AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Noces (254)

fredho
fredho   28 janvier 2016
Si je devais mourir, entouré de montagnes froides, ignoré du monde, renié par les miens, à bout de forces enfin, la mer, au dernier moment, emplirait ma cellule, viendrait me soutenir au-dessus de moi-même et m’aider à mourir sans haine.
Commenter  J’apprécie          130
Pingouin
Pingouin   03 septembre 2012
J'admirais, j'admire ce lien qui, au monde, unit l'homme, ce double reflet dans lequel mon cœur peut intervenir et dicter son bonheur jusqu'à une limite précise où le monde peut alors l'achever ou le détruire. Florence ! Un des seuls lieux d'Europe où j'ai compris qu'au cœur de ma révolte dormait un consentement. Dans son ciel mêlé de larmes et de soleil, j'apprenais à consentir à la terre et à brûler dans la flamme sombre de ses fêtes. J'éprouvais... mais quel mot ? quelle démesure ? comment consacrer l'accord de l'amour et de la révolte ? La terre ! Dans ce grand temple déserté par les dieux, toutes mes idoles ont des pieds d'argile.
Commenter  J’apprécie          130
PhilippeMaurice
PhilippeMaurice   21 juillet 2012
Que signifie Prométhée pour l'homme d'aujourd'hui ? On pourrait dire sans doute que ce révolté dressé contre les dieux est le modèle de l'homme contemporain et que cette protestation élevée, il y a des milliers d'années, dans les déserts de la Scythie, s'achève aujourd'hui dans une convulsion historique qui n'a pas son égale. Mais, en même temps, quelque chose nous dit que ce persécuté continue de l'être parmi nous et que nous sommes encore sourds au grand cri de la révolte humaine dont il donne le signal solitaire. [...]
Le héros enchaîné maintient dans la foudre et le tonnerre divins sa foi tranquille en l'homme. C'est ainsi qu'il est plus dur que son rocher et plus patient que son vautour. Mieux que la révolte contre les dieux, c'est cette longue obstination qui a du sens pour nous. Et cette admirable volonté de ne rien séparer ni exclure qui a toujours réconcilié et réconciliera encore le coeur douloureux des hommes et les printemps du monde.
(Prométhée aux Enfers, 1946)
Commenter  J’apprécie          130
chartel
chartel   21 août 2010
Non, ce n’était pas moi qui comptais, ni le monde, mais seulement l’accord et le silence qui de lui à moi faisait naître l’amour. Amour que je n’avais pas la faiblesse de revendiquer pour moi seul, conscient et orgueilleux de le partager avec toute une race, née du soleil et de la mer, vivante et savoureuse, qui puise sa grandeur dans sa simplicité et debout sur les plages, adresse son sourire complice au sourire éclatant de ses ciels.
Commenter  J’apprécie          130
aouatef79
aouatef79   30 mai 2017
Non, ce n' était pas moi qui comptais, ni le monde, mais seulement l' accord
et le silence qui de lui à moi faisait naître l' amour . Amour que je n' avais pas
la faiblesse de revendiquer pour moi seul, conscient et orgueilleux de le
partager avec toute une race, née du soleil et de la mer,vivante et savoureuse,
qui puise sa grandeur dans sa simplicité et debout sur les plages , adresse son
sourire complice au sourire éclatant de ses ciels .
Commenter  J’apprécie          120
medelhedisam
medelhedisam   28 mai 2017
Dans cette abondance et cette profusion, la vie prend la courbe des grandes passions, soudaines, exigeantes, généreuses.
Commenter  J’apprécie          120
Chouchane
Chouchane   09 août 2012
De la boite de Pandore où grouillaient les mots de l'humanité, les Grecs firent sortir l'espoir après tous les autres, comme le plus terrible des mots. Je ne connais pas de symbole plus émouvant. Car l'espoir au contraire de ce qu'on croit équivaut à la résignation. Et vivre, c'est ne pas se résigner.
Commenter  J’apprécie          120
ster
ster   23 mai 2011
Il y a un temps pour vivre et un temps pour créer, ce qui est moins naturel. Il me suffit de vivre de tout mon corps et de témoigner de tout mon cœur. Vivre Tipasia, témoigner et l’œuvre d'art viendra ensuite.
Commenter  J’apprécie          120
Petitebijou
Petitebijou   18 avril 2011
J'ai grandi dans la mer et la pauvreté m'a été fastueuse, puis j'ai perdu la mer, tous les luxes alors m'ont paru gris, la misère intolérable. Depuis, j'attends. J'attends les navires du retour, la maison des eaux, le jour limpide. Je patiente, je suis poli de toutes mes forces. On me voit passer dans de belles rues savantes, j'admire les paysages, j'applaudis comme tout le monde, je donne la main, ce n'est pas moi qui parle. On me loue, je rêve un peu, on m'offense, je m'étonne à peine. Puis j'oublie et souris à qui m'outrage, ou je salue trop courtoisement celui que j'aime. Que faire si je n'ai de mémoire que pour une seule image ? On me somme enfin de dire qui je suis. "Rien encore, rien encore..."
Commenter  J’apprécie          110
chartel
chartel   21 août 2010
Il y a seulement de la malchance à n’être pas aimé : il y a du malheur à ne point aimer.
Commenter  J’apprécie          110




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





    Quiz Voir plus

    Quiz sur l´Etranger par Albert Camus

    L´Etranger s´ouvre sur cet incipit célèbre : "Aujourd´hui maman est morte...

    Et je n´ai pas versé de larmes
    Un testament sans héritage
    Tant pis
    Ou peut-être hier je ne sais pas

    9 questions
    3064 lecteurs ont répondu
    Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur ce livre