AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2016269529
Éditeur : Hachette (05/09/2018)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Avant, je me serais décrit comme le mec de base : des notes dans la moyenne, une famille aimante, un petit groupe d’amis.

Avant, j’étais l’archétype du geek qui termine avec la jolie fille à la fin d’un film.

Bref, j’avais une vie banale.

Et puis Georges a débarqué, avec son franc-parler et ses blagues pourries, et tout a changé. Mon monde s’est désaxé.

Clairement, je n’allais pas finir avec la jolie fille... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  22 décembre 2018
***
Quand Priam ouvre la fenêtre de sa chambre à un jeune garçon qu'il ne connait pas, il ne se doute pas qu'il va changer sa vie. Car cet inconnu n'est autre que Georges, un adolescent joueur, aimé de tous et bien dans sa peau. de leur amitié naîtra une belle complicité qui va mettre en lumière certains côtés de la personnalité de Priam. Cette union les fera grandir et se découvrir...
Illana Cantin signe ici un roman jeunesse qui traite de manière originale les sujets chers aux adolescents : l'amitié, l'amour, la sexualité, la vie après le lycée et le regard des autres.
Elle aborde également des notions moins souvent évoquées comme le manque de confiance en soi, la peur de s'affirmer et surtout la découverte et l'acceptation de qui l'on est vraiment.
J'ai cependant peu accroché sur l'écriture, simple, sur l'histoire, tirée par les cheveux et sur les personnages, très caricaturaux.
Ce roman a toutefois la bonne idée de faire réfléchir et pourra certainement déclencher un débat intérieur.
Merci à Netgalley et aux Éditions Hachette pour leur confiance.
Lien : https://lire-et-vous.fr/2018..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
corali
  28 octobre 2019
Il y a des romans qui savent nous séduire totalement. Dès la première phrase, les mots nous emportent, les personnages nous parlent, nous font rire, parfois pleurer, nous agacent, souvent. Il y a des romans que nous sommes tristes de refermer, car nous aurions aimé que l'histoire ne s'achèvent jamais. Il y a des romans qui sont vraiment réels, qui racontent une histoire d'amour belle et délicate. Georges, le monde et moi fait partie de ces romans-là.
Je dois dire que lorsque j'ai acheté ce roman – merci aux algorithmes de suggestion ! – j'étais assez dubitative. « Voilà encore un roman qui va parler d'homosexualité chez les ados et qui va tomber dans les clichés qui vont avec ! » me suis-je dit. Mais comme je n'aime pas avoir dans mes étagères un roman qui n'a pas été lu, j'ai attrapé ce livre et je me suis plongée dedans lors d'un jour de repos. Et quelle surprise que ce roman !
Tout d'abord, le thème principal n'est pas l'homosexualité, mais l'amour. Eh oui, comme le dit et le répète le jeune Priam tout au long de l'histoire, il n'est pas gay. Il aime Georges. Et c'est très différent. Et j'ai beaucoup aimé ce message, qui pourrait aider des dizaines de jeunes à accepter le fait de ne pas être « comme tout le monde ». Cette nouvelle approche m'a paru très intéressante et très délicate. L'auteur désexualise le fait d'aimer une personne du même sexe, pour ne se concentrer que sur le sentiment amoureux, un sentiment unique et commun à tous les êtres humains, un sentiment qui ne s'explique pas, qui ne se contrôle pas. Bien évidemment, en tâche de fond, Illana Cantin évoque les difficultés du coming out, des relations familiales et amicales, de l'acceptation de soi, mais avec douceur, sans jamais basculer dans le déjà-vu.
Georges, le monde et moi est aussi un incroyable roman sur la fin de l'adolescence et de l'insouciance puis sur l'entrée dans un monde plus adulte. Une période effrayante pour bon nombre de jeunes personnes. Ici, le texte est lumineux et plein d'espoir : il n'y a pas de pression à avoir, aucun choix qui ne soit LE bon ou LE mauvais, juste des choix à assumer, quelles qu'en soient les conséquences ensuite.
Ensuite, les personnages sont simplement géniaux. J'ai adoré Priam, notre héros plutôt anti-héros disons-le. Il est perpétuellement angoissé, un maniaque du contrôle qui panique dès qu'il ne peut pas tout anticiper. Il a des parents sympas et compréhensifs, des amis attendrissants. Georges est très profond, parfois un peu dans le « trop » : trop amoureux, trop joyeux, trop … parfait. En lisant l'évolution de leur relation, on sourit, on s'agace. Ils savent incarner une idée et nous faire vivre des émotions multiples et variées. Ils constituent un tandem littéraire vraiment émouvant et attendrissant et font sans doute partie des personnages les plus attachants que j'ai pu rencontrer au fil de mes lectures…
Enfin, l'écriture de l'auteur est magique. Elle embarque et transcende. Pour un roman destiné à un jeune public, je suis épatée de voir autant d'application et de soin – généralement les romans young adult sont un peu plus « légers » concernant le style et le registre de langue. Ici, peu d'argo, peu de vulgarité, des figues de styles et beaucoup de jeu mots.
En bref j'ai beaucoup aimé ce roman, de l'histoire à l'écriture en passant par les personnages. Sans voyeurisme et tout en délicatesse, il nous raconte une sublime histoire d'amour. Un roman à lire et à mettre dans des mains un peu plus jeunes, pour apprendre la tolérance mais aussi aider à l'acceptation de soi.
Lien : https://palduneparisienne.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ZeroJanvier79
  24 septembre 2018
Je suis en vacances depuis un peu plus d'une semaine sur la côte basque, et après avoir terminé le très bon premier roman Rue du Triomphe de Dov Hoenig, j'ai trouvé le roman idéal pour accompagner la suite de mon séjour : Georges, le monde et moi que j'ai eu l'occasion de lire en service de presse par l'intermédiaire de NetGalley.fr.
Le résume ne paye pas de mine mais je sentais que ça pouvait bien me plaire :
" Avant, je me serais décrit comme le mec de base : des notes dans la moyenne, une famille aimante, un petit groupe d'amis. Avant, j'étais l'archétype du geek qui termine avec la jolie fille à la fin d'un film. Bref, j'avais une vie banale.
Et puis Georges a débarqué, avec son franc-parler et ses blagues pourries, et tout a changé. Mon monde s'est désaxé. Clairement, je n'allais pas finir avec la jolie fille. "
Le narrateur, Priam, a un prénom peu banal, issu de la mythologie grec. C'est un adolescent pas très bien dans sa peau, qui se pose beaucoup (trop) de questions, veut tout prévoir et anticiper et qui angoisse très vite quand les choses échappent à son contrôle. Comment s'étonner après ce portrait que je me sois facilement identifié au protagoniste de ce roman ?
" J'aurais bien voulu ne pas m'inquiéter, être le genre de types qui vivent au jour le jour, mais ce n'est pas moi. Il faut toujours que j'analyse tout. Toutes les possibilités, toutes les variantes. Et comme si ça ne suffisait pas, j'angoisse pour chacune d'elles. Si bien qu'une fois qu'on fait le calcul, il en résulte énormément d'anxiété. "
Alors qu'il commence son année de terminale, Priam fait la connaissance dans des circonstances rocambolesques de Georges, un jeune garçon au comportement très différent en apparence du sien : il semble ne pas se poser trop de questions et vit sa vie comme il le souhaite. Cette rencontre va changer la vie de Priam, jusque là bien tranquille dans une routine au sein d'un groupe d'amis sympathiques.
L'arrivée de Georges dans sa vie ça également amener Priam à s'interroger sur sa sexualité, alors qu'il n'avait été attiré jusque là que par des filles, au premier rang desquelles se trouve Gabrielle, sa meilleure amie dont il était « secrètement » amoureux depuis de longs mois. Georges assume ouvertement son homosexualité et Priam ne va pas rester insensible à son charme.
" J'ai passé la main dans mes cheveux pour m'occuper et essayer de dissimuler au mieux mon malaise. Je n'avais pas l'habitude d'être appelé « le mec plutôt mignon » par un autre homme. En fait, même les filles ne le disaient pas. "
Ceci n'est que le point de départ d'un récit très sympathique qui nous fait suivre toute l'année de terminale de Priam, entre ses cours au lycée, sa vie de famille, son groupe d'amis, ses angoisses, et l'évolution de sa relation avec Georges. Il y a pas d'humour, des rebondissements intéressants, des réflexions bien senties sur l'adolescence et le passage à l'âge adulte, et une bonne dose d'émotion.
Tout n'est évidemment pas parfait dans ce roman, c'est d'abord un livre pour adolescents, avec tout ce que cela implique souvent en terme de clichés, de stéréotypes et de maladresses narratives, mais c'est tout de même une jolie histoire d'amour et d'amitié et un très beau roman sur l'adolescence et ses difficultés. C'est vraiment une lecture parfaite pour les vacances, pour avoir le sourire en profitant du soleil ; c'est en tout cas ainsi que j'ai savouré ce roman !
Lien : http://zerojanvier.fr/2018/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ivre_de_mots
  14 mars 2019
Merci au site Netgalley ainsi que les éditions Hachette pour leur confiance en ce service presse.
Quand j'ai lu le résumé, allait savoir pourquoi, mais je croyais que Georges était l'ami imaginaire de Priam tellement leur rencontre me paraissait irréelle, et elle l'est un peu en réalité, bien que son ami est tout ce qu'il y a de plus authentique.
Avant que Georges ne rentre soudainement dans sa vie, le quotidien de Priam était normal, mais son arrivé à tout changer. Un soir, alors qu'il travaillait sur son devoir maison de math dans sa chambre, on toque de façon frénétique à sa fenêtre. Un garçon qu'il ne connaît pas rentre alors dans la pièce pour se cacher sous son lit sans que Priam ne comprenne quelque chose. Il apprend un peu plus-tard que le mystérieux inconnu se nomme Georges, qu'il est gay et qu'il se cache d'une fille dont le copain l'a trompé avec lui. Les deux garçons vont, à partir de là, développer une amitié sincère qui va se transformer progressivement en amour faisant paniquer Priam qui ne sait plus qui il est.
Priam est un adolescent sensible, discret et sérieux, le cliché même du garçon qui finit avec la jolie fille à la fin d'un film ! Seulement quand il rencontre Georges, des sentiments plus qu'amicale prennent places et le font paniquer. Lui qui contrôle tout se retrouve désarmé et alarmé par la situation sans savoir comment y faire face. Je l'ai trouvé très touchant dans sa façon d'être, il prend peur quand il se rend compte que ce qu'il éprouve pour son ami n'est pas que de l'amitié. On se met facilement à sa place, on comprend ses réactions et on éprouve de l'empathie pour lui. Difficile de savoir qui on est et qui on aime quand toute sa vie on a été attiré par des filles. Pour ce qui est de Georges, c'est mon chouchou dans l'histoire. Il est génial, j'ai beaucoup rigolé avec lui et à ses jeux de mots avec le prénom Priam. C'est vraiment le genre d'ami que tout le monde rêve d'avoir dans son entourage. Il est drôle, gentil, ouvert d'esprit, patient, compatissant... Tant de qualités qui font de lui quelqu'un que l'on apprécie directement même s'il a tout de même ses défauts. Les autres protagonistes ne sont pas en reste non plus, un petit plus pour Eliott qui m'a surprise de par ses réactions dont je ne m'attendais pas de sa part.

Adoré est un faible mot pour décrire mon ressenti vis-à-vis de ce livre. C'est doux, il y a de l'humour, de l'espoir, une moral, les personnages sont attachants... Que demandez de plus alors ?
Ce qui m'a d'autant fait apprécier ma lecture, c'est que Georges ne se définit pas comme gay, mais comme amoureux de Georges. C'est de sa personnalité qu'il est amoureux, pas de son corps. C'est un roman sur l'acceptation de soi, sur un amour de jeunesse innocent qui fait questionner le héro sur les sentiments qu'il ressent. C'est doux et triste à la fois aussi, à l'intérieur, au fil des pages, on se rend compte qu'on rend compliqué les choses qui devraient être simples. Priam qui a toujours cru aimer les filles se trouve amoureux d'un garçon sans qu'il n'en comprenne la raison. Quelque part, il est gêné alors même qu'il n'a jamais rien eu contre le fait que Georges soit gay. Dans l'histoire, Priam va tout remettre en question notamment son identité et son orientation sexuelle. L'évolution de chacun des personnages est bien réalisé, quand on ressort de cette lecture, on a l'impression d'avoir laissé des amis derrières soit tellement ils paraissent réel. Une petite chose m'a chagriné, c'est la fin, j'aurai aimé en avoir une autre.
En ce qui concerne la plume de l'auteure, je la trouve très fluide bien que simple, elle est aussi travaillée. le livre « Georges, le monde et moi » est plein d'humour, il m'a fait sourire et rire un bon nombre de fois, surtout le personnage de Georges. Il est rafraîchissant en étant aussi dans la réflexion. Les sujets traités à l'intérieur, notamment le principal sur l'homosexualité est actuel. Il n'y a pas de suspense ou d'action a proprement parlé et pourtant, Ilona a su rendre son histoire addictive, à chaque chapitre lu, on a envie que d'une seule chose, découvrir la suite des aventures de nos héros.
En conclusion, c'est une histoire que mérite d'être découvert et que j'ai vraiment adoré, ce fut un coup de coeur pour moi. Il s'agit d'un young-adult dont les personnages sont terriblement attachants, une écriture fluide qui rend le récit addictif. Dans ce roman, il est sujet de remise en question, d'acceptation de soi et de l'autre.
Lien : https://ivredemots.weebly.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nyfa-Mars
  12 juin 2019
« Une rencontre au hasard qui chamboule toute l'existence. »
Georges débarque dans la vie de Priam un soir… par sa fenêtre. Cet inconnu qu'il n'avait jamais vu vient pourtant d'entrer dans sa vie, comme un uppercut. Georges se cache d'une fille et Priam fini par croire aux belles paroles du jeune homme ce soir-là, plutôt que d'appeler la police.
Ils vont même jusqu'à garder contact après cette rencontre peu banale.
Priam se découvre un tout nouvel ami, Georges est incroyable, souriant, drôle, populaire et Gay. Pour Priam c'est le début d'une nouvelle aventure, où il va se questionner sur lui-même.
Georges, le monde et moi porte parfaitement son titre : en effet le roman parle du quotidien de Priam, un adolescent qui va nous faire découvrir son univers et surtout Georges. Georges est un garçon de son âge qu'il va rencontrer d'une manière assez loufoque. Cette rencontre va apporter tout un tas de questionnements dans la vie de Priam. Et Priam qui se pose toujours beaucoup de questions, sur tout, va avoir du mal à gérer la tornade Georges dans sa vie. Car malgré sa curiosité, l'adolescent a toujours été réservé, surtout envers son amie Gabrielle pour qui il a des sentiments, quand Georges débarque dans sa vie il commence à changer petit à petit, à s'ouvrir à lui-même. Georges est magnifique, il vit avec passion et n'a peur de rien (ou presque). Et Georges est Gay. Ce qui va bouleverser les sentiments de Priam pour son fabuleux nouvel ami. Tout son monde va changer autour de lui et il va avoir du mal à trouver sa place.
Georges, le monde et moi est un roman où le personnage principal évolue, il se découvre, gagne en maturité. J'ai trouvé le cheminement de Priam très réaliste, bien traité. Les sentiments de Priam pour Georges sont déstabilisants, il se pose des questions sur sa sexualité et sur la sexualité de ses amis.Comme beaucoup d'adolescents de 17 ans. Priam réalise que l'orientation sexuelle n'est pas forcément définie, que l'amour ce n'est pas que tomber amoureux d'une femme ou d'un homme, mais tomber amoureux d'une personne, d'un être humain. Ce qui m'a fait penser à Love, Simon.
Priam n'est pas un héros, c'est un garçon banal, qui tombe amoureux d'un autre garçon. Tout simplement.
Pas de stress…
Concernant l'écriture, je n'ai pas eu de coup de coeur. le récit manque de fluidité, il y a quelques maladresses et il manque à mon sens certaines transitions. Aussi, le récit aurait pu être plus équilibré, pas exemples certains passages auraient pu être rallongés (surtout pour permettre de suivre un peu mieux les réactions des personnages).
Par contre, l'humour est très présent. Les jeux de mots de Georges sont irrésistibles! J'ai adoré les jeux de mots sur le prénom de Priam, en rapport avec la mythologie (la référence du prénom Priam provient du Roi de Troie au moment de a guerre de Troie).
Mon dernier point est la psychologie des personnages. Outre que l'homosexualité, le roman évoque d'autres sujets comme : l'amitié, la famille ou bien l'avenir/le choix d'orientation. Priam est un adolescent perdu et suivre son parcours a été touchant. le roman évoque un trouble qu'on n'aborde pas assez, le trouble anxieux (je suis bien placée pour en parler). Alors j'ai aimé la manière dont est abordé le sujet, la manière dont Priam va y faire face.
Pour moi, le récit évoque simplicité des problèmes que tous les adolescents rencontrent à un moment ou à un autre. Je ne peux que le recommander aux adolescents.
~✧~
Les points positifs :
– Une histoire simple qui aborde des sujets d'actualité
– L'amitié entre Georges et Priam
Les points négatifs :
– Quelques maladresses narratives
Bilan: Un roman qui a su me convaincre. Je recommande la lecture de Georges, le monde et moi aux adolescents, pour les sujets abordés et pour son message de tolérance. C'est un roman positif dans la même veine que Love, Simon. Même si je n'ai pas été totalement transportée, j'ai passé un bon moment.
Note : 13 / 20

Lien : https://masquedutemps.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
tagadalove17tagadalove17   12 janvier 2019
Comment faisait-il pour se faire à ce point aimer des autres ? J'en étais incapable, moi. Peut-être qu'après tout, c'était ça la clé: peut-être que pour être aimé, il fallait s'aimer soi-même.
Commenter  J’apprécie          40
tagadalove17tagadalove17   12 janvier 2019
J'ai blâmé les quelques personnes autour de nous qui ne seraient pas forcément très ouvertes d'esprit. Nous n'habitions pas dans une grande ville, et à une vingtaine de kilomètres de La Rochelle, si les rumeurs allaient vite, les changements de société, eux , avaient du retard.
Commenter  J’apprécie          10
tagadalove17tagadalove17   12 janvier 2019
Ces derniers temps, je m'étais rendu compte qu'on n'avait pas le droit de choisir à la place des autres, et que ceux-ci ne devaient jamais nous obliger à faire ce qu'ils souhaitaient. C'était un concept qui semblait acquis, mais qui, en vérité, était complexe à assimiler et à appliquer. On pouvait se dire qu'on n'allait pas laisser les autres décider pour nous, jusqu'au jour où les autres se révèlent être nos proches; tout est alors remis en question. Est-ce que je peux être libre de mes décisions quand je sais qu'elles affectent ceux que j'aime ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tagadalove17tagadalove17   12 janvier 2019
Je ne suis pas un idéaliste, je sais que je ne peux pas attendre que la société change pour me mettre moins de pression. Tout ce dont je suis sûr, c'est que je suis le seul à pouvoir l'empêcher de m'en mettre autant.
Commenter  J’apprécie          10
tagadalove17tagadalove17   12 janvier 2019
Approximativement, j'avais eu cinq bas dans l'année contre environ huit cents hauts. Certains appellent ça l'optimisme, je dirais plutôt qu'il s'agit de la face cachée de la vie.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Illana Cantin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Illana Cantin
Payot - Marque Page - Illana Cantin - Georges, le monde & moi
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3642 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..