AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370490535
Éditeur : La Volte (19/10/2017)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Après la Révolution, l’île de Montréal est assiégée — ses ponts bloqués par l’armée fédérale. Partout dans les rues se déchirent les partisans de l’ancien monde libéral et ceux qui aspirent à une société anarchiste, transformant le paysage urbain en un champ de ruines festif où survivent des communautés humaines en pleine recomposition.
Au cœur de ce chaos, Nikki Chanson bosse dans un vidéo-club. Paumée mais pleine de talents cachés, elle partage son temps en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Nio
  19 novembre 2017
Dans une utopie uchronique où l'île de Montréal se révèle l'un des derniers bastions encore libres d'un futur proche parallèle, David Calvo tisse un roman cyberpunk sans l'être (le net s'est effondré, il a été remplacé par l'alternative de la Grille où tous les termes informatiques d'un passé encore chaud sont remplacés par des dénominations mythologiques).
L'écrivain y superpose enquête policière riche (on part de petits cadavres mutilés d'animaux pour déboucher sur du plus vaste), quête initiatique et références cinéphiliques d'autant plus exactes qu'elles transpirent une authentique tendresse du fantastique et de l'horreur, de la série B comme des productions plus fauchées mais non sans idées.
Et ça marche puisqu'on se retrouve littéralement transporté de bout en bout. le dépaysement du Québécois mêlé souvent à des termes techniques, la description de cette Commune qui fait singulièrement écho à celle de 1871, les nombreuses pistes scientifiques (voires mystiques) qui fonctionnent par couches sans jamais altérer la portée du roman, laissant le lecteur choisir suivant son humeur (même la fin reste d'ailleurs volontairement ambigüe pour ça), un certain sens de l'action et du rythme, un mystère soigneusement entretenu (non pas un, plusieurs même vu la richesse de ce gros livre), de l'humour, de l'onirisme (tous les rêves de Nikki) et un certain bestiaire allant du raton-laveur au ouaouaron font le reste.
Le titre Toxoplasma en lui-même est une nouvelle piste narrative soutenant l'un des mystères du livre que Calvo n'explicite qu'à moitié, évoquant la Toxoplasmose causée par le parasite Toxoplasma Gondii. Cette dernière, propagée le plus souvent par les chats (hôte final) peut toucher les humains tout en restant bénin. Les cas les plus dangereux restent toutefois pour les femmes enceintes, les personnes séropositives ainsi que celle dont le système immunitaire s'avère affaibli. Dans le roman, la toxoplasmose participe d'un système de transmission dont les chats seraient le vecteur. Mais on n'évoque pas tant que ça de chats dans cette commune qui verse lentement en fin du monde, curieusement.
Ou plutôt fin d'un monde.
Ou sa renaissance en bout de course ?
Au lecteur justement de se faire une idée !
Très vivement recommendé, surtout si vous êtes cinéphile et mordu de SF et d'horreur : là vous allez y reconnaître vos petits.
Lien : http://dvdtator.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eterlutisse
  23 octobre 2017
Roman proto-cyberpunk, chaînon manquant entre nous et un futur cyberpunk, Toxoplasma prend pour cadre un Montréal dans un futur en "limite de notre zone proximale de développement", dopé à l'utopie, l'anarchie et aux années 80.
Nikki nous emporte au fil d'une enquête improbable derrière le voile, essayant de débrouiller une intrigue où se mêlent meurtres rituels d'animaux, légendes autochtones, films d'horreur, histoire locale et technologie mystique.
S'entrecroisent le fil narratif de Nikki, d'un speaker radio, de Kim et de sa bande de hackeuses.
Des images sublimes, un thriller SF fantastique, burlesque, prenant qui suinte l'horreur et la violence sans jamais en être éclaboussé.
Commenter  J’apprécie          32
Nausicaah
  06 novembre 2017
Ce roman est une petite pépite, comme souvent chez La Vote. Il conte un futur sombre et cruel, dans lesquels les protagonistes essaient de (sur)vivre.
L'univers est sombre, parfaitement dépeint et on s'y s'en happé, l'écriture fine est très prenante et donne au livre un aspect rare. Il fait partit de ces livres où le support n'existe plus, tellement le lecteur est dans l'univers.
Ajouté à cela ce qu'il faut de surnaturel et il en ressort un mélange détonnant et très intéressant à lire!
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  03 novembre 2017
Hackers en folie et Commune Libre de Montréal en métaphore uchronique d'un âge d'or déliquescent à toujours réinventer.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2017/11/03/note-de-lecture-toxoplasma-david-calvo/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NioNio   16 novembre 2017
_ Et Vendredi 13, épisode 5 ?
_ Heu...

C'est un couple, visiblement endommagé, à la recherche d'un je-ne-sais-quoi qui pourrait sauver leur soirée, à défaut de leur amour. Le mâle interroge la femelle du menton, elle fait la moue.

_ OK, enchaîne Nikki, vous avez un problème avec les ados morts. Que pensez-vous de Scanners 2 ? The New Age ? Oui ?
Elle leur vend sa soupe : il y a plusieurs suites à Scanners, le film de David Cronenberg sur les agents aux pouvoirs psy, capables de tuer avec des fréquences inconnues -- deux suites officielles, puis un Scannercop et un Scannercop 2. Mais c'est vraiment The New Age qui tire son épingle du jeu, en proposant une virée exponentielle dans la conspiration. Un mystère épais, paranoïaque, aux ramifications sans fin. Une plongée dans le glauque des salles polyvalentes, du mal en costume-cravate, du pouvoir tout-puissant des grilles de calcul, d'un capitalisme sans tête, sans âme, partout à la fois, qui sait tout, voit tout, entend tout, et des soldats de l'ombre qui luttent contre cet enfer conceptuel où l'humanité est aujourd'hui enfermée, célébrant la toute-puissance de la commodité sans se poser la question du pourquoi. C'est un scanner qu'il faudrait, une armée de scanners pour lire l'intimité de ces pensées infertiles, de ces mensonges. Une clarté, une vigilance ouverte. Une transparence.
_ Oui, mais, est-ce qu'il y a une histoire d'amour ? demande le mâle, intrigué.
_ Ah, mais bien sûr monsieur. Il faut beaucoup d'amour pour faire exploser une tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   03 novembre 2017
Le mercredi au Millenium, les enfants cherchent des films d’horreur autorisés par des parents dépassés. Nikki navigue à l’œil, conseillant des bandes qui ne devraient pas être vues, ni par un enfant, ni par un adulte. De l’épouvante canadienne tournée pendant le tax break de la fin des années 70, des films amateurs, véritables boucheries salopées. C’est leur kif.
– Bon alors, Things tu vois, dit-elle à une gamine de neuf ans en salopette, c’est l’histoire de deux frères dans une cabane, qui viennent rendre visite à un troisième, qui fait des drôles d’expériences, et on se rend vite compte qu’il va utiliser ses frères pour des expériences, et qu’il y a une sorte de fourmi mutante géante dans le frigo, carnivore. Ça se finit à la tronçonneuse.
Ça l’amuse de voir ces enfants embrasser l’imaginaire, se tenir loin du Betamax pour continuer de perpétuer le savoir-faire, l’unique saveur de ces parasites. Le combat lui semble soudain plus important : les adeptes du Beta ne font pas la place au film d’horreur, ils obéissent aux grosses machines culturelles qui dirigent le monde et les gouvernements, morale totale, à grand renfort d’effets spéciaux et de messages clairs. Aucune des grandes licences, aucun réalisateur célèbre, ne s’intéresse plus à la VHS. C’est un monde souterrain, approximatif, réservé à des rêveurs, des exilés. Pouvoir transmettre ça, c’est devenu un combat, économiquement condamné. Autant dire : non existant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NioNio   16 novembre 2017
_ Ça c'est merveilleux, dit-elle en voyant qu'il cligne des yeux devant la couverture de Mutant. Forbidden world, en version anglaise, une merde intersidérale, en fait la suite théorique de Galaxy of Terror, peut-être un des meilleurs films de SF – c'est toujours New World qui produit, la machine Corman à son top. C'est un rip-off d'Alien, bien sûr, tout comme Galaxy of Terror l'était aussi un peu – mais Galaxy of Terror était bien plus imaginatif et métaphysique – Forbidden World, c'est juste une histoire de gros monstre dégueulasse et libidineux, dans une base abandonnée. Y'a un savant fou, des meufs scientifiques qui se lèchent, une espèce de droïde assez cool au design piqué sur un stormtrooper, et puis le monstre, tu vois, c'est une espèce de gigantesque gueule noire pleine de dents, presque immobile parfois. On n'est pas dans la copie carbone de Créature par exemple, les gars cherchent réellement à réinventer le concept – il y a cette scène phénoménale où l'entité organique se retrouve étalée dans toute une pièce – du pur Lovecraft.
_ Oh...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   03 novembre 2017
Kim reprend son burger, tire une feuille de salade mourante. Ira leur avait sorti le grand jeu, il savait qu’elle allait y mordre, que c’était du tout cuit, une semelle. La Vectracom est l’une des corpos les plus en vue de Montréal, une sorte de spécialiste de la domotique qui avant la Commune chiait de la commodité pour jeunes friqués incapables d’essorer une salade sans avoir besoin d’un machin connecté intelligent. Dans ses nouveaux jolis bureaux avec entrée directe dans les souterrains, une belle porte vitrée avec moquette, la Vectracom est encore la façade arrangée d’un monde néolibéral embourbé dans son confort. Kim rêvait de les killer depuis qu’ils avaient commencé à vendre des montres pour mesurer les calories brûlées pendant le temps passé sur l’ordi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   03 novembre 2017
– Dites, les filles, ça vous dirait de venir faire votre boulot ? dit Jove en revenant leur montrer trois cartouches de ce qui semble être un virus démodé.
Sur l’étiquette, un signe cabalistique. Kim secoue la tête. Mauvais karma, quand les programmeurs utilisent l’occultisme ou l’ésotérisme pour masquer leur manque d’inspiration. Se reposer sur une prière pour faire marcher un programme n’a jamais rien donné, malgré tous les rituels nécessaires pour démarrer des protocoles poussiéreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de David Calvo (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Calvo

Rencontre avec David Calvo... Part. 4/4
Rencontre avec David Calvo... L'histoire d'un auteur qui ne voulait pas grandir... (Utopiales - Nantes - novembre 2012) La suite : youtu.be L'audio de la conférence : www.actusf.com
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Wonderful

Le personnage principal est un médecin qui est ...

Boiteux
Asmathique
Borgne
Manchot

12 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Wonderful de David CalvoCréer un quiz sur ce livre