AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Patrice Repusseau (Traducteur)
EAN : 9782869302914
53 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/11/1989)
  Existe en édition audio
3.77/5   115 notes
Résumé :
"Il y a tout le bonheur d'un récit qui vous brouille le regard de larmes et le cœur d'émotion. Un grand, un très grand petit livre." Michèle Gazier, Télérama.
"Une merveille d'à peine cinquante pages, toute en émotion contenue, qui nous touche secrètement, durablement." Michel Braudeau, Le Monde.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 115 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis

palamede
  15 février 2018
Pour scolariser Bobby, ses parents ont quitté la ferme familiale sur les contreforts des Alleghanys (Virginie Occidentale). Ainsi un triste matin, le coeur brisé, le jeune garçon a dit adieu à la maison de son enfance et à ses grands-parents qu'il aimait. " On ne se donna jamais la peine de retourner là-bas ... mais peut-être qu'un jour, avant de mourir, j'y retournerai y vivre. "
En quelques pages, Truman Capote nous émeut en profondeur. Arraché brutalement de ses racines et sans retour, son jeune héros connaît (pour lui, un traumatisme indélébile) ce que nous mettons souvent des années à vivre ; pour beaucoup, la fin de l'enfance heureuse et insouciante dont faisaient partie des maisons familiales et nos chers grands-parents.
Issu du passé, l'héritage constitutif et fondateur de notre être qui ne peut disparaître. Tel le secret du grand-père de Bobby : " Vivre, laisser vivre et prendre plaisir à la vie, tout cela faisait partie du " secret " de grand-père ; recevoir l'amour et le partager. "
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          770
valsing
  10 mars 2018
Tourner une page dans le cours de sa Vie n'est pas si anodin !
Truman Capote décrit avec justesse, pudeur et beaucoup de nostalgie ce passage douloureux à travers l'enfance de Bobby, le narrateur. Quitter ses grands-parents parce que l'herbe est plus verte ailleurs, parce que ses parents en ont décidé ainsi ! De l'attachement à… l'arrachement.
C'est pour toi Bobby, pour ton Avenir !
Troquer la chaîne de l'héritage contre le rêve américain. Vivre cet instant comme un déchirement et des années plus tard…se retourner sur ce passé. Comme des boules de billards qui heurtent les rebords de notre âme et finissent par atteindre l'abîme de nos regrets !
Commenter  J’apprécie          521
Biblioroz
  10 mai 2021
De nombreuses années séparent Bobby de la ferme de son enfance en Virginie Occidentale. Mais les moments de ce départ teinté d'une profonde tristesse, alors qu'il n'était qu'un petit garçon se préparant à rentrer à l'école, lui reviennent et emplissent les quelques pages de cette nouvelle.
Les lignes simples et limpides de Truman Capote laissent entrevoir la peine d'un grand-père qui mesure tout le vide que laissera derrière lui l'absence de son petit-fils qui va partir de l'autre côté de la montagne. Il demande alors au petit Bobby de rester dans ses souvenirs et l'implore de revenir le voir pour partager un secret. Les larmes et le regard triste émergent des pages.
Le père a décidé d'offrir à son fils la liberté, une vie meilleure que celle tirée de cette terre familiale. Un départ caché qui précipite les deux derniers jours de partage entre le grand-père et Bobby. La grand-mère était aussi dans l'ignorance mais comment peut-on ne pas ressentir ce vide imminent qui va les assaillir ?
C'est au bord d'un ruisseau où les roseaux s'agitent que Bobby allait vider son trop plein de chagrin et c'est donc là qu'il retrouve son grand-père qui lui fait promettre de lui envoyer un petit mot chaque semaine.
Une photo sur la commode, des yeux rougis, une main qui esquisse un au revoir. Tout le dépouillement de ce texte très bref renforce la douleur des départs, la fin d'une page de l'enfance, la distance qui sépare la famille, une terre qui ne sera plus pour la future génération, le vieillissement prématuré face à l'absence.
C'était lors d'un été indien qui prenait fin en laissant place à un air glacial puis à la neige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Pirouette0001
  31 juillet 2016
Bref roman ou nouvelle, la définition n'est plus claire à mes yeux, ce livre, premier de Truman Capote que je lis, ne me laisse pas une idée précise de ce que peut être le style de l'auteur.
L'écriture est facile et agréable à lire. Le récit semble autobiographique et, est-ce dû à cela, mais le tout reste à ce point pudique que l'on ne comprend pas bien l'échange entre l'enfant, qui quitte avec ses parents la maison familiale en y laissant ses grands-parents, un peu par sa faute, puisque c'est pour lui permettre d'aller à l'école ailleurs, et le grand-père qui lui demande de ne pas l'oublier.
Il faudra sans doute que je saute le pas et me plonge dans un des livres cultes de l'auteur pour me forger une véritable opinion.
Commenter  J’apprécie          150
cicou45
  09 août 2011
Cette nouvelle débute dans les années '30 en Virginie occidentale où le narrateur, un jeune garçon de 6 pu 7 ans, est contraint de quitter ses parents et ses grands-parents afin de rejoindre les bancs de l'école. Cet arrachement aux sources et à cette maison qu'il aime tant est une volonté de son père qui souhaite offrir à son fils une éducation digne de ce nom. Mais le narrateur, lui, n'est pas du même avis. Pourquoi apprendrait-il plus en allant à l'école que dans cette demeure, en plein coeur de la nature avec ses grands-parents qui lui sont si chers ? Mais la volonté paternelle est telle que le jeune garçon et ses parents quittent bientôt cette demeure que le jeune narrateur aime tant dans cet environnement aux mille couleurs enchanteresses.
Magnifique ouvrage de Truman Capote où l'auteur nous parle de ses profondes blessures, celles de l'arrachement au foyer familial et de l'abandon. Une pure merveille !
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
valsingvalsing   11 mars 2018
Grand-père ne quittait pas son état de torpeur car il sentait bien qu'il se tramait quelque chose. Il ne parlait plus à personne et boudait dans son coin. Il réagissait toujours ainsi lorsqu'on lui cachait ce qui n'allait pas. Quand le problème s'aggravait, ce qui ne manquait jamais d'arriver, il finissait par être au courant ; et alors il me prenait sur ses genoux, m'installait confortablement et m'exposait son point de vue sur la situation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
palamedepalamede   16 février 2018
... je sus que j'entrais dans un autre monde que celui que je pouvais découvrir de la maison, et aussi que j'étais parti pour un long voyage. il ne s'agissait plus d'aller en ville, cette fois, mais beaucoup plus loin ; un voyage comme j'en avais jamais fait.
Commenter  J’apprécie          336
YukoYuko   01 février 2011
Le silence immobile de l'automne était dans l'air. Grand-père ne quittait pas son état de torpeur car il sentait bien qu'il se tramait quelque chose. Il ne parlait plus à personne et boudait dans son coin. Il réagissait toujours ainsi quand on lui cachait ce qui n'allait pas. Quand le problème s'aggravait, ce qui ne manquait jamais d'arriver, il finissait par être au courant ; et alors il me prenait sur ses genoux, m'installait confortablement et m'exposait son point de vue sur la situation.
"Bobby" m'annonça-t-il un vendredi soir, "j'ai un secret que je voudrais te confier un de ces jours." Les yeux baissés, à petits traits vifs, il esquissait des formes dans le sable avec ses orteils. (...) Je ne détachais pas mes yeux de son visage, cherchant son regard mais, la tête penchée en avant, il continuait de fixer ses pieds nus d'un air perplexe.
"Tu vas bientôt partir. Tu me manqueras quand tu ne seras plus là. Tu vas aller vivre avec des gens que tu ne connais pas et je veux que tu te souviennes de moi et de mon secret. Reviens me voir un de ces jours et on le partagera ce secret." Puis il me regarda ; il avait l'air tellement triste !
Les larmes lui montèrent aux yeux et je sus qu'il devait être rongé par le chagrin. J'étais là, incapable de faire un geste : je ne l'avais jamais vu pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NievaNieva   13 décembre 2019
Je trouvai grand-père assis au bord du ruisseau. La pipe à la bouche, il observait l’eau. Elle glissait sans bruit sur les pierres en formant des rides, ou allait se prendre en gargouillant dans une petite branche. Les roseaux se balançaient au moindre souffle d’air ; aussi loin que je me souvienne, le vent jouait toujours dans ces roseaux. Grand-père ne faisait rien. Il se contentait de regarder l’eau fuir en de minuscules tourbillons qui finissaient par disparaître derrière le coude du ruisseau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ScoutCurtisScoutCurtis   07 juin 2016
Maman entra à son tour et j'entendis le moteur démarrer. Tandis que la voiture s'éloignait sur le chemin, je pressai mon visage tout barbouillé de larmes contre la vitre arrière et enlevai la buée. Je reverrai toujours grand-père debout dans la cour agitant la main pour me dire au revoir. La neige voilait les arbres et les bois. Je distinguais à peine la maison - un filet de fumée s'échappait, aussi avalé par le ciel neigeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Truman Capote (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Truman Capote
Frissons et effrois à tous les étages Tous les titres à retrouvez : https://www.librest.com/nos-selections/voir-toutes-nos-selections/les-barbares/liste,1048-814.html?modeAffichage=liste&librairie=Le-Genre-Urbain&isMedialog=&nbResult=32&tri=SortDatParut&debut=0
- "LES GRANDS PROCÈS DE L'HISTOIRE. DE L'AFFAIRE TROPPMANN AU PROCÈS D'OUTREAU", PIERRAT EMMANUEL, MARTINIERE BL - "REDEMPTION", RONAN VANESSA, RIVAGES - "LES BIENVEILLANTES", LITTELL JONATHAN, GALLIMARD - "LE LIVRE NOIR DES SERIAL KILLERS - DANS LA TETE DES TUEURS EN SERIE", BOURGOIN STEPHANE, POINTS - "LE SILENCE DES AGNEAUX", HARRIS THOMAS, POCKET - "UN SINGULIER GARÇON", SUMMERSCALE KATE, 10 X 18 - "L'ORANGE MECANIQUE", BURGESS ANTHONY, ROBERT LAFFONT - "LE POETE", CONNELLY MICHAEL, LGF - "L'ETRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE", STEVENSON R L., GALLIMARD - "EICHMANN A JÉRUSALEM", ARENDT HANNAH, GALLIMARD - "AVENUE DES GÉANTS", DUGAIN MARC, GALLIMARD - "UNE SI JOLIE PETITE FILLE - LES CRIMES DE MARY BELL", SERENY GITTA, POINTS - "L'ELIMINATION", PANH RITHY, LGF - "DE SANG-FROID", CAPOTE TRUMAN, GALLIMARD - "MONSTER INTEGRALE DELUXE T1", NAOKI URASAWA, KANA - "LA BARBARIE DES HOMMES ORDINAIRES", DANIEL ZAGURY, L'OBSERVATOIRE - "BLACK-OUT", DELARUE CECILE, PLEIN JOUR - "LA MORT EST MON METIER", MERLE ROBERT, GALLIMARD - "MON AMI DAHMER, BACKDERF DERF, POINTS - "CALIFORNIA GIRLS" LIBERATI SIMON LGF CE SOIR JE VAIS TUER L'ASSASSIN DE MON FILS EXPERT JACQUES LGF RAGE NOIRE THOMPSON JIM RIVAGES LA DEPOSITION ROBERT-DIARD PASCALE GALLIMARD UNE SAISON DE MACHETTES HATZFELD JEAN POINTS DANS LA TETE DES TUEURS DE MASSE COLLECTIF INCULTE LES ARPENTEURS ROMAN ZUPAN KIM GALLMEISTER
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Truman Capote

Truman Garcia Capote (nom de naissance Truman Streckfus Persons) est né à la Nouvelle-Orléans en ...

1904
1914
1924
1934

10 questions
102 lecteurs ont répondu
Thème : Truman CapoteCréer un quiz sur ce livre