AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marc de Gouvenain (Traducteur)
EAN : 9782742713561
206 pages
Actes Sud (04/06/1999)
3.33/5   18 notes
Résumé :
L'Australie, ses plages de dunes tout au sud de Melbourne.
Face à l'océan, à ses vagues énormes venues de l'Antarctique, Jake ne vit que pour l'instant où sa planche vacille, se cabre puis se calme. L'instant où son corps s'ouvre à la mer. Hannah est là pour ça elle aussi : elle a quitté Melbourne et l'université pour apprendre à surfer, pour découvrir la violence du courant et le danger si difficile à maîtriser. Leur histoire d'amour sera éphémère ; muré dan... >Voir plus
Que lire après Surfer la nuitVoir plus
Surf City par Nunn

Surf City

Kem Nunn

3.66★ (215)

Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Lorsque l'on parle du surf, on imagine à chaque fois, les chemises hawaïennes, les filles en bikini, les mecs le teint halé et les cheveux au vent, le soleil qui luit sur la peau, les Beach-Boys, le bruit des vagues et la Californie. On pense à quelque chose qui a l'air cool.

Surfer la nuit nous entraîne en Australie où l'on retrouve des personnages perdus avec eux-mêmes dans une destinée qui les ennuient Un décors de station balnéaire qui même sous le soleil laisse l'humain dans son mortel ennui. L'évolution qui stagne, le passé qui flotte, le futur qui est définitivement incertain.

J'ai aimé les fortes notions de tête-à-tête que cela soit la relation de couple, les liens d'amitié, d'amour, mais aussi le tête-à-tête avec les vagues (la passion sous toutes ses formes). Tous ces liens avaient un coté dévorant, quelque chose qui prend pour soi, mais qui ne recrachent pas sauf les vagues qui rejettent ce qu'elles ont engouffré. le personnage de Jake m'a fait penser à celui du grand bleu. Perdu dans son monde à lui et ayant des difficultés relationnelles finit par se perdre dans le grand bleu. L'eau et les émotions sont souvent à mal. Chacun qui moi la tasse, malgré le leash qui sert de sécurité.

Le surf est omniprésent, mais n'est pas idyllique. La houle, les lames de fond, les fonds marins, les rochers et les accidents. Loin du surf cool et des sourires dents blanches brillantes. On y apprend des termes techniques et la réalité du terrain. HANG TEN BABY.

Nous sommes bien loin du surf californien et c'est tant mieux. Parfois, il est préférable de revenir sur terre ferme. de toute manière, une vague plus grosse que les autres finira bien par tout engouffrer et il ne restera rien. Rien, sauf un arrière gout de houle et de sel marin en bouche.
Commenter  J’apprécie          150
Une lecture inattendue mais très plaisante.

Hannah a quitté ses études à l'université et se fait embaucher dans le café tenu par le mari d'une camarade de promo. Ce roman est l'occasion de découvrir toute la vie générée autour de ce bar de bord de mer. Les habitués, les touristes, les surfeurs, toutes ces vies qui se croisent et s'entrechoquent parfois.

Je parlais d'une lecture inattendue, car malgré mon immense pile à lire, j'ai acheté ce livre et l'ai dévoré dans la journée. Que c'était bien. J'ai aimé la profondeur et la complexité des personnages créés par l'auteure. le personnage d'Hannah m'a beaucoup touché, sa difficulté à trouver sa place, son impression de tromper son monde, son besoin d'amour… Je l'ai adorée. de la même manière, le personnage de Jack me paraît très juste, tangible, j'aurais pu connaître ce garçon. Tous les personnages m'ont marqués, du père de Jack, à Ruben et Marie, tous étaient beaux à leur manière.

Le roman se déroule en bord d'océan, dans un endroit propice au surf et à la pêche. Là encore, ayant toujours vécu en bord de mer, j'ai reconnu les hommes et femmes rustres, les personnalités taiseuses mais aimantes qui peuvent vivre sur nos côtes. L'envie de faire au mieux, de faire ses preuves, la crainte de ne pas être à la hauteur en côtoyant des gens des villes, tout était juste. La société qui se modernise parfois trop vite pour les locaux enfermés dans leur routine qui date de la nuit des temps.

J'ai du mal à mettre des mots sur ce roman, car il a beaucoup résonné en moi et j'ai l'impression d'extrapoler trop ou de mal le raconter. Pourtant, c'est véritablement un bon roman et je souhaite qu'il tombe entre vos mains. Lisez-le et racontez-le mieux que moi.
Commenter  J’apprécie          20
Dans ce roman, on partage une saison d'été avec Hannah, étudiante à Melbourne, venue dans un bled côtier pour surfer et faire un petit job dans le café de Ruben et Marie. Elle rencontrera Jake, pour une histoire amoureuse complexe, entre moments de complicité et incompréhension. Tout respire la mélancolie et la difficulté de vivre dans ce roman. La communication entre les êtres et difficile, les malentendus sont omiprésents. le malaise existentiel, l'insatisfaction et les rêves déçus colorent la vision que les personnages ont d'eux-mêmes. Les barrières sont aussi sociales et géographiques : Hannah est perçue par les locaux comme une fille de la ville, et ne parvient pas à s'intégrer auprès de l'environnement de Jake. Marie quant à elle étouffe dans cette atmosphère de petite ville, aspire à une autre vie - et est mal vue pour cette ambition citadine qui la fait passer pour snob.
L'océan est bien sûr omniprésent, comme un climat, un environnement, et le surf et les émotions qu'il procure font partie de l'univers partagé de Jake et Hannah. Il y a aussi la tentation de l'extrême, du risque, qui imprègne ce rapport à l'élément océanique et s'enfle au fil du roman jusqu'au dénouement.
Les cent premières pages sont excellentes : on découvre les personnages, leur douleurs et leurs espoirs, leur tentatives pour remédier à une solitude existentielle, et le décor spectaculaire de l'océan. L'intérêt fléchit un peu aux 2/3 du roman, quand à peu près tout rate pour tout le monde... mais le dénouement plutôt réussi et haletant laisse une impression durable.
J'ai donc plutôt apprécié ce roman dans son ensemble. Néanmoins, pour ajouter un fort bémol à cette critique, il faut noter la très mauvaise traduction qui altère significativement l'expérience de cette lecture. Un travail bâclé de Marc de Gouvenain, manifestement pas relu avec attention par l'éditeur (dont les orientations politiques connues nous donnent une idée sur la priorité donnée à la rentabilité sur tout le reste). Certaines traductions littérales sont tout simplement inacceptables : « boissons légères », où l'on devine qu'il s'agit de « soft drinks » c'est à dire des boissons sans alcool. de la même façon les options de traduire ou de ne pas traduire des termes du vocabulaire du surf sont systématiquement mal choisies - Quel surfer parlerait de « coins » pour surfer ? le traducteur aurait indiscutablement du choisir l'anglicisme de « spot » . A l'inverse, le traducteur choisit de parler tout au long du livre de Rip, avec une majuscule… Terme bien énigmatique pour le lecteur ! En l'occurence, soit dans ce cas on reste scientifique et on parle de « courant d'arrachement », soit on reste au plus près du vocabulaire surf et on parle de baïne... Mais garder le terme Rip n'a aucun sens. Toute la traduction est à l'avenant, il faut donc s'armer de patience pour lire cette très mauvaise version française (et ne pas hésiter à vérifier au besoin certains termes pour comprendre de quoi on parle).

Lien : http://www.williamjoshbeck.c..
Commenter  J’apprécie          20
Australie, de nos jours. Hannah a lâché ses études à Melbourne pour apprendre à surfer. Jake est un surfeur. Ruben et Marie tiennent sont propriétaires du café où ils se sont rencontré. Marcus, père de Jake, nettoie les plages. Dans un chassé-croisé, Fiona Capp nous fait suivre les parcours de ces personnages le temps d'un été dans un agréable roman qui décrit notamment l'univers des surfeurs, leurs disputes avec les sauveteurs qui surveillent les plages… Ses personnages un peu perdus nous emmènent dans un univers dépaysant, au goût de vagues, de sables et de sel. Une lecture d'été, qui vous transporte sur le littoral australien.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
- Tu sais ce qui m'a donné envie d'essayer ? J'ai lu un poème lorsque je devais avoir dix ans. Cela s'appelait "le surfeur". J'adorais aller à la plage mais je n'avais jamais vraiment prêter attention aux surfeurs. Pour moi, ils n'étaient que des garçons sur des planches. Et ensuite, ils n'étaient plus les mêmes.
Elle commence à réciter puis s'arrête pour expliquer.
- Je me représente ça comme un règlement de comptes. Entre le surfeur et la mer. Mais la mer est le seul gagnant possible.

Page 82.
Commenter  J’apprécie          30
Elle lui dit qu'elle est allée voir le notaire. Il a sorti leur dossier. Elle restera aussi longtemps qu’il faudra pour clarifier la situation. Elle lui demande ce qu’il compte faire du café. Il lui demande comment elle se débrouillera pour vivre. Ils se tiennent chacun à un bout de la table. Avec des voix sans émotion, distantes, ils parlent de la dissolution de leur mariage.
Commenter  J’apprécie          30
Il fallait s'attendre à des dégâts - hématomes ou blessures, voire déchirure sur un rocher. Hannah savait qu'elle ne s'en sortirait pas indemne mais elle préférait que cela arrive dans l'eau plutôt que sur la route.



Page 14.
Commenter  J’apprécie          50
Ruben sourit en se grattant la nuque.
- Ils vont vous manger toute crue, dit-il.
- Les requins ne me font pas peur.
- Non, mais les surfeurs, Hannah.

Page 61.
Commenter  J’apprécie          60
Une vague noire qui saupoudre d'éclats les profondeurs ignorant la lumière, une vague qui se tord si haut qu'elle arrache au ciel le soleil, les étoiles et la lune et transforme le jour en encre.

Page 65.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Fiona Capp (1) Voir plusAjouter une vidéo

Fiona Capp : Surfer la nuit
Depuis une plage de Sidney, Olivier BARROT recommande la lecture de "Surfer la nuit" de Fiona CAPP.
autres livres classés : surfVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (36) Voir plus



Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
503 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre

{* *}