AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.64/5   11 notes
Résumé :
- Je le jure, assura-t-elle. Il marche dans la combine au Marseillais. Il te fait du tort.
Le Capitaine se tut. Ainsi - pour une absence de cinq mois - il ne retrouvait plus personne autour de lui. Sa bande, dont il était fier, l'avait lâché et il lui fallait maintenant chercher, pour de futurs exploits, de nouveaux volontaires. L'entreprise avait ses hasards. Il ne l'ignorait pas, mais il souffrait surtout dans son amour-propre à l'idée qu'un homme dont il n... >Voir plus
Que lire après L'ÉquipeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Le monde de la pègre du début 1900 , c'est là le décor habituel des écrits de Carco . Ce livre-ci ne déroge pas .

Bouve le principal protagoniste , " homme " du milieu parisien a quelques principes , certes il peut lui arriver de trucider mais il ne conçoit pas comme les proxénètes de vivre au crochet des femmes , les sous , il va les chercher lui-même . Les remords le frôlent aussi , le perturbent .

La chance lui sourit , en affaires , en amour ( Sa compagne c'est Marie-Bonheur ) mais il ne la surmène pas , prudence est sa seconde nature .

Le Paris carte postale de l'époque est tout entier ici , avec les troquets , les guinguettes , les apaches et le folklore habituel , et pas besoin d'avoir fait l'ENA pour entraver le truc , juste turbiner des mirettes ... Bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          82
Un livre d'une époque qu'il semble n'avoir jamais existé, un Paris comme on en a dépeint parfois dans ces films qu'on peut qualifier "d'époque" tout en étant pas si lointain que ça dans le temps, et dans le fond.
Un livre faussement léger, comme cette "époque"... La tension monte crescendo dans la tête et la vie du Capitaine, et en fait, c'est dur.
A lire si on aime les vieilleries, les vieux parlers, la langue d'un temps... (A noter que ce livre n'est pas tellement argotique non plus, il reste assez sobre à cet égard et donc lisible. Et donc sans doute moins intéressant aussi.)
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
- Ecoute, Flippe, reprenait-il. Ici, les mômes comme toi, d'abord, ils font des coups... Une fois, deux fois, trois. Bon ! Les voilà qui se font poisser au boulot. Tu m'écoutes ? Alors ils sont pigés, c'est la taule. Après, n'est-ce pas, ça vous refroidit toujours, et puis il y a la poule qui leur chante qu'avec les flics ils auront toujours le dessous. Ca, c'est du flan... Mais je t'en fous. La poule raconte qu'avec l'argent qu'elle fait, y a de quoi vivre en peinards... Sils ne l'écoutent pas, ça se voit qu'ils se font paumer une autre fois, pis encore une autre. Attention ! à la quatrième, on prend le paquet;.. et le bateau pour la Guyanne. "Mon homme, mon p'tit homme, "que fait la poule, mon mignard, v'là c'qui t'attend." Ou bien, s'ils la laissent dire, y a les flics et leurs arrangements. Finalement, sans l'vouloir, tu es de la police, rapport que s'ils veulent, ils te font prendre la quatrième condamnation et le bateau au bout. t'as compris ?
- Oh ! M'sieur Marcel.
Commenter  J’apprécie          40
‹‹ À la porte de Chaumont et à celle de Pantin, quand Bouve et la Marie-Bonheur allaient jusque là, les taxis hachaient l'air des coups pressés de leurs moteurs. De grandes charrettes passaient entre les grilles où les fonctionnaires de l'octroi consultaient des tarifs. On voyait, derrière ces grilles, des routes blanches s'enfoncer tout droit dans une autre ville. Ils dépassaient quelquefois la porte. Alors Bouve proposait :
- On va rentrer par le chemin de ronde. ››
Commenter  J’apprécie          50
‹‹ Du haut des fortifications, quelques matins plus tard, le Capitaine écoutait la "clique" des Tourelles sonner du clairon dans le fossé qu'il dominait. Sa silhouette se dessinait sur le mélancolique horizon des banlieues. Il avait plu. En bas, alignés à trois mètres l'un de l'autre, les hommes s'époumonnaient contre le rempart, qui renvoyait, comme une balle, la sonnerie et - avec elle - cette nostalgie qui accompagne toujours la voix dure des clairons. ››
Commenter  J’apprécie          50
Dis donc, Mimile, aujourd'hui qu'il fait beau,
Si qu'on irait guincher au bord de l'eau,
Y a tout' l'équipe des copin's, des copains
Qui s'barbe au bar du coin!

Valsez...jolier goss...es!
Commenter  J’apprécie          20
Joyeux fais ton fourbi.
Pas vu, pas pris,
Rousti,
Bat' d'Af' !...
Commenter  J’apprécie          60

Video de Francis Carco (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Carco
Arthur Rimbaud, poète maudit par Francis Carco (1951 / France Culture). Illustration : Henri Fantin-Latour, "Un coin de table", 1872 (détail : Paul Verlaine et Arthur Rimbaud). "Jean-Arthur Rimbaud, poète maudit" : une émission de Francis Carco. Diffusion sur France Culture le 1, 8 et 15 mars 1951, et le 3, 5, 12, 19 et 26 avril 1951. Par Francis Carco. Lectures de Jacqueline Morane, Jean Topart, Yvonne Schaeffer, Lucien Paris, Paul Morin, Hubert Prélier et Claude Romain. Réalisation : Albert Riera. Musique : Henry Barraud. Arthur Rimbaud est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville et mort le 10 novembre 1891 à Marseille. Bien que brève, son œuvre poétique est caractérisée par une prodigieuse densité thématique et stylistique, faisant de lui une des figures majeures de la littérature française. Arthur Rimbaud écrit ses premiers poèmes à quinze ans. Après une brève phase d'initiation, par assimilation du style des grands poètes contemporains (Charles Baudelaire, Victor Hugo, Théodore de Banville...), développant déjà une franche originalité dans l'approche de thèmes classiques (« Le Dormeur du val », « Vénus Anadyomène »), il cherche à dépasser ces influences en développant ses propres conceptions théoriques, déclarant que le poète doit se faire « voyant », c'est-à-dire chercher et décrire l'inconnu par delà les perceptions humaines usuelles, quitte à y sacrifier sa propre intégrité mentale ou physique. Dès lors il se met à innover radicalement en matière d'audace formelle, jusqu'à aborder le genre du poème en prose, alors à ses balbutiements (parsemant ses œuvres d'apophtegmes énigmatiques, comme « changer la vie », « posséder la vérité dans une âme et un corps » ou « il faut être absolument moderne », qui seront repris comme des slogans par les poètes du XXe siècle, en particulier le mouvement surréaliste). Il entretient parallèlement une aventure amoureuse tumultueuse avec le poète Paul Verlaine, qui influence profondément son œuvre. Vers l'âge de vingt ans, il renonce subitement à la littérature (n'ayant alors publié qu'un seul ouvrage à compte d'auteur — "Une saison en enfer" — et quelques poèmes épars dans des revues confidentielles), ce qui contribue encore à son mythe. Il se consacre alors dans un premier temps à l'apprentissage de plusieurs langues, puis, mû par ses idées marginales, anti-bourgeoises et libertaires, choisit une vie aventureuse, dont les pérégrinations l'amènent jusqu'en Abyssinie, où il devient négociant (quincaillerie, bazar, vêtements, café, etc.) et explorateur. Sa tentative d'armer Ménélik avec l'aval du Consul de France s'avère désastreuse pour lui ; son unique « trafic d'armes » n'eut véritablement qu'une incidence politique symbolique, mais contribua à sa légende. De cette seconde vie, exotique, les seuls écrits connus consistent en près de 180 lettres (correspondance familiale et professionnelle) et quelques descriptions géographiques. Des poèmes comme « Le Bateau ivre », « Le Dormeur du val » ou « Voyelles » comptent parmi les plus célèbres de la poésie française. La précocité de son génie, sa carrière littéraire fulgurante, sa vie brève et aventureuse, contribuent à forger sa légende et faire de lui l'un des géants de la littérature mondiale.
1 : La naissance, le milieu familial 2 : Charleville, rencontre avec Verlaine 3 : Rimbaud, Verlaine 4 : Verlaine et Rimbaud à Bruxelles et à Londres, "Le bateau ivre" 5 : Verlaine tire sur Rimbaud, retour à Paris 6 : Verlaine, condamné et interné, "Une saison en enfer" 7 : Les trafics d'armes, les "Illuminations" 8 : Les derniers jours à Paris et à Marseille
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : vintageVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (38) Voir plus



Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

{* *}