AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Gabrielle Rolin (Traducteur)Charles Dantzig (Préfacier, etc.)Alan U. Schwartz (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782253121121
151 pages
Le Livre de Poche (27/02/2008)
3.53/5   300 notes
Résumé :

Grady McNeil a dix-sept ans et l'âme passionnée. Alors que ses riches parents vont passer l'été en Europe, elle se retrouve seule dans un New York vibrant sous la canicule.

Délaissant le luxe de la Cinquième Avenue, elle tombe amoureuse de Clyde, gardien de parking à Broadway. Ils s'aiment, mais de façon différente.

La fierté provocante de Grady et la nonchalance de Clyde vont peu à peu les entraîner vers de dangereux précipic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
3,53

sur 300 notes

Cannetille
  05 septembre 2020
A l'été de ses dix-sept ans, Grady McNeil refuse d'accompagner ses parents en voyage en Europe, préférant rester seule à New York. Enfin, pas tout à fait seule, puisque la riche jeune fille fréquente en secret le modeste gardien d'un parking de Broadway. Entre la passionnée Grady et le nonchalant Clyde, l'idylle n'est pas sans nuages, et, l'été passant, le jeune couple s'achemine peu à peu vers le drame.

Premier roman écrit par Truman Capote à l'âge de dix-neuf ans, La traversée de l'été impressionne par la maturité et la finesse psychologique qu'il dénote. L'on est aussi frappé de voir germer dans cette première oeuvre bien des ingrédients du futur Petit déjeuner chez Tiffany, l'auteur semblant fasciné par les parcours désespérés de personnages libres et épris d'absolu, blessés dans la poursuite de passions qui les marginalisent définitivement. Grady et Tiffany sont toutes deux de très jeunes et fragiles filles de la bourgeoisie américaine, pleines d'aspirations anticonformistes qui les prédestinent au mal de vivre, voire au drame ultime lorsque les contraintes de la réalité et de leur milieu menacent de leur couper les ailes. Ainsi, si Tiffany réussit à traîner son spleen au fil d'une existence fantasque de papillon de nuit, Grady a tout de la fureur de vivre destructrice de James Dean.

Ce livre posthume, rédigé en 1943 et retrouvé par miracle quelque soixante ans plus tard, n'avait pas été jugé digne d'être publié par son auteur. Pourtant, aussi concis et efficace que subtil et nuancé, il dévoile déjà le talent du grand écrivain que fut Truman Capote.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          689
Marple
  28 juillet 2019
L'histoire est très classique : c'est la romance entre une jeune New yorkaise riche et éduquée et un petit gardien de parking de Brooklyn, le temps d'un été de canicule, juste après la seconde guerre mondiale...
Mais Truman Capote, pourtant âgé de 19 ans à peine lorsqu'il rédigea ce roman, lui donne une toute autre dimension en créant des personnages attachants et fragiles, bien définis et pourtant universels dans leur difficulté à vivre.
Il y a de la tragédie dans ce roman, de la fureur de vivre, du roman d'apprentissage, du désespoir, et beaucoup de style ! Je suis tombée dessus presque par hasard, mais il n'a pas traversé mon été : commencé hier, terminé aujourd'hui, et je ne l'oublierai pas de sitôt !
Commenter  J’apprécie          470
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  11 août 2014
Exhumé en 2004, ce roman est une oeuvre de jeunesse, qu'apparemment son auteur ne voulait pas voir publier. Commencé en 1943, alors que le futur grand écrivain n'avait que 19 ans, voici donc en somme un Capote avant la lettre, pas encore abouti mais déjà fulgurant.
Fulgurant comme son héroïne Grady McNeil, étoile filante de 17 ans, étouffant dans la canicule de l'été new-yorkais. Alors que ses parents partent en voyage en Europe pour plusieurs mois, Grady a décidé de rester seule, (enfin) libre. Pauvre petite fille richissime, provocatrice, fière et rebelle, elle s'amourache de Clyde, gardien de parking. D'emblée, on sent l'irréductible différence de classe sociale, on sait l'incompatibilité de leurs deux mondes a priori parallèles, qui parfois se croisent, rarement pour le meilleur, souvent pour le pire. La tragédie est en marche, l'amour ici vaut bien un désastre. "N'avait-elle pas toujours su que son bonheur serait bref et que Clyde n'entrerait jamais dans sa vie ? Sans doute était-ce pour cette raison même qu'elle l'avait choisi. »
Bribe de portrait d'une jeunesse dorée déjà désabusée, La Traversée de l'été est un court roman troublant de subtilité et de finesse psychologique chez un auteur aussi jeune. J'ai pensé à « Petit-déjeuner chez Tiffany », au Gatsby de Fitzgerald aussi.
Relégué aux oubliettes par Capote lui-même, le manuscrit est resté enfoui dans une caisse de déménagement conservée depuis 1950 par un concierge scrupuleux, jusqu'à ce que les héritiers de ce dernier fassent le ménage et, flairant l'aubaine, confient les documents à Sotheby's. La vente aux enchères n'aboutit cependant à rien, les documents furent confiés à la New York Public Library, et le roman publié. Au bénéfice de la littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
palamede
  24 février 2015
Première oeuvre de Truman Capote, La traversée de l'été n'avait pas suffisamment plu à son auteur pour qu'il en souhaite la publication. le manuscrit retrouvé en 2004, lu par l'administrateur de la fondation Capote et par des spécialistes de l'oeuvre de l'écrivain, est finalement édité deux ans plus tard.
Truman Capote y raconte l'histoire de deux jeunes New-Yorkais qui passent l'été dans la ville. Elle, une jeune fille de bonne famille, est tombée amoureuse du gardien d'un parking de Broadway. Sorte de mauvais garçon, il lui apporte le vent de liberté et de transgression auxquelles elle aspire. C'est un été de toutes les folies où cet amour impossible et bancal connaît un épilogue sans joie.
La maturité dont fait preuve Truman Capote dans ce roman est étonnante. La finesse de l'évocation des sentiments et de la vacuité de la vie de ses personnages ne laisse pas soupçonner un auteur aussi jeune. Rien n'est direct ni trivial, tout est suggéré, seules quelques rares phrases manquent un peu de légèreté. On reste irrésistiblement charmé par ce conte moderne de la non perméabilité des classes sociales.
Lien : http://livreapreslivre.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Nastie92
  28 octobre 2021
"Écrit par Truman Capote entre dix-neuf et vingt-neuf ans, ce roman inédit a été retrouvé à l'occasion d'une vente aux enchères en 2005. Il porte en lui toute la finesse psychologique et le style éblouissant de l'auteur de de sang-froid et de Prières exaucées, un des plus grands écrivains américains du XXe siècle." : voilà ce que nous dit la quatrième de couverture.
Plutôt flatteur et attractif.
Mais, qu'en est-il vraiment ?
Cette lecture ne m'a pas emportée, loin de là. Je me suis plutôt ennuyée malgré sa brièveté.
Certes, il y a de bons ingrédients, on retrouve des thèmes chers à Truman Capote, mais l'ensemble paraît n'être qu'une esquisse, un texte qui aurait besoin d'être vraiment retravaillé pour devenir intéressant.
On est bien loin de l'avis dithyrambique de l'éditeur.
Ce livre a un goût d'inachevé... et c'est normal : il l'est.
Quelques recherches rapides sur le net permettent d'en savoir plus et de comprendre.
La traversée de l'été est une oeuvre de jeunesse. Un roman que Truman Capote n'a pas terminé. Lorsqu'il quitta l'appartement qu'il occupait lors de sa rédaction, il demanda au concierge de jeter diverses affaires, dont ce manuscrit.
Manuscrit qui n'a manifestement pas été jeté, et qui refit surface vingt ans après la mort de l'écrivain. Une aubaine pour un éditeur, vu la célébrité de l'auteur.
Voici mon avis, qui ne prétend pas être la vérité absolue, mais juste mon avis.
Si Truman Capote n'avait pas jugé bon de terminer son ouvrage, émettant même le souhait de le voir détruit, je ne trouve pas respectueux de le publier. Surtout, sans avertissement.
Si la publication est faite dans un but de connaissance, pour que les chercheurs spécialisés puissent étudier cette oeuvre, pour que les lecteurs puissent mieux comprendre comment s'est développé le talent de l'écrivain, là je suis d'accord.
Mais publier en appâtant le lecteur, alors que le roman n'est pas à la hauteur des écrits ultérieurs me semble peu honnête.
Allez, il n'y a pas mort d'homme : la lecture fut rapide, et l'objet vite rendu à la bibliothèque. Passons à autre chose !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   20 mars 2017
...Ms McNeil ne se souvenait pas de grand-chose, sinon de sa toilette rose et or, du collier de perles de sa mère et, ah oui, de sa première rencontre, tout sauf mémorable, avec Lamont Mc Neil. Elle dansa une fois avec lui sans ressentir la moindre émotion. Sa mère en revanche manifesta un plus vif intérêt car, bien qu'il approchât de la trentaine et fût peu introduit dans le monde, Lamont McNeil avait à Wall street une réputation croissante d'homme d'affaires et représentait une jolie prise pour les jeunes filles sinon de grandes du moins de bonnes familles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
CannetilleCannetille   05 septembre 2020
On eût dit que leur point de rencontre était un bateau naviguant entre deux îles où chacun conservait sa propre vérité. En faisant un effort, il aurait pu apercevoir les rives du monde de Grady, mais son domaine à lui se perdait dans la brume.
Commenter  J’apprécie          210
TifanyTifany   20 avril 2014
Les Manzer formaient bel et bien une famille. Tout chez eux, depuis les meubles usés jusqu'à l'air que l'on respirait, oui tout exprimait la vie en commun.
Ils ne faisaient qu'un et rien n'aurait pu les séparer.
Cela leur appartenait, cette vie, ce décor, comme s'ils s'appartenaient les uns aux autres et Clyde était d'abord et avant tout un des leurs plus qu'il ne croyait. Grady, elle n'avait jamais appartenu à un clan comme celui-ci, qui dégageait une chaleur presque exotique. Sa nature ne pouvait s'épanouir qu'à l'air frais, dans l'indépendance propice aux coudées franches.
Elle n'aurait pas eu honte d'admettre: oui, je suis riche, c'est grâce à l'argent que je tiens debout.Sa fortune lui permettait de choisir selon ses goûts, son cadre de vie et les gens qu'elle fréquentait.
S'il en allait autrement pour les Manzer, c'était parcequ'ils ignoraient les bienfaits que procure l'aisance. Mais ils compensaient cette lacune, en resserrant les liens qui les attachaient à ce qu'ils possédaient.Si de la naissance à la mort, leur vie s'écoulait dans de plus étroites limites, elle y vibrait plus intensément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
YukoYuko   22 octobre 2012
Il y a une sorte de magie à observer l'être aimé sans qu'il en ait conscience, comme si sans le toucher on lui prenait la main et que l'on lise dans son coeur. Il s'offre ainsi ingénument, à croire que, de manière irrationnelle, il concilie toutes les qualités qu'on lui attribue à l'aveuglette, la pureté du coeur, la tendresse de l'enfance.
Commenter  J’apprécie          110
clarinetteclarinette   20 juillet 2009
Il lui attrapa la main et ils se mirent à courir, jusqu'à une paisible ruelle latérale qu'adoucissait encore une rangée d'arbres.Quand ils s'arrêtèrent essoufflés pour s'appuyer contre un mur, il lui glissa dans les mains un petit bouquet de violettes. Elle n'eut pas besoin de les regarder plour savoir qu'il les avait volées, comme si elle avait assisté à la scène. Les fleurs contenaient l'été tout entier,avec ses ombres et ses lumières gravées dans les feuilles, et elle en pressa toute la fraîcheur contre sa joue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Truman Capote (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Truman Capote
Souvenez-vous de ce que disait Stendhal, dans le Rouge et le Noir : « le roman est un miroir qui se promène sur une grande route ». Cette citation fait écho à ce que l'on appelle aujourd'hui la "littérature du réel", un genre hybride à la lisière entre fiction et vraie vie, enquête et roman.
C'est de cette matière et de ce qu'en fait celui qui s'en empare, dont nous allons parler dans cet épisode avec le journaliste et écrivain Mathieu Palain. Son deuxième roman, Ne t'arrête pas de courir raconte l'histoire vraie de sa rencontre avec Toumany Coulibaly, champion d'athlétisme le jour, braqueur multi récidiviste la nuit. Un livre récompensé par le prix Interallié et le prix du roman des étudiants France Culture/Télérama.
Pour compléter cet entretien, nous retrouverons ensuite notre libraire Anne Charlotte. Elle nous a concocté une bibliographie en lien avec la thématique du réel.
Pour retrouver les livres de Mathieu Palain, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/personne/personne/mathieu-palain/2247758/
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairie.dialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues TWITTER : https://twitter.com/Dialogues LINKEDIN : https://www.linkedin.com/company/dialogues-brest/
Bibliographie : - Ne t'arrête pas de courir, de Mathieu Palain (éd. L'Iconoclaste) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18956527-ne-t-arrete-pas-de-courir-mathieu-palain-l-iconoclaste
- Sale Gosse, de Mathieu Palain (éd. J'ai Lu) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18867763-sale-gosse-roman-mathieu-palain-j-ai-lu
- La Méprise, de Florence Aubenas (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/1741482-la-meprise-l-affaire-d-outreau-l-affaire-d-ou--florence-aubenas-points
- Quai de Ouistreham, de Florence Aubenas (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16645840-le-quai-de-ouistreham-nouvelle-edition--florence-aubenas-points
- L'Adversaire, d'Emmanuel Carrère (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/886139-l-adversaire-emmanuel-carrere-folio
- Crime, de Meyer Levin (éd. Libretto) https://www.librairiedialogues.fr/livre/2013100-crime-roman-meyer-levin-libretto
- de sang-froid, de Truman Capote (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/832194-de-sang-froid-truman-capote-folio
- 10 jours dans un asile, de Nellie Bly (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/10006790-10-jours-dans-un-asile-nellie-bly-points
- Nellie Bly, dans l'antre de la folie, de Virginie Ollagnier et Carole Maurel (éd. Glénat) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16980930-nellie-bly-dans-l-antre-de-la-folie-carole-maurel-glenat-bd
- Regarde les lumières mon amour, d'Annie Ernaux (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/9401760-regarde-les-lumieres-mon-amour-annie-ernaux-folio
- À la ligne, de Joseph Ponthus (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17044621-a-la-ligne-feuillets-d-usine-joseph-ponthus-folio
-
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Truman Capote

Truman Garcia Capote (nom de naissance Truman Streckfus Persons) est né à la Nouvelle-Orléans en ...

1904
1914
1924
1934

10 questions
105 lecteurs ont répondu
Thème : Truman CapoteCréer un quiz sur ce livre