AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Serge Quadruppani (Traducteur)
ISBN : 2266185357
Éditeur : Pocket (12/02/2009)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Quand il était minot, son père lui avait raconté que la lune dans le ciel était en papier. Et lui, qui avait toujours confiance en ce que disait son père, il y avait cru. Et maintenant, homme mûr, il avait nouvellement cru comme un minot à deux femmes qui lui avaient raconté que la lune était en papier.

Le commissaire Montalbano s'interroge sur sa propre vieillesse et apprend à vivre avec l'obsession de la mort, lorsqu'une nouvelle affaire le conduit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  11 novembre 2012
COUP DE CHAPEAU à Serge Quadruppani le traducteur de A Camilleri. Car arriver à rendre la truculence du parler sicilien en français relève de l'exploit...
Nous retrouvons notre commissaire Montalbano, sa ville de Vigàta, son commissariat et son équipe d'adjoints.Cette fois-ci, il doit enquêter sur le meurtre , d'Angelo Pardo,retrouvé mort d'une balle en pleine tête et dans une tenue pour le moins compromettante.Alerté par la soeur du mort, Michela Pardo, superbe brune aux yeux incandescents,c'est lui qui va découvrir le corps.Il sera bientôt mis sur la piste de la sublissime Elena Sclafani, maîtresse d'Angelo Pardo.Chargé de l'enquête Salvo se débat entre les charmes de ces femmes, les charmes de la nourriture, les"pinsées "philosophiques de son ego...heureusement qu'il peut marcher pour digérer et réfléchir ...
Bref un pur bonheur de lecture avec en arrière-plan Camilleri et ses façons bien à lui d'égratigner la politique italienne et au premier plan cette langue truculente , son amour de la Sicile ah pouvoir y partir là tout de suite là...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
le-mange-livres
  06 avril 2012
Où les rendez-vous chez le questeur sont signe de tracassin ;
Où Sa Majesté Victor-Emmanuel III est plutôt casse-bonbons ;
Où un promoteur immobilier milanais réussit plutôt bien en politique ;
Où Montalbano est contraint de se mettre au réveil, maudit Salvo Jr et se laisse distraire par les crises de gréco-hystérie de la soeur du mort et les sous-vêtements minimalistes de sa maîtresse ;
Où le procureur voudrait ouvrir une station service (pour la même raison) ;
Où quand on est coincé, il faut allez déjeuner ;
Où Montalbano commence à se faire vieux.
L'incipit

« le réveil sonna, comme tous les matins depuis un an, à sept heures et demie. Mais lui, il s'était aréveillé une fraction de seconde avant l'alarme, il lui avait assuffi du déclic du ressort qui mettait en mouvement la sonnerie. Il eut donc, avant de sauter du lit, le temps de tourner les yeux vers la fenêtre ; d'après la lumière, il comprit que la journée s'annonçait bonne, sans nuages.»

Comment en suis-je arrivée là ?

Valeur ultra-sûre, je suis une fan absolue. J'achète les yeux fermés, je n'ai jamais été déçue. Et je suis une grande promotrice de l'excellent Camilleri.

De quoi s'agit-il ?

D'un bon polar ! La série des Montalbano, par Andrea Camilleri (deuxième volet de son oeuvre, qui complète ses romans de la veine « historique »), est un petit bijou … je n'en avais pas lu depuis assez longtemps, et j'ai retrouvé notre commissaire avec un véritable délice !

Cette fois-ci, Montalbano et son inénarrable équipe du commissariat de Montelusa (Mimì Augello et ses angoisses de jeune père, Fazio et Gallo, et surtout l'ineffable Catarella dit Catarè, qui déboule à tout va dans le bureau de Montalbano en envoyant violemment la porte contre le mur et nous déboussole toujours avec sa logique plus que spéciale) … bref, tout ce bon petit monde est confronté au meurtre d'Angelo Pardo, célibataire, abattu d'une balle dans la tête à son domicile, et que l'on retrouve dans une position plutôt scabreuse.

Les femmes qui l'entouraient – une soeur ultra-possessive, une maîtresse femme fatale – sont aussi mystérieuses que suspectes. Mais ne s'agirait-il pas plutôt d'un règlement de comptes ? Montalbano navigue en eaux troubles.

La citation

« Il monta en voiture, partit, au bout d'une centaine de mètres, se flanqua une claque sur le front, jura, commença un dangereux demi-tour en fer à cheval tandis que les automobilistes derrière lui révélaient à grands cris que : d'abord, c'était un grandissime cornard, ensuite, sò matre, sa mère était une femme de moeurs faciles, tercio, sò soro, sa soeur, était pire que sa mère » (p. 76)

Ce que j'en ai pensé :

C'est indubitablement du grand Camilleri. On profite de la langue, cette gouaille reconnaissable entre toutes – toujours extrêmement bien rendue par Quadruppani, qui a le mérite de justifier dans une courte préface ses choix de traductions ; on profite des personnages, bien construits et séduisants ; on profite enfin de l'intrigue puisqu'il ne s'agit pas d'un roman policier au rabais : on est littéralement pris dans une histoire palpitante, à rebondissements, et sacrement bien fichue ! Un Camilleri au sommet de son art, à mettre entre toutes les mains.
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Witchblade
  13 octobre 2012
Livre lu en 2009 dont je viens de retrouver la fiche de lecture :-) En voici mon avis :-)
Voici une nouvelle enquête pour le commissaire Montalbano dans sa ville de Vigàta où un homme est retrouvé mort, le visage défiguré par un projectile avec le sexe hors du pantalon.
Tout laisse à penser à un crime passionnel mais il ne faut pas s'y fier !! Surtout que la victime est loin d'être innocente. Deux femmes troublantes partageaient sa vie et elles s'appliquent consciencieusement à brouiller les pistes du commissaire...
Voici un auteur que j'ai découvert grâce à un ami qui m'a donné tous ceux qu'il possédait :-) Pas parce qu'il n'aimait pas cet auteur mais à cause d'un déménagement et trop de livres à embarquer ^^
C'est vraiment un auteur à découvrir pour les amateurs de romans policiers et de la Sicile :-) Pour ceux que cela intéresse, France 3 passe des épisodes du "Commissaire Montalbano" pendant les vacances d'été le dimanche soir ;-)
Sur ce, bonne lecture :-)
Commenter  J’apprécie          60
caryatide
  08 janvier 2017
Je n'étais peut être pas dans l'état d'esprit le meilleur mais je dois reconnaître que j'ai trouvé cette histoire pesante, voir poisseuse.
Les deux héroïnes ont pourri la vie de la victime (mais comment et pourquoi cet homme est-il mort ?) mais elles alourdissent aussi l'enquête. Montabano, qui n'avance pas, se croit atteint de la maladie d'Alzheimer et le pauvre Catarella, promu expert informatique "au garde de la porte" est pris d' un vrai désespoir.
Pas de sermon politico-policier chez le Questeur et pourtant Montalbano est convoqué tous les jours. Mais on n'a jamais le temps de le recevoir...
Pas de colère, de scène de ménage et pourtant Livia vient passer quelques jours en Sicile...
Quand je vous dis que rien ne fonctionne normalement dans ce livre...
A lire absolument, comme tous les livres du même auteur !
Commenter  J’apprécie          60
Rodin_Marcel
  20 mars 2015
Andrea Camilleri - "La lune de papier" (la luna di carta) – cop original italien en 2005, publié en français en 2008 aux éditions Fleuve Noir – Pocket

Roman assez peu intéressant en soi, mais dont la préface avait attiré mon attention.
En effet, le traducteur y expose un problème typique de la littérature venant de pays comme l'Italie (ou l'Allemagne) ayant conservé de fort particularismes régionaux linguistiques. Dans le cas présent, l'auteur écrit en fait en sicilien. Et le traducteur d'exposer le problème posé par les trois niveaux de langues mobilisés dans ce récit, à savoir le jeu littéraire habilement exploité par l'auteur en alternant l'italien officiel standard, le dialecte sicilien et ce niveau intermédiaire représenté par une sorte d'italien «sicilianisé». Sans oublier les créations propres à l'auteur lui-même, qui en rajoute une couche en forgeant ses propres expressions littéraires.

On rencontre rarement ce genre de problème avec la littérature écrite en France, puisque le français standard a assassiné pratiquement tous les parlers locaux depuis belle lurette, mais c'est un problème que l'on rencontre fréquemment avec des textes écrits dans la sphère germanique.

Le traducteur se tire de cette difficulté du mieux qu'il peut, ce qui constitue tout de même un véritable tour de force.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
sylvainesylvaine   10 novembre 2012
Dans la société dite civile , il y a toujours un administrateur qui t'administre, pinsa Montalbano. Çà peut-être l'administrateur de la copropriété ou celui de la justice, en substance ça ne fait pas de différence parce que l'important, c'est qu'il existe, et qu'il t'administre plus ou moins soigneusement, prêt à te faire payer l'erreur que peut-être tu ignores avoir commise. Joseph K en savait quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
le-mange-livresle-mange-livres   06 avril 2012
Il monta en voiture, partit, au bout d’une centaine de mètres, se flanqua une claque sur le front, jura, commença un dangereux demi-tour en fer à cheval tandis que les automobilistes derrière lui révélaient à grands cris que : d’abord, c’était un grandissime cornard, ensuite, sò matre, sa mère était une femme de mœurs faciles, tercio, sò soro, sa sœur, était pire que sa mère.
Commenter  J’apprécie          50
le-mange-livresle-mange-livres   06 avril 2012
Le réveil sonna, comme tous les matins depuis un an, à sept heures et demie. Mais lui, il s’était aréveillé une fraction de seconde avant l’alarme, il lui avait assuffi du déclic du ressort qui mettait en mouvement la sonnerie. Il eut donc, avant de sauter du lit, le temps de tourner les yeux vers la fenêtre ; d’après la lumière, il comprit que la journée s’annonçait bonne, sans nuages.
Commenter  J’apprécie          30
lehibooklehibook   05 août 2019
« - Eh oui .Peut-être que la femme , admettons même par hypothèse qu’il s’agisse d’une femme , était à califourchon sur l’homme.
Les yeux de Tomasseo étaient devenus complètement félins.
-C’est vrai ! Et la femme , pendant qu’elle le faisait jouir, le regardait dans les yeux , et elle avait en main l’arme qui…
-Excusez-moi mais pourquoi dîtes-vous que la femme regardait la victime dans les yeux ?l’interrompit Pasquano avec un petit air d’angelot séraphin.
Montalbano sentit qu’il n’allait plus tenir devant ce foutage de gueule et qu’il allait éclater de rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   05 août 2017
Comme vous voyez, mademoiselle, votre frère n'est pas ici. Si vous voulez, on peut s'en aller.
- Allons-nous en.
Elle le dit à contrecoeur, en regardant tout autour d'elle comme si elle pinsait découvrir au dernier moment que son frère s'était planqué dedans une boîte de pilules contre le mal au foie.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre
.. ..