AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
112 pages
Auto édition (08/05/2021)
3.5/5   5 notes
Résumé :
L'Angleterre a gagné la guerre de 100 ans !

Oui, mais…
Certes, cette victoire met un roi anglais sur le trône de France. Sauf que... Où installe-t-il sa cour ? À Paris, bien sûr, au cœur du royaume le plus peuplé et le plus important. Et puis, qui voudrait passer son week-end à Londres ? Du coup, au bout de 30 ans, ses enfants sont plus français qu’anglais, et l’Angleterre est devenue une province rebelle arriérée qui ne supporte pas d’être g... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Le non de la roseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
L'Angleterre a gagné la guerre de Cent Ans. Jeanne d'Arc a été tuée au combat sans qu'il n'en ressorte rien. En 1452, un roi unique se trouve donc sur le trône de France et d'Angleterre: Henri II, surnommé le roi de fer. Or, le roi va mourir. Et sa succession provoque l'ébullition. le Dauphin Henri est déjà à moitié fou et la seconde épouse du roi, la reine Isabelle, espère bien lui supplanter son fils, encore tout petit, afin d'en assurer la régence. Mais elle a en face d'elle bien des obstacles. A commencer par la princesse Elisabeth, la fille de la première reine, qui ne compte pas se laisser écarter. Mais aussi, Guillaume, le fils batard du roi, grand chef militaire particulièrement déterminé. Sans parler de Charles d'Orléans, descendant direct des anciens rois de France devenu poète, ou de Charles le bâtard, fils très fortement supposé du dernier roi de France Charles VI et actuellement prisonnier de guerre. Ou encore des ducs de Bourgogne, dont le dernier fils Charles le Téméraire a été marié à la fille du roi mourant et que son clan verrait bien pousser vers le trône à cette occasion. Qui tirera son épingle du jeu et récupérera la tant convoitée couronne?

Oui, moi aussi, je trouve que ça fait beaucoup de Charles là-dedans, surtout pour une uchronie qui leur donne un autre rôle que celui qu'on connaît, il y a de quoi s'emmêler les pinceaux! du coup, j'ai souvent dû revenir aux arbres généalogiques des personnages au début du livre pour être sûre de bien comprendre les enjeux. Il faut dire que les liens royaux au Moyen Age, ce n'est pas ma tasse de thé. Mais je tenais à faire les choses bien. Et j'ai bien fait, parce que je trouve que mon résumé est à la fois fidèle et clair (je me lance quelques fleurs au passage).
C'est donc quelque chose que j'ai aimé dans ce roman : l'action est ramassée autour des quelques jours d'agonie du roi, dans le huis-clos du Louvre, et malgré la complexité des forces en présence, on ne s'éparpille pas. Je ne garantirai pas d'avoir tout compris, mais j'ai au moins pu suivre qui était opposé à qui, qui était allié à qui et ça, c'est un très bon point car la grande tension a réellement pris avec moi : je n'ai pas lâché le livre avant de savoir qui allait réussir à prendre la couronne.
Plus particulièrement, j'ai adoré les personnages secondaires, un peu annexes, auxquels on ne s'attend pas. Je me suis beaucoup attachée au rôle donné à Agnès Sorel, celle qui aurait dû être la favorite de Charles VII. le roi qui lui donna la célébrité s'est fait évincer de l'Histoire? Pas De problème, elle revient dans un rôle de conspiratrice en faveur de la couronne de France! J'ai aussi beaucoup aimé le pauvre Charles le Téméraire, marié à une princesse pour des raisons politiques mais très amoureux de son maitre d'arme et qui est avant tout un pion dans les projets de la maison de Bourgogne. Et n'oublions pas Clément, le nabot bossu, le fou du roi, un rôle qui n'a jamais existé au Louvre mais qui est importé de la culture royale anglaise, prêt à tout pour un sourire de sa princesse.
Les personnages réels sont complètement repassés au prisme de cette nouvelle version noire et teintée d'ésotérisme. J'ai trouvée fascinante cette reine Isabelle prête à invoquer tous les démons de l'Enfer pour se maintenir au pouvoir, ou Guillaume, le fils bâtard du roi qui reconstitue une armée de chevaliers de la table ronde avec ce que ça implique de spectacle et de prestance. C'est avec beaucoup d'ironie que le fameux Charles VII (celui de Jeanne d'Arc, si vous avez suivi) devient un prisonnier oublié de tous.
Malgré un titre un peu facile, c'est donc un roman plutôt bien fichu et avec un final en grand spectacle, avec de petites annexes très sympa, comme un ensemble d'explications sur l'uchronie et son fonctionnement par un Antoine Hiloi qui vous retournera le cerveau une dernière fois avant de vous rendre à L Histoire officielle.
Lien : http://mabouquinerie.canalbl..
Commenter  J’apprécie          20
J'avais découvert Sébastien Capelle il y a un an et demi environ en lisant son roman « La Pierre de la Victoire », une uchronie très sympathique se déroulant sous la Commune de Paris, avec un Clémenceau réinventé en super-héros : j'avais beaucoup aimé le mélange des genres entre fiction historique, uchronie et fantasy. J'avais ensuite enchaîné avec son autre roman uchronique, « Napoléon en Amérique », que j'avais trouvé un peu moins réussi à cause d'un rythme moins bien géré dans la seconde partie, tout en restant une lecture très plaisante. Surtout, je m'étais demandé où cet auteur décidément plein d'imagination allait pouvoir nous inventer dans son prochain roman !

Revenons au roman lui-même, qui part d'une idée presque simple : et si les Anglais avaient gagné la Guerre de Cent Ans ? le roi Henri d'Angleterre réunit les couronnes de France et d'Angleterre et installe sa cour à Paris, au coeur du royaume le plus peuplé. Vingt ans plus tard, alors que le roi est à l'agonie, l'Angleterre est devenue une province délaissée et rebelle, et les prétendants à la couronne préparent leurs armes pour une succession qui s'annonce difficile.

Le roman nous propose de suivre cette lutte pour la succession à travers le point de vue de plusieurs personnages, tous impliqués de près ou de loin dans la succession du roi Henri. Après quelques chapitres qui posent le décor et introduisent les principaux protagonistes, le récit est très rythmé et se lit très facilement, avec un plaisir non dissimulé. L'auteur revendique Les Rois Maudits et Game of Thrones parmi ses inspirations, et on sent effectivement cette ambiance médiévale avec les intrigues de cour et la violence des relations humaines, basées sur l'intérêt, la manipulation et l'ambition. Il y a également une touche de fantastique, même si elle m'a semblé anecdotique et à vrai dire plutôt dispensable dans le récit.

Le livre s'achève par une interview fictive, censée se dérouler en 2025, au cours de laquelle un auteur raconte une uchronie de cet univers uchronique, dans laquelle cette fois les Français ont remporté la Guerre de de Cent Ans et où la dynastie des Valois a conservé le trône de France, c'est-à-dire notre histoire réelle. C'est un clin d'oeil sympathique qui permet à l'auteur (réel, cette fois) d'expliquer les choix qu'il a fait pour son uchronie, notamment sur le point de divergence. J'avoue tout de même avoir été un peu perdu dans certaines explications sur le rôle et le destin de certains personnages historiques ou de leur version fictive. de la même façon, n'étant pas très familier avec l'histoire de la Guerre de Cent Ans, je suis sans doute passé à côté de certaines références historiques dans ce roman. Mais l'essentiel reste que j'ai passé un bon moment de lecture avec ce récit court et bien mené.
Commenter  J’apprécie          00
En conclusion, je regrette beaucoup de n'avoir pas accroché au Non de la Rose alors même que j'attendais avec impatience la sortie de ce texte. Certes, l'uchronie déployée par Sébastien Capelle est intéressante et on sent l'effort de documentation sous-jacent derrière l'écriture. Malheureusement, je suis parvenue à rentrer très tardivement dans le récit en raison d'un contexte historique difficile à appréhender et d'une multitude de personnages à situer. Toutefois, si vous ne connaissez pas l'auteur, je vous invite à découvrir Napoléon en Amérique qui avait été un véritable coup de coeur.

Pour une chronique plus complète, rendez-vous sur mon blog :
Lien : https://labibliothequedaelin..
Commenter  J’apprécie          90
Uchronie médiévale fantastique - à l'intrigue dense et dynamique, rehaussée d'une touche de féminisme. À lire!

le point de divergence : l'Angleterre a gagné la Guerre de Cent Ans. le Roi d'Angleterre est devenu également Roi de France. Il est désormais le Roi de fer. Il a installé sa Cour dans la ville la plus dense et puissante, Paris, coeur du royaume le plus peuplé du continent. Après une trentaine d'années, alors que le Roi ne va presque plus sur son île, ses héritiers se sentent plus français qu'anglais. Délaissée, l'Angleterre s'est muée en province arriérée aux velléités rebelles
Commenter  J’apprécie          10


CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (6) Voir plus



Quiz Voir plus

Titres étrangers pour oeuvres françaises

Quel auteur emblématique de polar a signé "Nada" ? (indice : catch)

Thierry Jonquet
Didier Daeninckx
Jean-Patrick Manchette
Jean-Bernard Pouy

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thèmes : titresCréer un quiz sur ce livre

{* *}