AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072741688
Éditeur : Gallimard (19/10/2017)

Note moyenne : 4.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Ce volume réunit les trente-quatre textes connus des prises de paroles publiques d'Albert Camus, s'achevant sur la transcription inédite de son allocution au dîner de l'Algérienne, le 13 novembre 1958 à Paris. D'une conférence à l'autre, l'écrivain diagnostique une "crise de l'homme", s'attache à redonner voix et dignité à ceux qui en ont été privés par un demi-siècle de bruit et de fureur. C'est bien de civilisation qu'il s'agit ici. Pour Albert Camus, il y a un mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
oran
  25 octobre 2017
Cette édition de poche regroupe 34 prises de parole publiques de Camus : Discours (Développement oratoire public , sur un sujet déterminé, en particulier lors d'une occasion solennelle, par un orateur – Larousse) ou conférences (Exposé fait devant un public et portant sur des sujets d'ordre littéraire, artistique, scientifique – Larousse) tenues entre 1937 ( discours du 8 février 1937 prononcé lors de l'inauguration de la Maison de la culture d'Alger) et 1958 (conférence à l'Algérienne, association réunissant les Algériens vivant à Paris, sans distinction d ‘origine ou de confession, autour de débats ou de dîners, en présence d'une personnalité politique, littéraire…)
Ces textes, comme toute son oeuvre, reflètent les engagements d'un homme, Camus.
Un livre à tenir ouvert, à lire sans modération car tout est sujet à réflexion, à méditation et tellement d'actualité.
Commenter  J’apprécie          251
PaulineDN
  17 janvier 2019
Le meilleur de Camus. A lire.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
oranoran   19 mai 2018
Le temps est meurtrier
L‘ Europe, aujourd’hui, est dans le malheur. Quel est ce malheur ? A première vue, il se définit simplement : on y a beaucoup tué ces dernières années et quelques-uns prévoient même qu’on tuera encore. Un si grand nombre de morts finit par alourdir l’atmosphère. Naturellement, ce n’est pas nouveau. L’histoire officielle a toujours été l’histoire des grands meurtriers. Et ce n’est pas d’aujourd’hui que Caïn tue Abel ! Mais c’est d’aujourd’hui que Caïn tue Abel au nom de la logique et réclame ensuite la Légion d’honneur. Je prendrai un exemple pour me faire mieux comprendre.
Pendant les grèves de 1947, les journaux annoncèrent que le bourreau de Paris cesserait aussi son travail. On n’a pas assez remarqué, à mon sens, cette décision de notre compatriote. Ses revendications étaient nettes. Il demandait naturellement une prime pour chaque exécution, ce qui est dans la règle de toute entreprise. Mais, surtout, il réclamait avec force le statut de chef de bureau. Il voulait en effet recevoir de l’Etat, qu’il avait conscience de bien servir, la seule consécration, le seul honneur tangible qu’une nation moderne puisse offrir à ses bons serviteurs, je veux dire, un statut administratif. Ainsi s’éteignait, sous le poids de l’histoire, une de nos dernières professions libérales. Car c’est bien sous le poids de l’histoire, en effet. Dans les temps barbares, une auréole terrible tenait à l’écart du monde le bourreau. Il était celui qui, par métier, attente au mystère de la vie et de la chair. Il était et il se savait un objet d’horreur. Et cette horreur consacrait en même temps le prix de la vie humaine. Aujourd’hui, il est seulement un objet de pudeur. Et je trouve, dans ces conditions, qu’il a raison de ne plus vouloir être le parent pauvre qu’on garde à la cuisine parce qu’il n’a pas les ongles nets. Dans une civilisation où le meurtre et la violence sont déjà des doctrines et sont en passe de devenir des institutions, les bourreaux ont tout à fait le droit d’entrer dans les cadres administratifs. Et, à vrai dire, le bourreau de Paris avait raison, nous autres Français sommes un peu en retard. Un peu partout dans le monde, les exécuteurs sont déjà installés dans les fauteuils ministériels. Ils ont seulement remplacé la hache par le tampon à encre. (
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
oranoran   25 octobre 2017
Avant-propos
Pour Albert Camus il y a un métier d'homme, qui consiste à s'opposer au malheur du monde afin d'en diminuer l'intensité, dans les limites propres à chaque individu. Son autorité d'intellectuel, son parcours singulier donnent à sa parole une audience particulière, dans un monde qui s'est déjà globalisé - en particulier sous l'effet des totalitarismes et des impérialismes. Albert Camus ne limite pas ses engagements aux frontières nationales : l'Europe est au cœur de ses préoccupations, voire de son indignation lorsqu'elle est celle de Franco et que l'on ne s'en offusque pas. Et Albert Camus monte à la tribune quand des frères d'Europe de l'Est sont soumis à l'oppression d'un totalitarisme fou, brisant toutes libertés dans le plus total irrespect de la personne humaine et de la justice.
Plus que de culture, c'est de civilisation qu'il s'agit et du sentiment fraternel qui unit les hommes en lutte contre leur destin. Il se dessine par là une morale pour soi-même : ce métier d'homme est un apprentissage, une discipline, qui se joue au quotidien et toutes la vie durant ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
oranoran   05 mars 2018
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. Héritière d'une histoire corrompue où se mêlent les révolutions déchues, les techniques devenues folles, les dieux morts et les idéologies exténuées, où de médiocres pouvoirs peuvent aujourd'hui tout détruire mais ne savent plus convaincre, où l'intelligence s'est abaissée jusqu'à se faire la servante de la haine et de l'oppression, cette génération a dû, en elle-même et autour d'elle, restaurer à partir de ses seules négations un peu de ce qui fait la dignité de vivre et de mourir.

Discours de Stockholm 10 décembre 1957
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
oranoran   25 octobre 2017
Ce que je dois à l'Espagne 1958
... Les exilés espagnols se sont battus pendant des années et puis ils ont accepté fièrement la douleur interminable de l'exil. Moi, j'ai seulement écrit qu'ils avaient raison. Et pour cela seulement, j'ai reçu depuis des années, et ce soir encore dans les regards que je rencontre, la fidèle, la loyale amitié espagnole, qui m'a aidé à vivre. Cette amitié-là, bien qu'elle soit en partie imméritée, est la fierté de ma vie. Elle est, à vrai dire, la seule récompense que je puisse désirer. Et je voudrais vous en remercier, vous et beaucoup d'autres en même temps, d'avoir si longtemps nourri en moi une faim que les hommes n'avouent pas facilement et que je n'ai pas besoin de nommer ce soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oranoran   25 octobre 2017
Je dois à l'Algérie non seulement mes leçons de bonheur mais aussi, et ce ne sont pas les moindres dans une vie d'homme, mes leçons de souffrance et de malheur. Ces leçons sont devenues un peu lourdes depuis quelques temps mais, enfin , elles sont là. Il s'agissait de les accepter et je ne suis pas sûr que dans la terrible tragédie où se trouve plonger notre terre commune, il n'y ait pas non seulement une raison d'espérer, mais peut-être aussi pour nous tous, Arabes et Français, une raison de progresser dans une démarche commune vers ce qu'on peut appeler la vérité. (Conférence à l'Algérienne 1958)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Albert Camus (130) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Camus
Maria Santos-Sainz vous présente son ouvrage "Albert Camus, journaliste : reporter à Alger, éditorialiste à Paris" aux éditions Apogée. Entretien avec Christophe Lucet de Sud Ouest.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2328213/albert-camus-albert-camus-journaliste-reporter-a-alger-editorialiste-a-paris
Note de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : constatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur l´Etranger par Albert Camus

L´Etranger s´ouvre sur cet incipit célèbre : "Aujourd´hui maman est morte...

Et je n´ai pas versé de larmes
Un testament sans héritage
Tant pis
Ou peut-être hier je ne sais pas

9 questions
3383 lecteurs ont répondu
Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur ce livre