AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070449392
224 pages
Éditeur : Gallimard (16/11/2012)
3.99/5   473 notes
Résumé :
Venu passer ses troupes en revue, Charlemagne découvre que sous l'armure de l'exemplaire paladin Agilulfe il n'y a personne... Agilulfe n'existe pas. Ce qui ne l'empêche pas de combattre ni de commander à son écuyer Gourdoulou - lequel existe bien, mais ne le sait pas. Derrière son ironie burlesque, Italo Calvino nous livre une profonde réflexion sur la guerre et le sens de l'histoire, et nous confie, en filigrane, ses pensées sur l'écriture.

"La guer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 473 notes

JacobBenayoune
  10 novembre 2013
Un chevalier extraordinaire est le héros de ce court roman (ou conte). Un chevalier discipliné, courageux, charismatique, galant; parfait, mais qui n'existe pas! Son armure est vide! de la chevalerie partout dans ce roman; des guerres, de l'amour galant, des couvents, des chevauchés, de la vengeance, de l'honneur, tout cela raconté avec l'humour tout en finesse d'Italo Calvino.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de roman à la Chrétien de Troyes, avec cette atmosphère chevaleresque. Et j'avais lu ce roman sans avoir aucune information à son compte (j'imaginais autre chose) et j'ai été surpris. En plus c'était le roman avec lequel je voulais découvrir le fameux Italo Calvino.
La qualité de ce livre est qu'il nous présente ce monde d'une manière moderne, sans archaïsme; c'est comme s'il traduisait en langue actuel un écrit très ancien de langue française moyenâgeuse, en allégeant le récit de tout ce qui peut ennuyer le lecteur moderne ou le rebuter. J'avais en tout cas cette impression.
Tout en lisant le livre plein de bonne humeur, j'avais en tête ce sourire singulier qu'on retrouve presque dans toute les photographies de Calvino!
Il y a plusieurs niveaux de lecture pour ce roman:
- il peut être lu comme un simple roman moderne de chevalerie, avec une intrigue pleine de rebondissements captivants. (une parodie de chanson de geste)
- comme un conte philosophique (à la Voltaire), car n'oubliant pas que Calvino est considéré comme un philosophe entre autre. Calvino discute l'idée de la perfection de l'homme; faut-il être parfait pour exister dans la société? Non est peut-être la réponse. L'homme parfait n'admet pas l'erreur, or l'erreur est humaine, sinon il est plongé dans la robotisation et se trouve enfin de compte seul, inexistant parmi des gens folâtres, amoureux, fautifs, fous.
- comme une satire de la guerre (qui ne finit jamais), de la discipline exagérée, de la bureaucratie qui rend l'homme moderne comme un singe envoyé dans l'espace pour cliquer machinalement sur des boutons!
Tyler Durden te dit chevalier inexistant: Arrête d'être parfait, arrête de tout contrôler!!
Le sort final de notre chevalier m'a vraiment attristé (je l'avoue, j'avais la gorge serrée). Un contraste avec l'humour de ce récit!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
LydiaB
  09 février 2013
"Agilulfe Edme Bertrandinet des Guildivernes et autres de Carpentras et Syra est, sans conteste, un soldat modèle ; mais tous le trouvent antipathique". Voici ce que consigne Soeur Théodora dans son manuscrit. Et lorsque Charlemagne passe ses troupes en revue, c'est avec stupeur qu'il découvre que l'armure est vide. Pourtant, ce preux chevalier semble bien exister puisqu'il combat, donne des ordres et veille à la discipline...
La nonne va ainsi mettre en scène des personnages fantasques, comme Gourdoulou, qui s'identifie à tout ce qu'il rencontre. Une scène est particulièrement cocasse : cet homme voit des canards. Il se jette alors à l'eau tout en poussant de tonitruants "coin coin" ! Bien entendu, il deviendra l'écuyer d'Agilulfe, formant ainsi son opposé.

Italo Calvino nous plonge, à travers la plume de Soeur Théodora, dans le monde médiéval. Cependant, s'il parodie avec brio les genres de l'époque, il n'en reste pas moins que sa réflexion va plus loin. Ainsi, il s'interroge sur l'identité à travers l'étroite imbrication de la fantaisie et du réalisme.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
bidule62
  06 novembre 2020
Ah cette trilogie que constituent "Nos ancêtres" d'Italo Calvino, j'adore. Nos Ancêtres certes mais potentiellement des personnages très actuels.
Bon évidemment le côté "nonsense" existe toujours chez Calvino. Cette fois-ci on a carrément un "chevalier inexistant" ! L'armure est là mais vide ! Et pourtant ce chevalier parle, combat, séduit les femmes.... Cet homme est rigoureux (à la limite de l'excès), honnête, combatif... un homme parfait en un mot ! Et donc inexistant !
Je peux comprendre que le côté totalement décalé peut rebuter. Moi j'adore !
Un dernier mot pour vous encourager à cette lecture : c'est très court, très bien écrit (langage recherché). Aussi appréciable qu'un bon chocolat !
Ah ! la description des religieux chevaliers du Graal toujours en extase, près de Dieu sauf qd il s'agit d'aller massacrer les malheureux villageois voisins !....
Ou celle de la moniale qui n'a rien vu de sa vie à part... suivi d'une longue liste de méfaits et violences en tout genre qui finit par faire rire tant elle est longue (surtout pour une moniale).
Un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4513
BrunoA
  15 juin 2013
Dans un Moyen-Âge fantastique, on découvre, en même temps que l'empereur Charlemagne, un chevalier bien étrange.
Revêtu d'une armure d'un blanc immaculé, Agilulfe Bertrandinet des Guildivernes et autres de Carpentras et Syra refuse de montrer son visage. Et pour cause, il n'en a pas, pas plus qu'il n'a d'enveloppe charnelle. Agilulfe n'est que la concaténation des volontés et des certitudes en la sainteté de la cause chrétienne qui donnent corps à cette armure vide.
Évidemment, il est, au moins au début, dénué de tout sentiment et n'existe qu'au travers de sa rigide intransigeance et de sa minutie dans l'application des codes et des procédures.
Il se voit flanqué par Charlemagne d'un écuyer qui est sa parfaite antithèse, sa moitié manquante. Alors qu'Agilulfe sait qu'il n'existe pas, Gourdoulou existe mais ne le sait pas.
On suit avec plaisir ce drôle de binôme dans sa quête pour retrouver la reine Sofronie. Sous la plume de soeur Téodora, on vit d'incroyables aventures et on re contre le jeune Raimbaut, venu venger la mort de son père et trouver un sens à son existence, et une femme chevalier, Bradamante, dont on découvre à la toute fin la véritable identité.
Italo Calvino nous emporte dans un tourbillon fabuleux et surréaliste où on suit en même temps avec plaisir ces aventures légères tout en étant incité par l'auteur à une réflexion plus profonde sur le sens de l'existence.
Un très beau conte et un excellent moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
LiliGalipette
  10 janvier 2015
Dans la glorieuse troupe qui accompagne Charlemagne en campagne, il y a un chevalier tout à fait singulier. Agilulfe Edme Bertrandinet des Guildivernes et autres de Carprentas et Syra, chevalier de Sélimpie Citérieure et de Fez est un chevalier inexistant : dans son armure blanche, il n'y a rien, si ce n'est une voix, un esprit et une morale. « Alors, dans l'armée de Charlemagne, on peut être chevalier, couvert de titres et de gloire, et de plus guerrier valeureux, officier irréprochable, sans avoir d'exister ! » (p. 29) le chevalier est l'incarnation des meilleures valeurs de la chevalerie, mais décidément, il agace tout le monde avec sa rectitude et sa droiture, Charlemagne le premier. Quand un autre chevalier met en doute la légitimité d'Agilulfe, ce dernier part séance tenante trouver la preuve de sa noblesse. Qu'ils prennent garde, les autres chevaliers, Agilulfe va leur montrer ce que c'est d'être un vrai chevalier. « La chevalerie est une belle chose, c'est entendu ; mais tous ces chevaliers sont une bande de grands nigauds, habitués à accomplir de hauts faits d'armes sans chercher la petite bête, comme ça se trouve. Dans la mesure du possible, ils tâchent de s'en tenir à ces règles sacro-saintes qu'ils ont fait serment d'observer : elles sont bien codifiées, elles leur ôtent le souci de réfléchir. » (p. 92 & 93)
Il ne faut pas oublier Raimbaud de Roussillon, jeune chevalier déterminé à venger son père en tuant l'émir Izoard. Évoquons aussi Bradamante, amazone en armure qui n'a d'yeux que pour Agilulfe et qui est dévorée par ceux de Raimbaud. N'oublions pas Gourdoulou, écuyer aux compétences douteuses, à l'esprit benêt, mais à l'identité multiple et internationalement reconnue. Enfin, qui est la narratrice, cette nonne recluse dont la pénitence est de chanter les aventures d'Agilulfe ? « Il n'est pas dit qu'en écrivant, on assure le salut de son âme. On écrit, on écrit, et déjà notre âme est perdue. » (p. 106)
Peut-on exister sans être ? C'est cette question farfelue et hautement philosophique que pose Italo Calvino. La douce et exubérante absurdité de cette histoire n'empêche nullement le texte de prendre les dimensions d'une chanson de geste. Il était grand temps de dépoussiérer les armures et de raconter autrement les hauts faits des chevaliers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340


critiques presse (1)
LeMonde   14 juin 2019
Ce conte philosophique autour d’un chevalier du Moyen Age est un divertissement réussi.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   09 février 2013
Devant chaque officier, il arrêtait son cheval et se tournait pour examiner l'homme des pieds à la tête.
- Or çà, qui êtes-vous, paladin de France ?
- Salomon de Bretagne, Sire ! » répondait l'autre à pleine voix, et la visière du heaume se relevait sur une figure congestionnée. Suivaient des indications pratiques, du genre : « Cinq mille cavaliers, trois mille cinq cents fantassins, mille huit cents hommes pour les services, cinq année de campagne.
- Hardi les Bretons, paladin de France ?
- Olivier de Vienne, Sire ! » articulaient les lèvres, aussitôt soulevé le mézail du heaume. Et cette fois : « Trois mille cavaliers d'élite, sept mille hommes de troupe, vingt machines de siège. Vainqueur du païen Fiérabras, par la grâce de Dieu, et pour la gloire de Charles, roi des Francs !
- Bien travaillé, bravo les Viennois », commentait Charlemagne ; puis, aux officiers qui l'escortaient : Un peu maigrichons, ces chevaux, faites doubler le picotin.
Et en avant : « Or çà, qui êtes-vous, paladin de France ? » Toujours les mêmes mots, la même cadence : Tatàratatattà-ratatà-tatà…
- Bernard de Montpellier, Majesté ! Vainqueur de Nègremont et de Galiferne.
- Ah ! Montpellier ! Belle cité ! Cité des belles femmes ! » et, aux gens de sa suite : « Voyez un peu sa promotion.
Des choses pareilles, dans la bouche de l'empereur, ça fait plaisir ; mais voilà depuis des années, c'était toujours la même ritournelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
SachenkaSachenka   27 août 2016
[...] maintenant, je brûle pour le jeune et passionné Raimbaut.
Voilà pourquoi, à un certain moment, ma plume s'est mise à courir, à courir! C'est vers lui qu'elle courait ; elle savait bien qu'il ne tarderait guère à venir. Chaque page ne vaut que lorsqu'on la tourne et que derrière, il y a la vie qui bouge, qui pousse et qui mêle inextricablement toutes les pages du livre. La plume vole, emportée par ce plaisir même qui nous fait courir les routes. Le chapitre entamé, on ignore encore quelle histoire il va raconter ; c'est un peu comme ce recoin où, tout à l'heure, je vais tourner en sortant du couvent, sans savoir ce qu'il me réserve : un dragon, une troupe barbaresque, une île enchantée, un amour né de la surprise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
mfrancemfrance   17 octobre 2018
Et c'est alors que survenaient les champions, au grand galop, sabre au clair, et ils n'avaient pas de mal à trancher la mêlée à coups d'épée.
Jusqu'au moment où se retrouvaient face à face les champions ennemis, bouclier contre bouclier. C'était le début des duels, mais comme le sol était déjà encombré de carcasses et de cadavres, il était difficile de se mouvoir, et quand ils ne pouvaient pas s'atteindre, ils se couvraient d'insultes. Là, ce qui était décisif, c'était le degré et l'intensité de l'insulte, car selon que l'insulte était mortelle, sanglante, insoutenable, moyenne ou légère, on exigeait différentes réparations, ou même des haines implacables qui se transmettaient de génération en génération. Donc, l'important était de se comprendre, chose qui n'était pas facile entre maures et chrétiens et avec les différentes langues maures et chrétiennes au milieu : s'il arrivait une insulte indéchiffrable, qu'est-ce qu'on pouvait y faire ? Il fallait se la garder et on pouvait rester déshonoré à vie. C'est ainsi qu'à cette phase du combat participaient les interprètes, troupe rapide, armée légèrement, montée sur des petits chevaux particuliers, qui tournaient autour des cavaliers, attrapaient les insultes au vol et les traduisaient illico dans la langue du destinataire.
"Khar as-sûs !
- caca de vermicelle.
-Mushrik ! dégueu ! pouilleux ! escalvao ! marane ! hijo de puta ! zabalkan ! merde !"
Ces interprètes, de part et d'autres, il avait été convenu tacitement qu'il ne fallait pas les tuer. Du reste, ils filaient à toute allure et dans cette pagaille, s'il n'était pas facile de tuer un lourd guerrier monté sur son gros cheval qui avait du mal à bouger ses pattes, tant on les lui avait entravées de cuirasses d'acier, vous imaginez ces acrobates ! mais pas de mystère : à la guerre comme à la guerre, et de temps à autre l'un d'entre eux y laissait la peau.
Page 67
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
SachenkaSachenka   25 août 2016
Du reste, tout n'est pas clair pour moi dans ce récit. Il faut nous comprendre : quoique de familles nobles, nous sommes des filles de la campagne, ayant cuvé toujours cloitrées dans des manoirs perdus, et puis dans des couvents. Excepté l'office, les triduums, les neuvaines, les travaux des champs, la moisson, la vendange, les fustigations de serfs, quelques incestes, incendies, pendaisons, sièges, invasions, pillages, pestilences et stupres de toutes sortes, au fond, nous n'avons pas vu grand-chose. Que voulez-vous qu'une pauvre soeur connaisse au train du monde?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
JulienDjeuksJulienDjeuks   18 décembre 2020
Le fantasme de l’ordre militaire, p. 92 :
Après toute cette existence d’amazone enrégimentée, une profonde insatisfaction s’était fait jour en son âme. Ce qui l’avait jetée dans le métier de chevalerie, c’était le désir de tout ce qui est austère, exact, rigoureux., plié à une règle morale ; et, dans le maniement des armes ou la conduite des chevaux, le goût d’une extrême précision de mouvements. Mais en réalité… Elle était environnée de gros bonshommes suants, qui faisaient la guerre à l’esbroufe, d’une manière approximative et négligente. Hors des heures de service, ils passaient leur temps à prendre des cuites ou à se traîner derrière elle, en vrais lourdauds, avec une seule idée en tête : savoir lequel d’entre eux elle se déciderait à emmener dans sa tante pour la nuit. La chevalerie est une belle chose, c’est entendu ; mais tous ces chevaliers sont une bande de nigauds, habitués à accomplir de hauts faits d’armes sans chercher la petite bête, comme ça se trouve. Dans la mesure du possible, ils tâchent de s’en tenir à ces règles sacro-saintes qu’ils ont fait serment d’observer : elles sont bien codifiées, elles leur ôtent le souci de réfléchir. La guerre, en définitive, c’est moitié boucherie, moitié train-train ; pas la peine d’y regarder de si près.
Bradamante, au fond, était à l’image des autres : peut-être que toutes ses aspirations, ses idées d'austérité et de rigueur, elle ne se les était mises en tête que pour contrarier sa vraie nature. Par exemple, il n’y avait pas plus souillon qu’elle dans toute l’armée de France. Sa tante était la plus mal rangée de tout le cantonnement, c’est dire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Italo Calvino (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Italo Calvino
Leçon inaugurale prononcée le 30 novembre 2006 par Antoine Compagnon, professeur titulaire de la chaire Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie (2005-2020). Découvrez ses enseignements : https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/index.htm Auprès de la question théorique ou historique traditionnelle : "Qu'est-ce que la littérature ?", se pose avec plus d'urgence aujourd'hui une question critique et politique : "Que peut la littérature ?" Quelle valeur la société et la culture contemporaines attribuent-elles à la littérature ? Quelle utilité ? Quel rôle ? "Ma confiance en l'avenir de la littérature, déclarait Calvino, repose sur la certitude qu'il y a des choses que seule la littérature peut nous donner." Ce credo serait-il encore le nôtre ?
Accéder librement à la version électronique de cette leçon inaugurale : https://books.openedition.org/cdf/524
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
1126 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..