telle que je me souviens, elle est fluide, agréable à lire, avec un petit bémol cependant. Cela ne m'avait pas marqué dans les autres romans, mais j'ai eu l'impression que Mireille Calmel connaissait quelques mots médiévaux et que du coup, elle les plaçait dès qu'elle en avait l'occasion. Mais ce n'est que mon avis.
Pour conclure, un bilan un peu mitigé pour ce tome 1. Je suis un peu déçue, peut-être en attendais-je un peu trop ? Quoiqu'il en soit, je vais lire les 2 autres tomes, ils seront peut-être meilleurs ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Melisende
  30 décembre 2021
Mireille Calmel c'est l'alliance souvent réussie du roman historique, du merveilleux (souvent médiéval) et d'héroïnes fortes qui se relèvent de toutes les difficultés. C'est une autrice qui a marqué mon adolescence et qui a en partie construit celle que je suis : le Lit d'Aliénor est un des gros déclics dans ma vie de lectrice. J'ai arrêté de lire Mireille Calmel à la fin des années 2000 mais elle, elle a continué, au fil des années, à nous proposer de nouvelles aventures.
J'ai eu envie, avec 15 ans de plus, de me replonger dans son univers et j'ai profité du challenge des Reliques de la PAL organisé par Carolivre et du Pumpkin Autumn Challenge pour sortir ce premier tome du Chant des sorcières… mais malheureusement, la magie n'a pas opéré.
Mireille Calmel a l'habitude de baser ses intrigues sur des réalités historiques et le Chant des sorcières ne fait pas exception à la règle puisqu'il mêle l'Histoire de la famille de Sassenage (basée dans le Vercors) à la légende de Mélusine qui semble elle aussi être attachée aux lieux (on retrouve sa trace dans des sculptures, notamment).
L'autrice s'est largement documentée sur la géopolitique de l'époque (1483), ainsi que sur les lieux et ses habitants qui semblent avoir réellement existé pour la plupart. Elle offre de nombreux détails (descriptifs) qui raviront les amateurs du genre sans noyer le novice sous un vocabulaire trop spécifique. L'immersion contextuelle est donc réussie.
On découvre en parallèle l'histoire d'Algonde, la fille de l'intendante qui, après une quasi-noyade, révèle une filiation étonnante et celle de Philippine, la fille de Jacques de Sassenage (le maître des lieux) qui découvre les “joies” de la séduction et est courtisée par deux hommes ennemis : Laurent de Beaumont et Philibert de Montoison. D'autres protagonistes évoluent dans l'entourage des deux jeunes héroïnes, à commencer par deux autres femmes assez énigmatiques (et dangereuses ?) : Dame Sidonie, la nouvelle femme de Jacques de Sassenage et sa servante, l'antipathique Marthe.
Enfin, d'autres chapitres mettent en avant le Prince Djem gardé prisonnier par l'Ordre des Hospitaliers à la demande de son frère (le sultan Bayezid) suite à une guerre intestine et évidemment des désaccords pour la succession de leur père. Pion dans les complots entre l'empire ottoman et les souverains occidentaux, on se demande bien ce que fait le Prince Djem dans cette histoire… et l'autrice ne nous apporte finalement que peu d'éléments de réponses dans ce premier tome. Tout semble évidemment être lié et s'entremêler mais tout est dense et finalement assez obscur.
Malheureusement, si la magie Calmel opérait lorsque j'étais adolescente, elle n'a pas fait mouche ici. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux héros, je me suis ennuyée. Trop de personnages peut-être, une aventure principale diluée dans tout un tas de ramifications ou tout simplement pas le bon moment pour moi ? Je ne sais pas.
J'avais tant envie de retrouver les émotions fortes et la passion ressenties à ma lecture du Lit d'Aliénor, du Bal des Louves ou même de Lady Pirate… Mais, qu'il s'agisse du destin prophétique d'Algonde, des premières amours chaotiques de Philippine ou des complots politiques en lien avec l'ordre des Hospitaliers et le Prince Djem… rien n'a réussi à m'accrocher et je suis restée très en retrait tout du long. Quel dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Chabe37
  23 février 2019
Je connaissais la plume de Mireille Calmel avec Les lionnes de Venise et pour moi dans ce roman ça manque de rythme, j'ai été globalement un peu déçue.
J'ai eu l'impression que le roman était 2 fois plus long qu'il ne l'ai réellement car justement c'est lent, l'intrigue n'est pas très claire.
L'histoire est intéressante (la légende de Mélusine, la croyance dans les sorcières) mais j'ai eu le plus grand mal à me plonger dedans, finalement les quelques dernières pages on fait remonter ma note, cependant je pense que je vais attendre un peu avant de lire la suite.
La vie au Moyen-Age est bien décrite avec les us et coutumes de l'époque, un vrai travail a été fait de ce côté là.
Commenter  J’apprécie          130
Pixie-Flore
  01 septembre 2014
Le chant des sorcières est mon premier Mireille Calmel. C'est une jolie découverte.
Ce roman mêle histoire et légende, ce qui est déjà, pour moi, un très bon point. D'autant plus que c'est rondement mené.
La narration de l'auteure est, quant à elle, agréable à lire même si son récit fait parfois preuve d'un peu de lenteur. de plus, le fait de croiser l'histoire de plusieurs personnages, c'est quelque chose que j'apprécie beaucoup dans un roman.
C'est donc un bon récit, simple et bien écrit. J'attends de voir la suite.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
LindorieLindorie   03 juin 2010
— Non, j’ai dit NON ! s’insurgea Algonde en repoussant les mains un peu trop empressées de Mathieu vers sa taille. — Juste un petit baiser, alors. Un tout petit baiser, insista le fils du panetier en arrondissant la bouche.

