AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Lit d'Aliénor tome 0 sur 3
EAN : 9782266239073
734 pages
Pocket (07/03/2013)
3.83/5   323 notes
Résumé :
Le premier best-seller de Mireille Calmel
Une aventure où magie et sensualité se mêlent merveilleusement à la grande Histoire

Poitiers, 1137. Aliénor d’Aquitaine, yeux verts, cheveux d’or, tempérament de feu, trépigne d’impatience. Aujourd’hui, Loanna de Grimwald, 15 ans, fait son entrée à la cour. Un peu fée, un peu sorcière, celle-ci est envoyée par les siens pour faire en sorte que la jeune duchesse épouse Henri, le futur roi d’Angleterre.>Voir plus
Que lire après Le Lit d'Aliénor - IntégraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 323 notes
5
16 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
0 avis
En 1133, les forces de l'Église s'opposaient aux pouvoirs druidiques.
A cette époque, les troubadours servaient de réseaux sociaux. Il n'existe pas vraiment de représentation d'Aliénor, mais nul doute qu'elle était belle et rebelle.
Tout est documenté de manière crédible sur le plan historique.
Certains me diront que ce n'est pas une référence, mais l'émission “Secrets d'Histoire” m'a confirmé cette biographie. Reste le parti pris romanesque et fantastique d'avoir fait de Loanna, descendante de Merlin l'enchanteur, la narratrice ; cette fée mettra en oeuvre ses pouvoirs pour protéger et guider Aliénor vers le futur roi d'Angleterre.

Dans la deuxième partie, l'histoire magique de Loanna de Grimwald prend le dessus sur le récit historique.
A la fin, c'est un peu long. Et j'ai découvert qu'au moyen-âge on pleurait à jet continu et qu' on risquait la noyade dans le flot de ses larmes !

Vous avancerez dans ce roman porté par le texte, sans souci des intrigues à découvrir, immergé dans la vie des châteaux médiévaux.
La joliesse du langage sert d'écrin à l'amour courtois.
Le style est tout en richesse du vocabulaire de cette époque à tel point que lorsqu'un mot de notre vocabulaire actuel : “caractériel” apparaît dans notre lecture, il fait tache à côté de : palefroi, chlamyde, mandore, cendal, orfroi, vergne, matinel, bliaud, palus, brande, guède, guisarme, andrinople, gonfanon, quintaine, siglaton, colée, malandrinerie, samit…
Commenter  J’apprécie          320
Le Lit d'Aliénor est le premier roman de Mireille Calmel que j'ai lu, et celui qui m'aura fait découvrir et aimer cette auteur.

Avec une plume à la fois simple et belle, Mireille Calmel fait revivre de grands personnages de l'Histoire, et mélange intrigues de cour et légendes. Les historien(ne)s les plus puristes y verront une hérésie, les plus rêveurs se laisseront emporter par le récit de Mireille Calmel.

Dans ce roman, les intrigues amoureuses se mêlent aux intrigues politiques. Dans ce tourbillon d'oeillades, de draps froissés et aussi de larmes, Loanna oeuvre pour d'anciennes forces : héritière de Merlin, elle est druidesse, la dernière de son ordre. Elle se confronte parfois à la puissance de l'Eglise, mais aussi aux caprices d'Aliénor et aux affres de l'amour.

Ce récit se lit avec plaisir et fluidité. L'intrigue captive, le lecteur demande à savoir ce qu'il adviendra par la suite. le contexte bien documenté donne un réalisme à un récit au souffle magique. L'auteur sait doser Histoire et fantastique dans un savoureux mélange. Que demander de plus...
Commenter  J’apprécie          141
Le Lit d'Aliénor, c'est un roman sentimental et fantastique sur fond d'histoire.

L'Histoire, c'est celle d'Aliénor d'Aquitaine, qui épousa en premières noces le Roi de Fance, Louis VII, et en secondes Henri, roi d'Angleterre, avec pour principale conséquence la Guerre de cent ans - qui dura au demeurant très exactement 116 ans, paraît-il...

Bref, Mireille Calmel invente pour l'occasion le personnage de Loanna de Grimwald, sorcière et héritière de Merlin, destinée à servir l'Angleterre et à oeuvrer pour le rattachement de l'Aquitaine à la couronne anglaise, en orchestrant le mariage d'Aliénor et de Henri.

Loanna est folle amoureuse de Jaufré de Blaye, amours auxquelles elle ne peut se laisser aller car sa mission passe avant tout. Loanna va faire l'objet de moult tentatives d'assassinat, auxquelles elle échappera grâce à ses visions - parfois, ou plus souvent grâce aux apparitions de Merlin l'Enchanteur lui-même. Bon, si ça avait été une seule fois, mettons, mais honnêtement, deux ça aurait déjà été trop, alors là...

Dans la première partie, on voit donc Loanna prendre ses fonctions auprès d'Aliénor et la suivre à la Cour de France après son mariage avec Louis VII, ourdi par traîtrise car Aliénor était en fait promise par son père - mort avant d'avoir pu faire connaître cette volonté - à Henri, futur Roi d'Angleterre. Dès lors, la mission de Loanna sera d'empêcher Aliénor d'avoir un fils de Louis, allant jusqu'à l'empoisonner ou lui faire faire une fausse couche - ce qui fait que je n'ai pas eu trop pitié d'elle quand Béatrice de Campan lui a fait la même "misère" ! - et détruire le couple royal, l'amener au divorce et au remariage avec Henri. La première partie va donc de l'arrivée de Loanna dans la vie d'Aliénor et s'arrête avec la décision de Louis VII de partir en Croisade.

La seconde partie va du départ en croisade jusqu'au remariage d'Aliénor. Il se passe davantage de choses dans cette seconde partie, notamment des décès inattendus et des décès qui n'en sont au final pas vraiment, mais voilà, je n'ai décidément pas accroché.

Tout est bien qui finit bien, Loanna, une fois sa mission accomplie, part retrouver son amour qu'elle croyait perdu -merci Merlin, qui veille aussi bien sur les amours de sa descendante que sur le destin de l'Angleterre, et l'amitié entre Loanna et Aliénor ne souffrira absolument en aucune manière des traîtrises et complots répétés de Loanna, ce qui est tout même fort de café compte tenu du caractère de la belle Aquitaine. M'enfin, c'est vrai, ils ne buvaient pas encore de café à cette époque-là !

Bref, j'ai suffisamment accroché pour aller jusqu'au bout, mais ça restera quand même pour moi un moment de lecture assez pénible...
Commenter  J’apprécie          70
En cette période troublée du début du 12ème siècle le Comte d'Anjou père d'un nouveau-né dénommé Henri et le Duc d'Aquitaine père d'une fillette dénommée Aliénor scellent dans le plus grand secret la future union de leurs deux enfants, afin que l'Aquitaine ne tombe pas dans les mains du Roi de France
Pour parfaire cet accord, le Comte d'Anjou envoie une jeune fille Loanna de Grimwald, dont la famille est à son service, à la cour du Duc d'Aquitaine afin qu'elle soit attachée au service d'Aliénor.
Mais le Duc d'Aquitaine va être assassiné avant que nul n'ait connaissance de cet accord et Aliénor sera mariée au futur Roi de France Louis VII.
Nous allons donc suivre Loanna au cours des 15 années de mariage d'Aliénor avec Louis VII, entre intrigues des uns afin que cette union soit profitable au royaume de France avec notamment la naissance d'un héritier, et intrigues des autres qui veulent que l'Aquitaine revienne au jeune Henri qui ayant pris le nom de Plantagenet va être couronné roi d'Angleterre.
Petites histoires dans la grande histoire de France qui n'était à l'époque qu'alliances entre seigneurs, trahisons, violences et guerres.
Même si le récit est émaillé de quelques invraisemblances, ce livre reste un beau livre historique.
Commenter  J’apprécie          60
Je craque au premier regard. La couverture fait déjà rêver avant même d'avoir lu une phrase.

De l'histoire, de la romance, de beaux paysages, de la magie, de l'amour et une pincée d'érotisme. Voici réunis les ingrédients nécessaires pour la création d'un superbe récit.

L'histoire commence en 1133 et se déroule entre la France et l'Angleterre, entre les rois Louis le Jeune et Henri II Plantagenêt, avec comme pierre angulaire la dame Aliénor d'Aquitaine et sa dame de compagnie Loana de Grimwald. On retrouve au fil des pages des tournures d'ancien français qui mettent de la profondeur au récit, nous projetant sans difficulté au XIIème siècle. Les châteaux forts, les royautés, les sorcières et les curés font le reste. Derrière la romance, on sent les bases historiques.

«  du mélange du feu et de la glace ne pouvaient naître que des larmes. »

Pourquoi ce titre ? Peut-être est-ce parce que toutes les grandes décisions sortent d'une bonne nuit de sommeil, ou d'une conversation prolongée sur un coin d'oreiller, ou encore suite aux faveurs que l'on offre à la bonne personne...

« Afin de protéger son âme, il décida qu'il valait pour lui de n'approcher Aliénor que lorsque le besoin de son corps brouillerait le latin de son missel. »

Je termine ce récit avec une sensation de fraîcheur et de plénitude. le romantisme et l'esprit chevaleresque ont cet effet que nul autre type d'histoire ne peut atteindre.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Le bouquin du jour : Le lit d'Aliénor, vol. 1 de Mireille Calmel.

Une écriture passionnée et pleine de sensualité pour une histoire basée sur un personnage historique, mais très romancée ( ne vous attendez surtout pas à une biographie)
Pour vous situer le style, je dirais que c'est entre La chambre des dames et Angélique Marquise des anges. Je ne porte pas de jugement. Il y a 20 ou 30 ans, j'aurais sûrement beaucoup aimé cette histoire pleine de filles sensuelles et de jolis troubadours toujours prêts à leur rendre service avec fièvre et romantisme. Maintenant ça me fait plutôt sourire et c'est déjà ça !

Facile à lire, vocabulaire et tournures de phrases choisis, environ 400 pages de romance, à grignoter comme un petit gâteau, pour se souvenir qu'on a été un ou une jeune adulte 😃

#lelitdalienor #mireillecalmel #romanhistorique #pocket

Le quatrième de couverture :

À douze ans à peine, l'avenir d'Aliénor est tracé. Elle doit épouser le fils de Geoffroy le Bel, le jeune Henri, prétendant légitime au trône d'Angleterre. Par cette union, la jeune duchesse d'Aquitaine apporte à l'ennemi juré de la France l'une des plus riches régions du royaume. Louis VI ne peut se résoudre à voir triompher les plans de Mathilde de Grimwald, descendante de Merlin et protectrice du pays des druides. Soutenu par l'ordre des Templiers chrétiens, le roi cherche à rompre cette alliance. La mort prématurée du père d'Aliénor lui offre une occasion inespérée. Le 25 juillet 1137, Louis célèbre le mariage de son fils avec la duchesse d'Aquitaine. Aliénor doit regagner la cour à Paris. Mais elle est accompagnée d'une jeune suivante, Loanna de Grimwald, qui veillera à ce que jamais Aliénor ne donne un héritier à la couronne de France et scelle ainsi une union contraire aux oracles celtiques.
Commenter  J’apprécie          30
Comme un sot, comme un fou

Aliénor poussa un soupir de satisfaction, et roulant ses mains sous sa nuque, laissa courir ses yeux sur le plafond orné de fleurs de lys bleues, réhaussées de feuilles d'or. Louis passa tendrement une main blanche sur les seins fermes, admirant le visage de son épouse dans la lueur blafard du jour qui pointait au travers du papier huilé de la fenêtre de la chambre.

Il était heureux. Depuis quelques mois, Aliénor avait changé à son égard, elle était douce, enjouée, radieuse, paraissait mieux comprendre ses besoins et peu à peu l'avait ramené vers sa couche, où il découvrait l'amour, non pas comme aux premiers temps de leur mariage, mais comme une communication sensuelle, puissante.

La raison en était qu'en cet automne 1138 Aliénor ne portait toujours pas d'enfant et qu'elle craignait, malgré la potion que je lui fournissais, d'être devenue stérile. Et puis, elle avait trouvé un nouveau jeu.

J'avais fini par lui faire entendre raison. Aliénor cognait de front contre les obstacles quand il suffisait pour passer de les contourner. L'espérience de cette dernière année lui avait montré qu'il ne naissait rien de bon dans ses sautes d'humeur et que chaque fois, elle trouvait face à elle, Suger, derrière qui se réfugiait.

Bien que prodigieusement têtue, Aliénor était intelligente, et c'était sur cette intelligence que je comptais. J'entrepris tout d'abord de lui montrer les manigances de Béatrice, m'arrangeant pour qu'au cours de nos promenades nous la voyions de nos yeux avec Suger, ou Louis à plusieurs reprises.

Dès lors, Béatrice fut gentiment écartée de ses faveurs.

Après de nombreux travaux effectués par Alienor dans l'illustre mais vieillot palais capétien, celle-ci voulu, pour retrouver un peu de son Aquitaine lointaine, faire mettre des fenêtres comme dans son cher pays. Mais Suger s'y opposa.

A nouveau, elle m'écouta. S'il ne restait plus que Suger pour lui faire des misères, il fallait le moucher. Mieux, le remplacer. Louis ne demandait au fond qu'à se laisser aller à l'amour qu'il portait à son épouse depuis leur rencontre. Et Aliénor aimait le pouvoir. Et l'obtint.
Commenter  J’apprécie          20
Tout était là pour faire un beau roman à la Ken Follett (amour, complots, époque mouvementée) mais il manque quelque chose. Je me suis moins senti transposé comme je l’ai été avec Les Piliers de la terre.
Dommage que la plus part du roman soit raconté à la première personne par Loanna de Grimwald. Je trouve que ce type de narration coupe le suspense, car le narrateur est ici omniscient en grande partie. Contrairement à certains commentaires, j’ai préféré la 2e partie qui était un peu plus rythmé avec un petit peu plus d’action. Dans la 1ère partie il y a beaucoup de sexe et après plus du tout, ça crée un déséquilibre comme s’il y avait 2 styles d’écriture.
J’aurai aimé suivre les différents protagonistes avec leur ressenti, leur trahison, leur stratégie de complot etc…
Je mets quand même 3 à la note car je voulais savoir la suite de l’histoire ce qui est un critère pour moi, de vouloir connaître la suite.
Commenter  J’apprécie          50
Enfermée dans ma chambre, je dévorai avec avidité l'écriture de Jaufré. Au fil des lettres, mon aimé me suppliait de lui répondre, me racontait ses contraintes qui l'empêchaient de me rejoindre et me disait son incompréhension devant mon silence.

L'aurais-je remplacé ? Il se mourait d'amour. J'en fus bouleversée. Je me jurai de faire payer à cette peste le prix de sa souffrance.

Armée d'une plume, je rédigeai sans tarder une réponse dans laquelle je lui expliquais tout et lui jurais fidélité éternelle.

Quelques heures plus tard, un messager dans lequel j'avais toute confiance partait vers Blaye, et je me dirigeai vers Sainte-Geneviève pour faire mes emplettes. Je pris bien plus de plantes que je n'en avais besoin afin de dissimuler dans le vaste choix celles qui me seraient utiles, puis, avisant que personne ne m'avait vue entrer et sortir, je jetai sur l'apothicaire un sortilège qui lui fit oublier jusqu'au moindre détail de ma visite.

De retour au palais, je préparai ma poudre, et il ne fallut pas plus de huit jours pour qu'Aliénor retrouve sa vitalité et sa force.

Cadurc jura que c'était grâce à la prière, l'apothicaire à ses bons soins, et Béatrice imagina sûrement que c'était de m'avoir démasquée. Quoi qu'il en soit, personne, pas même la reine, ne sut que chaque verre que je lui servais dans l'intimité ramenait dans son corps la vigueur qui lui manquait.

Béatrice ne parut pas à la cour de quelques jours et le bruit courut qu'elle était souffrante. Je me réjouis de voir que j'avais eu sur sa vilenie un effet aussi grand, mais me promis de rester sur mes gardes. Cette diablesse était bien capable de s'en venger.

La réponse de Jaufré fut courte, et me combla :

"Comment ai-je pu douter de toi quand je te sens vibrer dans le moindre souffle du vent ? Je t'aime tant !"
Commenter  J’apprécie          20
J avais hâte le soir de retrouver sur ma table de chevet le personnage de Loanna, descendente de Merlin et heritiere de ses pouvoirs surnaturels, dame de compagnie de Alienor reine de France, reine d Angleterre, mere de Richard Coeur de Lion, Alienor qu elle aide a realiser son destin....j ai eu l impression de plonger dans un moment crucial de l histoire de France, un moment ou tout etait encore possible
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Mireille Calmel (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Calmel
Le Templier de l'ombre, tome 2 - Mireille Calmel
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (993) Voir plus



Quiz Voir plus

Jeanne de Belleville, dame de Clisson et de Montaigu

Où Jeanne croise, pour la première fois, Olivier de Clisson ?

A Hennebont
Sur le quai de Nantes
Sur le quai de Vannes
A Versailles

15 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : D'écume et de sang de Mireille CalmelCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..