AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2823803203
Éditeur : 12-21 (07/02/2013)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Le commissaire Montalbano s'offre un blues carabiné. Ses anciens camarades de Soixante-huit ont pour la plupart retourné leur veste, comme ce Carlo Militello qui vient d'être nommé directeur de la seconde banque de Sicile, et tant d'autres dont les idéaux n'ont pas survécu à la quête du pouvoir et de l'argent. Pour arranger le tout, Montalbano est une fois de plus en délicatesse avec sa hiérarchie et c'est presque pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Baluzo
  14 mars 2019
Camillieiri nous livre un Montalbano au mieux de sa forme ! j'ai adoré en particluier le premier paragraphe et je vous révele pourquoi...la veille du jour où j'ai commencé le livre, j'ai entendu sur France Culture une citation de Jacques Chirac...." le matin je me réveille, j'ouvre la bouche,....Et j'entends des conneries".....lisez le premier chapitre de ce livre et le sens est le même ....magique , non? quelle capacité à prendre du recul sur soi! bon ,au dela de cela, bon livre encore une fois! plus que l'histoire , ce sont les personnages et leurs liens qui plaisent! A vous de jouer
Commenter  J’apprécie          100
Charybde2
  18 mars 2013
Sixième enquête de Montalbano, qui nous rend toujours plus attachant l'ombrageux commissaire sicilien.
Sixième enquête du commissaire Salvo Montalbano, publiée en 2000, celle-ci ne restera pas parmi mes préférées en tant qu'intrigue policière, mais constitue nettement une contribution essentielle à l'épaisseur du commissaire et de son environnement.
Prenant prétexte de l'assassinat d'un jeune mystérieux sur son palier, et de la disparition d'un couple de personnes âgées habitant le même immeuble, Andrea Camilleri nous précise encore avec bonheur les manières de travailler de Montalbano, sa relation forte et ambiguë avec son adjoint Mimi Augello, sa capacité à travailler "en confiance", que ce soit avec la belle Ingrid ou avec les fidèles de son équipe, sa détestation des luttes de pouvoir, mais aussi son incroyable goût pour la manipulation "nécessaire"... Autant de touches bienvenues pour nous rendre le complexe et ombrageux Sicilien toujours plus attachant.
"- Asseyez-vous, je vous en prie, dit le vieux en montrant le fauteuil qui avait été occupé par le père Crucilla.
Montalbano s'assit.
- Vous prenez quelque chose ? demanda don Balduccio en tendant une main vers le tableau de commande à trois boutons fixé sur le bras du divan.
- Non, merci.
Montalbano ne put se retenir de se demander à lui-même à quoi servaient les deux boutons restants. Si l'un faisait venir la femme de chambre, le deuxième, probablement, convoquait le tueur de service. Et le troisième ? Celui-là déclenchait peut-être une alarme générale capable de déclencher quelque chose de semblable à une Troisième Guerre mondiale."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustec
  31 octobre 2012
Titre original:"La gita a Tindari" L'action se déroule en Sicile.
Au départ,on a l'exécution d'un jeune homme, suivi par la disparition mystérieuse d'un couple de retraités sans histoire.
Au fil des pages,on découvre que le jeune est un homme à femmes qui vivait au-dessus de ses moyens,et que les deux retraités n'avaient aucun contact avec leurs voisins et refusaient toute relation.
A priori,aucun rapport entre ces deux faits,hormis l'habitation dans le même immeuble.
Montalbano est chargé de l'enquête. C'est un commissaire non corrompu par les politiques locaux, un anticonformiste qui n'aime pas les règles.
En cette fin des années 90,il est dépassé par l'informatique et les nouvelles technologies, mais il sait lire les signes qui viennent du fond des âges ,il sait VOIR et accepter ses intuitions. Il s'appuie sue l'aide d'un vieil olivier tordu, de son équipe efficace et de Ingrid,la précieuse suédoise,richement mariée.
Montalbano est cultivé,ce qui ajoute au plaisir de la lecture, et il est en correspondance avec l'univers métaphorique sicilien.
Les personnages secondaires,même ceux qui n'apparaissent qu'une fois, ont chacun leur caractère bien défini et vivant.
Une lecture agréable que je vous laisse découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ay_guadalquivir
  04 février 2011
Chaque fois la même sensation que tout cela n'est pas vraiment sérieux. Pas du policier noir, lugubre, poisseux et sordide. Au contraire, les sales histoires de Vigata semblent toujours moins graves qu'ailleurs. Peut-être une façon que Camilleri a de nous dire qu'en Sicile, on s'habitue à tout. le commissaire Montalbano a à mes yeux deux qualités tout à fait particulières - bien d'autres en vérité, mais je n'en retiendrai que deux : son patronyme, dû à l'innocant parrainage de l'auteur catalan Manuel Vasquez Montalban, histoire de rendre hommage aux policiers de Méditerranée. Et surtout, l'inspiration qu'il trouve dans la nourriture. Et rien que pour l'énoncé de recettes siciliennes, Camilleri vaut le coup !
Commenter  J’apprécie          40
pilou62200
  08 juillet 2014
Comme d'habitude, Camilleri nous sert son style inimitable composé de ses ingrédients habituels :
- un commissaire humain avec une équipe à son image,
- un très bon scénario, certes simple, mais d'une finesse très agréable,
- une bonne dose de gastronomie sicilienne,
- une pointe d'humour particulièrement appréciable.
A lire, comme tous les Camilleri.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2014
Il y avait aussi la copie d’un « certificat d’existence en vie », abîme sans fond d’imbécillité bureaucratique. Qu’aurait élaboré Gogol, avec ses âmes mortes, devant un certificat de ce genre ? Franz Kafka, s’il lui était tombé entre les mains, aurait pu en tirer un de ses récits les plus angoissants. Et maintenant, avec « l’autocertification », la déclaration sur l’honneur, comment allait-on procéder ? Quelle était la « procédure », pour utiliser un des termes qu’aimaient tant les bureaux ? On écrivait sur un papier une phrase du type « Je, soussigné, Montalbano Salvo déclare exister », on le signait et on le remettait à l’employé idoine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2014
En prison, il a de bonnes chances de sauver sa peau. Les jeunes de la nouvelle mafia sont en train de les baiser, aussi bien les Sinagra que les Cuffaro. C’est pour ça que la prison de haute sécurité, ça signifie la sécurité non seulement pour ceux qui sont dehors, mais aussi ceux qui sont dedans.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2014
Si autrefois, la route de la drogue était assez large, au jour d’aujourd’hui, elle était devenue une autoroute à six voies. Il y fallait donc des forces jeunes, déterminées, qui avaient les bonnes mains, capables d’utiliser aussi bien la kalachnikov que l’ordinateur.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2014
Nous avons peut-être fait de très grosses erreurs, mais toujours, nous avons su qu’il y avait une ligne qui ne devait pas être franchie. Jamais. Parce qu’une fois cette ligne passée, il y a plus de différence entre un homme et une bête.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 juillet 2014
À Montalbano, il vint l’idée que Mimì avait pleuré, dans une crise de repentance. Comme c’était, du reste, la mode : tout le monde, du pape au dernier des mafieux, se repentait de quelque chose. Mais non, rien du tout ! La première chose qu’Augello dit, en fait, ce fut :
— Les yeux, je suis en train de me les escagasser sur les papiers de Nenè Sanfilippo ! Je suis arrivé à la moitié des lettres.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre