AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Couton (Traducteur)
EAN : 9782070427031
567 pages
Éditeur : Gallimard (17/06/2003)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 186 notes)
Résumé :
Compagnon forgeron, compagnon Faiseur, Alvin est de retour chez les siens. Mais quelle est sa tâche aujourd'hui ? " Je ne peux pas apprendre aux gens comment bâtir la Cité de Cristal si je ne sais pas moi même de quoi il s'agit. " La Cité de Cristal : la vision dans la tornade du lac Mizogan, en compagnie du prophète des Rouges. Si peu des chemins de sa vie y conduisent ; Peggy Larner - Peggy la torche - le sait bien. Et l'ennemi de toujours choisit à présent des vo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
deidamie
  07 septembre 2018
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, on reprend la saga d'Alvin le Faiseur avec son quatrième tome, le compagnon, d'Orson Scott Card.
-Ah, La petite maison dans la prairie, mais avec de la magie, c'est ça ?
-C'est caricatural et réducteur, mais oui, c'est un peu ça.
Or donc, Alvin…
-«… et les chipmunks !* »
-Tu sors. Tout de suite.
-Quoi ?
-Ecoute, je peux supporter beaucoup de choses désagréables, le creux de onze heures, le sable entre les orteils, boire la tasse, le boulot qui arrive à l'heure de partir, mais les références douteuses ? Non. Pas moyen. Tu t'en vas. Je me débrouillerai sans toi pour cette critique.
-Maieuuuh !
-DEHORS !
Bien ! Or donc, disais-je, Alvin a terminé son apprentissage et s'en retourne chez lui, à Vigor Church. Il essaie d'enseigner l'art du Faiseur à ses concitoyens, avec un succès relatif. Hélas, sa paisible existence est troublée par les poursuites de son ancien maître, Conciliant Smith, jaloux du soc d'or qu'Alvin a forgé à la fin de son apprentissage, et par les menteries d'Amy, jeune fille tombée amoureuse de lui et qui raconte leurs ébats purement fictifs. Comment Alvin va-t-il s'en sortir pour bâtir la Cité de Cristal ?
Le début du roman est long. Très long. Trop long. Non, je ne parle pas de tout l'aspect mise en place, mais du dialogue entre Peggy, la Torche**, et Becca, la tisserande. Mes dieux, quelle longueur ! Quelle amertume ! J'avoue ne pas avoir compris à quoi servait ce passage, tant Becca m'apparut sèche, froide et indéchiffrable. Leurs échanges me semblèrent désespérément obscurs.
Fort heureusement, j'ai retrouvé ce qui procurait mon plaisir dans cette série, à savoir l'immersion dans la tête des personnages, avec En-Vérité Cooper***, un Anglais qui dissimule son pouvoir, et Calvin, le petit frère d'Alvin, envieux et mauvais, qui se tourne, lui, vers le côté de la destruction.
De nombreux passages fort détaillés sont consacrés à ce dernier, d'ailleurs, pour mon plus grand plaisir mêlé de répulsion, disons-le. Sans Calvin, m'est avis que que ce serait un brin niaiseux, c'te histoire. Tous ces bons sentiments autour d'Alvin et de ses amis, s'ils étaient pris tout seuls, donneraient un plat quelque peu écoeurant.
Enfin, et ce dernier point ne constituera pas une critique à proprement parler, il y a beaucoup de dialogues, dans une grammaire massacrée. Et cette syntaxe, cette orthographe martyrisée me rappela les sorcières des romans de Pratchett, elles aussi issues d'un milieu rural et guère fortuné. Je suis curieuse de voir quel anglais engendre ce français, tout en contractions et en fautes de conjugaison. Je jetterai un oeil au texte original, si un jour l'occasion se présente.
Bref, le Compagnon est un roman qui possède une double fonction : conclure l'affaire Conciliant Smith, fermer une bonne fois le chapitre de l'apprenti, tout en créant une nouvelle némésis pour Alvin.
Et même si j'ai moins apprécié ce tome, même si la romance ne m'inspire guère, je n'en reste pas moins curieuse de lire la suite.
*Allusion à un dessin animé américain de piètre qualité de ma jeunesse, adapté en long métrage insupportable aux oreilles.
**La Torche a le talent de voir le présent, le passé et les avenirs possibles de chaque personne.
***Si vous trouvez son prénom bizarre… et bien, sachez que ce n'est pas le seul dans le genre de cette saga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gilles777
  04 février 2020
Le compagnon, Quatrième de la série de fantasy "Alvin le faiseur" d'Orson Scott Card.
Le roman se passe dans les années 1800 et dans une Amérique où les sortilèges et les pouvoirs existent.
On y suit le développement de la haine de Calvin, le benjamin, envers Alvin, son aîné; deux frères et deux septième fils. Les deux continuent à découvrir leurs pouvoirs, même si leurs voies et leurs objectifs divergent. On pourrait dire le bien et le mal. Pendant ce temps, les évènements rattrapent Alvin; il est poursuivi pour vol et doit subir un procès qui est beaucoup plus important qu'il n'y parait pour son avenir. Car il a des ennemis, cachés et puissants, dont il ne soupçonnait pas l'existence. Mais il va se faire aussi de nouveaux amis qui vont l'aider.
L'auteur promet beaucoup, mais livre peu. On arrive à la fin du livre et il y a peu de développements majeurs dans la destinée d'Alvin, malgré ce que l'on nous laisse entrevoir.
Mais on se prend à tourner les pages et y prendre plaisir grâce au talent de conteur de Card. Pas une grande lecture, mais une histoire que j'ai bien aimé malgré tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
NATB
  02 février 2016
Dès l'introduction l'auteur s'explique sur la longue parenthèse nécessaire pour écrire la suite des chroniques d'Alvin le Faiseur, et en effet le début de ce quatrième livre est un peu plus laborieux, mais une fois plongé dans l'histoire la magie opère facilement.
L'auteur met en lumière le jeune frère d'Alvin, Calvin qui ne supporte pas de rester dans l'ombre de son aîné, aussi va-t-il partir en Europe avec l'espoir de rencontrer Napoléon.
En Angleterre, Calvin va faire une rencontre avec un jeune avocat du nom d'En-Vérité-Cooper, personnage d'une grande importance pour la suite.
Une fois en France, c'est un jeune écrivain ambitieux et horripilant Honoré de Balzac qui va le pousser à rentrer en Amérique.
Dans ce tome, Alvin va se retrouver en prison accusé non seulement de vol par son ancien maître forgeron Conciliant Smith mais aussi du meurtre d'un pisteur d'esclaves, et pour finir d'avoir abusé d'une jeune femme.
Voilà pourquoi la partie tribunal/prison est particulièrement longue.
Bien sûr, nous retrouvons la plupart des personnages de la trilogie : Peggy, Armure-de-Dieu, Horace Guester, l'enfant métis Arthur Stuart, Mot-pour-mot, Tenskwa-Tawa...sans oublier le Défaiseur qui emploie désormais des moyens de plus en plus subtils pour nuire.
Franchement, Orson Scott Card nous enchante avec cette chronique qui ne cesse jamais d'évoluer en se renouvelant à chaque nouveau tome.Bravo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
zazimuth
  12 septembre 2016
Alvin est revenu à Vigor Church dans le but d'apprendre aux habitants à devenir des faiseurs pour l'aider à construire la Cité de Cristal mais à part son frère Mesure, il ne voit pas beaucoup de progrès. Son pettit frère Cavin lui en veut par ailleurs de prendre sa place, lui qui réparait pour les autres en l'absence d'Alvin.
Dans ce volume, Calvin va donc partir pour l'Europe afin d'apprendre auprès de Napoléon comment régner sur les autres (et notamment son frère), le pouvoir de diriger.
Alvin de son côté, chassé par les calomnies d'une adolescente amoureuse, décide d'aller s'installer à Hatrack River, fidèlement accompagné d'Arthur Stuart mais le forgeron l'accuse de lui avoir volé un soc en or et l'envoie en prison.
Un tome intéressant pour les questions qui se posent sur le destin et les talents et pour l'évolution du personnage d'Alvin.
Commenter  J’apprécie          40
Philemont
  30 janvier 2013
Alvin est désormais compagnon. Et c'est dans le village familial qu'il a décidé d'enseigner une parcelle de son talent à ceux qui ne sont pas Faiseurs pour autant. Mais le Défaiseur est toujours là lui-aussi, et il se fait de plus en plus intrigant, ce qui conduit Alvin à reprendre la route…
Il aura donc fallu six ans pourqu'Orson Scott CARD écrive et publie une suite aux Chroniques d'Alvin le Faiseur. On y retrouve néanmoins tous les ingrédients qui font la qualité de la trilogie initiale. le compagnon en est même un peu une synthèse puisque c'est en utilisant le passé d'Alvin que le Défaiseur semble désormais vouloir le combattre, par le biais de la justice cette fois-ci.
Ce quatrième tome, sans avoir la force émotionnelle du Prophète rouge ou de l'Apprenti, est un nouveau grand plaisir de lecture qui ne lui en rien aux qualités de la trilogie initiale. Tout ce que j'ai déjà pu dire sur le cycle en tant que trilogie reste donc valide en le considérant désormais comme une tétralogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
EveToulouseEveToulouse   02 janvier 2015
- [...] et c'est la vérité exaque.
- Exacte, le corrigea Peggy. Il y a un t à la fin, avant le e.
- Exaque-te, fit le gamin. Moi, m'est avis qu'on devrait écrire les mots d'la manière que l'monde les dit, au lieu d'nous obliger à les dire d'la manière qu'ils s'écrivent."
Peggy ne put s'empêcher de rire. "C'est juste. Mais tu ne peux pas t'amuser à écrire les mots n'importe comment. Parce que tu ne les prononces pas comme, par exemple, un garçon de Boston, et vous ne tarderiez pas, lui et toi, à écrire les mots avec des orthographes tellement différentes qu'aucun ne pourrait lire les lettres ni les livres de l'autre.
- J'ai pas envie d'les lire, ses saprés vieux livres. Et pis j'connais pas d'gars à Boston.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OrpheaOrphea   12 mai 2010
"Tu sais, si tu leur fais assez mal, les gens finiront tous par t'appeler ce que tu veux. Faiseur. Roi. Capitaine. Patron. Maître. Saint. Tu n'as qu'à choisir, tu peux les forcer à coups de poing. Mais toi, tu ne te changes pas. Tu ne fais que changer le sens de ces mots, et tu leur donnes à tous le même : brute."
Commenter  J’apprécie          110
NATBNATB   24 janvier 2016
Quelqu'un de bon, je crois, peut quelquefois se tromper par ignorance, faiblesse ou raisonnement incorrect, mais dans les moments difficiles la bonté finit quand même par l'emporter.Et quelqu'un de mauvais peut souvent avoir l'air bon et sûr pendant longtemps, mais dans les moments difficiles sa méchanceté finit par ressortir.
Commenter  J’apprécie          90
NATBNATB   24 janvier 2016
Ce que se disait Alvin, c'est que le Faiseur, lui, ne prend pas les gens pour des outils.Il ne les use pas pour atteindre un but personnel.C'est lui qui s'use en aidant les autres à atteindre les leurs.Il s'use à enseigner, à guider, à convaincre, à écouter les conseils et à laisser les gens le convaincre, lui, quand il leur arrive d'avoir raison.
Commenter  J’apprécie          40
NATBNATB   24 janvier 2016
-Alvin, l'expérience m'a appris que plus un homme a de qualités, plus il y a de gens pour s'en indigner et trouver des occasions de se fâcher contre lui, même si ses actes partent d'une bonne intention.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Orson Scott Card (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Orson Scott Card
La Stratégie Ender (Ender's Game) est un film de guerre de science-fiction américain écrit et réalisé par Gavin Hood sorti en 2013. Il s'agit d'une adaptation de La Stratégie Ender d'Orson Scott Card. Bande Annonce VF.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Stratégie Ender

Comment s'appelle le frère d'Ender Wiggin ?

Valentin
Bean
Peter

10 questions
183 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle d'Ender, tome 1 : La Stratégie Ender de Orson Scott CardCréer un quiz sur ce livre