AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Vittoz (Traducteur)
ISBN : 2253150525
Éditeur : Le Livre de Poche (03/04/2001)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 93 notes)
Résumé :
Vigàta, petite bourgade de Sicile, 1891.
Filippo Genuardi, négociant en bois mais surtout jeune dandy consommateur d'innovations technologiques, veut se faire installer une ligne téléphonique. Il écrit pour cela au préfet de région, un Napolitain visiblement paranoïaque. Dans ses hilarantes demandes écrites, " Pippo " Genuardi fait une bête petite faute d'orthographe au nom du préfet et le voilà soupçonné d'être un dangereux agitateur. Suivra, par lettres in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
isabellelemest
  11 mai 2014
C'est une comédie sicilienne à laquelle nous invite le malicieux Camilleri dans cet opus composé d'échanges de lettres, alternant avec des dialogues écrits notamment dans le dialecte savoureux qui a fait la renommée de l'auteur.
En 1898, dans la cité imaginaire de Vigatà, au sud de la Sicile, un jeune gandin, Filippo Genuardi, qui a épousé une héritière et manifeste des goûts évidents pour la gloriole, veut absolument une installation téléphonique pour relier son magasin à la demeure de son beau-père. La chose est d'autant moins aisée que les instances de l'Etat dsyfonctionnent, le Préfet étant paranoïaque et les carabiniers faisant la chasse aux sorcières subversives, tandis que le parrain local est en délicatesse avec un ami de Filippo qui ne lui a pas payé ses dettes de jeu. Pris entre ces intérêts divergents, le pauvre Pippo se retrouve en prison après une fusillade commanditée par la mafia... Tout semble s'arranger à la sicilienne, mais l'amour est là et la fin pleine de surprise et d'ironie.
Un véritable régal que la lecture de ces lettres parodiant le style administratif le plus obtus où toutefois le démon du bizarre et la logique sicilienne subvertissent les procédures les plus classiques, et ces dialogues réjouissants où la verve linguistique de Camilleri se donne libre cours : échanges en dialecte siculo-camillerien, sous-entendus, clins d'oeil, chutes divertissantes, le tout compose un puzzle parfaitement maîtrisé d'où émerge une comédie du progrès dans une île largement traditionnelle, où l'administration italienne ne maîtrise pas tout, et où le poids des parrains ne doit pas être sous-estimé, car ils peuvent souffler alternativement le chaud ou le froid...
Pour bien apprécier la saveur de ce petit bijou de malice, la lecture en V.O. est fortement recommandée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Derwijes
  26 mai 2015
Publié en 1998, La concession du téléphone est une tragi-comédie de moeurs, se passant dans la Sicile de la fin du XIXème siècle.
Le roman s'articule entre des passages épistolaires et des dialogues, sans aucune description des personnages ou des lieux de l'action.
Cet aspect un peu bâtard oscillant entre le roman et le théâtre rappelle les premiers amours de l'auteur pour la scène, d'autant plus que l'influence de la comedia del arte est très présente tout au long de l'histoire.
Cette influence se ressent sur les personnages, qui sont des stéréotypes. On trouve la femme objet, le mafieux menaçant, le politicien véreux...Il est parfois difficile de deviner qui est qui à cause des noms et surnoms officiels et officieux, confusion voulue par l'auteur qui en fait la base de son histoire, l'élément perturbateur.
L'élément perturbateur, donc, est le point de départ de l'histoire, qui s'enchaîne de façon très naturelle, chaque rebondissement en entraînant un autre, encore pire. Une vraie chute de dominos poussés par l'hypocrisie et la paranoïa savamment orchestrée, même si le final est un trop accéléré et semble être une issue de secours facile pour l'auteur qui ne savait plus quoi faire de ses personnages. Dommage !
L'une des spécificités de Camilleri est le mélange d'italien et de sicilien qu'il emploie, créant ainsi un langage frais et coloré. Malheureusement, la traduction française n'a pas pu recréer ceci, mais le travail de Dominique Vittoz est plus qu'honorable, surtout dans les dialogues les plus hystériques, très bien rendus.
Au final, la concession du téléphone est un petit roman bien écrit, pas prétentieux pour un sou, et qui se rapidement avec un arrière-goût de soleil sicilien dans la bouche et l'accent chantant des italiens dans les oreilles. Une lecture facilement accessible, parfait pour ceux qui n'aiment pas trop lire et pour ceux qui veulent juste se détendre. Attention, toutefois, au petit goût amer que laisse la fin du roman, tant pour sa morale que pour sa qualité un poil en dessous du reste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Lune
  21 janvier 2009
Sicile, 1891, une ligne de téléphone sollicitée par un de leurs concitoyens crée suspicions et délires parmi des notables d'une petite bourgade. S'il n'y avait que cela! Non, pour d'autres motifs, la mafia locale s'en mêle et tout va aller de rebondissements en rebondissements, de confusions en ignominies... qui accuseront le pauvre Genuardi notamment d'agitation révolutionnaire ( le dernier de ses soucis...). le rire est au rendez-vous de cette satire divisée en "choses écrites" et en "choses dites". L'auteur a donné au roman un style particulier que l'on sent marqué par son habitude du théâtre. Non seulement on rit aux éclats mais on reste ébahi devant tant de mauvaise foi qui tourne à la psychose... On ne peut s'empêcher de penser aux vieux films italiens en noir et blanc dont l'excès nous envoyait tant de clichés de cette nation méditerranéenne. N'y a-t-il sous chacun un fond de vérité? Nous, européens d'un nord "modéré", nous délections de ces paroles excessives, de ce rythme débordant, de cette gestuelle débridée, de ces manifestations émotionnelles percutantes. Tout cela était moins superficiel que nous pouvions le penser : nous nous trouvions souvent renvoyés à bien des défauts enfouis. Tous ces ingrédients se retrouvent dans ce délicieux livre qui se déguste à la vitesse voulue par l'écrivain, vitesse déroutante parfois : il faut s'y tenir afin de ne pas se perdre dans la multitude de personnages intervenant dans l'histoire (sans doute est-ce pour cela qu'ils sont présentés dès avant de commencer le livre). Un excellent moment spirituel de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
michfred
  21 juillet 2015
Satire des us et coutumes de l'administration sicilienne ou polar insulaire et maffieux ?
On s'étonne, on sourit.. mais les promesses de cet auteur qu'on m'avait recommandé n'ont pas été vraiment tenues, en ce qui me concerne: le procédé d'alternance entre courrier administratif et action m'a vite lassée..
Je devrais peut-être essayer un autre titre..j'attends vos suggestions!
Commenter  J’apprécie          104
andreb
  10 décembre 2008
L'intérêt principal de ce roman réside, selon moi, dans sa forme où alternent des «choses écrites» (lettres au style ampoulé, échangées entre les personnages) et des «choses dites» (dialogues parfois assez crus). Lecture originale et divertissante, marquée par l'humour dont l'auteur sait faire preuve.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
lehibooklehibook   05 août 2019
Je ne peux pas . Je ne veux pas perdre la face. -Il vaut toujours mieux perdre la face que.. -Que ? -…le cul , par exemple. Ou la place de votre fils , pour donner un autre exemple .je vous salue , chevalier Mancuso. J’informerai le commandeur Longhitano que c’est là un service que vous ne pouvez lui rendre. -Attendez, il n’y a pas urgence . Laissez-moi au moins épancher un peu ma bile ,bon sang !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
araucariaaraucaria   23 avril 2012
- Depuis combien de temps ne t'es-tu pas confessée, Taninè?
- Depuis que je me suis mariée, mon père.
- Si longtemps que ça! Et pourquoi?
- Ma foi, j'en sais rien. Il faut croire que mon mariage m'a détournée du droit chemin.
- Qu'est-ce que tu dis là! Le mariage est un saint sacrement! Comment un sacrement peut-il détourner des autres sacrements?
- Vous avez raison, mon père. Alors, c'est peut-être parce que mon mari n'y tient pas plus que ça.
- Ton mari te dit de ne pas aller à l'église?
- Du tout, il ne dit ni quoi ni qu'est-ce. Mais une fois que je sortais de chez nous pour aller à l'église, voilà qu'il se met à rire et qu'il me fait : Viens un peu par ici que je te donne les sacrements qu'il te faut. Et on s'est retrouvés dans la chambre à coucher. Du coup, ça m'est sorti de la tête.
- Impie! Blasphémateur! Ton mari ira rôtir tout habillé dans les feux de l'enfer! Les gens ont bien raison de dire ce qu'ils disent sur ton mari!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
araucariaaraucaria   23 avril 2012
- Mais enfin, on peut savoir quelle mouche vous a piqués tous, à la préfecture, que vous en ayez autant après moi? Merde alors! Qu'est-ce que j'ai fait? J'ai pissé dans le bénitier?
- Et c'est à moi que vous venez le demander? Vous le savez bien le tintouin que vous avez fait! Et vous n'êtes pas obligé de jurer comme un charretier!
- Quel tintouin? Y'a pas de tintouin! J'ai expédié trois bafouilles au préfet pour lui demander un renseignement et elles lui sont restées en travers de la gorge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
araucariaaraucaria   22 septembre 2016
A Son Excellence
Vittorio Parascianno
Préfet de Montelusa

Vigàta, ce 12 juin 1891

Votre Excellence,

Je soussigné GENUARDI Filippo, fils de feu Giacomo Paolo et de Posacane Edelmira, né à Vigàta (province de Montelusa), le 3 septembre 1860 et domicilié 75 via dell'Unità d'Italia, de profession négociant en bois, désirerait prendre connaissance des démarches nécessaires pour obtenir la concession d'une ligne de téléphone à usage privé.
L'assurant de sa profonde reconnaissance pour l'attention qu'Elle aura la bonté d'accorder à sa demande, il prie Votre Excellence de bien vouloir agréer l'expression sincère de ses sentiments dévoués.

Genuardi Filippo
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
araucariaaraucaria   23 avril 2012
Votre Excellence,
Je soussigné GENUARDI Filippo, fils de feu Giacomo Paolo et de Posacane Edelmira, né à Vigàta (province de Montelusa), le 3 septembre 1860 et domicilié 75 via dell'Unità d'Italia, de profession négociant en bois, désirerait prendre connaissance des démarches nécessaires pour obtenir la concession d'une ligne de téléphone à usage privé.
L'assurant de sa profonde reconnaissance pour l'attention qu'Elle aura la bonté d'accorder à sa demande, il prie Votre Excellence de bien vouloir agréer l'expression sincère de ses sentiments dévoués.
Genuardi Filippo
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre
.. ..