— Suffit ou mon genou calmera tes ardeurs ! menaça la jouvencelle.

Elle ne plaisantait pas. Mathieu s’écarta d’elle, inquiet pour son entrejambe. Ils se chamaillaient depuis le berceau et il savait bien de quoi sa belle était capable. Choisissant une autre approche, il s’installa en tailleur sur la litière de la vache qui meugla de désapprobation, tandis qu’Algonde glissait un tabouret sous ses flancs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
facteur84facteur84   02 juin 2011
- C'est Philibert de Montoison, je crois qu'il est réveillé, finit par lâcher Marie d'un trait.
- Vous croyez ? reprit Albrante, sceptique.
- J'en suis sûre, affirma la jouvencelle en bombant le torse devant l'importance de sa responsabilité.
- Soit, lui accorda l'infirmière pour ne pas la vexer. Où est Laurent de Beaumont ?

Un fard empourpra les joues de la novice.
- Il prend le frais, je crois, dit-elle.
Albrante soupira. Cupidon n'avait-il rien de mieux à faire que de troubler ainsi le coeur de cette abbaye ? Elle posa sa cuillère (...) et s'avança vers Marie, qui n'avait pas bougé, écarlate du souvenir indécent des caresses qu'on lui avait prodiguées.
- Vous croyez beaucoup, mais visiblement pas autant qu'il le faudrait pour consacrer votre vie au Seigneur.
La jouvencelle baissa les yeux gênée.
- Je vous assu....
- Silence. Mentir vous couvrirait d'un péché supplémentaire, la coupa l'infirmière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
YukoYuko   31 août 2012
Cette galerie, c'est Mélusine elle-même qui me l'a réclamée, lâcha-t-elle dans un souffle.
- Mélusine ?
- Mélusine, répéta Sidonie.
- La fée que mon aïeul Raymondin épousa et qu'il surprit changée en femme-serpent dans son bain ?
- Je n'en connais pas d'autres.
- Palsambleu ! Et qu'importait donc à Mélusine la présence d'un souterrain à la Rochette ?
- Je l'ignore, mais elle a insisté pour qu'il y fût, quand elle m'a visitée.
- Sur les berges du Furon ?
- En songe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MarcellinaMarcellina   29 août 2021
Ah ! Messire, quand on a affaire à un homme de votre qualité, servi à la table des princes, le moindre dosage est crucial. Que dis-je… Vital ! Imaginez-vous sortir de table puant l’ail sans vous en douter ? Vous rendre auprès de quelque belle porteur de cette infirmité ? Lui déclarer votre flamme et la voir se reculer ? Non, je vous le répète. Une gousse, une seule, virginale à souhait, voilà mon secret !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   20 décembre 2014
On abandonne toujours un peu de soi en grandissant, assura Sidonie avant d'ajouter, vive et enthousiaste, en clignant d'un œil complice : Le temps passant, on s'aperçoit que ce n'était pas la meilleure part. Alors autant s'en débarrasser très vite !
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Mireille Calmel (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Calmel
Morgan des Brumes, L'Épée du pouvoir - Mireille Calmel
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2113 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre