AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264069078
240 pages
Éditeur : 10-18 (05/01/2017)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Anna, 5 ans, et son petit frère Stick campent avec leurs parents dans un parc naturel sauvage lorsqu’ils sont surpris en pleine nuit par ce que la petite fille confond avec un gros chien. Le lendemain, Anna découvre qu’elle et Stick sont désormais seuls, et que c’est à elle, la « grande », qu’il incombe de protéger son frère. Débute alors pour les deux enfants isolés une dangereuse errance…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Lucile-
  12 février 2016
L'Ours est un roman à la fois touchant et dérangeant, tendre et terrible : un parfait oxymore des sentiments qui nous ravagent au fil des pages.
Inspirée de faits réels d'un couple décédé sous les griffes d'un ours, l'auteur a ajouté l'histoire de deux enfants fictifs qui se retrouvent seuls dans la forêt. Raconté à travers les mots et la vision d'une fillette de 5 ans, le récit se révèle troublant et puissant. Avec son regard d'enfant qui découvre le monde qui l'entoure et commence tout juste à l'appréhender, elle nous décrit sa vision des faits et tente d'y donner un sens. Ce qui est terrible, c'est qu'elle ne comprend pas tout ce qui lui arrive, n'étant pas encore en âge de savoir ce qu'est la mort, et nous peint de façon si naïve et touchante les événements tandis que nous, avec notre regard d'adulte, on peut déduire de son explication les effroyables faits. Ses mots sont si émouvants qu'il en ressort une grande beauté dans cet ouvrage au demeurant sombre. J'ai été captivée dès les premières pages et ne parvenais pas à m'y détacher tant l'on s'attache à cette enfant.
J'ai énormément apprécié le fait que ce livre ne rejette la faute sur personne : ni sur l'ours, et par extension la Nature qui suit son cours, ni sur ce couple qui ne s'était pas aventuré dans un endroit interdit. Comme il est souligné, ils se sont simplement trouvés au mauvais endroit au mauvais moment. C'était la force des événements. L'auteur est passionnée par le milieu sauvage et cela ressent constamment dans son écriture.
Un beau travail également de la part de l'édition française sur la 1ère de couverture que je trouve tout simplement merveilleuse et qui résume tellement bien l'essence de cette histoire.
Un grand merci aux éditions Kero et à la Masse critique de Babelio de m'avoir fait découvrir cet excellent roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
MAPATOU
  11 avril 2017
« L’ours » a pour point de départ un fait divers tragique ayant réellement eu lieu en 1991 dans un parc naturel près de Toronto : les restes d’un couple de campeurs, dévorés par un ours, avaient été retrouvés.
Claire Cameron a imaginé que ce couple était accompagné de leurs deux jeunes enfants. Tout au long des pages, c’est Anna, 5 ans, qui parle et raconte à travers sa vision d’enfant ce qui est arrivé.
Alors qu’Anna et son petit frère Stick sont couchés dans la tente, un ours attaque le campement. Le père n’aura que le temps de prendre les enfants et de les enfermer dans la grosse glacière Coleman qui sert à garder la nourriture à l’abri des animaux.
Après ce qui lui paraît un temps interminable, Anna ose enfin sortir avec Stick et sa poupée Gwen : « Je regarde autour de nous et c’est un désordre terrible. C’est pas moi qui ai fait ça. Il y a de la nourriture sur le sol comme si on l’avait jetée dans tous les sens. C’est pas moi. Quelqu’un a joué avec et l’a envoyée partout.(…) Je vois un morceau de viande par terre et je plisse le nez d’avance en me disant qu’il doit sentir mauvais. (…) Et j’aime pas cette viande que le chien noir a laissée par terre, elle a pas de sabot non plus mais le soulier de Pap, et je sais pas pourquoi il a mis la chaussure sur la viande…. »
Anna découvre sa mère allongée dans l’herbe, très faible mais toujours en vie. Cette dernière lui ordonne de partir avec son frère : « Pousse le canoë dans le lac et rame…rame comme je t’ai appris. (…) Je suis blessée au cou, Anna. Je ne peux pas bouger. (…) Va dans le canoë et rame et attends-nous là-bas. »
Et Anna, qui s’efforce toujours d’être une petite fille obéissante va faire ce que sa mère lui demande. Sauf qu’une petite fille de 5 ans peut difficilement manier un grand canoë, lequel s’échouera à quelques mères du lieu du drame.
Les deux enfants vont passer deux jours seuls, totalement livrés à eux-mêmes, sans nourriture avant d’être retrouvés.
Le tour de force de Claire Cameron, c’est d’avoir su rendre la psychologie d’une petite fille de 5 ans face à un tel drame, la façon dont la petite a inconsciemment transformé ces éléments afin de les rendre un peu moins terrifiants. Anna ne parle jamais d’ours mais d’un grand chien noir : « Je me sens mieux, je suis plus toute seule si le chien noir est avec moi. Je m’assois une minute pour aider ma tête à penser, je mets ma main sur mon ventre pour caresser le chien noir et on a une petite discussion. Il est calme et il parle avec une voix toute douce, donc j’ai pas tant à m’inquiéter. »
Et nous, lecteurs, vivons cette histoire à travers les yeux d’Anna, qui ne comprend pas pourquoi ses parents ne sont plus là, qui s’occupe de son petit frère mais en même temps lui en veut, et qui n’a qu’une envie : se glisser dans son lit dans sa maison de Toronto et que sa poupée-doudou Gwen retrouve son odeur si rassurante qu’elle a perdue dans la forêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Moccha
  17 novembre 2019
L'auteur s'est inspiré d'un fait divers, à Toronto. Un couple de campeurs, dévorés par un ours, a été retrouvé dans un parc naturel. Il faut un témoin pour nous narrer à nous lecteurs, ce qui s'est passé. Pour celà l'auteur à imaginé deux enfants, Anna et son petit frère. A travers les yeux et les mots d'une petite fille de cinq ans, nous allons vivre un véritable cauchemard. Anna et son petit frère, sont couchés sous la tente. "J'entends maman crier mais je garde les yeux fermés. Les rêves, c'est pas pour du vrai et je le sais puisque ma maman elle crie jamais. Elle a une voix douce qui ressemble à une fleur blanche et qui a le goût des cookies de Noël avant qu'on mette les paillettes sucrées dessus". le père a tout juste le temps de prendre les enfants, et les enfermer dans une glacière. Après une attente, qui lui parait interminable, elle ose sortir. Anna découvre sa maman allongée dans l'herbe, cette dernière très faible lui dit : « Pousse le canoë dans le lac et rame…rame comme je t'ai appris. (…) Je suis blessée au cou, Anna. Je ne peux pas bouger. (…) Va dans le canoë et rame et attends-nous là-bas. »
Ce récit est tellement émouvant, que j'avais envie de la consoler, lui dire : "Tu fais un cauchemard, rendors toi, tout va bien" !. C'est le coeur d'une maman qui parle....
Un livre qui nous fait frémir.... A lire ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
veroherion
  08 mai 2017
Histoire tirée d'un fait divers : un couple est retrouvé déchiqueté par un ours, sur une île du Parc Algonquin en 1991.
Pas de réelle explication sur l'attaque de l'ours, plein d'hypothèses...
Claire Cameron en fait un roman, ajoutant au couple deux enfants : une petite fille de 6 ans, bientôt 7, Anna et son petit frère Stick.
Les événements sont racontés à travers le regard d'Anna et tout le charme du livre qui tire par moment jusqu'à la poésie, réside dans ce décalage : le langage et l'univers de Anna, de l'enfance et les horreurs qu'elle vit.
Tout est dédramatisé par son incompréhension, par son envie de cookies, par son petit frère qui respire trop fort et avale tout son air, par les souvenirs drôles qui la traversent...
On aurait pu penser qu'une histoire sordide et angoissante proche du thriller allait nous tenir en haleine et l'on se retrouve au milieu des bois avec une petite fille qui, si elle ne peut être une reine courageuse, espère qu'elle parviendra quand même à être un peu une princesse batailleuse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ddreambookine
  08 juillet 2016
Je remercie chaleureusement les Éditions Kero pour ce partenariat.
Comme nous l'indique parfaitement le résumé, nous découvrons Anna et sa famille alors qu'ils campent dans un parc naturel sauvage. En pleine nuit, alors qu'elle dort avec son petit frère de 2 ans, Stick, dans la tente, elle est réveillée par des cris affolés. Ne pouvant pas croire que ses parents, si calme et doux, puissent hurler de la sorte, elle se persuade qu'il s'agit là d'un cauchemar. le lendemain, c'est l'incompréhension ! Elle se retrouve seule avec son petit frère, dans cette nature hostile, à tenter d'échapper à ce grand chien noir qui s'approche dangereusement …
Je ne sais clairement pas à quoi je m'attendais car, en y réfléchissant c'est logique, mais je ne m'imaginais pas que la narratrice de ce récit serait justement Anna, cette grande soeur de 5 ans qui va devoir protéger son frère. Et si, sur le début, ce décalage entre le lecteur et les pensées futiles de cette petite fille dans une telle situation est intéressant, il a malheureusement finit par m'agacer …
Comme je le disais, j'ai beaucoup aimé toute la première partie qui nous explique l'attaque de l'ours et nous décrit comment les enfants ont réussi à s'en sortir. C'est à la fois prenant et poignant. Et cette narration enfantine permet tout d'abord de ne pas tomber dans l'horreur ; mais également d'avoir un point de vue différent de par l'innocence due à leur âge. Anna ne se rendant pas compte de la gravité de la situation, ces questionnements ne sont que matérialistes et surtout, purement égoïstes.
Et c'est là que le bât blesse ! À partir du moment où Anna et Stick se retrouvent livrés à eux-mêmes au beau milieu de ce parc naturel, cette narration m'a agacé et irrité au plus haut point. Ces mots d'enfants qui étaient au départ touchant, deviennent interminables et extrêmement lassants ! D'autant plus que l'avalanche de pensées qu'un enfant peut engendrer en un laps de temps limité donne lieu à de looongues phrases donc le sens premier se perd au fil des mots …
Cette phrase est un très bon exemple du décalage imposé entre la narratrice et nous, lecteur ! Il est évident qu'à son âge, elle ne conçoit pas la situation comme une adulte le ferait et c'est ce qui rend l'intrigue très réaliste. L'auteur a parfaitement réussi à nous retranscrire les futilités enfantines, de ce côté-là, je lui tire mon chapeau. L'exercice ne devait pas être simple mais il est réussi. Cependant, ça n'a fait que me fatiguer, et j'ai rapidement décroché …
C'est dommage car, pour ma part, cette narration est le gros point négatif de ce récit. Et pourtant, je suis sur qu'il peut être un magnifique coup de coeur pour d'autres, qui apprécieront ces phrases d'enfant à leur juste valeur.
En bref : un récit qui, tiré d'une histoire vraie, nous donne froid dans le dos ! L'auteur a réussi à nous plonger aux côtés d'Anna très rapidement grâce à une intrigue qui démarrait très bien. Malheureusement, je n'aurais pas du tout accroché au choix de narration qui a rendu ma lecture assez laborieuse. Malgré ça, l'épilogue aura réussi à m'émouvoir et même à m'arracher une petite larmichette.
Lien : https://ddreambookine.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Lucile-Lucile-   12 février 2016
Je me penche et c'est toujours Maman. Je la touche, elle est froide mais elle sent encore comme Maman. Je mets ma joue près de la sienne et je suis moins triste parce que les fantômes viendront pas si je reste près d'elle, alors elle aura pas besoin de leur parler, ou de leur faire la danse des fantômes ou de rallumer les lumières. Ils savent tout, les fantômes.
Commenter  J’apprécie          50
DucalmeLucetteDucalmeLucette   17 juin 2016
Je sais pas si le chien noir est grand et s’il va me tirer d’en-dessous de l’arbre, et grrr-gouah-grrr il veut pas arrêter de me faire peur et je voudrais qu’il morde maintenant parce que j’en peux plus d’avoir peur. Si seulement je devais pas être bloquée sous un arbre et si mon estomac arrêtait de faire des bonds, et je tremble et mes os sont comme s’ils voulaient s’en aller, mes genoux tomber en morceaux. Je regarde et regarde et le chien noir est juste assis là pareil que quand les lions surveillent les antilopes et attendent qu’elles bougent pour bondir dessus et les déchirer avec leurs griffes et les mordre dans le cou et même monter sur le dos de l’antilope quand elle essaie de s’en aller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ddreambookineddreambookine   08 juillet 2016
Maintenant que j’ai plus d’habits mouillés sur moi, ma peau est bien chaude et je lève les bras au ciel. On doit attendre nos parents ici, c’est pas un problème puisque le soleil me sourit et me chauffe. Je laisse mes doigts de pied gigoter parce que les cookies ont versé du sucre en poudre dessus, et puis je sautille sur un pied et je sens de la terre craquante dessous mais je vois un peu de sable plus près de l’eau et j’y vais, c’est beaucoup plus agréable et doux de marcher là, mes pieds bougent tous seuls et mes mains font bonjour et je ris parce que c’est amusant, et alors Stick vient me rejoindre. Il saute sur place et il secoue les mains comme moi, c’est la seule façon de danser qu’il connaisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ddreambookineddreambookine   08 juillet 2016
[…] et ses yeux pleurent mais pas parce qu’il est triste, comme des larmes qui en sont pas et qui viennent d’un autre endroit que quand on est triste, on dirait qu’elles montent de la gorge et coulent par les yeux alors que les larmes tristes viennent du cœur. C’est des larmes de rire qui roulent sur ses jours […]
Commenter  J’apprécie          00
ddreambookineddreambookine   08 juillet 2016
J’entends maman crier mais je garde les yeux fermés. Les rêves, c’est pas pour du vrai et je le sais puisque ma maman elle crie jamais. Elle a une voix douce qui ressemble à une fleur blanche et qui a le goût des cookies de Noël avant qu’on mette les paillettes sucrées dessus.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Claire Cameron (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Cameron
Author Claire Cameron takes part in #whereiwrite (2015/05).
autres livres classés : nature writingVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Claire Cameron (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..