AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246005981
Éditeur : Grasset (12/04/1978)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Un couple, Simone et Jean-François, essaie de s'en sortir tant bien que mal. Ensemble, ils vont entreprendre un voyage de quelques mois. En compagnie de Simone, nous serons témoins de certains épisodes de sa vie de même que de cette démarche qu'elle entreprend avec Jean-François. Comment retrouver le fil perdu des années et communiquer à l'autre son histoire de femme? Jean-François découvre une femme morte sur la plage, qui est-elle? À deux, ils réécriront l'histoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lorelay
  15 juillet 2012
Simone est en vacances avec son homme. Jean, au bord de la mer, en Irlande. Elle sent le besoin de faire le point sur leur vie conjugale, après plus de 20 ans de mariage. Ça passe ou ça casse : c'est son état d'esprit. le lendemain de leur arrivée, un inattendu va fairetout basculer. En marchant sur le rivage, l'époux découvre le cadavre d'une femme. Ce cadavre va s'immiscer entre eux, dans leur couple, il va devenir omniprésent. Qui était cette femme? Pourquoiest-elle morte? S'est-elle suicidée? Quelle a été sa vie? Simone et Jean lui inventent une histoire. Mais à travers cette histoire, sur laquelle leur ponit vue diffère, c'est la leur qui se joue. C'est leur vie à eux, comme couple, qui en prend un coup. Simone, surtout, s'interroge. Elle ressasse leur passé. Leur première rencontre, leur mariage. Elle revit son premier accouchement. Sa vie au jour le jour avec ses petits. Ses frustrations tues, balayées sous le tapis, au fil des années. Elle le revoit, lui, son homme artiste. Et multipliant les aventures, s'absentant pour aller rejoindre ses maîtresses. Elle rage, encore aujourd'hui. C'est l'histoire d'une femme d'une autre époque. Celle, pas si lointaine, du siècle précédent. Celle d'une femme née avant le féménisme des années 1970. Mais il y a dans les questions que se pose Simone, quelque chose d'intemporel, d'universel. C'est raconté avec une force d'évocation extraordinaire par Marie Cardinal. Dans Une vie pour deux. Dont on a pu voir, le printemps dernier à Montréal, une adaptation théâtrale signée Evelyne de la Chenelièreet mise en scène par Alice Ronfard, fille de Marie Cardinal et de l'homme de théâtre Jean-Pierre Ronfard. le livre est paru en 1978. Il vient d'être réédité en format poche (bibliothèque Québécoise), plus de 10 ans après la mort de l'écrivaine, dont le nomde reste associé au roman autobiographique Les mots pour le dire, devenu un classique du féminisme. L'ombre de l'auteur plane dans Une vie pour deux. de même que celle de son mari, Jean-Pierre Ronfard, mort deux ans après elle. Les éléments autobiographiques sont légion. Mais l'intérêtvéritable du roman est ailleurs. Dans la façon qu'a Marie Cardinal de fouiller l'intimité du couple. Sans ignorer les contradictions, les fossés, les projections, les enigmes, les trahisons, les crises. Sans nier la part de mauvaise foi, de violence, parfois. Sans oublier l'attachement. Et le désir, malgré tout.
- Danielle Laurin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NiratremNiratrem   13 février 2017
Il y a dans notre vocabulaire une quantité de phrases toutes faites qui entraînent une pensée toute faite, dictée par les usages, et qui servent à répondre aux questions embarrassantes. Ce sont des pirouettes. Mais, au moment où on les utilise, on ne sait pas qu'on est en train d'éviter l'obstacle, on croit qu'on donne une véritable réponse. Au fait, c'est vrai que c'est une réponse ; mais une réponse pour la forme. Une réponse qui bouche la fissure, qui colmate la fuite, qui arrête l'hémorragie. C'est une réponse qui muselle le gros tourment d'où est montée la question, mais qui n'empêche pas le tourment de gronder comme un forcené, comme un prisonnier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
NiratremNiratrem   13 février 2017
Le soir, en partant, après m'avoir délivrée, il me serrait la main pour me dire au revoir. Ensuite, dans mon bain, je gardais un bras en l'air, celui au bout duquel il y avait la main qu'Alain avait touchée.
Ma mère s'étonnait : Mais qu'est-ce que c'est que cette manière de prendre son bain ?
Je répondais : c'est un périscope.
Comme elle avait beaucoup de principes elle me faisait remarquer que ce n'était pas un jeu de jeune fille de s'amuser au sous-marin, que je ferais mieux de tricoter des vêtements pour mes poupées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
dreulmadreulma   16 septembre 2013
Laquelle sera la plus belle ? Laquelle ressemblera à la plus belle ?
Moi ! MOI !
Voyons, quelle est la plus belle aujourd'hui ? Celle qui est intacte, celle qui porte le Printemps, celle qui offre le plus de lignes précises, neuves, celle qui donne l'idée du commencement, de l'intouché, avec ce que le début a de plus vulnérable, de plus dur et de plus ancien. Belle comme une pierre. Belles comme un oeuf. Belle comme une pousse d'herbe.
Mais comment m'y prendre ? TOut est à faire. C'est un travail coûteux et lent. Plus les années passent, plus il y a de l'ouvrage. Moins on a d'argent, moins on y arrive ...
Belles. Pour que le gros avec sa bedaine à bière, pour que le maigre avec ses boutons à pus, pour que le vieux avec son haleine à charogne, pour que le jeune avec son pénis à maladresses, puisse dire : '' Elle est belle '' Et la belle fait la roue, roucoule, ronronne, se roule dans l'envie et la jalousie qu'elle fait naître...
Je n'avais pas le temps et, au fond, pas la patience, de chercher chaque jour le meilleur maquillage, la meilleure coiffure, la meilleure tenue....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dreulmadreulma   13 septembre 2013
Belle partout !
Son corps est un pays à la terre grasse et ferme, blonde. Des vallées, des volcans, des vallons. Plaines lisses, immenses, pour des labourages étourdissants, pour des récoltes bouleversantes, où perle la nourrissante fumure de la sueur. Ruisseaux, ruisselets, rus. D'eux montent jusqu'à moi les fulgurants effluves des fleuves qui fusent du caché, du dedans, de la taupe, de la renarde, de l'ourse, de la loutre, de la serpente, qui vivent sous cette terre.
Plante animale.
Pierre végétale.
Coprs déployé de l'humaine dont les membres forts et souples ressemblent aux traînes divagueuses des nébuleuses qui, de leur volutes, fouettent en moi, tisonnent, le coeur de la chair, l'âme des viscères et des humeurs, les oeufs du rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dreulmadreulma   16 septembre 2013
Arcs-en-ciel de la nature, peints, gommés, estompés, soulignés, brossés, tracés, ornant le visage parfait d'une fille splendide qui impose le silence. Sur son passage les bruits cessent, on dirait qu'ils s'engouffrent au coeur du désir qu'elle inspire et s'y tiennent muets dans la crainte de ne pas être choisis par elle ou seulement perçus.
Usine à fards, à onguents, à cosmétiques, à crèmes, à lait, à pâtes, à lotions, à parfums.
Millions d'êtres humains au travail du soir à l'aube pour qu'une beauté existe, rare, parfaite, espérée, rêvée, que les hommes aiment, que les femmes envient ...
Cruautés.
La taille, le poids. La peau tirée, tendue, cousue. Appareillage, prothèses. Les muscles étirés, allongés; les os craqués, comprimés. Épilation poil après poil. Talons hauts, pieds réduits, clitoris coupés. . Massages. La chair triturée, ointe, malaxée, pétrie, ionisée, électrisée. Longs supplices, exercices serpentins, étirations félines. Bains de vapeur, de paraffine, de boue. Permanente. Cheveux frisés aux fers, défrisés à l'acide, teints, décolorés, laqués. Ongles limés, taillés.
Vêtements torturants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Marie Cardinal (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Cardinal
Lecture de Évelyne de la Chenelière et Pascale Montpetit d'extraits de "L'inédit" de Marie Cardinal (Annika Parance Éditeur) apediteur.com - Facebook: Annika Parance Éditeur
Lecture enregistrée à la Librairie Le port de tête - Montréal, 29 août 2012
autres livres classés : femmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2007 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre