AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266220349
Éditeur : Pocket (09/01/2014)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 65 notes)
Résumé :

Un matin, le commissaire Montalbano découvre sur la plage devant chez lui le cadavre d'un chevalabattu. Puis la carcasse disparaît. Apparaît alors la fascinante Rachel, propriétaire de l'animal. Et sesuccèdent une série d'incidents pour le moins déconcertants : la maison du commissaire est cambriolée, puis manque d'être incendiée… S'agit-il d'une tentative d'intimidation parce qu'il doit témoigne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  01 avril 2012
Une enquête du commissaire Montelbano sur un cheval retrouvé mort devant sa maison .
Ce qui fait la particularité de ce roman c'est l'écriture si particulière de l'auteur qui mêle à son roman des mots de patois siciliens qui ne peuvent être traduits que par des mots inventés .
La plume de Camilleri est très belle , on a l'impression d'être en compagnie d'un ami pendant l'enquête .
Le commissaire aime la vie , la bonne bouffe et les femmes , et avec lui , on passe un très bon moment .
Commenter  J’apprécie          190
Bigmammy
  29 mars 2014
Toujours traduit par Serge Quadruppanni, une enquête de Salvo Montalbano rééditée en janvier dernier dans un format de poche. Et d'emblée, on retrouve le dialecte sicilien si particulier, avec sa transposition spécifique en français par le talentueux traducteur, avec une prolifération de préfixes « a » devant verbes et substantifs, une profusion de formes pronominales … qui nous enchante ou nous hérisse. C'est selon, mais moi, j'aime.
Salvo est maintenant âgé de 56 ans. Et il se rend compte qu'il devient presbyte. Il va donc avoir besoin de lunettes, ce qui ne l'empêche pas de séduire la plantureuse écuyère Rachele, venue près de Vigatà pour disputer une course hippique privée. Pourquoi s'intéresse-t-il tout à coup aux chevaux ? Simplement parce qu'un matin en « s'aréveillant », regardant la plage depuis la terrasse de sa maison de Marinella, il aperçoit le cadavre d'un cheval massacré à coups de barre de fer. le temps de retourner prévenir ses collègues, la carcasse de l'animal a été subtilisée. Il ne lui reste qu'un des fers, presque détaché de son sabot, et que Salvo a machinalement mis dans sa poche.
Cependant, la propriétaire du cheval ne porte pas plainte et cette affaire ressort des policiers d'un autre district. Ce qui ne laisse pas d'intriguer le commissaire Montalbano c'est que sa maison est, à plusieurs reprises, « visitée » d'une manière plus qu'approfondie, les cambrioleurs allant jusqu'à retourner les poches de ses vêtements, mais laissant l'argent liquide ... Cette intrusion aurait-elle un rapport avec le témoignage que doit porter bientôt le Commissaire lors d'un procès contre des mafieux ? Qui chercherait à l'impressionner ? Et puis – mais il n'y a pas de coïncidences pour un bon policier – cette « famille » aurait un rapport avec les courses de chevaux clandestines …
Ce court roman nous entraîne dans une série de pistes et de fausses pistes. le cheminement de son élucidation passe par l'interprétation de rêves, l'anticipation des réactions des uns et des autres. En l'absence de preuves, tout est affaire de déduction et de fine connaissance des moeurs siciliennes, de la peur inspirée aux habitants par les factions rivales, la lecture des comportements des pauvres types qui collectent l'impôt de la pègre. La solution passe aussi par un pari (c'est bien le cas de le dire), gagné cette fois encore par Andrea Camilleri et son héros-double, Montalbano. Une lecture fluide, qui s'entend autant qu'elle se parcourt … Une réflexion sur le vieillissement, très feutrée mais bien présente. Une parenthèse ensoleillée, quand même !
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Herve-Lionel
  14 juillet 2014
N°761 – Juillet 2014.
LA PISTE DE SABLE – Andrea Camilleri – Fleuve noir.
Traduit de l'italien par Serge Quadruppani
Le commissaire Montalbano a la chance d'avoir une maison avec vue sur la mer. Pourtant, un matin, il aperçoit sur la plage le cadavre d'un cheval mort. Cela ne l'étonne cependant pas puisqu'il vient de faire un rêve en quelque sorte prémonitoire peuplé d'une femme et d'un cheval mais, le temps de prévenir ses collègues, la carcasse a disparu, ne laissant comme trace de sa présence qu'un seul fer que le commissaire met machinalement dans sa poche. Il apparaît que l'animal a été massacré à coup de barre de fer, ce qui rappelle un peu le film « Le parrain »... Nous sommes en effet en Sicile, terre d'élection de la Mafia, d'autant que, venue signaler la disparition de son alezan, la troublante Rachele Esterman, révèle qu'elle avait confié l'animal à l'écurie de Saverio lo Duca, un notable local, en vue d'une course hippique privée. Cela est pour le commissaire la source de difficultés potentielles puisque la piste des paris clandestins ne peut être négligée d'autant que l'organisateur de cette réunion n'est autre que Prestia, soupçonné d'être lié à l'organisation criminelle. La disparition de l'alezan fait d'ailleurs suite à une précédente, ce qui augure mal de l'avenir pour le commissaire. D'ailleurs, son appartement est une nouvelle fois visité par des cambrioleurs, mais ces derniers ne volent rien et même lui rendent la montre de son père dérobée la première fois, ce qui peut représenter un avertissement bien dans la façon de la pègre locale puisqu'il doit témoigner au procès d'un second couteau de l'organisation criminelle. Il y a même une tentative d'incendie de sa maison et des coups de fils anonymes. le voilà donc confronté à une enquête autour de ce cheval mort et qu'il devra mener entre intimidations mafieuses et pressions d'une hiérarchie frileuse qu'il ne prise guère.
Je ne suis que très peu entré dans cette histoire à cause des personnages peut-être et spécialement des policiers un peu trop caricaturés, un Montalbano enfermé dans un rôle de séducteur un peu sur le retour, toujours plus ou moins suivi par son amie Ingrid. La traduction volontairement originale si on en croit l'avertissement du traducteur, ne m'a pas convaincu non plus.

J'ai une prédilection pour les romans par rapport à leur adaptation au cinéma ou à la télévision. Cette dernière m'avait donné à voir un Montalbano, certes un peu cantonné dans les caractéristiques du genre mais acceptable. Je ne l'ai pas retrouvé ici et je le regrette !

©Hervé GAUTIER – Juillet 2014 - http://hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
le-mange-livres
  15 mars 2012
Commencé alors que je n'avais pas mon livre en cours avec moi - et ce malgré mes bonnes résolutions d'élimination des lectures en parallèle (on ne se refait pas) .. et bien vite terminé.
Vigata est en émoi depuis que Salvo Montalbano a trouvé devant chez lui le cadavre d'un cheval battu à mort, sur la plage de Marinella. Mais ledit corps a tôt fait de disparaître. Et le propriétaire du cheval ne semble pas porter plainte.
Avec ses acolytes habituels - Fazio, Mimi Augello, Catarella, Galluzzo - Montalbano se lance à la poursuite des coupables, le long d'une bien mystérieuse piste de sable qui se perd dans les collines siciliennes et le monde des paris et des courses clandestines ... et la Mafia n'est jamais bien loin.
On retrouve avec un plaisir intact les figures classiques du Montalbano, depuis le délectable Dr Pasquano, jusqu'à l'odieux questeur, en passant par la Suédoise Ingrid et son ami romaine Rachele, aux charmes desquels Salvo devra résister (ou pas) pour clore son enquête. On s'attache décidément toujours autant à Montalbano, qui vieillit et devient presbyte même s'il ne veut pas le reconnaître, qu'il aime toujours autant les déjeuners chez Enzo et la caponata d'Adelina.
"Tout cela, c'était des tentatives ridicules, misérables et minables, d'arrêter le temps. L'arrêter au moins durant les quelques secondes où seul le corps vivait, tandis que la tête se perdait dans un grand rien enfin hors du temps".
Il n'y a pas à dire, les valeurs sûres, ça le fait (malgré une traduction un peu paresseuse de Quadruppani). Mais bon, avec tout ça je n'avance sur aucun de mes défis de lecture (Objectif lune, Challenge ABC), mais au moins je ne suis plus en train de lire que deux livres en même temps (on revient tout de même à des niveaux acceptables).
Et n'oubliez pas, selon le précepte montalbanien, que "le moindre caca de mouche peut servir".
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
clude_stas
  22 avril 2014
Andrea Camilleri est un fervent lecteur de faits divers. Ils lui servent de sources d'inspiration pour ses romans policiers, ainsi que pour certaines de ses nouvelles. Il lui suffit de lire qu'un cheval a été retrouvé tué sur une plage de Catane et qu'à Grossetto, on a volé des chevaux dans une écurie, pour élaborer une intrigue.
Nous sommes à Vigatà, en Sicile. Cette ville imaginaire abrite les aventures du commissaire Montalbano. 56 ans. Plus ou moins en forme. Des problèmes de vue. Des problèmes de concentration. le démon de minuit n'est pas loin. Il vit une relation « à distance » avec Livia. Et voilà qu'il fait des rêves prémonitoires. Il trouve le cadavre d'un cheval, tué à coups de barre de fer, sur la plage, près de sa maison de Marinella. Puis la carcasse disparaît… Étrange ! Que s'est-il réellement passé ?
Camilleri en profite pour parler des courses de chevaux clandestines, organisées par la Mafia, et de toute l'organisation de paris qui les entoure. Dans la foulée, il nous dépeint une soirée caritative (également avec course et paris) où nobles et nouveaux riches dépensent l'argent dont ils ne savent que faire. Il dénonce le désoeuvrement de toute une partie de la société italienne, aux valeurs étrangement désuètes. Montalbano y sera un jouet dans les mains de la séduisante Rachele … Drôle, jouissive par le mélange de patois et de langue officielle, parfois déroutante par ses péripéties, cette histoire est également une satire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Lexpress   21 juin 2011
Un polar hippique et épique, mené au petit trot par un Camilleri qui mêle habilement satire et suspense, carpaccio d'espadon et patois sicilien.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
lehibooklehibook   05 août 2019
Allez ,Salvo, qu’est-ce qui te prend ? Ce n’est pas la première fois,non ? Et puis tu le sais que j’aime dormir chastement à côté de toi.
Chastement ,mon cul ! Il le savait ,lui,le prix qu’il payait pour cette chasteté : insomnie,lever en pleine nuit pour des douches froides en urgence.
-Oui , mais tu vois…
-Et c’est tellement érotique !
-Ingrid, mais je ne suis pas un saint !
-J’y compte bien , dit Ingrid en riant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AxelinouAxelinou   22 août 2014
- Cela veut dire que tu es presbyte. Et ne fais pas cette tête! Porter des lunettes, c'est pas la fin du monde!
La fin du monde, certes pas, mais la fin de l'âge mûr oui. Porter des lunettes signifiait se rendre à la vieillesse sans opposer un minimum de résistance.
Commenter  J’apprécie          40
le-mange-livresle-mange-livres   15 mars 2012
Tout cela, c'était des tentatives ridicules, misérables et minables, d'arrêter le temps. L'arrêter au moins durant les quelques secondes où seul le corps vivait, tandis que la tête se perdait dans un grand rien enfin hors du temps.
Commenter  J’apprécie          40
caryatidecaryatide   30 avril 2015
Par tête d'espion, le commissaire entendait une tête parfaitement anonyme, de celles que même si tu l'as eue devant toi une journée entière, le lendemain, tu te l'arrapelle plus. Les têtes à la James Bond ne sont pas des têtes d'espion, passque une fois que tu les as vues, tu ne les oublies pas et ça signifie un grand danger de repérage par les adversaires.
Commenter  J’apprécie          20
CCocoCCoco   10 novembre 2014
- Vous connaissez le tarif ?
-Non.
- Je vous le récite. Si tu risques mille monnaies/un baiser sur le front te sera donné/Si tu mets cinq mille à la louche/La Bicocca t'embrassera sur la bouche/Avec cinq mille, tu pourras espérer/que la langue tu te feras fourrer.
Il fit une révérence et s'en alla.
Putain, c'était quoi cet asile où il était tombé ? Et puis, elle était pas déloyale, la concurrence de Beatrice della Bicocca ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre
.. ..