AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253039280
122 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/2002)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 45 notes)
Résumé :
D'un séjour à Marrakech en 1953, Elias Canetti enregistre d'abord des voix, des bruits, des gestes et des images.
Et imperceptiblement, par le jeu d'une simple et grave précision dans la relation des faits, ce récit de voyage devient aussi, au sens le plus strict et le plus concret du terme, un récit philosophique...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Davalian
  05 juin 2018
Bien mieux qu'un guide et à moindre coût, Elias Canetti saura vous faire découvrir Marrakech dans ce que la ville ocre offre de manière intemporelle : son esprit et ses hauts lieux. Pour ce qui est des restaurants et autres curiosités commerciales, il faudra bien entendu se référer à d'autres productions.

Le propos est peut être un peu fort mais tout à fait révélateur tant ce récit de voyage d'un peu plus de cent pages, se révèle être des plus actuels. Il a pourtant été écrit dans les années 1950, en pleine Guerre Froide à une époque ou le Maroc vivait encore sous l'autorité du Protectorat. Les choses ont beaucoup changé depuis et pourtant l'écrit reste valable.
Il est ici question de l'esprit de la ville avec les chameaux (comment ne pas se révolter), les souks (tout cela semble encore d'actualité malgré l'invasion des mobylettes), la pauvreté. Certains passages laisseront la place au mythe et au surnaturel. Si ces passages sont les meilleurs, ceux consacrés à Elie Dahan le sont beaucoup moins. le talent de l'auteur nous permet littéralement de vivre et de comprendre son exaspération.
Ce court récit offre à la fois le compte rendu d'un certain nombre de rencontres ou de visites faites sur place ainsi que de réflexions personnelles. Celles-ci ne sont pas toujours en faveur des nos compatriotes ou des populations locales, bien que l'auteur ne s'attaque pas directement à un individu ou à un État.
Le style est fluide, agréable, plaisant. Comme il s'agit d'une traduction, l'on ne peut que louer et apprécier la qualité du travail de traduction qui est ici particulièrement soignée. L'édition au format poche qui nous est proposée manque peut-être de quelques outils, ne serait-ce que d'un plan pour mieux se projeter sur place.
Ce récit est court, bien écrit, saisi l'essentiel et se révèle être un accompagnement idéal pour les vacances. Une lecture tout à fait indispensable pour celles et ceux qui désirent se rendre sur place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ATOS
  16 février 2018
Les voix de Marrakech. Prise de sons. Captation d'un présent. Il fallait le talent d'Elias Canetti pour saisir et retranscrire ce qui, en 1954, se vivait au choeur même de la grande cité. Protectorats, sultanat, présence américaine, populations berbère, juive, arabe, présence européenne.
Maisons silencieuses, femme derrière une grille, conteurs et écrivains publics, souks, bases américaines, mendiants aux portes des grands hôtels, maisons clauses, terrorisme, tensions politiques, grondements invisibles.
Les voix invisibles de Marrakech, ...des voix fières et magnifiques et parfois si terribles.
Les regards et les silences de Marrakech, ses murs, ses cours, ses places et ses marchés. Ses ombres et ses lumières, et surtout tous ses enfants.
Deux ans après le voyage de Canetti , la France et l'Espagne reconnaissaient la fin de leur protectorat instauré sur le sultanat du Maroc en 1912.
Le souverain, imposé par la France en 1927, convertit son titre de sultan en celui de roi sous le nom de Mohammed V. Son fils Hassan II lui succédera, jusqu'à ce qu'à ce que son fils Mohamed VI monte à son tour sur le trône.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
miriam
  11 décembre 2013
Les voix de Marrakech est sous-titré JOURNAL D'UN VOYAGE. J'ai lu plusieurs fois La langue sauvée. Ce récit de voyage de Canetti
Les premières rencontres sont celles des chameaux, cris angoissés d'un méhari enragé qu'on conduit à l'abattoir, arrivée d'une caravane de 700 bêtes, à la tombée de la nuit, sous les murailles de la ville, conduite par des hommes "bleus" .

Les voix humaines sont souvent celles des mendiants, aveugles, seuls ou en groupe, que Canetti écoute sans comprendre l'arabe
"Je ne voulais rien perdre de la puissance exotique des cris. je voulais être touché par les voix telles qu'elles sont par elles même et n'en rien affaiblir par un savoir artificiel et insuffisant."
Sensibilité de voyageurs, loin du clinquant pour touristes...Le Journal de voyage ne s'attarde jamais sur les curiosités dont se délectent les vacanciers.
maisons silencieuses et terrasses désertes, sous les sommets enneigés de l'Atlas, Canetti ne pourra pénétrer dans l'intimité de ces murs aveugles, une image furtive, une femme derrière une grille, quelques enfants....la ville garde jalousement ses secrets.
Les conteurs et les écrivains publics ne sont pas oubliés. Pouvoir des mots prononcés, pouvoir des mots écrits...
J'attendais Canetti dans le Mellah. Natif de Roustchouk en Bulgarie, séfarade ayant encore gardé les traditions espagnoles, j'imaginais sa rencontre avec les Juifs du Mellah. 1954, le Mellah est encore habité par ses Juifs. Quand je l'a visité en 2001 pour la première fois, il était déjà vidé de sa substance. Magasins de soieries, marchés de légumes, école encore plus misérables, Canetti remarque la diversité des visages qu'il scrute. Avec humour, il remarque même un Juif lui rappelant Goebbels, parmi les Juifs de Rembrandt, ou les Berbères portant la calotte juive... Il découvre une fontaine, des artisans.... Ce n'est qu'à la seconde visite qu'il s'enhardit à entrer dans une cour. le prétexte? la présence d'enfants lui suggère une école. On l'invite : "- le voilà invité par toute la famille Dahan. Invitations chaleureuses, mais pas dénuées d'intérêt : les chômeurs de la familles espèrent obtenir une recommandation de ce Juif anglais riche auprès du commandant américain de la base militaire. Un emploi de plongeur, ou de tailleur conviendrait très bien. Canetti nous fait rencontrer les membres de cette famille dont le père, figure impressionnante....
Dans le Maroc de 1954, les Américains ont encore des bases militaires, le souvenir de la Seconde Guerre mondiale est encore présent, le Glaoui est une figure importante. ....Le tourisme n'a pas encore envahi les souks. Époque révolue.
Ce journal de voyage, d'une grande sensibilité , est aussi empreint d'une réflexion sur les mots, leur musique, ce qui ne m'étonne pas de la part de l'auteur de la Langue sauvée.

-


Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
minilaure
  22 février 2013
J'ai lu ce bref récit à mon retour de vacances à Marrakech. Je l'avais apporté là-bas, car je trouve que les livres prennent une autre dimension quand on les découvre "en situation", mais je n'ai pas trouvé le temps de le lire sur place.
Dans le Marrakech d'aujourd'hui, 50 ans après la parution du livre d'Elias Canetti, on retrouve certains sons, certaines couleurs, qui n'ont pas changé. Les lieux sont familiers, et on peut aisément imaginer ces "voix de Marrakech" parcourir la ville aujourd'hui encore. Lecture agréable pour replonger dans le bain du voyage... mais sans plus. Et j'avoue ne pas y avoir vu l'analyse philosophique promise en 4ème de couverture ;)
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan
  23 novembre 2019
Présenté comme un récit philosophique, il ne s'agit, à mon humble avis que de considérations finalement assez éculées sur les charmes du Maroc ancestral pour un européen qui subit le choc culturel surtout s'il vient de l'Europe en guerre. A part ça, il y a aussi l'envers du décor non signalé dans l'ouvrage...
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ATOSATOS   16 février 2018
"Les portes étaient encore ouvertes et les enfants étaient plantés dehors, pleins d'espoir et de patience.Ils sentaient qu'ils ne seraient pas chassés pendant qu'il racontait son histoire. Lui, qui avait commencé son récit avec un tel mépris à leur encontre, venait en un court instant de se rendre infiniment plus méprisable qu'eux. Qu'il les eût calomniés ou qu'il eût dit la vérité à leur sujet, il était maintenant enfoncé plus qu'eux. Je souhaitai qu'il existât un genre de punition qui l'obligeât à demander leur intercession." La calomnie, Les voix de Marrakech, extrait 1954.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LandulpheLandulphe   15 décembre 2015
“E-li-as Ca-net-ti ?” répéta le père d’un ton interrogateur et hésitant. Il répéta plusieurs fois mon nom pour lui-même en en séparant nettement les syllabes. Dans sa bouche mon nom prenait de l’importance, devenait plus beau. Il ne me regardait pas, mais au contraire, fixait son regard devant lui comme si le nom avait été plus réel que moi et comme s’il avait mérité d’être appris.
Je l’écoutais, surpris et touché. Dans sa mélopée, mon nom me semblait appartenir à une langue particulière, inconnue de moi. Il le soupesa généreusement quatre ou cinq fois et je croyais entendre le cliquetis des poids. Je ne ressentais aucune inquiétude, il n’était pas un juge. Je savais qu’il découvrirait le sens et le poids de mon nom et lorsqu’il l’eut fait, il me dévisagea de ses yeux rieurs.
Il était là, debout, comme s’il avait voulu me dire : le nom est bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LandulpheLandulphe   15 décembre 2015
Les cimetières dans d’autres parties du monde, sont organisés pour assurer la bonne conscience des vivants. On y trouve beaucoup de vie, des plantes et des oiseaux, de sorte que le visiteur, seul vivant parmi tant de morts, se sent ragaillardi et fortifié. Il lit sur les pierres tombales les noms des gens auxquels il a survécu. Sans qu’il en convienne, cela lui fait un peu imaginer qu’il a vaincu chacun d’eux en combat singulier. Certes, il est attristé par tant de gens qui ne sont plus, mais en compensation, il se sent lui-même invincible. Où, ailleurs, pourrait-il se trouver dans une telle situation ? Sur quel champ de bataille du monde resterait-il l’unique survivant ? Il est là, debout, au milieu de tous les gisants. Cependant, les arbres et les pierres tombales aussi sont debout. Plantés là ou dressés, ils l’entourent comme un héritage destiné à lui plaire. Mais dans ce cimetière des juifs, il n’y avait rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
armand7000armand7000   13 juin 2019
" Je m'étais déjà trouvé ici (une place au mellah), il y avait des centaines d'années, mais je l'avais oublié. Et voici que tout me revenait. Je trouvais offertes la densité et la chaleur de la vie que je sentais en moi-même. J'étais cette place et je crois bien que je suis toujours cette place. "
Commenter  J’apprécie          40
LandulpheLandulphe   15 décembre 2015
(...) cette créature de moins que rien, sans chair, sans force, sans même un poil convenable avait assez de désir en elle pour que je me sentisse, à sa seule vue, libéré de l’impression de sa misère. Je pense souvent à l’âne de Marrakech. Je me dis qu’il est resté beaucoup de lui lorsque je ne l’ai plus vu. Je souhaite à tous ceux qui souffrent d’avoir son désir dans leur misère.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Elias Canetti (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elias Canetti
http://le-semaphore.blogspot.fr/2014/.... Elias Canetti (1905-1994), l’éveilleur d’un futur antérieur : Une vie, une œuvre (1998 / France Culture). Émission “Une vie, une œuvre” diffusée sur France Culture le 19 novembre 1998. Par Catherine Paoletti. Réalisation : Anna Szmuc. Enregistrement et mixage : Marie-Dominique Bougaud, Philippe Bredin et Dimitri Gronoff. Elias Canetti, né à Roussé ( en Bulgarie le 25 juillet 1905 et mort le 14 août 1994 à Zurich en Suisse, est un écrivain d'expression allemande, originaire de Bulgarie, devenu citoyen britannique en 1952 et qui a longtemps résidé en Suisse. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1981. Canetti est souvent associé à la littérature autrichienne mais il couvre une perspective plus large. Son œuvre a défendu une idée pluraliste de la culture européenne dans sa richesse et sa diversité, liée à un parcours de vie singulier. Il est l'auteur d'analyses de grande envergure sur le XXème siècle et de réflexions détaillées sur les mécanismes humains et les modes de fonctionnement psycho-sociaux. Son œuvre est composée de pièces de théâtre, d'un unique roman, d’essais, de recueils d’aphorismes et d'une autobiographie en quatre volumes. Entre 1924 et 1929, il vit à Vienne où il étudie la chimie et est bientôt reçu docteur. Pendant cette période, il entreprend de nombreux voyages à travers l’Europe, notamment à Paris, en Bulgarie et à Berlin… C’est également pendant cette époque charnière de l’histoire, où l’on peut entendre les premiers bruits de bottes en Allemagne, qu’il développe de façon autodidacte ses connaissances puis ses théories artistiques en participant à des rencontres d’intellectuels - des salons - et aussi en travaillant sur ses premières idées littéraires. Canetti fera la connaissance de Karl Kraus, un intellectuel polémiste, fondateur de la revue “Die Fackel” (“Le Flambeau”), qui aura une influence majeure sur lui. Il rencontre peu après sa future femme : Venetiana (dite Veza) Taubner-Calderon. Pour subvenir à ses besoins et pour écrire, il traduit en allemand plusieurs livres de l’anglais. Toutes ses activités le happent et le poussent à délaisser la chimie et son enseignement. En effet, il va entre autres fréquenter les réunions qui s’organisent autour d’Alma Mahler, la veuve du compositeur Gustav Mahler, et entamer la rédaction de son roman “Die Blendung” (“Auto-da-fé”) ainsi que d'œuvres théâtrales. Il rencontrera des personnalités du monde de la culture comme Bertolt Brecht, George Grosz, Alban Berg, Robert Musil… Le 15 juillet 2927, un événement marque à jamais sa vie et son œuvre : une manifestation populaire qui tourne à l’incendie du palais de justice de Vienne. Cela provoque en lui le désir d’analyser et de comprendre le rapport entre les comportements de masse et le pouvoir. Il étudie alors cette problématique centrale de l’histoire du XXème siècle jusqu’en 1960, date de la publication de l’œuvre majeure de sa vie, “Masse und Macht” (“Masse et puissance”), presque exclusivement consacrée à cette phénoménologie des masses ainsi qu'à l'illustration de toutes les manifestations du pouvoir politique : « Il se peut que toute la substance du 15 juillet soit entièrement passée dans Masse et puissance. » Canetti s'y débarrasse de toutes les théories préexistantes à l'époque et cherche à « arracher le masque » de la figure centrale du pouvoir qu'il nomme le « survivant », pour « prendre le siècle à la gorge ». Avec : Alain Brossat, professeur de philosophie à l’Université Paris-VIII Youssef Ishaghpour, auteur de “Elias Canetti : métamorphose et identité” (La Différence) Marc de Launay, philosophe et traducteur français de philosophie et de littérature allemandes Gerald Stieg, professeur de littérature et civilisations allemandes et autrichiennes à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Avec les voix d’Elias Canetti, Karl Kraus, Raphaël Sorin et Angèle Saül Textes lus par Daniel Mesguich Archives sonores : Dominique Jameux Archives INA : Martine Auger Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
>Géographie générale>Géographie de l'Afrique>Côtes du Nord-Ouest africain (23)
autres livres classés : Marrakech (Maroc)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
457 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre