AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755686180
397 pages
Hugo Poche (14/01/2021)
3.94/5   64 notes
Résumé :
Le corps d'une femme rousse est retrouvé sur un chemin de randonnée, à quelques kilomètres d'une bourgade américaine isolée. Démembrée, un parchemin enfoncé dans la gorge, la victime semble avoir fait l'objet d'une cérémonie macabre. Mise en scène ou rituel consacré ? La question se pose au cœur de Hinsdale, qui garde encore les traces des anciennes chasses aux sorcières.
Chargé de l'enquête, Karl Rosenberg sait qu'il n'y coupera pas : pour sa dernière enquêt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 64 notes
5
18 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis

polacrit
  14 avril 2021
Découverte d'un cadavre sur un chemin forestier selon une mise en scène particulière, "étendu au milieu du sentier, pile à la croisée des chemins menant à Hinsdale, Pittsfield, Lanesborough et Windsor. Un membre dans chacune des quatre directions, comme autant de points cardinaux qui ne guideront plus le chemin de personne. Elle repose sur un lit circulaire d'herbe brûlée et, accolés à ce cercle, deux autres, formés par une poudre blanche, sont entrelacés."
Sorcellerie? Satanisme? L'assassin a-t-il voulu maladroitement imiter un rituel de magie noire? Ou s'agit-il d'une vengeance contre les féministes du groupe "Les Sorcières de Salem" qui milite activement en faveur des droits des femmes qui, à l'occasion, s'amusent aux dépens des villageois?
L'affaire prend une bien étrange tournure: comment expliquer qu'Ethel, le nouveau shérif, reçoit une demande d'ami sur Instagram émanant de Tara Stevens, la victime? Qui la lui a envoyée et pourquoi? Qui a sorti le corps de la jeune femme du tiroir de la morgue dans lequel il était enfermé? Et pourquoi avoir déposé la montre d'Ethel dans la sac mortuaire, montre qui se trouvait la veille encore sur la tablette de sa salle de bains? le jeune homme, perturbé par ces événements qu'il ne parvient pas à expliquer rationnellement, commence à douter du bien-fondé de sa décision d'accepter ce poste loin de Boston...
Le meurtre de Tara Stevens aurait-il un rapport avec celui d'Eve Cardel, retrouvée morte cinq ans plus tôt à East Mountain, vaste plateau situé dans les montagnes, le nom de ce lieu se trouvant dans la bouche de Tara? Pourtant, l'affaire a été classée, Erny Cardel purgeant une peine de prison pour avoir tué sa femme. Alors??
De fausses pistes en indices quasiment inexistants, le shérif et ses hommes, harcelés par le maire qui veut clore l'affaire au plus vite, ont fort à faire. Mais, malgré les divergences générationnelles et méthodologiques, ils forment une bonne équipe prête à résoudre cette enquête coûte que coûte...
Immersion dans l'univers étriqué d'une petite ville américaine avec ses protagonistes incontournables: le maire corrompu, le shérif bourru mais intègre; ses deux adjoints limités mais sur qui il peut compter; le petit nouveau qui vient de la ville; ajouter à ce combo gagnant l'association de féministes peu appréciées par les villageois.
Ethel Green: relégué au poste shérif adjoint à Hinsdale, courageux, intègre, déterminé sous ses dehors naïfs; 26 ans; a tendance à trop dire ce qu'il pense et à contester les décisions de la hiérarchie.
Karl Rosenberg: shérif de Hinsdale bientôt à la retraite; râleur mais honnête et bon.
Zucko Mirandi: adjoint de Karl; carrure de rugbyman mais coeur de chamallow; adore ses gosses.
Dany Pirel: adjoint de Karl; forme avec Zucko un duo inséparable; gringalet décharné qu'on aurait tort de sous-estimer.
John Eymer: médecin généraliste et légiste; ami de longue date de Karl.
Charlie Weld: maire de Hinsdale; fils du gouverneur, conservateur; ne s'entend pas avec le shérif; se croit au-dessus des lois.
Tara Stevens: victime; une des plus grandes influenceuses sur Instagram, égérie de plusieurs marques.
Christabella: vieille femme qui vit seule dans la forêt, clairvoyante, fondatrice de l'association "Les Sorcières de Salem".
Rosalie: femme de Karl; petite mais sait se faire respecter; loyale et capable d'empathie, a pris Ethel sous son aile.
Emelyne Mailand: féministe, analyste financière, spécialiste des manipulations informatiques; travaille pour le maire.
Katherine Priest: avocate; gère l'association féministe; sourire de façade, silhouette de rêve, mais féroce et implacable.
Les lieux:
Hinsdale: petite ville paumée du Massachusetts située à 250 kilomètres de Salem, lieu mythique où se déroula la fameuse affaire des sorcières de Salem en 1692 qui sert de soubassement au roman American Witches, comme un clin d'oeil facétieux de l'auteur: "ça sent la terre, l'humus, le champignon, l'air est saturé d'odeurs, cette ville entière dégage un arôme particulier, saisissant, palpitant. Il l'a perçu dès sa descente d'avion, qu'ici rien n'est ordinaire. C'est un petit comté, une petite bourgade dont la couverture nuageuse est quasi constante, ça rend l'endroit lugubre, déprimant." (Page 77). 
La forêt: omniprésente, elle incarne les forces obscures, la magie noire; elle est le refuge des "sorcières", notamment de Christabella, personnage énigmatique mais bienveillant, tout droit sorti d'un conte de fées. "Ethel sent des picotements sur sa nuque, cette fichue forêt lui file la chair de poule. "On dirait qu'elle vibre", lui a fait remarquer sa logeuse...Il secoue la tête. Non, on dirait qu'elle transpire. Une sueur moite et âcre qui vous colle à la peau et pénètre dans votre corps comme l'humidité dans les murs." (Page 13)..."Cette forêt que tu détestes tant, poursuit-il en allumant sa cigarette, c'est le premier cimetière du comté. Des tas de femmes ont été enterrées dedans parce qu'en tant que sorcières elles ne méritaient pas une sépulture décente. Autant te dire que les balades au clair de lune n'ont pas le même goût qu'ailleurs, par ici." (Page 118).
L'ambiance: vous l'aurez compris, l'atmosphère qui règne tout au long du roman est largement imprégnée de relents nauséabonds, de sorcellerie sulfureuse, idéale pour masquer des crimes bien tangibles, les bonnes gens se retranchant derrière des clichés pour combattre ce qu'ils considèrent comme déviant: "...les autres, il les sent tendus, irrités. Les Sorcières ont fait parler d'elles, encore une fois, et quelqu'un est mort, encore une fois. Karl les connaît bien, peu leur importe que ce ne soit qu'une mise en scène, peu leur importe la présomption d'innocence, tout ce qui se passe dans cette forêt est obligatoirement la faute des filles. Parce qu'elles leur font peur, à ne pas vouloir rentrer dans le rang." (Pages 150-151).
"American Witches" est un roman qui mêle intelligence, humour, humanité, psychologie des personnages, abordant des thèmes sérieux tel que le féminisme et les questions qu'il pose à la société, comment il est perçu par les gens qui y sont étrangers, mais également la sorcellerie, non pas celle de bazar des films de série d'mais la sorcellerie dans ses aspects historique et moral, un hymne à la liberté et au droit de chacun de décider de sa vie.
Le +: la façon originale dont les protagonistes et la ville sont présentés: sous forme de conversation entre le shérif titulaire et son futur remplaçant pendant qu'ils se rendent sur la scène de crime.
Le +: la façon originale dont les protagonistes et la ville sont présentés: sous forme de conversation entre le shérif titulaire et son futur remplaçant pendant qu'ils se rendent sur la scène de crime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MjeyW
  22 mars 2021
Quelle claque !!!!
Dans une petite ville américaine, sombre et isolée, un meurtre macabre a eu lieu. Une jeune femme rousse a été retrouvée morte sur un chemin de randonnée. Empoisonnée, la victime, Tara Stevens, a fait l'objet d'une sinistre cérémonie, une sorte de rituel de sorcellerie.
Le shérif Karl Rosenberg et son nouvel adjoint débarqué de Boston, Ethel Green, sont chargés de résoudre cette enquête, une affaire pleine de mystère et qui s'avérera être complexe et dangereuse.
Car Hindsale n'est pas une bourgade tranquille, elle dissimule de nombreux secrets et garde encore des traces des anciennes chasses aux sorcières.
Ethel qui n'est pas habitué à ce genre de d'environnement, fera tout pour retrouver le ou la coupable de ce crime abominable, parfois même au péril de sa vie.
Mais qui a tué Tara, cette ancienne féministe engagée, devenue aujourd'hui une influenceuse populaire ?
Et quel est le lien qu'elle entretenait avec "Les sorcières de Salem", un groupe féministe qui agit en faveur des droits des femmes ?
C'est ce que l'on découvre au fil des pages de ce captivant roman.
Mêlant à la perfection suspense et émotion, l'auteure Katia Campagne signe un thriller palpitant.
C'est un véritable coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
scob
  21 février 2021
American witches
Katia Campagne
Prix Fyctia 2020 du meilleur suspense
Ce roman, lauréat du prix Fyctia du meilleur suspense 2020, et affublé d'une plutôt bonne note sur Babelio, ne semblait pas vraiment enclin à faire courir un risque majeur d'ennui.
C'est donc plein d'enthousiasme que je me suis lancé dans la lecture de ce livre mi-policier, mi-thriller, mi-mystique (3 moitiés, oui oui !)
Le pitch ? Oh, c'est tout simple ! L'histoire se passe dans un trou paumé nommé Hinsdale dans le Massachusetts, pas très loin de Salem, la ville des fameuses sorcières !! Niarf niarf niarf !!
Karl Rosenberg, Shérif de cette ville, est un bon gars local, bien du terroir. Il est né à Hinsdale et connaît tout le monde. Il connaît aussi quelques personnages pittoresques ainsi que quelques histoires un peu bizarres sur des légendes qui circulent autour des forêts alentours.
Ce qui est ballot pour Karl, c'est qu'à quelques semaines d'une retraite bien méritée, le corps démembré d'une jeune fille est découvert dans la forêt dans une espèce de mise en scène un peu macabre qui fait penser à un rituel de sorcellerie qui aurait mal tourné.
Avec sa mauvaise humeur habituelle, Karl va devoir enquêter sur cette affaire et composer notamment avec son futur remplaçant, Ethel Green, un petit jeune de Boston dont les méthodes de pinailleur un brin casse-co.... n'ont pas vraiment fait fureur à la ville. Pour rebondir, Ethel choisit donc la campagne ...
On se retrouve donc avec une configuration hyper classique d'un binôme de flics, un petit vieux expérimenté et un petit jeune plein de fougue qui vont devoir faire preuve de compréhension mutuelle pour tenter de résoudre cette mystérieuse affaire.
D'autant plus que la victime n'est pas vraiment n'importe qui ! Il s'agit de Tara Stevens, une influenceuse hyper connue sur Instagram. Une de celles qui écrivent papa avec 3 p et qui préfèrent mettre plutot en valeur leur plastique irréprochable. Emilie Ratachovsky style !
Les investigations vont les mener à interroger une vieille femme solitaire, réputée pour être un peu marabouteuse, voire un brin dangereuse. Elle aura sans doute quelques informations à leur donner sur une communauté locale, exclusivement féminine, qui fait également parler d'elle, notamment pour ses combats féministes et ses méthodes parfois un peu ... radicales. Tout ça en pleine période électorale pour l'élection du gouverneur du Massachusetts.
Et plus l'enquête va avancer, plus le futur jeune Shérif va sentir l'atmosphère pesante et surnaturelle de cet endroit, jusqu'à faire des cauchemars d'un réalisme qui va le mener à perdre les pédales ?
Prix du suspense ? Je ne serais pas allé jusque là quand même. Mais en tout cas, il ne fait aucun doute que les 380 pages de ce roman s'enfilent comme schoko-bons. Deux jours de congés et puis s'en va. Ça fait du bien parfois de s'envoyer du easy-reading.
Et au-delà de son aspect page-turner, un sujet de fond émerge néanmoins. Katia Campagne ose une comparaison qui peut paraître couillue au premier abord par les temps qui courent : les féministes seraient les nouvelles sorcières de notre époque !! Oui oui !!
Mais, en fouillant un peu plus sur l'origine de l'histoire des sorcières de Salem, il y a des analogies qui permettent de donner de la consistance à cette association d'idées : l'indépendance, le refus de la femme soumise au patriarcat, la femme de pouvoir, le balai ... (oups ^^)
Il est loin le temps des sorcières aux nez crochus. Désormais, elles chassent sur Instagram !
scob
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annicklecture
  21 février 2021
Après avoir concourut sur la plateforme "Fyctia" dans le thème "Sorcières", l'auteure sort finaliste avec ce titre que nous avons été nombreuses et nombreux à suivre, valider et partager. C'est avec un grand plaisir qu'aujourd'hui on le trouve chez "Hugo Poche" dans toutes bonnes librairies.
Il y a quelques années de cela les femmes sortant de l'ordinaire étaient vite traitées de "sorcières"; je suis sûre qu'à ce jour dans l'esprit de certains il en est encore de même. Pour les féministes ou simplement les indépendantes, celles au pouvoir, c'est encore et toujours avec le mauvais oeil de certains (en général) qu'elles sont arrivées seules et fortes à leur place de femmes libres. Et si à cela on rajoute un groupe de femmes vivant dans une petit coin reculé de campagne, sous des identités diverses, ayant certaines connaissances avec les plantes, ou, simplement une empathie profonde divinatoire, elles seront alors la cible de bien des tourments.
"Le papillon de nuit qui se pose sur son avant-bras lui tire un sourire. Un maigre mouvement de ses lèvres pâles, qui chasse un instant son affliction. Elle pose un index glacé sur les ondulations marron de ses ailes. Il s'envole, s'élève au milieu d'un feuillage vert sombre plusieurs mètres au-dessus de son corps allongé sur le sol au milieu des racines, et se fait avaler par la brume…"
Ici une victime est retrouvée près d'un bourg américain isolé, Hinsdale, celle-ci est mise en scène de façon à faire revenir dans les esprits certaines scènes macabres, la chasses aux sorcières est alors ouverte… Une dernière enquête pour Karl, et une nouvelle pour Ethel arrivé en succession.
"La proposition, un peu précipitée, que lui a faite Sanders Mills dans son bureau il y a deux mois de cela, lui a embrouillé les méninges. Faible taux de criminalité et un village où il fait bon vivre. C'est ainsi que son chef lui a vendu le lieu et le poste de shérif."
L'auteure a su savamment mêler passé et présent en flirtant avec l'imaginaire développé de ces personnages.
"Cette ville, cette région, même, a un passé lugubre. Tout le monde connaît le tristement célèbre procès des sorcières de Salem en 1692, mais ça n'a pas été le seul. Dans les endroits reculés du Massachusetts, comme à Hinsdale, les chasses se sont poursuivies pendant longtemps. Toutes les familles ont été touchées."
J'ai eu beaucoup de peine à quitter ce récit qui m'a complètement subjuguée. Autant par l'écriture qui nous entraîne, que par l'environnement, l'histoire et les personnages captivants. J'ai eu la belle occasion de rencontrer l'auteure à deux reprises à Tulle, une jeune femme charmante, douce, discrète, souriante qui cache sa force certaine, un vrai bonheur. Une lecture addictive et un beau "coup de coeur".

Lien : https://passionlectureannick..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
JuEtLi
  04 juin 2022
Tout droit débarqué de Boston, Ethel Green est adjoint du shérif Karl Rosenberg, au bord de la retraite. Les deux hommes se retrouvent rapidement à devoir enquêter sur le meurtre d'une belle jeune femme rousse dont le corps a été retrouvé en forêt, suivant une mise en scène qui rappelle un rituel de sorcellerie.
La victime, Tara Stevens, est mystérieuse: elle n'a pas de passé lointain et est influenceuse sur Instagram - ce que les habitants de la petite bourgade, coincée au XXème siècle, n'est pas en mesure d'appréhender. le rôle d'Ethel, jeune homme de son temps, sera donc déterminant, même s'il commence à dérailler sévèrement en discutant avec la morte dans ses rêves, et qu'il commence à en tomber amoureux.
La suite de l'histoire tient autant du policier que de l'étude sociologique du jeune homme ultra urbain qui doit s'intégrer dans une petite ville ultra rurale dont le passé et les codes lui échappent.
L'un dans l'autre, ce policier est plutôt sympa: malgré quelques incohérences, il n'y a pas tant de clichés que ça, et l'histoire se tient bien autant du point de vue de ses personnages que de l'enquête. Un bon moment sans prise de tête - et sans nuit blanche non plus. Ça change!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
perla1digiacomoperla1digiacomo   03 mars 2021
Ethel ! Sois le bienvenu !
Toute petite et rondouillarde, les joues rosies par la bonne humeur,
Rosalie Rosenberg se hisse sur la pointe de ses pieds pour lui claquer la bise
en le prenant dans ses bras. On est à mille lieues de sa première rencontre
avec Karl, qui avait grommelé un salut à peine audible sans même lui serrer
la main. Elle, elle sent la bouffe, la bonne bouffe, celle qui mijote pendant
des heures et vous colle la nostalgie des petits plats de votre mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   23 septembre 2021
 Le brasier du feu de camp lui lèche le visage. Il perçoit derrière ses paupières closes des ondulations. Ses oreilles captent le craquement des branches dans le feu, le frôlement des pas sur l’herbe humide, les rires étouffés de jeunes filles. Il renonce un instant à ouvrir les yeux.
Ça recommence. C’est un rêve, il le sait rien qu’à l’odeur caractéristique qui effleure ses narines, un mélange suave et terreux, qu’il a attribué à Tara dès leur première rencontre onirique. Mais que va-t-il advenir s’il ouvre les yeux ? La dernière fois qu’il a fantasmé sur elle, sa montre s’est retrouvée à côté de son cadavre. On retrouvera quoi, demain, s’il cède à ses avances chimériques ? Il ne doit pas ouvrir les yeux, même si la demoiselle est terriblement excitante, et que son odeur commence à s’insinuer dans son esprit pour le torturer. Elle n’est qu’un cadavre ! Un cadavre en attente de réponse. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MjeyWMjeyW   22 mars 2021
– Elles se font appeler « les Sorcières de Salem ». Il s’agit d’un groupe féministe qui agit, entre autres, en faveur des droits des femmes.

– Quel rapport avec les sorcières ?

Christabella a un petit gloussement sarcastique.

– Tu ne vois pas ? Vraiment ?

– C’est une image. La sorcière représente la femme qui dénonce les persécutions, qui se bat contre la vision d’une femme soumise.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   23 septembre 2021
Le brasier du feu de camp lui lèche le visage. Il perçoit derrière ses paupières closes des ondulations. Ses oreilles captent le craquement des branches dans le feu, le frôlement des pas sur l’herbe humide, les rires étouffés de jeunes filles. Il renonce un instant à ouvrir les yeux.
Ça recommence. C’est un rêve (...)
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   23 septembre 2021
On retrouvera quoi, demain, s’il cède à ses avances chimériques ? Il ne doit pas ouvrir les yeux, même si la demoiselle est terriblement excitante, et que son odeur commence à s’insinuer dans son esprit pour le torturer. Elle n’est qu’un cadavre ! Un cadavre en attente de réponse. 
Commenter  J’apprécie          20

Video de Katia Campagne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katia Campagne
En partenariat avec l'association Pour l'amour des livres et le salon des auteurs indépendants et nouvelles plumes, découvrez le recueil exclusif de 12 auteurs (indépendants et édités). Édition limitée.
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2368 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre