AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Serge Quadruppani (Traducteur)
EAN : 9782266152808
256 pages
Éditeur : Pocket (09/02/2006)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 94 notes)
Résumé :
Le commissaire Montalbano est à deux doigts de tirer sa révérence : trop de voyous et de gens corrompus, de la base au sommet, dans cette police à laquelle il a tout donné.
Mais comment déserter quand un cadavre flottant, décomposé, vient le narguer au cours d'une baignade ? Encore un de ces immigrés clandestins victime d'un naufrage dans le canal de Sicile ? Le " dottore " n'ignore rien de ces tragédies où périssent également des enfants, ni de la férocité d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
HORUSFONCK
  13 mars 2020
Ce Tour de la bouée est ma deuxième lecture d'Andrea Camilleri.
Ce Tour de la bouée me fait aimer et respecter encore davantage la voix que l'auteur disparu a donnée, à travers son personnage emblématique du commissaire Montalbano.
Ce Tour de la bouée, est nourri d'indignation, de dégout et de colère. de rencontres, aussi: L'une avec un cadavre lors du bain de mer matinal du commissaire, et l'autre avec un enfant immigré que le commissaire ne saura pas sauver... Deux affaires qui se relient et que Montalbano va se faire un devoir sacré de résoudre.
Dans ce livre, dont certains aperçus plongent dans l'abomination et la pestilence humaine (le trafic d'enfants...) Montalbano peut compter sur son équipe, son ami suédoise et d'autres alliés de circonstance comme un pêcheur qui connait parfaitement son "bout de mer", ou un journaliste multicolore.
Le tour de la bouée est un livre qui remue, qui secoue, et qui fait du bien!
C'est la bonne cuisine de Camilleri, généreuse et raffinée comme celle dont Montalnano se cale les joues. C'est ce parler typique de la Sicile, traduit par Serge Quadrupani, et qui anime singulièrement les dialogues et réflexions du récit. C'est cet humour-malgré tout, qui éclate lorsque Montalbano sort nu de la mer avec un cadavre attaché à son poignet et passe au journal télévisé!... ou le comportement "hénaurme" de Catarella, sorte de flic enfantin aux intuitions parfois géniales et prince du comique qui s'ignore.
Vos cinq étoiles vous reviennent pleinement, Andrea Camilleri! Elles font partie d'une galaxie des autres soleil qui me sont à découvrir de votre si belle plume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
Charybde2
  18 mars 2013
Le meilleur des neuf premiers Montalbano, pour ses enjeux culinaires et pour la brûlante actualité de la politique italienne...
Publiée en 2003, la neuvième enquête du commissaire sicilien d'Andrea Camilleri devient donc ma préférée à date.
Parce qu'on y retrouve avec toujours ce même plaisir l'équipe du commissariat, plus caustique et dévouée que jamais, parce que Catarella et ses talents contrastés deviennent encore plus épiques, parce que l'éblouissante Ingrid y est très présente, et la souvent pénible Livia plutôt discrète,...
Parce que Montalbano doit résoudre un problème particulièrement épineux : quelle trattoria choisir, maintenant que le réputé insurpassable Calogero prend sa retraite ?
"Étant donné que la trattoria, qui s'appelait Chez Enzo, se trouvait en haut du bourg, le commissaire se résigna à prendre sa voiture. de dehors, la salle de la trattoria s'apprésentait comme une construction en tôle ondulée, alors que la cuisine devait se trouver dedans une maison qu'il y avait à côté. Il y avait une sensation de provisoire, de bricolage, qui plut à Montalbano. Il entra, s'assit à une table libre. Un sexagénaire sec, aux yeux très clairs, qui surveillait les mouvements des deux serveurs, se planta devant lui sans ouvrir la vouche, même pas pour dire bonjour. Il souriait.
Montalbano lui jeta un regard interrogateur.
- Je le savais, dit l'homme.
- Quoi ?
- Que, après avoir viré et tourné, vous viendriez ici. Je vous attendais."
A l'évidence, au pays, le bruit s'était répandu de son chemin de croix consécutif à la fermeture de la trattoria habituelle.
- Et me voilà, répondit sèchement le commissaire.
Ils se fixèrent, les yeux dans les yeux. le défi à la OK Corral était lancé. Enzo appela un serveur :
- Mets la table pour le dottor Montalbano et occupe-toi de la salle. Moi, je vais en cuisine. Au commissaire, je m'en occupe pirsonnellement.
Le hors d'oeuvre de poulpes à la croque-au-sel parut fait de mer condensée, qu'ils fondaient à peine entrés dans la bouche. Les pâtes au noir de seiche pouvaient dignement rivaliser avec celles de Calogero. Et dans le mélange de rougets, de bar et de daurade à la grille, le commissaire retrouva la saveur paradisiaque qu'il avait crue perdue pour toujours. Un motif musical commença de sonner dans sa tête, une espèce de marche triomphale."
Peut-être surtout parce que c'est à un Salvo profondément désabusé, au bord de la démission par honte du comportement des forces de police italiennes lors des événements de Gênes, et des exactions commises pour soi-disant protéger ce sommet du G8, qu'échoit une terrible enquête "off", qui lui fera toucher de très près une horreur contemporaine particulièrement repoussante, à savoir la mise en place, au sein des filières de désespérés de l'immigration clandestine, de canaux spécifiques destinés à pourvoir l'Occident en enfants et adolescents destinés aux pédophiles forcenés et aux trafiquants d'organes (faits authentiques à l'appui, hélas).
Un très grand Montalbano donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Colchik
  25 février 2018
La lecture de ce livre de Montalbano fait écho aux « Meurtriers sans visage » d'Henning Mankell. Non pas que l'on puisse confondre un instant le scandinave Kurt Wallander et le latin Montalbano. S'ils ont tous les deux l'humeur maussade, s'ils partagent un même sentiment de dégoût vis à vis des gouvernants, si encore tous deux sont confrontés aux problèmes de l'immigration, les similitudes s'arrêtent là. le caractère taciturne de Wallander se détache fortement de la nature explosive de Montalbano qui menace à tout instant de démissionner. Les pizzas surgelées de la cantine d'Ystad feraient hurler un Montalbano qui n'a de cesse de trouver un digne remplaçant au propriétaire de la trattoria de San Calogero parti à la retraite. Enfin, l'humour pervers de Montalbano qui s'exerce sur ses collaborateurs est une brise légère qui balaie le récit quand Wallander traite avec une rigueur toute luthérienne ses collègues.
Pourquoi y a-t-il alors comme un écho entre les deux livres ? Cela tient essentiellement au thème choisi, celui de l'immigration. Dans les deux cas, nous voyons arriver des étrangers dans un pays inconnu qui pourrait leur apparaître comme un lieu de refuge (les demandeurs d'asile en Suède) ou comme la terre des retrouvailles et d'un nouveau départ dans la vie (le regroupement familial, l'immigration économique clandestine en Italie). Mais, dans les deux cas, le rêve d'une vie meilleure se transforme en cauchemar et débouche sur la mort (le Somalien en Scanie, l'enfant africain en Sicile).
La force de Camilleri est d'insuffler à Montalbano un humanisme qui reste en demi-teintes chez Henning Mankell. Pas une seconde, Montalbano ne se pose la question d'une immigration légitime ou non. La question ne vient jamais occulter la souffrance des victimes. le commissaire est non du côté de la loi, au sens strict, mais du côté du faible. A la férocité des bandits et des criminels doit répondre la férocité d'un homme qui combat l'injustice et, pire encore, la vengeance.
D'un seul coup, notre commissaire Montalbano devient un limier intrépide : il nage à en perdre le souffle, il descend des falaises à pic, il se lance dans la plongée, s'épuise dans des épreuves physiques qui ne sont plus de son âge. Il gifle, rosse, dégaine le pistolet sans état d'âme. Bref, il s'emporte pour combattre les trafiquants de chair humaine.
Voilà une aventure menée tambour battant. Montalbano n'en fait qu'à sa tête et on en redemande. Au péril de sa santé, nous découvrons un flic de choc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sylviegeo
  31 juillet 2014
C'est la fin d'une génération de flics semble-t-il:
Wallander vieillit seul et malade...
Harry Bosch que 5 ans à faire ....
Salvo Montalbano pense à la retraite...
Erlandur se sent dépassé ...
Harry Cole songe à se ranger ...
D'autres viendront, rassurons-nous ! En attendant les enfants de ces baby boomers du polar, on se délecte encore une fois de cette aventure de Montalbano. Surtout les gourmands ! Et merci à Serge Quadruppani pour ses traductions aussi fleuries. Dure réalité que celle des clandestins et du traffic de petits humains. C'est ce qui nous heurte dans le tour de la bouée. On a bien sûr traité de ce sujet dans d'autres romans et ça nous fait toujours le même effet...triste réalité. Mais qu'il est bon de voir les relations entre Montalbano et ses collègues. Cette façon de se connaître, de se respecter, de se parler, elle me semble bien particulière, bien vraie et bien aimante. C'est ce que j'aime chez Camilleri, cette sincérité sans faux fuyants. Une lecture simple et toujours aussi agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bellonzo
  19 janvier 2014
Andrea Camilleri est assez populaire en France,avec son commissaire sicilien au langage fleuri d'Agrigente,fort joliment traduit de façon chatoyante par Serge Quadruppani.Liberté grammaticale sympa donc avec Montalbano,flic humaniste,mais vous avez remarqué qu'ils le sont presque tous dans les polars de maintenant,qu'ils viennent de Suède, de Venise, d'Islande, d'Afrique du Sud,du bush australien,etc...C'est même un peu le problème,une certaine banalisation de ces braves mecs un peu fatigués,un peu divorcés,un peu enrobés,un peu imbibés,un peu bien-pensants.Au fait Montalbano,comme Winter ou Wallander veut démissionner. Comme tout le monde.D'ailleurs moi aussi j'ai un peu lâché là-dessus.
En fait je ne conserverai pas un grand souvenir de ce Tour de la bouée où le commissaire se trouve à nager en tandem avec un cadavre.Très au sud de notre Europe on trouve bien sûr des salauds qui exploitent les clandestins,ceux du moins qui ne sont pas passés par dessus bord avant Lampedusa ou les côtes siciliennes ou Bari (spécialité albanaise).Heureusement Salvio Montalbano et ses auxiliaires veillent au grain et c'est sans véritable suspense ni interrogation qu'on se dirige "pépèrement" vers un épilogue presque bâclé que Maurice Leblanc et Arsène Lupin imaginèrent en d'autres mers.Voila donc une lecture,empruntée,ce qui est d'ailleurs sa principale qualité pour moi,qui n'aura guère stimulé mes neurones ni mes indignations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
mgeffroymgeffroy   31 mai 2009
Une bordille de dégueulasserie de nuit toute gangassée, et que tu vires et que tu tournes, que tu t'endors et tu t'aréveilles, que tu te lèves et tu te couches. Et pas à cause d'une bâffrée de poulpes au sel ou de sardines à la becfigue qu'il se serait faite le soir d'avant, parce qu'au moins il y aurait eu une raison à cette insomnie haletante, non monsieur, en fait, même pas cette satisfaction il pouvait se prendre, le soir d'avant, il avait eu l'estomac tellement serré qu'il y serait même pas entré un brin d'herbe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
missjohndeedmissjohndeed   29 avril 2012
Il était encore trop tôt pour se replier à Marinella, mais il préféra quand même y aller sans passer d'abord par le bureau. La véritable rage qui écumait en lui faisait bouillir son sang et lui avait sûrement procuré quelques dégrés de fièvre. Mieux valait qu'il trouve moyen de l'exprimer seul, cette rage, sans la faire retomber sur ses hommes du commissariat en saississant le premier prétexte. La première victime fut un vase de fleurs que quelqu'un lui avait offert et qui ui avait été tout de suite 'ntipathique. Brandi vers le ciel à deux mains, le vase fut balancé à terre avec satisfaction et l'accompagnement d'un vigoureux juron. Avec ce grand choc, ébahi, Montalbano dut constater que la vase n'avait pas même été légèrement fêlé.

Est-ce possible ? Il se baissa, le prit, le souleva, le relança de toute ses forces. Rin. Et pas seulement : un carreau du sol s'était fendu. Est-ce qu'il allait se démolir la maison pour détruire ce maudit vase ? Il alla à la voiture, ouvrit la boîte à gants, en retira le pistolet , revint dedans la maison, sortit sur la véranda après avoir pris le vase, marcha sur la plage, arriva au bord de la mer, posa la vase dans le sable, recula d'un dizaine de pas, ôta la sûreté, visa et tira et manqua !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missjohndeedmissjohndeed   29 avril 2012
Figurez-vous si en Sicile, dans une inscription insultante, il pouvait venir à manquer le mot "cornard" ! Ce terme,c'est l'Appellation d'Origine Contrôlée, un mode d'expression typique de la fameuse sicilianité. Le commissaire s'était à peine assis qu'entrait Mimi Augello. Il était tout tranquille, la visage détendu et serein.
-Quoi de neuf ? demanda-t-il
-Tu sais ce qu'on a écrit sur le mur cette nuit ?
-Oui Fazio m'a la raconté.
-Et ça te paraît pas du neuf, ça ?
Mimi le regarde, ahuri.
-Tu alèjes ou tu es sérieux ?
-Je suis sérieux.
-Beh, réponds moi la main sur le coeur. Tu penses que Livia te mets les cornes ?
Au tour de Montalbano de lancer un regard étonné.
-Donc, t'es pas cornard. Et moi non plus, je pense pas l'être du fait de Beba. Passons à un autre mot, salaud. A moi, deux ou trois nanas me l'ont dit que je suis un salaud. A toi, je crois que jamais personne te l'a dit, et donc, t'es pas concerné par ce mot. Assassin, n'en parlons pas. Et alors ?
-Mais comme t'es spirituel, Mimi ,avec ta logique de mots croisés !
-Excuse, Salvo mais quoi, c'est la première fois, peut-être qu'on nous traite de bâtards, de fils de putes et d'assassins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missjohndeedmissjohndeed   29 avril 2012
Sous la douche, il y resta longtemps, à se laver des scènes qu'il avait vues et qu'il se sentait entrées en lui, réduites en infimes fragments, par tous les pores. Il s'habilla avec le premier pantalon qui lui tomba sous la main et alla sans la salle de séjour parler avec Livia. Il tendit la main et le téléphone sonna tout seul. D'une secousse, il retira la main, comme s'il avait touché le feu. Une réaction à démontrer que malgré la douche, la pinsée de ce qu'il avait vu qur le quai besognait encore en lui et le rendait nirveux.
-Bonjour,mon chéri. Tu vas bien ?
D'un coup, il éprouva le besoin d'avoir Livia à côté de lui, l'embrasser, de se faire réconforter par elle. Mais puisqu'il était fait comme il était fait, il arépondit seulement :
-Oui.
-Ton refroidissement est passé ?
-Oui.
-Complètement ?
Il aurait dû comprendre que Livia lui préparait un guet-apens, mais il était trop nirveux et la tête ailleurs.
-Complètement.
-Donc Ingrid a dû bien te soigner. Dis-moi ce qu'elle a fait. Elle t'a mis au lit ? Elle t'a entassé des couvertures dessus ? Elle t'a chanté une berceuse ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
missjohndeedmissjohndeed   29 avril 2012
Et puis il fut pris d'un grand coup de mélancolie. La mélancolie, le commissaire avait deux systèmes éprouvés pour la combattre : le premier consistait à se fourrer au lit en couvrant jusque par-dessus la tête ; le second à se faire une grande bouffe. Il regarda la montre, trop tôt pour se coucher; si jamais il s'endormait, il risquait de s'aréveiller vers les trois heures du matin et alors, oui, qu'il y aurait eu de quoi devenir que la bouffe ; du reste, il s'arappela qu'à midi, il n'avait pas eu de le temps. [...]

Il sortit, prit la voiture et alla à la trattoria chez Enzo. Au premier plat, spaghettis au noir de seiche, la mélancolie commença à reculer. A la fin du second,petits calamars fits croquants, la mélancolie, filant à grande allure, avait disparu à l'horizon. De retour à Marinella, il se sentit les engrenages de la coucourde huilés, glissants, comme neufs. Il retourna s'asseoir sur la véranda.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Andrea Camilleri (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Certains personnages ont la vie dure, traversant les années comme si auteurs et lecteurs ne pouvaient pas les quitter. Harry bosch, le fameux détective de L.A., est de ceux-là, créé en 1992 par Michael Connelly. Deux ans plus tard, Andrea Camilleri donnait naissance à son fameux commissaire sicilien Montalbano. Que deviennent-ils ? Leurs nouvelles aventures, qui viennent de paraître, valent-elles encore le coup ? Quant à Don Winslow, l'auteur de la fameuse trilogie La griffe du chien, il publie un recueil de six novellas dont deux remettent en scène les héros de ses plus anciens romans. Alors ? On a lu, on vous dit tout.
Incendie nocturne de Michael Connelly, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Robert Pépin, éd. Calmann-Lévy. Le manège des erreurs d'Andrea Camilleri, traduit de l'italien (Sicile) par Serge Quadruppani, éd. Fleuve noir. Le prix de la vengeance de Don Winslow, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Isabelle Maillet, éd. Harper Collins. Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤36Abonnez-vous20¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre

.. ..