AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368123458
Éditeur : Charleston (12/02/2019)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Chaque 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête somptueuse dans sa propriété dominant l'océan. Cette année, la ville côtière de Black, en Californie, est en émoi. Lors de la fête annuelle, la jeune Théa Vogue a sauté dans le vide.
Pour son troisième roman, Alia Cardyn nous plonge dans le quotidien d'une petite ville et de 27 juillet en 27 juillet, nous explique le choix de Théa. Servi par une écriture ciselée, un magnifique roman sur l'amour, la filiatio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
douceurdelire
  14 février 2019
J'ai eu un coup de coeur pour cette sublime histoire! Alia Cardyn possède une plume renversante, hors du commun, et même la phrase la plus banale revêt grâce à elle des accents de poésie. J'ai eu l'impression que son style, déjà excellent, s'était amélioré avec le temps, sa plume devenant toujours plus douce et affutée. Si vous hésitez à découvrir ce roman ou les autres de l'auteure, l'écriture serait déjà une raison suffisante pour que vous vous laissiez convaincre. Ce roman est un concentré de beauté, qui use de mots choisis pour parler avec justesse de thèmes universels, comme la famille, la filiation ou la maternité.
Dans cette nouvelle histoire, on retrouve en effet ces thèmes chers à l'auteure, qu'elle exploite pourtant de façon si originale que son histoire ne ressemble à aucune autre! Alia Cardyn nous livre une variation sur le manque d'amour et ses ravages, en nous présentant une galerie de personnages écorchés vifs, qui se sont construits avec une blessure intime, les rendant handicapés des sentiments. Elle nous démontre comment l'enfance que nous avons eue détermine notre vie d'adulte, et particulièrement les liens que nous tissons ou non avec les autres. « L'envol » est un roman d'une grande profondeur, souvent émouvant voire même bouleversant par moments. L'auteure arrive, par le biais de ses personnages, à nous inviter à réfléchir à ces actes que nous faisons tous les jours sans y penser et à ces personnes que nous côtoyons de façon presque automatique. Ce roman est une invitation à partager sa douleur, à tisser des liens précieux avec les autres avant qu'il ne soit trop tard. C'est une ode au soutien et à l'amour sous toutes ses formes, qu'il soit amical ou familial. Un roman parfois douloureux, mais qui diffuse au final un beau message d'espoir, comme une main tendue.
Vous avez peut-être remarqué qu'arrivée à ce stade de ma chronique, je n'ai toujours pas résumé l'histoire. La raison est simple : selon moi, les romans d'Alia Cardyn doivent être découverts à l'aveugle, pour que vous puissiez, comme je l'ai fait, être emportés de façon encore plus intense par les émotions qui imprègnent l'histoire, un flot de sentiments forts qui vous submergera à la lecture et ne pourra vous laisser indemnes. Comme je l'avais dit dans une précédente chronique, ce sont des livres que l'on ne peut se contenter de lire, mais que l'on a l'impression de vivre.
Je peux néanmoins comprendre votre besoin de savoir dans quoi vous vous embarquez, et je vais à présent dire quelques mots sur l'histoire. L'histoire, c'est celle d'une petite ville que l'on croirait bénie des dieux, la ville imaginaire de Black, où ne vivent que des privilégiés qui forment une communauté en apparence soudée, qui se maintient de génération en génération. Cependant, ce bel équilibre bascule lorsque Théa, une jeune fille, décide de s'envoler ou plus exactement de sauter d'une falaise un soir de fête. Ce geste fort et tragique va susciter une onde de choc, parmi les habitants, les poussant à se remettre en question… « L'envol » est une histoire poignante, qui aborde des thèmes durs, mais le fait avec sérieux et délicatesse. Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est l'originalité de la construction de ce roman, qui nous emmène de 27 juillet en 27 juillet, pour que nous voyons évoluer la communauté de Black et surtout, que nous comprenions les origines de la décisions surprenante de Théa.
Comme le précédent livre de l'auteure, « L'envol » est un roman choral, qui nous fera découvrir plusieurs personnages et le fera grâce à une narration très dynamique puisqu'elle alterne entre extraits de lettres, journal intime et passages plus classiques. Je me suis attachée à chacun des habitants qui nous sont présentés, qui ont tous des fêlures malgré une existence en apparence parfaite. J'ai aimé les retrouver d'année en année et apprendre à les aimer. C'est parfois difficile, car certains semblent à première vue très antipathiques, mais Alia Cardyn nous invite toujours à voir la part d'humanité cachée en chacun. Lorsque la fin du roman est arrivée, une fin particulièrement belle même si elle laisse à mon sens certains éléments en suspens, je n'avais aucune envie de quitter Black et ses habitants ô combien attachants… C'est encore un sans-fautes pour l'auteure, qui est arrivée à me surprendre, à me faire réfléchir et à me faire vivre un million d'émotions en l'espace de 300 pages. J'espère que ce roman vous emportera de la même manière, comme une magnifique vague littéraire qui vous submerge. C'est tout le mal que je vous souhaite… Ne passez pas en tout cas pas à côté de cette lecture, et de cette auteure, dont les deux magnifiques premiers romans sont désormais disponibles en poche pour les petits budgets.
Lien : https://douceurdelireblog.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Christlbouquine
  13 février 2019
Comment ne pas aimer et ne pas s'attacher aux personnages de L'Envol ?
Dans leur quête d'amour, de reconnaissance ou de rédemption ils posent chacun la question du choix, du sens qu'on donne à sa vie et du besoin d'amour qu'éprouve chaque être humain.
Barnabé, Théa, Jill, tous les trois souffrent d'un manque. Théa est en manque de sa mère et de l'amour de son père, Barnabé pleure son grand amour, et Jill, la mère de Théa, laisse à travers ses lettres à sa fille le témoignage poignant d'un amour perdu mais aussi d'un amour sublime qui transcende tout, celui qu'elle porte à Théa.
Impossible de rester indifférent devant ces rendez-vous manqués entre ces êtres abîmés, déconstruits. Théa est celle qui ira le plus loin dans sa quête en commettant un geste tragique.
L'histoire de ces personnages m'a totalement happée et j'ai souffert et espéré avec eux. Leurs failles sont totalement exposées, entraînant le lecteur au plus profond de leur esprit pour comprendre comment ces enchaînements et ces destins imbriqués ont pu conduire Théa a choisir une façon extrême d'attirer l'attention de son père, comme pour mettre fin à une suite de malédictions, d'exorciser tout ce qui a pu être douloureux dans leurs vie pour enfin connaître le bonheur.
Alia Cardyn raconte le manque d'amour sous toute ses formes. Entre parents et enfants, entre maris et femmes, entre amants, elle explore toutes les facettes avec une écriture à la fois légère et précise. Elle ouvre aussi une porte sur un espoir, celui que toutes ces douleurs n'auront pas été vécues en vain et auront finalement conduit à une véritable renaissance.
Un roman profondément touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kerremansir
  16 février 2019
J'avais déjà adoré les deux premiers romans d'Alia Cardyn. A nouveau ici, la même recette que ses précédents : une histoire originale et captivante avec un style de toute beauté. Quel bonheur de me plonger dans la petite ville imaginaire de Black! A quand le 4e roman ?
Commenter  J’apprécie          10
JulieCocle
  17 février 2019
Un régal... une plume fluide,attachante,addictive toute en émotions.
Commenter  J’apprécie          00
Leeloodlc
  12 février 2019
« L'Envol » est un roman captivant, extrêmement bien écrit tant il est touchant et empli d'émotion. Cette histoire est authentique, elle parle du manque d'amour, des liens humains et familiaux. Elle met en avant les relations père/fille et celles de couples. Les femmes y ont une place importante. Les hommes sont également à l'honneur. Je vous le recommande chaleureusement !
Lien : https://hashtaglecture.blogs..
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alia Cardyn (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alia Cardyn
À l'occasion des 5 ans des éditions Charleston, Karine Bailly de Robien, directrice générale adjointe, vous explique la création cette maison d'édition en 2013 ?
Elle revient également sur la création du Prix du Livre Romantique : vous avez jusqu'au 16 septembre pour participer à l'édition 2019 : http://editionscharleston.fr/prix-livre-romantique/
Karine Bailly de Robien évoque aussi les belles pépites francophones repérées par l'appel à manuscrits et hors le cadre du Prix : Clarisse Sabard, Alia Cardyn, Jeanne-Marie Sauvage-Avit, Béatrice Courtot, Marie Vareille, Sophie Henrionnet ou encore la Team RomCom.
Et vous, quel est votre roman préféré des éditions Charleston ?
Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : renaissanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1540 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre