AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Manganaro (Traducteur)
ISBN : 2020326442
Éditeur : Seuil (14/10/1997)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Qu'ils mettent en scène une ville peuplée de voleurs où le seul habitant honnête est destiné à mourir de faim, un pays dont la loi impose que les chefs soient décapités à la fin de leur mandat, l'indifférence de la foule qui se réchauffe au soleil tandis que les conjurés assassinent César, l'homme de Neandertal, Henry Ford ou Montezuma, les textes réunis ici, des premiers apologues des années 40 aux tout derniers récits, montrent comment, à travers mille et une mani... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BVIALLET
  27 juillet 2012
Sur un ordre idiot d'un général, un régiment qui défile s'égare dans la cour intérieure d'un immeuble... Une ville entière peuplée de voleurs se retrouve déstabilisée quand un seul habitant honnête ne participe pas au système et finit par mourir de faim... Un pays étrange où, à chaque fin de mandat, les chefs sont décapités le plus légalement du monde... Une foule qui se réchauffe au soleil pendant que les conjurés amis de Brutus s'apprêtent à assassiner César... Des journalistes interviewant l'homme de Neandertal, l'empereur Montezuma ou Henry Ford... Une poule qui crée bien du tracas aux services de sécurité d'une usine... Des militaires qui traquent les écrits sulfureux dans une bibliothèque...
« La grande bonace des Antilles » est un recueil de textes, articles, nouvelles ou extraits de romans inachevés pris sur l'ensemble de la carrière d'Italo Calvino, c'est à dire de 1943 à 1984. Comme toujours dans ce genre de livre, le lecteur y trouvera un peu de tout autant dans les styles (Calvino les ayant à peu près tous abordés, de la nouvelle à la fable, de l'apologue au récit et du conte au roman sans oublier les dialogues théâtralisés) que dans les registres : le social, côtoyant l'absurde, le poétique ou l'allégorique s'alliant au réaliste et le politique au moraliste. Bien évidemment, il en est de même de l'intérêt de cette compilation. Certains textes sont de véritables petits chefs d'oeuvre (comme « Le mouton noir », « Le régiment égaré », « Un général dans la bibliothèque », « La décapitation des chefs » ou « La dernière chaîne », fable cruelle contre l'abrutissement télévisuel) alors que d'autres sont d'un intérêt moindre comme « La glaciation » qui fut un texte de commande pour un compagnie japonaise de spiritueux et qui garde un petit relent... alimentaire. Ce livre intéressera néanmoins les véritables fans du grand auteur italien.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   27 juillet 2012
Il était un pays où il n'y avait que des voleurs.
La nuit, tous les habitants sortaient avec des pinces-monseigneur et des lanternes sourdes pour aller cambrioler la maison d'un voisin. Ils rentraient chez eux à l'aube, chargés, et trouvaient leur maison dévalisée.
Ainsi tous vivaient dans la concorde et sans dommage, puisque l'un volait l'autre, et celui-ci un autre encore, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'on en arrive au dernier qui volait le premier. Le commerce, dans ce pays, ne se pratiquait que sous forme d'embrouille tant de la part de celui qui vendait que de la part de celui qui achetait. Le gouvernement était une association de malfaiteurs vivant au détriment de ses sujets, et les sujets, de leur côté, avaient pour seul souci de frauder le gouvernement. Ainsi, la vie suivait son cours sans obstacles, et il n'y avait ni riches ni pauvres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLETBVIALLET   27 juillet 2012
Mais le travail à la chaîne de montage... Être obligé de concentrer son attention sur des mouvements répétitifs, selon un rythme incessant, imposé par les machines... Que peut-il y avoir de plus mortifiant pour l'esprit de création... pour la liberté la plus élémentaire de disposer des mouvements de son corps, de la dépense de son énergie selon son rythme, sa respiration ?... Ne faire toujours qu'une seule et même opération, un seul et même geste, toujours de la même manière... N'est-ce pas une perspective terrifiante ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLETBVIALLET   27 juillet 2012
Le mensonge n'exclut la vérité qu'en apparence ; vous savez que, dans plusieurs cas, les mensonges – par exemple, pour le psychanalyste, ceux de son patient – sont indicatifs, autant, sinon plus, que la vérité ; et il en sera ainsi pour ceux qui devront interpréter notre message. Müller, en vous disant maintenant ce que je suis en train de vous dire, je ne vous parle plus de la part de nos supérieurs, mais sur la base de mon expérience personnelle, de collègue à collègue, d'homme à homme. Ecoutez-moi : le mensonge est la véritable information que nous avons à transmettre. C'est la raison pour laquelle je ne me suis pas interdit une utilisation discrète du mensonge dans les cas où celui-ci ne compliquait pas le message, où il le simplifiait même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bartholomewbartholomew   23 septembre 2017
Turin est pleine de mendiants, comme une ville sainte de l'Inde. Les mendiants aussi ont leur manière de demander l'aumône: quelqu'un commence et ensuite les autres le copient. Depuis quelques temps, beaucoup de mendiants ont pris l'habitude d'écrire leur histoire sur le pavé en gros caractères, avec des bouts de craies de couleur: c'est un bon système parce que les gens sont curieux de lire et se sentent ensuite obligés de jeter quelque sous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BVIALLETBVIALLET   27 juillet 2012
Il y avait un pays où tout était interdit.
Or seul le jeu du bâtonnet n'était pas interdit, et les sujets qui s'y adonnaient se réunissaient sur certains prés à la lisière du village et y passaient leurs journées, en jouant au bâtonnet.
Et comme les interdictions étaient venues progressivement, toujours avec des raisons et des justifications, il n'y avait personne qui y trouvât à redire ou ne sût s'adapter. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Italo Calvino (58) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Italo Calvino
Vidéo de Italo Calvino
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
500 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre