AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818946992
88 pages
Éditeur : Bamboo Edition (29/08/2018)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Le plus grand explorateur du XXe siècle est une femme…

Après la mort d’Alexandra David Néel, Marie-Madeleine, qui l’a assistée et supportée pendant dix longues années, se heurte au manque de moyens. Et des moyens, il lui en faut pour respecter les dernières volontés de l'exploratrice : disperser dans le Gange ses cendres et celles de son fils adoptif, le lama Yongden. Pour offrir ce dernier voyage à Alexandra, Marie-Madeleine va se lancer à corps per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  17 juillet 2019
Étonnante rencontre entre Alexandra David Néel et " l'archiviste " Marie Madeleine Peyronnet...

8 septembre 1969, la première européenne à pénétrer à Lhassa, est partie pour son dernier voyage...
Marie Madeleine la contemple, quand la voix d'Alexandra retentit encore une fois, dans la pièce ( c'est une interview à la radio!)

Marie Madeleine emballe les caisses contenant les cendres de Mme David Néel et du lama Yongden, dans la toile d'une des tentes utilisées au Tibet, pour leur dernier voyage, en Inde.
Il n'y a pas assez d'argent! Alexandra ne lui a rien laissé sauf l'usufruit sur la villa, et le voyage à Bénarès, en Inde, est onéreux en 1969...

Une seule solution: publier la correspondance d'Alexandra pour ses milliers de lecteurs. Mais, en a-t-elle le droit, moralement ? Ce sont des lettres intimes adressées à son mari...
Les pages du voyage de Marie Madeleine sont couleur sépia, alors que les souvenirs d'Alexandra sont en couleurs...
Alexandra est une jeune fille vive et studieuse, puis cette jeune femme qui découvre l'Inde.
L'Inde et ses horreurs:
Une fête "religieuse" devant un temple. Des jeunes filles vêtues de voile et de bijoux, les Dévadâsis, dansent devant des hommes lubriques.
- Pourquoi, c'est indécent ! Cette nuit, ces filles appartiendront à ces hommes. Ainsi le lendemain, les Dévadâsis rapporteront de l'argent fièrement...

Ailleurs, on empêche Alexandra de sauver une autre jeune fille. C'est une veuve, elle doit rejoindre son époux dans le brasier, c'est la tradition! ( Même si on doit la droguer ou la forcer...)
Alexandra patauge dans le sang de milliers d'animaux égorgés, dans un temple, lors de l'adoration de la déesse Kali..

Des enfants estropiés (manchot, cul-de-jatte...) se pressent autour d'Alexandra et demandent la charité.
Non!
- Si vous donnez de l'argent, d'autres seront mutilés, c'est un commerce très lucratif, hélas !
Il ne faut pas l'encourager!
Alexandra s'enfuit!
Les beautés fascinantes de l'Inde millénaire ?
Où est l'Inde rêvée par l'Occident? Les textes sacrés entrevus au musée Guimet ?

Alexandra trouve asile dans un parc de roses, auprès d'un homme nu, un vieux sage: Swami Bhaskarananda.

Auprès de lui, elle écoutera ses enseignements...
"Le langage des mystiques de l'Inde est éminemment poétique. Il n'a pas pour but d'emprisonner l'indicible dans des concepts, mais d'éveiller l'âme à sa propre source ."

Après les sollicitations des boutiquiers dans les souks, des pauvres, et les odeurs des ruelles qui vont du plus capiteux aux plus écœurants, les relents des égouts... Alexandra semble avoir enfin trouvé ce qu'elle cherche en Inde?

Accompagnez Marie Madeleine, c'est elle l'exploratrice cette fois! Elle supporta Alexandra, ( qui ne fut pas tendre avec sa " secrétaire "), près de 10 ans . Marie Madeleine ne toucha jamais de droit d'auteur sur l'édition de la correspondance (qu'elle classa et publia) d'Alexandra David Néel...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
jeunejane
  09 septembre 2018
Fred Campoy et Mathieu Blanchot se basent sur le livre de Marie-Madeleine Peyronnet pour nous livrer le tome 3 de la bande dessinée consacrée à la grande aventurière boudhiste .
Marie-Madeleine, engagée à 29 ans comme secrétaire de la vieille dame têtue et acariâtre mais attachante et intéressante, passera dix ans au service de cette infatigable exploratrice morte à 100 ans en 1969.
Marie-Madeleine lui a promis de rapatrier ses cendres ainsi que celles de son fils adoptif, le lama Yongden à Bénarès puis dans le Gange mais elle n'a pas un sou vaillant pour effectuer le voyage.
Elle décide alors de publier la correspondance d'Alexandra David-Néel. Les droits d'auteur vont à la ville de Digne mais elle en touche quand même une petite partie dont elle économisera sou par sou pour payer son voyage que le scénariste nous raconte dans les images couleur sépia. Il revient sur l'enfance et la jeunesse d'Alexandra mais les planches s'illuminent à ce moment et sont colorées.
C'est un album très complet qui revient sur la base de la croyance d'Alexandra plutôt que sur ses aventures.
Ce qui cadre bien avec la décision d'immerger les cendres.
Je n'ai pas encore lu les deux premiers albums que nous nous procurerons car le grand connaisseur de cette grande dame n'est autre que mon mari qui a lu tous ses livres et nous avons effectué la visite de sa maison en compagnie de Marie-Madeleine Peyronnet comme guide passionnée aux environs de 2004. Il est bien évident que nous nous procurerons les deux premiers tomes même si nous avons déjà celui édité par la maison Glénat, très bien réalisé également mais avec une intention plus didactique et générale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
cicou45
  06 septembre 2018
Troisième et ultime volet de cette série de Fred Campoy et Mathieu Blanchot "Une vie avec Alexandra David-Néel" d'après les mémoires de elle qui fut sa secrétaire particulière pendant dix ans, Marie-Madeleine Peyronnet dite "La tortue".
Alexandra David-Néel s'est éteinte le 8 septembre 1969 et c'est ce qui se passa après, pour Marie-Madeleine Peyonnet, mais aussi avant avec quelques pans de l'histoire d'Alexandra David-Néel qui nous sont contés ici.
Alternant le noir et blanc pour l'histoire présente et la couleur pour les quelques brides d'histoire qu'a connu la grande exploratrice (ce qui peut paraître assez paradoxal ce mélange de couleurs, on aurait plutôt imaginer l'inverse mais je crois qu'à travers cela, les auteurs ont voulu montrer qu'à travers l'immense héritage culturel que nous a léguée cette grande dame, cette dernière est toujours présente), le lecteur le destin de deux grandes dames, ô combien différentes et pourtant...
J'ai d'autant plus été touchée par cette lecture car pas plus tard qu'hier soir, j'assistai à une conférence sur Alexandra David-Néel où il était question d'une partie de sa vie, trop peu méconnue, celle où elle était cantatrice et à voyagé à travers l'Europe et en Indochine. Ici, c'est l'Inde qui la captiva d'abord, espérant qu'elle y trouverait des réponses sur le sens de la vie à travers l'hindouisme mais elle se rendit vit compte que ce n'est pas là ce qu'elle attendait et son coeur s'envola aussitôt vers le Tibet et le bouddhisme. L'on assiste également dans cet ouvrage à ce que fut le dernier grand voyage d'Alexandra mais je ne vous en dirai pas plus à ce sujet car celui-ci est de ceux que l'on ne pourra jamais raconter...
Un troisième tome à la hauteur des deux premiers, richement recherché et extrêmement bien travaillé du point de vue graphisme, pour ma plus grande joie et celle des lecteurs ! Bref, un ouvrage que je ne peux donc que vous inciter à découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
ghislainemota
  08 août 2020
Vivre pleinement sa vie jusqu'à l'extinction est le destin de l'imperturbable Alexandra David- Néel.
L'orientaliste a rejoint un autre monde après ses voyages en Asie et les rencontres de grands esprits du bouddhisme.
A 43 ans elle foule Ceylan. Mais quel désenchantement devant les idolâtries grossières étalées aux yeux des touristes.De qui se moque-on? En tout cas pas d'Alexandra qui reconnait que tout est apparence et tromperie. Déçue mais pas longtemps Bénarès lui offre à la vue un parc de roses d'où jaillit une rencontre déterminante.Un saddhu "vêtu de quatre points cardinaux" Swami Bhaskarananda lui propose d'écouter ses enseignements.
Et puis quand un brahmane l'interpelle dans le train, elle participera aux débats religieux avec d'autres disciples permettant ainsi à la voyageuse d'approfondir ses connaissances.
Et tout comme son mentor, Marie-Madeleine Peyronnet ne renonce pas à exaucer les dernières volontés de l'exploratrice.
Trois années de sacrifice financier pour jeter les cendres d'Alexandra et de son fils Yongden dans les eaux du Gange.
Un dernier pied de nez de la morte est lancé à Marie-Madeleine: les deux boites funéraires sont jetées à l'eau après une tentative de vol involontaire et l'éclatement des boites pour éparpiller les cendres. On ne se débarrasse pas si facilement d'Alexandra!
Après un tome 2 où les émotions étaient palpables, ici on explore l'enfance solitaire et les voyages en Inde de la dame de Digne à travers les écrits de sa protégée.
Une BD bien documentée aux décors soignés et aux portraits criant de vérité. Ce livre 3 m'a davantage fasciné par le coté légèrement mystique qui s'en dégage. Je vais donc bientôt finir cette biographie en me penchant sur le dernier livre de la série.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
mumuboc
  14 février 2020
Dans ce dernier opus Marie-Madeleine accompagne les cendres d' Alexandra et de son fils adoptif Yongden afin que celles-ci soient dispersées dans le Gange. Nous la suivons dans la découverte de l'Inde dont elle a tant entendu parlé par l'aventurière mais c'est également un voyage dans le temps pour retrouver Alexandra elle-même dans ses propres voyages en 1894 et 1911. Chacune ses observations, ses ressentis et peu à peu Marie-Madeleine va comprendre ce qui animait cette femme au parcours exceptionnel, au caractère indomptable et va trouver un sens à donner à ses souvenirs.
Comme pour les deux autres tomes, ce troisième volume est un petit bijou à la fois visuel mais aussi par son contenu, les informations fournies, les regards lucides et parfois humoristiques d'un pays, d'une femme et je dirai même de deux femmes car Marie-Madeleine est également une femme tout à fait passionnante. Comme on le dit souvent qu'importe le but c'est le chemin qui compte....
J'ai beaucoup appris même si je connaissais un peu de la vie de l'exploratrice, aux multiples facettes : avant-gardiste, libre, volontaire, lucide, indépendante et j'ai en plus voyagé dans ce Tibet lointain, inaccessible pour beaucoup et mystérieux.
Malgré l'alternance des temporalités heureusement identifiables par les couleurs, l'abondance de textes nécessaires pour suivre le cheminement de ce parcours hors norme, on plonge dans ce voyage initiatique passionnant, respectueux des personnages, de leurs réalités et de leurs histoires, permettant de remettre sur le devant de la scène cette femme, quoiqu'on en pense, exceptionnelle, avec certes une personnalité assez "particulière" mais que j'ai trouvé malgré tout attachante sous des dehors revêches. Mais ne fallait-il pas avoir une telle carapace pour vivre et obtenir tout ce qu'elle a voulu faire et voir.....
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184


critiques presse (2)
Sceneario   09 octobre 2018
Une nouvelle fois, Blanchot et Campoy nous émerveillent par leur talent, c'est fabuleux ! Les paysages invitent au voyage.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   04 septembre 2018
Comme précédemment, le ton de l'album mélange tendresse, humour et respect, mais n'hésite pas à se faire plus léger, contribuant ainsi à renforcer l'impression d'un récit d'aventures et dynamisant le genre biographique.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   09 septembre 2018
Apprends à connaître des choses qui t'environnent, à te connaître toi-même et la connaissance te fera libre et heureux.
Alexandra étudie avec passion et acharnement cette philosophie et fait la promesse qu'un jour, elle partira en Asie, sur les pas de Boudha...
Commenter  J’apprécie          290
cicou45cicou45   06 septembre 2018
"Nous errons sans fin dans un monde d'illusions régi par le vide, ce que nous percevons n'est pas la réalité, mais une construction mentale qui donne corps aux délires de notre esprit avide de sensations..."
Commenter  J’apprécie          180
ghislainemotaghislainemota   08 août 2020
Le langage des mystiques de l'Inde est éminemment poétique...
Il n'a pas pour vocation de dire comment est le monde, mais de s'émerveiller sur le fait qu'il"soit".
Il n'a pas pour but d'emprisonner l'indicible dans des concepts, mais d'éveiller l'âme à sa propre source.
Commenter  J’apprécie          90
jeunejanejeunejane   09 septembre 2018
Je l'ai remercié du fond du cœur, puis me suis retrouvée devant un petit tas de cendres, un kilo tout au plus, d'où émergeaient trois ou quatre bouts d'os ! Grand sujet de méditation...
Le préposé a dit...
- C'est un morceau de colonne vertébrale et deux morceaux de crâne !
Alexandra avait le crâne tellement dur que même le feu n'avait pas eu raison de lui !
- Vous voulez le conserver ?
- Je peux ?
...
Très bien, je le garde ! Ce sera ma part d'héritage...Et ma toute première relique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cicou45cicou45   06 septembre 2018
"Comme les autres, il faut respecter les usages, adopter les manières d'être et même....celles de penser. Elle commence à comprendre que cette "vie de troupeau", de conditionnement, c'est la prison, peut-être même l'enfer."
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Frédéric Campoy (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Campoy
La chronique de Jean-Edgar Casel - Une vie avec Alexandra David-Neel
autres livres classés : tibetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre