AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 276093344X
Éditeur : Leméac (Editeur) (17/08/2011)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Depuis son mariage en 1901, l’aristocrate romaine Vittoria Colonna menait une vie de plaisirs, fréquentant les bals et les cours d’Europe, surtout celle du roi Edouard VII, où elle a fait plusieurs séjours. Considérée comme une amie des artistes, la comtesse était en 1916 installée dans un oasis de paix sur les rives du lac Majeur, dans la petite île Isolino. C’est là qu’a commencé sa passion pour les jardins, alors que la comtesse conjuguait son train de vie de nob... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lali
  21 juin 2012
C'est au cours de l'année 1916 que la comtesse Vittoria Colonna rencontre le peintre Umberto Boccioni au bord du lac Majeur. Loin des regards, la princesse, qui n'a pas la jeunesse du peintre, se laisse visiblement charmer par l'artiste, sous les yeux de son propre fils adolescent qui s'est lui aussi attaché au jeune homme. On ne sait jusqu'où ce jeu de séduction est allé, mais on peut le deviner à la faveur des lettres échangées pendant deux mois et sur lesquelles Marella Cariaccolo Chia, née à Montréal et installée en Italie depuis quelques années, a mis la main alors qu'elle menait des recherches sur le comte et non sur la comtesse. Celui-ci, exilé en compagnie de sa maîtresse et de leur fille en Colombie-Britannique, a laissé si peu de traces qu'il faudra sûrement encore quelque temps à l'auteure pour débusquer quoi que ce soit à son sujet.
C'est donc en l'absence de détails sur la vie en sol canadien du comte, mais forte d'une énorme correspondance entre lui et son épouse, laquelle lui écrivant quotidiennement, car ils vivaient la plupart du temps séparés, elle préférant dans ses jeunes années la vie londonienne et le côté glamour s'y rattachant, et plus tard sa maison insulaire où elle entretenait un magnifique jardin qu'elle mentionne régulièrement dans ses lettres, que Marella Caracciolo Chia a découvert cette idylle.
C'est donc de la correspondance entre le comte et sa femme, de celle que la comtesse a entretenue avec de nombreuses personnes et de celle entre celle-ci et Boccioni qu'est né le roman d'atmosphère Un bonheur inattendu. Un roman entrecoupé de nombreux passages épistolaires afin d'étoffer la véracité contextuelle et de nous donner une bonne idée de la personnalité des différents protagonistes de cette histoire.
Vittoria Colonna et Umberto Boccioni se sont follement aimés. Leurs lettres pudiques puis enflammées en sont la preuve tangible. Où cela les a-t-il menés? À nous de décider si cet amour est resté chaste ou pas : l'auteure jamais n'affirme, mais toujours suppose. Mais cet amour aura été de courte durée puisque deux mois après leur rencontre, le peintre décédait des suites d'une chute de cheval.
Alors que la comtesse n'attendait plus rien qui ne la soulève vraiment, alors que son seul passe-temps était l'horticulture, un peintre est venu, admiratif, la regarder amoureusement, lui procurant là un bonheur inattendu, mais de courte durée.
Le résultat est un beau roman tout en nuances qui dépeint une époque et un contexte avec suffisamment de détails pour que nous soyons transportés dans une Italie de début de siècle, au coeur de l'aristocratie. Un premier roman pour Marella Caracciolo Chia, traduit avec finesse et sensibilité par l'écrivain et éditeur Antonio qui n'en est pas à sa première traduction et à qui on doit d'avoir révélé ce texte aux lecteurs francophones.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
jostein
  31 juillet 2012
L'auteur souhaitait écrire sur Léone Caetani, Quinzième duc de Sermoneta. Puis, en trouvant la correspondance entre sa femme Vittoria Colonna et le peintre futuriste Umberto Boccioni, l'histoire s'est recentrée sur cette rencontre passionnante.
Bien au-delà de cette aventure, c'est le témoignage d'une société, la noblesse italienne, d'une époque, le début du XXe siècle tourmenté par la Première Guerre Mondiale.
Vittoria, fille du prince Colonna allie son rang à une famille de riches propriétaires terriens, les Caetani. Ce mariage est étonnant puisqu'il se vivra davantage par correspondance. La famille Colonna apprécie peu cette belle fille volage qui vit sa vie à la cour de Londres. Vittoria, elle, n'aime pas la pingrerie, la bâtisse sinistre de la famille de son mari. Après quinze ans de mariage, lorsque Leone s'engage dans l'armée, Vittoria s'installe en Suisse au coeur d'une maison fleurie près d'un lac, l'Isolino. Ses voisins lui présentent le peintre Boccioni, présent pour faire le portrait du musicien Busoni.
Les lettres quotidiennes qu'elle envoie à son mari très individualiste vont être remplacées par une correspondance plus attachante avec le peintre futuriste qui a passé quelques jours â l'Isolino auprès de Vittoria et son fils Oratora.
Apollinaire dira en 1916 qu'il faut "être indulgents envers ces jeunes qui balancent continuellement entre l'ordre et l'aventure." Cette phrase caractérise bien cette société bourgeoise italienne qui tolère certaines choses avec tout de même un attachement fort aux valeurs et aux convenances.
Si ce roman est le reflet d'une certaine vie au début du XXe siècle, je n'ai pas été spécialement émue par cette amour clandestine et je n'ai trouvé au livre que peu d'intérêt en dehors des romanesques descriptions de lieux et de personnages.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Actualitte   05 juillet 2012
Cet ouvrage propose un voyage dans le temps passionnant à son lecteur, lui faisant découvrir un XXème siècle naissant.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
josteinjostein   31 juillet 2012
Cette règle sur la tolérance envers les élans du cœur et du désir, pourvu que tout demeure caché derrière la façade imparable du mariage, aide à comprendre également la relation entre Vittoria et Leone.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Marella Caracciolo Chia (1) Voir plusAjouter une vidéo

J. Friedman, M. Caracciolo et F. Venturi : Rome vue de l'intérieur - P. Sollers : Venise éternelle
Olivier BARROT propose deux ouvrages de voyage "Rome, vue de l'intérieur" de Joe FRIEDMAN, Marella Caracciolo et Francesco VENTURI, édité par Phaidon. Puis, "Venise éternelle" de Philippe SOLLERS chez Lattès.
autres livres classés : début 20ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Marella Caracciolo Chia (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
522 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre