AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021369358
Éditeur : Seuil (05/10/2017)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Paris, de nos jours ou presque. Au sortir d'un plateau télé, Léandre Batz, journaliste en mal de sujet, croise le chemin d'une figure de la Comédie-Française, Olivia Muller. L'actrice est effondrée, elle vient de se voir refuser le droit à l'adoption : sa nOte est trop basse. Car il faut savoir qu'une application, aussi simple que cruellement efficace, régit désormais le quotidien de tous les utilisateurs de smartphone, autant dire d'à peu près chaque être vivant su... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
lucia-lilas
  02 novembre 2017
Ah, les nuits d'Halloween, très peu pour moi ! Tandis que mes gamins se précipitent dans le premier cinéma pour hurler de plaisir et trembler de joie devant un clown grimaçant ou une horrible poupée malveillante, m'assurant qu'ils ne rentreraient pas avant deux heures du matin, je me plonge avec délice dans un roman policier qui me fait de l'oeil depuis quelque temps. Et l'expression « faire de l'oeil » est à prendre au sens propre parce que, selon l'inclinaison que vous donnez au livre, l'oeil s'ouvre ou se ferme (on appelle ça un « flip lenticulaire » paraît-il…) Effet garanti !
Je commençais tranquillement ma lecture lorsque soudain, j'entendis la porte grincer…
Non, je plaisante ! Allez, me voilà plongée dans Mise à jour de Julien Capron, journaliste de formation et scénariste. le texte se présente un peu comme une pièce de théâtre : chaque protagoniste prend la parole comme pour témoigner après coup de ce qui s'est passé.
Et que s'est-il passé ? Eh bien, imaginez une société où l'on note tout : les restos, les hôtels, les sites touristiques, les livres même… Mais cela ressemble fortement à la nôtre, me direz-vous. Oui mais si l'on vous notait VOUS aussi, en tant qu'individu ? Imaginez, vous passez dans la rue, vous croisez quelqu'un qui vous lâche un regard noir : clic, vous lui mettez une sale note. Votre ami a quelques minutes de retard ? Allez zou, un rouge : « une saloperie de Jugement dernier en temps réel ». Imaginez le pouvoir que chacun aurait sur l'autre ! Quel enfer ! Et puis, pas besoin de s'expliquer, de se justifier : t'as une sale tête, clac, une sale note ; toi, t'as l'air sympa, clic, un vert. Tu es quoi toi, en ce moment ? Je suis « orangeclair », j'espère être « vertclair » dans la journée car j'ai un entretien d'embauche et pour être embauché, il faut être bien noté (entre l' « orangeclair » et le « vertfoncé »).
Tiens, c'est marrant, je ne sais pas pourquoi mais toutes ces couleurs me rappellent les évaluations par compétences : comme la note chiffrée risque de choquer l'élève, on utilise des couleurs, paraît-il que c'est moins violent. Je ne suis pas psychologue mais ma fille à l'école primaire avait eu une fois (une fois seulement, ouf!) un marron. J'ignore ce que symbolise le marron pour vous, mais pour ma fille, je vous assure qu'elle aurait mille fois préféré avoir une sale note.
Bon, revenons à nos couleurs : je vous sens un peu perdu, alors, je vais vous faire un petit schéma : « vertfoncé » = tb / « vertclair » = b / « orangetrèsclair » = ab / « orangeclair » = moyen / « orangefoncé » = mauvais / rouge = très mauvais.
Voici la hiérarchie sur eVal (l'appli en question) :
« La plupart des gens sont orangeclairs ou vertclairs. Au-dessus de vertclair, on est une star ; au-dessous d'orangeclair, on entre dans les premiers cercles de l'enfer. Je dirai : orange pour un type qui empêche son voisinage de dormir depuis deux mois ; orangefoncé pour un PDG qui vient de déménager son usine pendant la nuit en laissant quatre cents ouvriers sur le carreau ; rouge pour un politique qui vient de tomber pour corruption ; rougeclair pour un serial killer ; rougefoncé pour un serial killer djihadiste qui fait collection d'artefacts nazis. »
C'est plus clair ? Alors, je reprends, vous vous rendez à un entretien d'embauche et vous êtes « orangefoncé » : eh bien, c'est MORT, vous pouvez rentrer chez vous, on ne vous prendra JAMAIS.
Dans notre roman, il s'agit d'une jeune actrice, Olivia Muller, qui vient de se voir refuser son droit à l'adoption parce que sa note est trop basse. Et le problème, c'est qu'elle ne comprend pas POURQUOI sa note est trop basse et c'est l'énigme que Léandre, un de ses amis, va tenter de résoudre. Pourquoi Olivia a-t-elle une note aussi désastreuse, pourquoi est-elle « orangefoncée » ? Qu'a-t-elle fait pour en arriver là ? Elle ne voit pas elle-même et passe ses journées à pleurer sur son sort.
Évidemment, il y aurait une solution très simple : casser la sécurité d'eVal et aller trouver là-dedans toutes les infos qu'on cherche, mais lorsque l'on sait que le fondateur d'eVal n'est autre que le petit frère de Léandre, on se dit que le bras de fer ne va pas être simple.
Cette appli est-elle bien morale ? Est-elle trafiquée ? Et si oui, dans quel but ? Peut-on se fier à la logique mathématique, aux algorithmes ?
Une avalanche de questions d'actualité…
Comme je vous l'ai dit, Olivia est actrice à la Comédie-Française et j'ai beaucoup aimé, en arrière-plan, l'évocation du monde du théâtre et les réflexions sur le rapport entre fiction et réalité…
Bref, quand les gamins sont rentrés et qu'ils ont vu mon livre à oeil « flip lenticulaire », ils se sont précipités dans leur chambre avant même que je tente de leur expliquer l'intrigue de mon polar : et clac, un rouge pour eux. Je n'aime pas qu'on refuse d'échanger sur la littérature, quelle qu'en soit la raison !
Et deux secondes après, un « vertfoncé », pour me rattraper : ce sont mes gosses quand même !
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Killing79
  01 décembre 2017
Avant toute chose, ce livre est un objet à part entière. Dès qu'on l'a entre les mains, il nous intrigue. Sa couverture est une image lenticulaire, c'est-à-dire que son graphisme bouge en fonction de l'angle à partir duquel on le regarde. L'oeil qui apparait s'ouvre ou se ferme selon l'inclinaison du livre. On a alors envie de connaître le contenu.
Et même le contenu est original. En effet, je n'avais encore jamais vu une structure de rédaction de cette sorte. Sur une même page, plusieurs narrateurs interviennent pour relater les faits. On passe donc d'un point de vue à un autre comme dans une succession d'interviews. Chacun se souvient des évènements passés et le lecteur peut reconstruire le fil de l'histoire. le scénario se dessine donc peu à peu grâce aux témoignages d'une poignée de personnages.
Pour ce qui est de l'enquête elle-même, les acteurs sont à la recherche de l'origine de la chute de la note d'une star sur un réseau de cotation. Ce réseau social est une nouveauté numérique qui sévit dans un futur proche. Toutes les péripéties ne sont finalement qu'une manoeuvre de Julien Capron pour pouvoir imaginer l'évolution du monde sociétal de demain. Il crée alors une aventure qui perpétue les dérives numériques modernes et en ressortir toutes les aberrations. A travers ses protagonistes, il aborde aussi les rapports parfois compliqués d'une fratrie, en particulier quand il est question d'argent et de pouvoir.
Grâce au style accessible de l'écriture, je me suis très vite accoutumé à l'architecture originale du texte. Les événements m'ont emporté et le léger suspense a fait son effet durant ce court roman. Seule la résolution de l'intrigue, tirée par les cheveux, ne m'a pas vraiment convaincu. Mais globalement, ma lecture a été agréable et la fin laissant une porte ouverte sur une suite, je ne dirai pas non au deuxième épisode.
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Amnezik666
  05 décembre 2017
D'entrée de jeu vous pouvez ignorer la mention Thriller sur la couv', ce n'est ni un thriller, ni même un roman policier. Certes il y a enquête, mais uniquement journalistique et sans scène de crime sordide.
Bon alors kezaco Mise A Jour ? Une arnaque ? Un mensonge ? Si le terme thriller est effectivement usurpé, tout n'est pas non plus à jeter ; pour tout vous dire je me suis rapidement pris au jeu et j'ai avalé le bouquin quasiment d'une traite.
J'ai adhéré à la construction plutôt originale du roman. Un chapitrage très sommaire, au fil des pages les divers intervenants semblent s'adresser directement aux lecteurs, comme si c'était nous qui menions cette investigation autour d'eVal et de la nOte.
Un choix narratif qui fait mouche, mais qui a aussi son revers. Les personnages paraissent superficiels, leur personnalité n'étant que peu travaillée. Concrètement c'est peu comme dans la vraie vie, tu ne sais d'eux que ce qu'ils veulent bien te dire, ou ce que les autres te disent… à toi de te démerder avec ça pour te faire une idée.
Le principe de la nOte est on ne peut plus sommaire, tu notes un individu, un spectacle, un établissement, un article… par un code couleur basique (Vert : Bon – Orange : Moyen – Rouge : Mauvais), l'appli eVal calcule ensuite une moyenne en nuançant la couleur (de très clair à très foncé). Aucun commentaire justifiant ton évaluation, un simple clic est le tour est joué.
"Je rappelle la hiérarchie sur eVal ? La plupart des gens sont orangeclairs ou vertclairs. Au-dessus de vertclair, on est une star ; au-dessous d'orangeclair, on entre dans les premiers cercles de l'enfer. Je dirai : orange pour un type qui empêche son voisinage de dormir depuis deux mois ; orangefoncé pour un P-DG qui vient de déménager son usine pendant la nuit en laissant quatre cents ouvriers sur le carreau ; rouge pour un politique qui vient de tomber pour corruption ; rougeclair pour un serial killer ; rougefoncé pour un serial killer djihadiste qui fait collection d'artefacts nazis."
Une investigation qui permet à l'auteur d'aborder les dérives du numérique et le rapport de l'individu au monde virtuel (en pointant du doigt les réseaux sociaux, cela va de soi). Les analyses et points de vue s'intègrent parfaitement au récit.
Par contre j'ai été moins absorbé par les digressions sur le théâtre et le métier de comédien. Pour tout vous dire, j'y ai même trouvé quelques longueurs (ce milieu ne m'attirant pas du tout, je partage là un ressenti 100% personnel).
Mise A Jour est annoncé comme le premier tome « d'une série aux marges de l'anticipation », je serai au rendez-vous pour la suite. le roman n'est pas parfait mais suffisamment réussi pour me donner l'envie de retrouver Léandre, Sixt et les autres.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gr3nouille2010
  23 novembre 2017
Je ne sais pas vraiment quoi en penser... J'ai adoré le thème, la façon dont ça a été abordé, la mise en scène originale. de plus, ça se lit très vite et c'est plutôt bien abouti, même si la fin est assez prévisible. Clairement, j'ai adoré. Mais je ne suis pas super emballée non plus et je ne saurais pas vraiment dire pourquoi... Peut-être le manque d'attachement lié aux personnages même si je les ai adorés également ? Je ne sais pas... Toujours est-il que je n'ai pas peiné à le lire et que j'ai passé un bon moment ; il reste prenant.
Léandre, journaliste à l'avenir flou à cause du manque de sujets, voit se profiler une idée lorsqu'il rencontre Olivia. En effet, cette célébrité du théâtre s'est vue refuser sa demande d'adoption parce que sa nOte sur eVal est trop basse. Comment une star comme elle pourrait avoir cette nOte ? Quelque chose ne colle pas et Léandre y voit un bon moyen de renverser cette appli qu'il méprise plus que tout. Il ne comprend pas comment une simple appli peut déterminer qui on est vraiment et pourquoi on devrait se baser là-dessus pour les choses importantes de la vie. En outre, Léandre s'apprête à attaquer son propre frère, qui est le créateur de eVal et qui est l'une des personnes qu'il ne porte pas vraiment dans son coeur...
Avant tout, ce que j'ai adoré, c'est l'originalité de la mise en scène. En effet, plusieurs personnages "parlent" au lecteur, c'est présenté un peu comme une pièce de théâtre mais certaines expressions des personnages nous font penser qu'ils s'adressent directement à nous, comme si c'était un interrogatoire, retransmis par écrit. En clair, on a le nom du personnage concerné puis son texte. C'est construit comme ça du début à la fin. Et tous ces petits "dialogues" forment l'enquête de Léandre au sujet du refus d'adoption d'Olivia et de l'application eVal... C'est très captivant comme procédé et ça se lit très vite donc on n'a pas l'impression d'avoir perdu son temps si jamais on en ressort mitigé...
À vrai dire, je ne sais pas trop pourquoi je suis mitigée : l'histoire m'a captivée du début à la fin, sauf en ce qui concerne les passages parlent de théâtre, là j'ai un peu trouvé le temps long mais c'est juste parce que ça ne me passionne pas... Il y a du suspense et cette histoire d'application est vraiment intéressante et intrigante.
En effet, imaginez qu'une appli ne sert plus à noter tout et n'importe quoi (ça, on connaît déjà) mais également les gens. Vous n'aimez pas quelqu'un ? Il suffit de lui mettre un rouge... Vous le trouvez sympa ? Allez, un vert. Mes exemples restent superficiels mais l'appli peut fonctionner comme ça puisqu'il n'y a pas à se justifier pour donner une note. Ce serait un enfer si cette appli existait en vrai puisqu'elle clairement nous pourrir la vie. La preuve, Olivia ne peut pas adopter à cause de ça, sa note n'étant pas assez élevée. Un mauvais jugement et on est vite radié de tout ce que l'on désire...
J'ai beaucoup aimé l'approche de l'auteur quant au social, aux jugements hâtifs, à l'influence de certaines personnes sur les autres... C'est dans un futur pas si éloigné de notre réalité que l'on peut se rendre compte à quel point notre vie peut être un désastre à cause de ce que les gens pensent savoir de vous... Entre autres.
Si j'ai tout apprécié, il reste bien quelque chose qui fait que je n'ai pas sauté de joie en fermant ce livre... et je pense qu'il s'agit des personnages. En effet, je ne sais pas si ça vient de la mise en scène ou si c'est autre chose mais je ne me suis pas attachée plus que ça à eux. J'ai aimé les découvrir mais sans plus. J'ai apprécié qu'ils aient chacun une façon différente de parler, c'est subtil mais ça les différencie. de plus, leur caractère et personnalité sont également bien différents les uns des autres. Mais pour moi ça s'arrête là. Ils sont plaisant à découvrir, à suivre, mais je n'ai pas eu d'accroche particulièrement pour aucun d'entre eux.
Je ne suis pas sûre que le terme de thriller convienne vraiment mais je ne saurais pas non plus dans quel genre le classer. Une dystopie ? Oui et non, l'univers n'est pas tellement différent du nôtre, il y a "seulement" cette appli en plus. Ce roman est assez atypique finalement. Dans tous les cas, il dépeint bien certains côtés de notre société actuelle tout en étant captivant et entraînant. C'est déjà pas mal...
Lien : http://uneenviedelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cacoethes
  19 novembre 2017
eVal est une application utilisée dans le monde entier pour noter les personnes, les produits, les services. Vert, orange, rouge : ces couleurs deviennent des marqueurs sociaux. Olivia Muller, une actrice pourtant appréciée, en fait les frais : sa demande d'adoption est refusée car sa note est orangefoncé... Il n'en faut pas plus pour que Léandre Batz, journaliste et anti-eVal, mène l'enquête.
Mise à Jour est le premier tome d'une trilogie d'anticipation, qui mêle des éléments un peu clichés (un journaliste anti-système bourru et une jeune hackeuse surdouée) avec des réflexions super intéressantes : le rapport de nos réactions virtuelles sur des vies réelles, le fait qu'on peut manipuler une image pour lui faire dire le contraire de la vérité, le peu de choses à laquelle tient une réputation, une popularité... le tout comparé un peu métaphoriquement avec le théâtre, qui tient une place importante dans l'histoire.
Malheureusement, ce livre manque trop de liant pour être vraiment captivant. Les déclarations des personnages pour raconter l'histoire se succèdent un peu chaotiquement, le personnage principal parle comme un flic dans les années 70 avec un vocabulaire qui devient vite lourd à lire... et l'angle abordé n'est pas forcément le plus efficace.
Si j'ai l'occasion, je lirai peut-être la suite, par curiosité : l'auteur semble avoir de bonnes idées en ce qui concerne les réseaux sociaux, le rapport à la virtualité ; c'est toujours intéressant de se pencher sur de telles problématiques !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ChezLoChezLo   11 novembre 2017
Tu vas me dire : C'est super, la démocratie directe. Ou bien : Attends, ça traduit l'opinion des gens, c'est pas rien, alors pas de problème. Mais moi je vais te répondre : Comment des gars qui font passer leur humeur sur une appli de merde peuvent se retrouver avec un tel pouvoir ? Et comment on peut accepter que leur verdict soit appliqué sans aucun contrôle légal, sans aucun recours et sans explication ? Parce que c'est là qu'on peut rappeler un aspect essentiel de la nOte : le fait qu'aucun élément de contexte ne soit donné pour l'accompagner. Ni nombre de votants, ni commentaires, ni date des votes, ni indication sur la progression de la moyenne. Que dalle. Une page, un nom, souvent une photo, une couleur, et puis c'est tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Julien Capron (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Capron

La chronique de David Medioni - Trois fois le loyer
A partir d'aujourd'hui, notre déblogueur-journaliste David Medioni intervient une fois par semaine pour nous présenter ses coups de cœur littéraires. Pour sa première chronique de la rentrée, David a décidé de vous parler du livre de Julien Capron "Trois fois le loyer" (éditions Flammarion). Regardez... La présentation du livre "Trois fois le loyer" par l'éditeur : II s'agit d'une quête. Peut-être pas la plus arthurienne des quêtes, mais pas forcément la moins épique : trouver, de nos jours, un logement à Paris. Et les moyens de se l'offrir. C'est l'histoire d'un couple qui a commis une erreur: croire qu'il faut faire ce qu'on aime dans la vie. Cyril est photographe de presse, Pauline cuisinière free-lance. Ils naviguent entre Montmartre et les jolis cafés des bords de l'Ourcq. En clair, ce sont des bobos. Mais des bobos sans complexe de supériorité et qui défendent courageusement leurs rêves. Célibataires, ils se débrouillaient avec des miettes de revenus. Ils se sont rencontrés, ils sont tombés amoureux, ils ont décidé de s'installer ensemble. le deux-pièces où ils devaient emménager leur échappe. Ils n'ont que quelques jours pour trouver un toit. Les agents immobiliers les éconduisent à une cadence de métronome. Bientôt, c'est la plongée dans l'envers de Paris, celui des trafics et des misères. Pauline et Cyril n'ont plus qu'un moyen de s'en sortir: le poker. Il va falloir apprendre à jouer. Il va falloir faire équipe au-delà des bonnes intentions et des jolis ...
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre