AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Yves Hersant (Autre)
EAN : 9782070701261
184 pages
Éditeur : Gallimard (24/04/1984)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Le narrateur est mal en point. A force de courir de médecin en hôpital, il rencontre un psychanalyste. Jamais cure n'aura été décrite avec autant de précision et de drôlerie. Mais c'est la société elle-même qui est dépeinte aussi, dans sa crise où s'effacent notre mère l'Eglise et notre père le Parti. Plus profondément, c'est l'homme même qui est par essence inguérissable... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
darkmen303
  24 avril 2019
Un livre marquant où l'analyse devient passionnel et obsessionnel chez le narrateur. On constate que le personnage souffre tout au long du récit et qu'il se délivre un peu vers la fin. du moins, on peut penser qu'il réalise à la fin du livre, qu'il a moins besoin de voir le psychanalyste. Je pense qu'il se libère du poids de sa maladie tout en reconnaissant que l'humain est malade.
" En vérité, l'homme est une maladie, et il n'est pas de remède à la maladie humaine".
La maladie humaine est incurable et il en devient conscient vers la fin, je crois.
Il ne peut qu'en prendre connaissance et en devenir conscient.
Le "mal" est omniprésent, l'auteur cherche constamment des moyens d'étudier sa douleur. La communication et l'analyse deviennent le coeur de cet ouvrage. Aussi, derrière ce livre, on perçoit la critique contre une Italie fasciste et religieuse. L'auteur s'attaque à des fondements de sa société qui se sont passés ou qui peut-être restent présente.
Plusieurs passages forts dans le livre, une étude d'un linguiste étudiant la communication comme un docteur en recherche d'une thèse à écrire.
Je le recommande fortement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
andras
  12 février 2016
Un livre très fort dans sa drôlerie comme dans sa vérité. Lu il y a une quinzaine d'années (*), c'est un livre qui m'a marqué et qui je pense contient toujours intacte sa charge explosive. J'ai aussi en mémoire la pièce de théâtre qui en avait été tirée et qui fut jouée dans l'un des théâtres de la Cartoucherie (L'aquarium, je crois) sous le titre "Les nuits blanches".
(*) cette note de lecture date du 16 juillet 2004.
Commenter  J’apprécie          20
virgidoc2
  05 janvier 2013
Le narrateur rapporte quelques tentatives d'analyses avec des psychanalystes farfelus avant de nous livrer des moments de la cure qu'il entame avec un psyschanalyste de sa ville, Padoue. Les réflexions de l'analysé offrent un aspect des mentalités, des pertes de repère et des progrès de l'Italie des années 50-80, réflexions souvent portées avec dérision qui peuvent apporter des rapprochements jubilatoires comme "le mal-mâle"...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
virgidoc2virgidoc2   05 janvier 2013
J'exposais mon rêve. Puis nous nous taisions ( un long silence faisait toujours suite à l'exposé d'un rêve; parfois j'achevais mon récit en cinq minutes, après quoi nous n'ouvrions plus la bouche jusqu'à la fin de la séance, mais à la faveur de ce silence, le rêve se clarifiait dans mon esprit comme dans le sien. Le silence est à la communication ce que la chambre noire est à la photographie : le lieu où l'on développe la photo ).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
virgidoc2virgidoc2   06 janvier 2013
En un sens, je découvris qu'on ne parle qu'en analyse : la situation analytique est la situation où l'homme parle. Dans le monde, l'homme parle pour se confirmer : il n'y a que lui. En analyse, l'homme parle pour se démentir : il y a autrui. Les mots que l'on prononce en analyse ne peuvent être prononcés en autre lieu.
Commenter  J’apprécie          20
virgidoc2virgidoc2   06 janvier 2013
L'histoire est un délit. L'homme est le corps de ce délit. L'analyse en est le procès.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Ferdinando Camon (2) Voir plusAjouter une vidéo

Ferdinando Camon : Conversations avec Primo Levi
Depuis les rues de Rome, Olivier BARROT présente le livre de Ferdinando CAMON "Conversations avec Primo Levi" et en lit un passage.Propos illustrés par une photoNoir et blanc de Primo LEVI.
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Mélanges littéraires (68)
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1106 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre