AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207021219X
Éditeur : Gallimard (03/05/1962)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Bien qu'ils avaient pour but d'être un instrument de travail, les carnets d'Albert Camus se rapprochent d'un journal intime. Il y évoque son environnement mais aussi la genèse de ses oeuvres et des projets qui n'ont jamais abouti.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Levant
  21 juillet 2018
Les Carnets de Camus, expression d'éditeur quand l'auteur lui-même parlait de ses cahiers. Des pensées couchées sur le papier, sans cohérence de l'une à l'autre, pour un avenir indéterminé : prémices de futurs ouvrages ou simple besoin de matérialisation de réflexions faites à soi-même, mais surement pas édition en l'état. le Prix Nobel de littérature 1957 aurait pu le prendre pour de l'impudeur, voire la profanation de son intimité. Mais a contrario se serait-il peut-être aussi plu à ce surcroît de sincérité lancé à la face de la "désastreuse société intellectuelle" dont il déplorait l'immoralité ?
Les Carnets de Camus, en tout cas la mine d'un trésor inexploité par son auteur puisque le destin a choisi de mettre un terme, à 47 ans, à l'oeuvre de l'humaniste épris de justice sur la route dans la région de Fontainebleau.
Des carnets qui nous permettent en tout cas de mieux connaître la pensée du philosophe "solitaire et solidaire".
Commenter  J’apprécie          180
Givry
  04 octobre 2018
Les carnets commencent en mai 1935, Camus est âgé de vingt et un an.
Ce qui frappe tout de suite, c'est sa maturité. Il a un recul incroyable et une plume magique pour synthétiser en une ou deux phrases une pensée fugace.
Camus était un homme très libre, dans ses mouvements, ses choix. Il prend le temps de contempler le soleil du soir dans la mer, d'observer la courbe du corps des femmes qui l'excitent. Ce n'est jamais vulgaire. Il les aime d'une façon désuète, regarde leurs corps et les commente, comme des oeuvres d'art, avec beaucoup d'amour.
Ces notes prises au fil de ses pensées sont des ressentis, des idées pour ses histoires, des sensations, des émotions de lecture.
Certaines phrases sont de purs bijoux, justes, allant droit au coeur.
Je n'imagine pas comment il pouvait être dans la vie courante mais toutes ces richesses intérieures devaient l'occuper beaucoup et il avait sans doute besoin d'être seul pour laisser tout ce flot de pensées s'écouler en lui.
C'est très touchant et étonnant de lire la pensée d'un homme qui savait si bien les transcrire.
Lien : http://objectif-livre.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   07 mars 2014
Janvier-février 1942

Le français a gardé l'habitude et les traditions de la révolution. Il ne lui manque que l'estomac: il est devenu fonctionnaire, petit bourgeois et midinette. Le coup de génie est d'en avoir fait un révolutionnaire légal. Il conspire avec l'autorisation officielle. Il refait le monde sans lever le cul de son fauteuil. (p,13)
Commenter  J’apprécie          210
PetitebijouPetitebijou   11 juin 2011
Août 37
Chaque fois que j'entends un discours politique ou que je lis ceux qui nous dirigent, je suis effrayé depuis des année de n'entendre rien qui rende un son humain. Ce sont toujours les mêmes mots qui disent les mêmes mensonges. Et que les hommes s'en accommodent, que la colère du peuple n'ait pas encore brisé les fantoches, j'y vois la preuve que les hommes n'accordent aucune importance à leur gouvernement et qu'ils jouent, vraiment oui, qu'ils jouent avec toute une partie de leur vie et de leurs intérêts soi-disant vitaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
zenzibarzenzibar   28 septembre 2015
Pour une psychologie généreuse.

On aide plus un être en lui donnant de lui-même une image favorable qu'en le mettant sans cesse en face de ses défauts.
Chaque être normalement s'efforce de ressembler à sa meilleure image. Peut s'étendre à la pédagogie, à l'histoire, à la philosophie, à la politique.

Nous sommes par exemple le résultat de vingt siècles d'imagerie chrétienne. Depuis 2 ooo ans, l'homme s'est vu présenter une image humiliée de
lui-même. Le résultat est là. Qui peut dire en tout cas ce que nous serions si ces vingt siècles avaient vu persbérer l'idéal antique avec sa belle figure humaine?

(Carnets II janvier 1942-mars 1951)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
oranoran   12 juin 2016
Carnets III
De l'encre des prisons
sur les chaînes de l'esclave
au doux visage des fusillés
j'écris ton nom
Liberté *

Tes jambages sont des barreaux
ton visage est un verrou
fraternel aux bourreaux
Sur les ordres des guichets
J'écris ton nom
Liberté

Liberté, liberté trahie
Où sont tes défenseurs ?
Dans la nuit des caves
Tes doux yeux ont crépité
J'écris ton nom
Kalande meurt

Facile est écrire
terrible est mourir
J'écris, j'écris
J'écris ton nom adultère
Sur le tien qui désespère

Oh! Qu'as -tu fait de ma jeune
Kalande ? On meurt nu
Quand vos frères vous tuent
J'écris ton nom sonore
D'une encre qui déshonore

* Ce poème est une réplique, sur le ton de la dérision, car la liberté a été trahie, au célèbre poème d'Eluard Liberté. Le dernier vers, "en capitales de douleur" souligne l'intention de faire référence à Eluard, puisque Capitale de la douleur est le titre d'un recueil de l'époque surréaliste du poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PetitebijouPetitebijou   11 juin 2011
17 octobre 1937
Dans les chemins autour de Blida, la nuit comme un lait et une douceur, avec sa grâce et sa méditation. Le matin sur la montagne avec sa chevelure rase ébouriffée de colchiques - les sources glacées - l'ombre et le soleil - mon corps qui consent puis refuse. L'effort concentré de la marche, l'air dans les poumons comme un fer rouge ou un rasoir effilé - tout entier dans cette application et ce surpassement qui s'efforcent à triompher de la pente - comme une connaissance de soi par le corps. Le corps, vrai chemin de la culture, il nous montre nos limites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Videos de Albert Camus (129) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Camus
Albert Camus – Le premier homme (2/2)
autres livres classés : carnetsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur l´Etranger par Albert Camus

L´Etranger s´ouvre sur cet incipit célèbre : "Aujourd´hui maman est morte...

Et je n´ai pas versé de larmes
Un testament sans héritage
Tant pis
Ou peut-être hier je ne sais pas

9 questions
3323 lecteurs ont répondu
Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur ce livre