AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Une vie avec Alexandra David-Néel, tome 1 (60)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
marina53
  20 décembre 2016
Aix-en-Provence, hôtel Sextius, juin 1959. Alexandra David-Néel recherche une jeune personne qui pourra l'aider au quotidien. Lorsqu'elle reçoit, pour une entrevue, Marie-Madeleine Peyronnet, elle sent tout de suite qu'elle s'entendra à merveille avec elle. Quant à cette dernière, elle ne se doute pas un seul instant que sa vie va basculer... À peine rentrée chez elle, elle reçoit un appel l'informant qu'Alexandra l'attend de toute urgence. Aussitôt, elle se précipite à l'hôtel et retrouve une vieille dame qui prétend qu'elle va mourir d'ici deux heures. Évidemment, il n'en sera nullement question. Quelques jours plus tard, après avoir subi un véritable interrogatoire, aussi bien la concernant elle que ses parents, et après avoir passé des heures à boucler les valises, voilà les deux femmes parties pour Digne, là où Alexandra possède une villa, "Samten Dzong". Arrivée à destination, Marie-Madeleine est tout étonnée de découvrir une demeure abandonnée, où règnent en maître rats et araignées et où s'entassent malles, livres et souvenirs de voyages. C'est ici que les deux femmes vont apprendre à se connaître...

Philosophe, orientaliste, exploratrice, journaliste, écrivaine, première femme à entrer à Lhassa en 1924 alors que les étrangers étaient interdits, Alexandra David-Néel est une femme de caractère au parcours pour le moins atypique et extraordinaire. Alternant passé et présent, cet album retrace la vie d'Alexandra, de Sikkim à Aix-en-Provence. À travers les yeux de Marie-Madeleine qui deviendra sa secrétaire particulière pendant les dix dernières années de sa vie, l'auteur nous fait partager moult anecdotes sur le destin de ces deux femmes. Deux femmes tout d'abord éloignées, tant leurs caractères divergent, qui apprendront à se connaître, à s'apprécier puis s'admirer. Un récit passionnant, instructif, intelligent et parfaitement mis en scène où l'on découvre le parcours d'une femme remarquable. Un récit marqué par de grands événements mais aussi par un quotidien parfois difficile pour Marie-Madeleine. Graphiquement, l'on admirera le trait semi-réaliste et travaillé de Mathieu Blanchot et son choix, pour le moins original, du noir et blanc pour le présent et des couleurs pour le passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
cicou45
  26 mai 2016
Quelle merveille ! Étant moi-même dignoise et étant allée au lycée Alexandra David-Néel durant mes études, je me devais bien entendu de connaître l'histoire de cette grande dame qui n'a pas seulement laissé son nom à un lycée mais qui a apporté, pour le monde, une connaissance du Tibet, de ses moeurs, ses coutumes, du bouddhisme et j'en passe extraordinaire. Non seulement Alexandra est allée jusque là où aucun européen n'avait jamais osé allé mais fait qui plus est méritoire pour une femme au début du XXe siècle. Elle nous donne une sacrée leçon de courage, dé déterminisme et de pugnacité qui font plaisir à voir ! A l'heure où nous sommes tous habitués à vivre dans le luxe (j'exagère à peine, appelant luxe le fait que nous ayons un toit sous notre tête, de quoi nous chauffer et manger à notre faim), cette grande dame, elle, n'a pas eu peur de se défaire de tout cela et pour quoi ? La connaissance ! Connaissance des autres peuples, d'une autre manière de vivre et de penser et surtout, connaissance de l'inconnu, ce grand mystère qui nous effraie tant !

Au travers des dessins de Fred Campot et Mathieu Blanchot, à qui je tire ma révérence, le lecteur se rend compte que cette légende humaine qui s'appelle Alexandra David-Néel était avait tout une femme. Femme de caractère, certes, mais qui, comme toute ville dame qui, a aussi besoin d'être assistée et soutenue. Ce travail, Marie-Madeleine Peyronnet, que j'ai eu l'occasion de rencontrer il y a plusieurs années de cela, alors que je m'aventurais dans ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de "Fondation Alexandra David-Néel", l'a accompli à merveille. Durant dix ans, elle devint non seulement sa dame de compagnie, sa femme de chambre mais aussi sa secrétaire et confidente. Merci à elle d'avoir retranscrit ses mémoire et de nous le faire partager et encore une fois, nous ne pouvons que la louer d'avoir accepter que cette histoire soit adaptée en bande-dessinée afin de la rende accessible à un plus grand public ! Un premier tome qui s'avère extrêmement prometteur et que je ne peux donc que vous recommander !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
rabanne
  16 juin 2020
Premier volume d'une série biographique (qui en compte à ce jour quatre). Je l'ai découverte il y a une semaine, mais je n'ai pas été tellement inspirée au sortir de ma lecture. Aujourd'hui, ce n'est pas vraiment mieux, veuillez m'en excuser.

L'iconographie m'a davantage plu que le scénario, pour faire court.
Surtout, c'est la personnalité de l'héroïne qui m'a déstabilisée. Pour une "prêtresse" du zen, malgré son grand âge et tout son riche vécu, je l'ai trouvée tellement caractérielle, voire insupportable. Mais ce fut une grande Dame, fascinante, au demeurant...

(dès 13 ans)
Commenter  J’apprécie          372
Shan_Ze
  25 août 2017
J'ai beaucoup entendu parler d'Alexandra David-Neel mais je n'ai pas encore eu l'occasion de la lire. Un de ses livres m'attend sagement sur les étagères. De passage chez les beaux-parents, posée sur un bureau, il y avait une BD, Une vie avec Alexandra David-Neel. Il fallait absolument que je la lise !
Au début, on fait connaissance avec Marie-Madeleine, une jeune fille qui, en 1959, entre au service d'Alexandra David-Neel, la célèbre auteur et philosophe et restera à des côtés pendant plus de 14 ans. Les deux femmes ont un sacré caractère, aucune ne se laisse marcher sur les pieds.
On alterne passé et présent, moments de plus en plus complices entre elles et des souvenirs d'Alexandra pendant ses voyages. J'ai beaucoup aimé les dessins, surtout ceux, colorés, du passé, qui nous immergeaient complètement dans un autre pays avec les coutumes (et costumes) d'époque. Une petite biographie de la célèbre voyageuse à la fin permet de se faire une idée plus précise sur cette grande femme. A poursuivre bien évidemment avec le tome 2... et un livre de David-Neel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
berni_29
  28 juillet 2018
C'est avec émotion que j'ai découvert cette magnifique BD écrite en deux tomes. Je vais vous en expliquer la raison. En août 1989, j'étais à Katmandou et c'est dans une petite librairie internationale, perdue dans le vieux quartier de la capitale, que j'ai découvert l'existence d'Alexandra David-Néel. Je ne me rappelle plus si c'était au rayon bouddhisme ou au rayon montagne, d'ailleurs je ne me rappelle plus très bien si les livres étaient vraiment classés. Il y régnait une sorte de désordre envoûtant. Je me souviens qu'il y avait aussi dans cette librairie des livres de Frison-Roche, dans leur version originale.
Le temps est passé, près de trente ans plus tard, il y a quelques mois, à la faveur d'un café lecture organisé par la médiathèque de ma commune, autour de quelques BD récentes, j'ai renoué avec cette auteure, poursuivant cette rencontre insolite, mais je dois avouer, presque avec honte, ne rien avoir encore lu d'elle.
Pour celles et ceux qui ne la connaissent pas encore, Alexandra David-Néel est une écrivaine et exploratrice convertie très jeune au bouddhisme, passionnée de philosophie et d'orientalisme, devenue célèbre pour être la première femme occidentale ayant réussi en 1924, l'exploit de pénétrer à Lhassa, capitale du Tibet, à l'époque interdite aux étrangers.
Le récit commence en 1959, lorsque cette femme à l'existence étonnante a déjà quatre-vingt-onze ans. On pourrait donc s'étonner que l'ouvrage commence presque à la fin de sa vie, je dis presque..., puisqu'elle va vivre jusqu'à près de cent un ans. Le récit va justement balayer les dix dernières années de la vie d'Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains, dix ans où Marie-Madeleine Peyronnet, fut la secrétaire particulière de la célèbre exploratrice. Le récit démarre au moment où l'écrivaine la fait entrer à son service. Marie-Madeleine Peyronnet a alors vingt-neuf ans.
Mais c'est à travers les yeux et les mots de Marie-Madeleine Peyronnet, la narratrice, que se déroule l'histoire d'une rencontre où vont être convoqués tous les souvenirs de voyage de l'exploratrice, un peu comme si on déballait les vieilles malles stockées dans le grenier de la grande maison de Digne-les-Bains. La BD alterne avec grâce et originalité entre les témoignages du passé et la relation des deux femmes au quotidien, sous le toit de cette vieille et immense bâtisse appelée Samten Dzong, qui signifie en tibétain : « la forteresse de la méditation ». Les deux auteurs, Fred Campoy, Mathieu Blanchot ont réussi à donner à cette alternance entre passé et présent un éclairage subtil et harmonieux. Et j'ai beaucoup apprécié cette touche complètement décalée qui traite les images du passé avec des couleurs très vives et contrastées alors que les scènes du présent, c'est-à-dire les séquences d'une fin de vie, sont enrobées de sépia, couleur qui, dans la norme, est réservée aux souvenirs. Mais comment rester dans la norme aux côtés d'une femme aussi extraordinaire !
Autant le dire tout de suite, cette rencontre improbable ne fut pas de tout repos durant les premiers jours de la cohabitation. Alexandra David-Néel, personnage érudite et fascinante, avait un caractère bien trempé. « Cette femme est un génie, mais elle est impossible à vivre ! ». C'est une des meilleures amies de l'exploratrice qui l'avoue volontiers, résumant par cette phrase sans doute un peu hâtive la personnalité qui s'en dégage au premier abord.
Mais c'est sans compter sur la personnalité de Marie-Madeleine Peyronnet, qui lasse des reproches que la vieille dame lui lance sans cesse à son encontre, finit par se rebiffer. Il n'en fallait pas plus pour que l'écrivaine, confrontée dans sa vie aventureuse à bien des périls, apprécie à sa juste valeur cet esprit combatif et décide d'adopter sa dame de compagnie de tout son cœur. Dès lors les deux femmes vont se respecter et s'apprécier.
Dans ce lieu clos qu'est Samten Dzong, où grouillent araignées et rats qu'il ne faut surtout pas éradiquer, les deux femmes vont très vite apprendre à se connaître... Une relation insolite, faite de fous rires, de critiques, de colères, mais aussi de tendresse en filigrane, va naître entre ces deux femmes que tout semble opposer. Et c'est dans cette forme d'apprivoisement que les souvenirs les plus intrépides, aux confins des hautes altitudes himalayennes, vont surgir. J'ai vu notamment surgir avec plaisir ce magnifique épisode où elle pratiqua le toumo, suite à l'enseignement d'un lama, consistant à sécher sur son corps un drap trempé dans la rivière, par la seule concentration de son esprit.
Le récit donne la part belle à leur rencontre. D'ailleurs, ce roman graphique est directement adapté du livre de souvenirs écrit par Marie-Madeleine Peyronnet en 1973. Et l'existence exceptionnelle d'Alexandra David-Néel est revisitée ici, à travers la relation fidèle et non moins tumultueuse des deux femmes.
J'ai trouvé cette manière originale de nous faire entrer dans les pas de cette exploratrice hors du commun.
Le récit du premier tome s'achève et nous n'avons qu'une hâte, celle de nous engouffrer dans celui du second tome. Nous restons comme suspendus à un fil haletant et ceux qui ont déjà lu cette BD comprendront ce petit clin d’œil...
À la fin de l'ouvrage, il y a une très belle annexe historique, qui nous parle de « l'intrépide exploratrice du Pays des Neiges », c'est une biographie agrémentée de photos cette fois sépia, que j'ai trouvé particulièrement émouvantes. À défaut de pouvoir retourner prochainement dans cette vieille librairie de Katmandou, je sens un rêve à portée de mains : lire au plus vite des ouvrages de cette femme au destin exceptionnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
missmolko1
  11 février 2017
Extrêmement déçue par cette BD! Je m'attendais à un récit de voyage, une biographie qui aurait pu faire voyager lecteur, en connaître davantage sur des contrées lointaines ou sur le Bouddhisme et au final on passe la plupart du temps avec Alexandra David-Néel quand elle a plus de 90 ans et qu'elle est assez difficile a supporter.

On s'ennuie malgré les 90 pages, et je dois dire que je suis contente qu'il y ai eu un dossier a la fin avec de vraies photos ainsi qu'une biographie car avec uniquement la BD je n'aurai pas appris grand chose sur cette grande dame.

Les dessins relèvent également le manque de scénario et apporte un petit plus mais je ne m'aventurerai pas a lire la suite. Je me contenterai des récits d'Alexandra David-Néel pour en apprendre davantage sur elle.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          251
shmileblik
  14 mars 2017
Originale façon de nous faire découvrir Alexandra David Néel, la première femme Lama
et grande exploratrice du XXième siècle. Non seulement parce que les auteurs nous proposent un récit tout en douceur grâce aux dessins et aux tonalités. Mais aussi parce que la période tibétaine n'est évoquée que par flash-back et que le coeur de l'histoire ne se limite pas aux exploits passés mais s'attarde sur l'attachement qui est en train de se créer entre Alexandra, vieille dame de 91 ans à présent, et Madeleine, son auxiliaire de vie.
Il me tarde de me plonger das le second tome pour découvrir plus en détails le périple d'Alexandra dans l'Himalaya, et les secrets de la maison de digne.
L'annexe historique est un vrai plus et devrait me faire me plonger rapidement dans un des ouvrages de cette grande dame.
Commenter  J’apprécie          230
ghislainemota
  05 août 2020
A la tête de quatre albums portant sur la vie d'Alexandra David-Néel, Campoy et Blanchot produisent un ouvrage documenté sur une femme hors du commun.
L'objectif de cette BD est de valoriser une "dame lama" occidentale qui entre autres exploits fut ,la première à rentrer au Tibet, pays interdit aux étrangers dans les années 1920.
La BD commence par l'ermitage de Lachen au Sikkim où Alexandra médite au bord vertigineux d'une paroi montagneuse. Nous sommes en 1915 et comme le dira Tesson "pour parvenir au sentiment de liberté intérieure, il faut de l'espace à profusion et de la solitude".
Cette méditation mise en mémoire nous ouvre trente quatre ans plus tard la fin de vie de l'aventurière en recherche d'une dame de compagnie.
L'élue sera Marie-Madeleine Peyronnet qui restera une décennie à son chevet.
Dix ans avec une Tatie Danièle orgueilleuse, maniaque et exigeante; un vraie despote qui harcèle son entourage.
Toutefois l'intelligence d'esprit et de coeur d'Alexandra n'échappe pas à Marie-Madeleine qui puisera dans la vie de cette pionnière, des trésors de savoirs orientaux et philosophiques.
C'est à Digne dans la forteresse de la méditation "Samten Dzong" que la vieille femme tourmentera sa protégée mais la philosophe a tellement vécu d'années extraordinaires qu'il faut partager cette expérience féminine exceptionnelle.
On pénètre dans cette vie trépidante un poignard magique entre les mains; en tenue d'Eve, on médite malgré la neige couvert d'un drap mouillé sur les épaules pour finir par un bain dans le Mékong.
Mais l'ancienne cantatrice a des ressources et une détermination farouche. Heureusement sa dame de compagnie canalise les humeurs de sa patronne acariâtre.

C'est un regard sans complaisance que la narratrice jette sur cette figure féminine fascinante.

Cette BD à la ligne nerveuse alterne les planches colorées du passé et le noir et blanc du présent ainsi aucune confusion pour le lecteur.
Le livre 1 se termine par un cahier historique qui précise les diverses étapes de la vie aventurière d'Alexandra en Asie.
Assurément une formidable biographie dont je vais prolonger le plaisir dans les tomes suivants même s'il faut crisser des dents devant ce monstre sacré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
mumuboc
  09 janvier 2020
J'ai découvert par hasard cette bande dessinée, elle était dans un bac au ras du sol (la place manque à la bibliothèque) et c'est la couverture qui a attiré mon regard car j'ai tout de suite su de qui il s'agissait en voyant le visage fermé, austère, le monastère à flanc de montagnes et la neige. Alexandra David-Néel, une personnalité qui m'intrigue, me fascine par ce que je sais de son parcours, sa personnalité...... 

C'est  Marie-Madeleine Peyronnet, sa dame de compagnie (et souffre-douleur) pendant les dix dernières années de la célèbre exploratrice qui évoque sa rencontre avec celle-ci, son installation dans la maison de Digne, Samten dzong (Forteresse de la méditation), leurs conditions de vie (très rudimentaires) et la relation "assez particulière" qu'entretenait les deux femmes, l'apprentissage de leur vie à deux, non sans mal, des habitudes de la dame mais aussi de tous les mystères qui l'entourent.

Les auteurs utilisent deux types de procédés : illustrations colorées pour tout ce qui touche au passé et donc au Tibet et un sépia rosé pour tout ce qui touche le quotidien des deux femmes. On est jamais perdu, on remonte le temps aisément. Ils n'édulcorent rien, tentent de parfaitement les différentes facettes du personnage....

C'est un ouvrage passionnant, drôle mais aussi très instructif, pédagogique pour comprendre et cerner la personnalité de cette femme hors du commun, qui pénétra incognito à Lhassa, rencontra Le Dalai Lama, parcouru le Tibet de long en large, vivant mille aventures, péripéties. 

En mettant en parallèle la femme âgée, acariâtre et son cheminement bouddhiste, le récit permet d'avoir une idée plus précise de son caractère, de la force qui émanait de cette femme, de sa volonté et son déterminisme.

Les illustrations tibétaines sont d'une rare beauté, doucse et se passent bien souvent de texte tellement elles sont le reflet de l'ambiance, de l'état d'esprit, des situations. Pour celles concernant Digne, nous écoutons Marie-Madeleine qui, comme nous, découvre cette femme étonnante et son parcours qui ne l'est pas moins mais aussi la manière qu'elle va peu à peu mettre en oeuvre pour apprivoiser Alexandra et trouver sa place auprès d'elle. 

J'ai beaucoup aimé également le cahier biographique en fin d'album et je vais me précipiter sur le tome 2 (qui est à la bibliothèque) et inciter à l'achat du tome 3...... 

Une très belle découverte, où l'on apprend, voyage et découvre une sacrée personnalité (enfin de je devrais parler au pluriel car pour vivre auprès de Alexandra David-Néel il fallait en avoir !).
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Vexiana
  04 août 2020
D'Alexandra David Neel, je ne connaissais que le nom et le fait qu'elle avait été la première femme occidentale à être entrée à Lhassa.
Je ne savais rien de ses voyages, de ses connaissances ou de sa longévité et cette BD m'aura permis d'en apprendre beaucoup et d'été émerveillée.Quel personnage que cette femme.
Nous faisons ici sa connaissance à travers les yeux de celle qui sera sa secrétaire et son amie pendant les dix dernières années de sa très longue vie.
Le quotidien des deux femmes se mêle à des souvenirs touchants, marquants et extraordinaires de la fameuse tibetologue.
C'est intéressant mais j'espère sincèrement que le second tome(mais pas dernier contrairement à ce qui est annonce à la fin de ce premier opus) approfondira la vie de l'exploratrice et pas seulement le quotidien de Tortue.
Côté dessin, c'est sympathique et efficace.
Commenter  J’apprécie          190


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre