AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266265989
Éditeur : Pocket (14/01/2016)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Le brigadier Fazio, pilier du commissariat de Vigàta a disparu. Montalbano découvre que son homme enquêtait sur des trafics dans le port de pêche avant d'avoir été entraîné dans un lieu où des puits asséchés servent de cimetière sauvage.

Tandis que l'angoisse croît, une image obsède le commissaire : celle de la danse d'une mouette à l'agonie, qu'il a observée sur sa plage.

Fusillades dans un tunnel, tentative d'assassinat dans un hôpi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  16 mars 2014
Le commissaire Montalbano se promène au bord de la mer et voit une mouette qui évolue dans le ciel puis plonge d'un coup et s'écroule comme si quelqu'un lui avait tiré dessus, sans qu'on ait entendu le moindre coup de feu.
Il rentre chez lui perplexe, car la mouette après vérification est bien morte mystérieusement. Il va chercher son amie Livia qui vient passer un week-end prolongé chez lui avec plein de projets dans la tête.
Ça commence mal car son collègue Fazio semble avoir disparu et il oublie l'heure (il devait retrouver Livia dans un restaurant mais sans préciser l'heure car pour lui le temps est élastique et il arrive toujours très en retard d'où une grosse dispute par téléphone portable interposée.
Les choses se compliquent quand la femme de Fazio arrive au commissariat pour demander des explications : son mari a dit avoir été appelé par le patron (dottore) pour se rendre vers les docks et depuis plus de nouvelles.
Il semble qu'un meurtre ait été commis dans les docks mais est-ce Fazio ou quelqu'un d'autre, on l'apprendra en suivant l'enquête.

Ce que j'en pense :
C'est le premier roman d'André Camilleri que je lis et je n'ai pas beaucoup apprécié. Ce n'est pas son premier polar, puisqu'il en a écrit une vingtaine.
Le style est assez drôle et les rapports de Montalbano avec la nourriture, ou avec son entourage sont amusants, mais l'intrigue traîne en longueur. La vie dans ce petit port de pèche avec tous ses trafics, la maffia qui n'est jamais très loin, les corps qui sont jetés dans les puits dans un endroit perdu, une main coupée…. D'accord, il y a de l'animation mais…
La tentative d'assassinat à l'hôpital, les changements de chambres, pour éloigner la mafia, on se méfie de tout le monde. Jamais l'angoisse ne monte. le scénario se déroule avec des séquences parfois amusantes, donc on se laisse prendre au jeu et on continue à tourner les pages.
Ce que j'ai bien aimé dans ce livre, en fait, c'est la façon dont le traducteur s'y est pris pour adapter la langue car il y a trois niveau : la langue officielle l'italien, l'italien sicilianisé, et le dialecte pur.
On a donc un texte écrit à la fois en français pour traduire la langue officielle, pour l'italien de Sicile le traducteur a choisi des termes du français du Midi et pour le dialecte les mots sont écrits dans la « langue originale » avec la traduction entre parenthèse.
Ceci donne des phrases parfois drôles et on met du temps à s'adapter au « langage Calillerien ».
C'est cela qui m'a permis de finir le livre. Peut-être n'ai-je pas commencé par le bon livre de cet auteur car j'ai dû mémoriser tous les noms des personnages qui doivent être familiers aux fans de l'auteur. En tout cas, je n'ai jamais vraiment accroché à l'intrigue et au héros. Ce n'est pas un rythme assez rapide pour moi.
Bref, je voulais un livre facile à lire après les derniers romans que j'ai lus et qui étaient plutôt durs, voire perturbants, mais là, je me suis plutôt ennuyée….
Note : 5/10

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Sharon
  16 février 2014
Tout est calme à Vigata. Tout. Au point que Livia vient passer ses quatre jours de congé auprès de Salvo. Ce sera pour eux l'occasion de... Se disputer ? Se séparer ? Salvo, 57 ans, se questionne sur l'avenir de leur relation, à peine leur dernière dispute téléphonique terminée - non, parce que Livia voulait se rendre sur les lieux du tournage de la série Montalbano, comme si l'acteur pouvait être meilleur que l'original, je vous le demande un peu !
Tout est calme, vous dis-je. Sauf que Fazio, le fidèle d'entre les fidèles, a disparu. Ce n'est pas dans les habitudes de ce policier, de cet homme toujours fidèle à son poste et à ses valeurs.
Salvo et Mimi Augello se mettent en chasse, discrètement - quitte à utiliser des prétextes gros comme un dinosaure pour mobiliser des troupes. Plus le temps passe, plus indices et témoignages s'accumulent, plus il devient certain que Fazio ne s'est pas fourré dans le pétrin, non, Fazio n'est peut-être plus. Camilleri écrit sans doute, lors de cette quête, les meilleures pages de ce roman, les plus émouvantes. Montalbano sait que la course contre la montre est perdu d'avance, et il se raccroche à trois fois rien pour tenir.
Leurs adversaires ? Des mafieux au code de l'honneur inexistant. Ils ne l'invoquent que lorsqu'il leur est utile, et encore, pour le détourner. Nous sommes loin du parrain historique du le champ du potier. Ces monstres sont très modernes, et ne dépareraient pas un roman policier américain.
Est-ce à dire que Camilleri perd de son originalité ? Non, il reste Catarella, inénarrable, et tous les policiers de Vigatà. Il reste un légiste redoutable et caractériel. Il reste un pays en léthargie, où tout a du retard, même le vote des lois. Il reste le style inimitable de Camilleri.
La danse de la mouette est à lire absolument si vous êtes fan de Montalbano.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
dunoirdupolar
  01 octobre 2014
Quand les hirondelles volent bas, c'est signe d'orage, et quand une mouette tombe à pic, c'est signe d'un présage encore plus mauvais….
"La danse de la mouette" est un nouveau tome de la série du Commissaire Salvo Montalbano. Andrea Camilleri nous offre un nouvel opus qui débute à l'orée du jour, avec la mort tragique d'une mouette…
Cet événement va perturber notre Dottore Montalbano, et cela, jusqu'à son arrivée à l'aéroport où il doit y retrouver sa petite amie Livia. le retard de l'avion va le mettre en rogne et l'amener à une critique acerbe d'une "République fondée sur le trafic de drogue, le retard systématique et le bavardage dans le vide". Pendant ce temps, le décès de la mouette est oublié… enfin presque…
De retour chez lui, et après une baignade dans une "eau périmée", Montalbano doit aller au commissariat pour y signer quelques papiers. Livia insiste pour qu'il ne rentre pas trop tard car les deux amoureux doivent ensuite partir quelques jours en vacances…
Mais voilà, Montalbano va tout bonnement oublier Livia à cause de Fazio. Ce dernier a disparu la vieille au soir. Connaissant le sérieux et la droiture de son officier, Montalbano va vite comprendre que quelque chose de grave lui est arrivé. En compagnie d'Augello, le commissaire va se plonger tambour battant dans l'enquête. A chaque étape de celle-ci le pire des présages va se dessiner, jusqu'à ce que les deux hommes se fassent tirer dessus...
C'est le sourire au coin des lèvres qu'on tourne les pages de ce roman. Andrea Camilleri nous fait rire à travers des dialogues qui fusent comme des ricochets. Un humour qui se veut moqueur des institutions et critique envers le pouvoir politique italien. L'écriture est belle et l'histoire rendement menée avec de superbes personnages.
Une seule déception : celle de ne pouvoir lire la version originale ! Car même si le traducteur, à mon sens "pirsonnel", fait un travail magnifique, j'aurais aimé ressentir le "phrasé Camillerien" comme le ressent un Italien. D'ailleurs, les premières lignes peuvent surprendre les novices de la série, et se croire au beau milieu d'un roman ch'ti...
YB.
Lien : http://dunoirdupolar.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Cath36
  13 mars 2014
Ce n'est franchement pas la meilleure enquête de Montalbano. Languissante, à la limite du gore on ne retrouve que parcimonieusement l'humour décapant d'un Camilleri qui semble peiner à retrouver sa plume acérée et ses atmosphères tendues. On dirait que par moments il s'ennuie avec nous dans ses histoires de mafia. Dommage. J'attendrai que Salvo retrouve sa forme !
Commenter  J’apprécie          110
alanfre
  05 juin 2016
Un texte qui au 1er abord ne m'attire pas mais qui se révèle riche; la traduction est intelligente et le personnage, qui nous semble tout droit sorti d'une pièce de théâtre, est en réalité riche en observations et hypersensible. du coup, j'ai pris plaisir à lire cette histoire, en prêtant attention aux moindres détails semés ici et là et qui permettent de mieux suivre l'enquête et les pensées de vosseigneurie!
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
LaPresse   08 avril 2014
Eh bien, on avait tout faux. La danse de la mouette, 18e enquête de Salvo Montalbano (écrite quand Camilleri avait 83 ans), est un petit bijou d'écriture et de tension dramatique.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   18 mars 2014
Peut-être était-ce pour ça que… et tout de suite, il eut honte de la pinsée qui lui venait. A savoir que la passion de Gallo pour la vitesse en voiture était une compensation de ce qui lui avait manqué petiot. Un truc de films ‘méricains, quand ils t’expliquent qu’un type est devenu violeur passque, quand il était minot, son père avait abusé de lui.
Quand il était plus jeune, des pinsées pareilles ne lui seraient même pas passées par l’antichambre de la coucourde. Manifestement, avec la vieillesse, même la coucourde se relâchait, comme les muscles, la peau… son regard tomba sur le compteur : 170. P 126

un extrait plus élargi pour montrer le style particulier de Camilleri
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
flogacaflogaca   10 mars 2014
Ce fut vers cinq heures et demie du matin qu'il ne supporta plus de rester l'œil écarquillé, à mater le plafond.
Ça avait commencé avec la vieillesse : d'habitude, passé minuit, il se calait dans le lit, lisait une demi-heure, et dès que ses yeux commençaient à papillonner, il prenait la bonne position, à savoir se coucher sur le côté droit, genoux pliés, la main droite ouverte paume en l'air sur le coussin et la joue appuyée sur la main, il fermait les yeux et, d'un coup, s'endormait.
Souvent par chance, il dormait comme ça jusqu'au matin, si ça se trouvait, il faisait ça tout à la file, mais certaines nuits au contraire, comme celle qui venait juste de se passer, au bout d'une paire d'heures de roupillon, il s'aréveillait sans aucune raison et il n'y avait plus moyen d'aréussir à retrouver le sommeil.
Une fois, parvenu aux extrémités du désespoir, il s'était levé et était allé se boire une demi-bouteille de whisky, dans l'espérance que ça lui donnerait sommeil. La conséquence avait été qu'il s'était présenté à l'aube, au commissariat, complètement bourré.
(début du livre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Eve-YesheEve-Yeshe   16 mars 2014
« En un tournevire, Montalbano sortit sur la plage et arriva à un pas de lui (l’oiseau). La mouette ne manifesta pas qu’elle l’avait vu mais, tout de suite après, son mouvement tournoyant devint incertain, toujours plus trébuchant, et à la fin l’aceddro, l’oiseau, après avoir émis un son très aigu, perdit l’appui de l’aile, se coucha sur le côté et mourut. P 16
Commenter  J’apprécie          110
SharonSharon   15 février 2014
Les trains arrivent en retard, les avions aussi, les ferries, il fallait une intervention divine pour qu'ils larguent les amarres ; le courrier, n'en parlons pas ; les autobus se perdaient carrément dans la circulation ; les chantiers publics manquaient la date de livraison de cinq ou six ans ; n'importe quelle loi mettait des années avant d'être approuvées ; les procès traînaient ; même les émissions de télé commençaient toujours avec une demi-heure de retard sur l'horaire....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
michelekastnermichelekastner   24 août 2014
Montalbano savait que les chiarchari étaient des cimetières d'os anonymes, les endroits préférés de la Mafia pour faire disparaître quelqu'un. On l'emmenait jusqu'au bord du pertuis, on lui tirait dessus et on le laissait tomber dedans. Ou bien, on épargnait les balles : on le jetait vivant dans le chiarchiaro, et l'autre, ou bien il mourait pendant la chute en se cognant contre les roches, ou bien, s'il arrivait vivant au fond, pouvait gueuler tant qu'il voulait, pirsonne ne l'entendrait. Il mourrait lentement de faim et surtout de soif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre
.. ..