AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Armel Guerne (Autre)
EAN : 9782226006073
368 pages
Éditeur : Albin Michel (08/03/1978)
3.71/5   7 notes
Résumé :
Le Territoire de l'homme ou le Journal intime (1942-1972) d'un écrivain, l'un des plus grands de la littérature de langue allemande du XXè siècle.
Elias Canetti y égrène ses réflexions sur la politique, la poésie, les religions, les animaux et l'Histoire... Plaisir magique du conteur ! Voici des portraits d'écrivains (Montaigne, Kafka, Stendhal, Swift, De Maistre, Hobbes, Céline, etc.), des commentaires littéraires, des définitions, des anecdotes, des faits d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
JAsensio
  02 septembre 2016
C'est peut-être lorsqu'il mentionne directement son plus grand labeur, Masse et Puissance, que nous pénétrons réellement dans le Territoire de l'homme, le Journal consignant ses belles réflexions plus que ses tracas quotidiens qu'Elias Canetti tint des années 1942 à 1972 (1). Précédant le Coeur secret de l'horloge (1973-1985) et suivant les trois premiers volumes que sont La Langue sauvée (1905-1921), le Flambeau dans l'oreille (1921-1931) et enfin Jeux de regard (1931-1937) (2), le Territoire de l'homme surprend par la fragmentation progressive de ce que Canetti nomme ses réflexions, qui peuvent s'étendre sur plusieurs pages, lorsque par exemple il évoque des auteurs qu'il considère comme ses ennemis (tels Hobbes et Joseph de Maistre) ou ne pas dépasser quelques mots. Cette fragmentation est une réalité pour l'année 1959, où il remarque, sobrement, qu'il a envoyé le manuscrit de Masse et Puissance à Hambourg pour y être édité, ajoutant, tout aussi sobrement, que l'idée de l'ouvrage remonte à 34 ans, en 1925, précisant encore son souvenir, lequel, puisqu'il évoque Walter Rathenau, ne peut que nous faire songer à Ernst von Salomon : «Mais la source véritable est plus ancienne : elle date d'une manifestation d'ouvriers qui eut lieu à Francfort à l'occasion de la mort de Rathenau. J'avais alors dix-sept ans» (p. 273).
Lien : http://www.juanasensio.com/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   01 novembre 2013
Chaque homme à besoin d'une sphère légitime de répression où il lui soit loisible de mépriser, de dédaigner, et d'exalter son orgueil par-delà les mer. Le choix de cette sphère - il a lieu très tôt généralement - est très probablement l'évènement majeur de l'existence. Un éducateur, ici, peut réellement servir à quelque chose : il doit attendre longtemps, faire preuve d'une sympathie prudente et, lorsqu'il a trouvé ce qui est bon, délimiter vigoureusement cette sphère. Ce qui importe justement, ce sont ces limites. Il faut qu'elles soient puissantes et en mesure de résister à toute attaque, car elles doivent protéger tout le reste de la personnalité des convoitises rapaces de l'orgueil. Il ne suffit pas qu'un tel se dise : Je suis un grand peintre", il faut qu'il ressente qu'en dehors de cela il est très peu de chose et bien moins que beaucoup d'autres. La sphère de l'orgueil lui-même doit être spacieuse et aérée. Ses sujets ont intérêt à vivre à distance les uns des autres, largement répartis à l'extérieur. Ce n'est qu'en de rares et particulières occasions qu'on leur laisse sentir qu'ils sont des sujets. Ce qui compte uniquement, c'est que chacun porte en soi la boule de verre et en protège l'air raréfié. On respire bien dans la sphère, paisiblement aussi, puisque l'air est pur et qu'on y est seul. Il n'y a que les fripons et les déments pour désirer qu'elle s'accroisse jusqu'à devenir une prison pour tous. Le sage la surveille, afin qu'il puisse toujours la prendre en main ; et s'il lui permet, pour s'amuser, de se dilater et de grandir un peu, il n'oublie jamais qu'elle doit se rapetisser à nouveau et se retrouver dans sa main avant qu'il ne s'en détourne pour s'occuper de choses plus ordinaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   04 mai 2015
La Terre abandonnée, surchargée de lettres de l’alphabet, étouffée sous les connaissances et plus aucune oreille qui soit à l’écoute dans le froid.
Commenter  J’apprécie          190
hupomnematahupomnemata   04 novembre 2013
Il y a longtemps que je pressentais l'importance de Hobbes. Déjà avant que de le bien connaître, je lui consacrais un éloge en moi-même. Et maintenant que je me suis occupé sérieusement de léviathan, je sais que ce livre est à compter dans ceux de ma "bible idéale", c'est-à-dire dans la collection des livres les plus importants, parmi lesquels, bien entendu, ceux de mes ennemis tiennent une place de choix. Ce sont ces livres-là qui aiguisent l'esprit, alors qu'on l'affadit avec les autres, déjà vidés de leur substance depuis le temps qu'on s'y allaite et s'en nourrit. Ce que je sais à coup sûr, c'est que la politique d'Aristote ni Le prince de Machiavel, ni non plus Du contrat social de Rousseau ne font partie de cette "Bible".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
hupomnematahupomnemata   28 octobre 2013
Être sage, c'est maintenir l'équilibre entre le savoir et le non-savoir. Il ne faut pas que le savoir appauvrisse son contraire. A chaque réponse donnée, qu'une question, même sans aucun rapport, surgisse donc de son sommeil, et que celui qui est le plus abondant en réponses soit également le plus riche en questions.
Le sage saura demeurer un enfant tout au long de sa vie. Il n'oubliera pas que les réponses, quand elles sont seules, dessèchent le sol et le souffle. Le savoir est une arme pour le pouvoir, pour les puissants, et il n'est rien que le sage méprise autant que les armes. Son désir d'aimer plus d'hommes encore qu'il n'en connaît ne le fait pas rougir, et jamais il ne s'isolera orgueilleusement des autres sous prétexte qu'il ne sait rien d'eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hupomnematahupomnemata   06 novembre 2013
Ce qu'elles m'ont appris est inépuisable ; mais j'ai parfois l'impression de n'être exposé à l'immense force de leur rayonnement dans le but précis de me prouver combien peu je suis moi-même. Elles me contraignent à faire moi-même peu de choses ; car pour celui qui les connaît rien n'est créateur, tout existant déjà chez elles. L'homme a commencé comme poète, qu'elle qu'ait été cette époque ; et depuis, comme poète, il n'a cessé de s'amoindrir.
On ne s'évalue qu'en se comparant à ses contemporains. Celui qui les ignorent ne veut pas prendre sa mesure. Il est possible que je cherche à éviter toute compétition ; elle pourrait fausser ce qui représente pour moi l'essentiel. Mais il est vraisemblable aussi que j'ai trop, et fondamentalement, dévié vers une origine grandiose où chacun disparaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Elias Canetti (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elias Canetti
http://le-semaphore.blogspot.fr/2014/.... Elias Canetti (1905-1994), l’éveilleur d’un futur antérieur : Une vie, une œuvre (1998 / France Culture). Émission “Une vie, une œuvre” diffusée sur France Culture le 19 novembre 1998. Par Catherine Paoletti. Réalisation : Anna Szmuc. Enregistrement et mixage : Marie-Dominique Bougaud, Philippe Bredin et Dimitri Gronoff. Elias Canetti, né à Roussé ( en Bulgarie le 25 juillet 1905 et mort le 14 août 1994 à Zurich en Suisse, est un écrivain d'expression allemande, originaire de Bulgarie, devenu citoyen britannique en 1952 et qui a longtemps résidé en Suisse. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1981. Canetti est souvent associé à la littérature autrichienne mais il couvre une perspective plus large. Son œuvre a défendu une idée pluraliste de la culture européenne dans sa richesse et sa diversité, liée à un parcours de vie singulier. Il est l'auteur d'analyses de grande envergure sur le XXème siècle et de réflexions détaillées sur les mécanismes humains et les modes de fonctionnement psycho-sociaux. Son œuvre est composée de pièces de théâtre, d'un unique roman, d’essais, de recueils d’aphorismes et d'une autobiographie en quatre volumes. Entre 1924 et 1929, il vit à Vienne où il étudie la chimie et est bientôt reçu docteur. Pendant cette période, il entreprend de nombreux voyages à travers l’Europe, notamment à Paris, en Bulgarie et à Berlin… C’est également pendant cette époque charnière de l’histoire, où l’on peut entendre les premiers bruits de bottes en Allemagne, qu’il développe de façon autodidacte ses connaissances puis ses théories artistiques en participant à des rencontres d’intellectuels - des salons - et aussi en travaillant sur ses premières idées littéraires. Canetti fera la connaissance de Karl Kraus, un intellectuel polémiste, fondateur de la revue “Die Fackel” (“Le Flambeau”), qui aura une influence majeure sur lui. Il rencontre peu après sa future femme : Venetiana (dite Veza) Taubner-Calderon. Pour subvenir à ses besoins et pour écrire, il traduit en allemand plusieurs livres de l’anglais. Toutes ses activités le happent et le poussent à délaisser la chimie et son enseignement. En effet, il va entre autres fréquenter les réunions qui s’organisent autour d’Alma Mahler, la veuve du compositeur Gustav Mahler, et entamer la rédaction de son roman “Die Blendung” (“Auto-da-fé”) ainsi que d'œuvres théâtrales. Il rencontrera des personnalités du monde de la culture comme Bertolt Brecht, George Grosz, Alban Berg, Robert Musil… Le 15 juillet 2927, un événement marque à jamais sa vie et son œuvre : une manifestation populaire qui tourne à l’incendie du palais de justice de Vienne. Cela provoque en lui le désir d’analyser et de comprendre le rapport entre les comportements de masse et le pouvoir. Il étudie alors cette problématique centrale de l’histoire du XXème siècle jusqu’en 1960, date de la publication de l’œuvre majeure de sa vie, “Masse und Macht” (“Masse et puissance”), presque exclusivement consacrée à cette phénoménologie des masses ainsi qu'à l'illustration de toutes les manifestations du pouvoir politique : « Il se peut que toute la substance du 15 juillet soit entièrement passée dans Masse et puissance. » Canetti s'y débarrasse de toutes les théories préexistantes à l'époque et cherche à « arracher le masque » de la figure centrale du pouvoir qu'il nomme le « survivant », pour « prendre le siècle à la gorge ». Avec : Alain Brossat, professeur de philosophie à l’Université Paris-VIII Youssef Ishaghpour, auteur de “Elias Canetti : métamorphose et identité” (La Différence) Marc de Launay, philosophe et traducteur français de philosophie et de littérature allemandes Gerald Stieg, professeur de littérature et civilisations allemandes et autrichiennes à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Avec les voix d’Elias Canetti, Karl Kraus, Raphaël Sorin et Angèle Saül Textes lus par Daniel Mesguich Archives sonores : Dominique Jameux Archives INA : Martine Auger Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2450 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre