AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283026423
Éditeur : Buchet-Chastel (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Juillet 1974 : Juan Domingo Remondo dit Nito voit le jour alors même que Juan Perón rend son dernier souffle. C’est le début d’un destin aussi déraisonnable que celui de l’Argentine contemporaine.
Nito est un enfant à part, doté d’une rare intelligence et d’une obsession pour la mort. Marqué par la disparition précoce de son père, il s’adonne très tôt à une véritable passion macabre. Devenu prédicateur pour un gourou évangéliste, Nito s’engage dans un projet ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Taraxacum
  24 octobre 2013
Living avait eu les honneurs d'une excellente critique littéraire dans un grand quotidien, au moment de sa sortie, critique qui m'avait rendue curieuse....et le voilà proposé à Masse Critique juste après! Merci à Babelio, qui m'a permis d'assouvir ma curiosité pour un roman qui s'est révélé épatant.
Le premier juillet 1974 meurt Juan Perron et voilà l'événement que toute l'Argentine retiendra pour ce jour... ou presque: pour la famille du narrateur, l'événement c'est lui, sa venue au monde, le petit Nito. C'est ainsi que débute son existence, et le roman par là-même.
Écrit à la première personne, Living retrace l'existence de Nito, de la rencontre de ses parents à l'étrange entreprise dans laquelle il s'embarquera et qui le rendra célèbre, et qui donne son nom au livre. le roman est découpée en plusieurs parties et comme souvent dans ce genre de cas, certaines sont meilleures que d'autres. Toutes sont écrites dans le même style délicieux, foisonnant, mêlant la vie de Nito à l'histoire de l'Argentine par petites touches, mais il y a quand même au milieu du roman comme une petite baisse de rythme, au moment où le narrateur souffre des affres de l'adolescence et pense un peu trop au sexe, pendant un peu trop de pages. Mais peu importe, car la dernière partie, les Morts.... c'est tellement macabre et parfait , noir d'ironie burlesque, simplement délicieux! Nito devient le complice d'un gourou évangélique brésilien se faisant passer pour un pasteur, et sa vocation, qui va être tenue secrète dans cette critique pour ne pas déflorer le plaisir de la révélation aux autres lecteurs, se révèle dans toute sa splendeur, pour notre plus grande satisfaction.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
Lulu_Off_The_Bridge
  11 novembre 2013
Nito voit le jour de la mort du général Peron. Signe funeste s'il en est, qui n'empêchera notre protagoniste de confondre son destin avec celui de l'Argentine. de petites déceptions en désenchantements nationaux, le jeune garçon louvoie entre une mère qui entend être une femme libre et un père très tôt disparu. Cherchant des réponses, Nito se découvre l'improbable don de prédire la mort des gens, ce qui pourrait être tragique sans ses inénarrables talents de bonimenteur. Acoquiné avec un gourou brésilien, puis un mystérieux artiste conceptuel, Nito utilise ses dons pour draguer le peuple sur les voies de Dieu et de l'art et ment comme un arracheur de dents. Vient enfin le concept génial, macabre et grinçant, qui entend révolutionner l'industrie de l'embaumement : faire de nos chers disparus des ornements de salons. le "living", joyeusement polysémique, offrira-t-il à Nito la destinée qu'il attend de pied ferme?
Roman picaresque, si l'on veut, provocateur, sarcastique, Living a les défauts de ses qualités. Caparros embrasse d'un même mouvement destin national et loufoquerie personnelle, agglomère la vie, la mort, la religion, l'art, le sexe, et qui trop embrasse... Non, pas tout à fait. Si la narration est chantournée, du fait d'un narrateur qui adore s'écouter parler, elle regorge néanmoins de perles, de grands moments de cynisme, sorte de philosophie de comptoir ou de prêche (loin de moi l'idée de tracer des parallèles...). Ajoutez à cela un talent certain de satiriste, un style tout en formules "dans-ta-face", et vous obtenez un roman ample et ambitieux, un peu bavard sans doute. Mais je veux bien attribuer personnel à mon goût personnel pour les narration concentrée et l'économie d'effets.
Lien : http://luluoffthebridge.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Chroniqueslitteraires
  17 septembre 2013
D'une écriture fluide et limpide, Martin Caparros nous entraîne dans l'existence de Nito, un jeune garçon au fort potentiel. Mêlant Histoire de l'Argentine à l'histoire d'un jeune garçon, c'est un roman plein de cynisme et d'humour. Les personnages sont attachants, on tourne les pages avec avidité pour connaître la suite.
Certains passages sont extrêmement crus, obscènes et choquants. On assiste à une évocation sans complaisance de la réalité. C'est dur. Mais c'est un roman sans concessions sur la réalité de tout un peuple.
Lien : http://chroniqueslitteraires..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
EmyBEmyB   13 octobre 2013
L'erreur de cette phrase est pourtant claire: quand je suis né, je n'étais pas une chose aussi banale, aussi floue et oubliable. Quand je suis né, j'étais une foule de choses. J'étais l'aîné, celui qui allait changer la vie de maman et de mon père, l'Argentin le plus jeune et le plus neuf, un pur concentré de puissance. A compter de cet instant précis, j'ai commencé à perdre certaines de mes qualités, pas forcément celles que le lecteur pourrait s'imaginer. Car c'est bien de cela que traite cette histoire: perdre peu à peu la puissance qui nous emplissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lulu_Off_The_BridgeLulu_Off_The_Bridge   11 novembre 2013
– À la fin, des millions de gens se rendront compte que tout ce qu’on leur explique, c’est des conneries, ils vont devoir se mettre à penser par eux-mêmes. Tu te rends compte de ce que ça signifie, de leur faire comprendre qu’ils n’ont pas le choix, qu’ils doivent penser par eux-mêmes, sans manuel ?
– Mais comment vont-ils comprendre ce que vous voulez leur dire ?
– Ils ne vont rien comprendre du tout. Peu à peu, ils vont s’apercevoir que tout ce qu’ils pensent par eux-mêmes ne vaut rien. alors ils seront à notre merci, prêts à prendre ce qu’on veut leur donner. L’artiste, c’est celui qui te montre ce que tu n’as jamais été en mesure de voir. L’artiste, c’est celui qui te troue le cul.
– Ce n’était pas celui qui confrontait les gens à la réalité sans mode d’emploi ?
– Non, celui-là, c’était quelqu’un d’autre.
– Ah, d’accord. Maintenant je comprends. C’est extraordinaire, monsieur. Extraordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChroniqueslitterairesChroniqueslitteraires   17 septembre 2013
Je suis – nous sommes tous – un défaut d’autrui.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Martin Caparros (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Caparros
Invitado a C5N, Martín Caparrós habló sobre su nuevo libro "Argentinismos" e intentó explicar cómo puede entenderse a la Argentina. Imperdible para estos días.
autres livres classés : imposturesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
254 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre